Le taux d’inflation moyen annuel à 6,9% jusqu’à mai 2017

inflation
Les prix des produits agricoles frais ont chuté durant cette période. D. R.

L’évolution des prix à la consommation en rythme annuel s’est située à 6,9% jusqu’à fin mai 2017, a appris l’APS auprès de l’Office national des statistiques (ONS). L’évolution des prix à la consommation en rythme annuel à mai 2017 est le taux d’inflation moyen annuel calculé en tenant compte des douze mois allant de juin 2016 à mai 2017 par rapport à la période allant de juin 2015 à mai 2016. Quant à la variation mensuelle des prix à la consommation, qui est l’indice des prix de mai 2017 par rapport à ceux d’avril 2017, elle a reculé de 0,4%.

En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont baissé de 1,1%, résultant notamment de la chute des prix des produits agricoles frais. Ainsi, les prix des produits agricoles frais ont enregistré une baisse de 3% en mai 2017 par rapport à avril dernier, à l’exception des fruits qui ont augmenté de 8,3% et des poissons qui connu une hausse de 3,2%.

Les baisses des prix ont été enregistrées, à titre d’exemple, pour les viandes rouges (-1,3%), les viandes blanches (-1,2%), les légumes (-12,7%) et la pomme de terre (-13,2%). Pour ce qui est des produits agroalimentaires, les prix ont connu une hausse mensuelle de 0,9%. Par ailleurs, les prix des biens manufacturés ont affiché une croissance de 0,1%, alors que ceux des services ont augmenté de 0,6%.

Par groupe de biens et services, les prix de l’habillement-chaussures ont enregistré une hausse mensuelle de 0,7%, alors que ceux du groupe santé-hygiène corporelle ont connu une augmentation de 1,4%, tandis que le reste s’est caractérisé par des stagnations. Pour rappel, la loi de finances de 2017 prévoit une inflation de 4%.

R. E.

Commentaires

    zaatar
    27 juin 2017 - 12 h 59 min

    Quel que soit les prix pratiqués sur l’ensemble du territoire et pour toute l’alimentation, cela ne change absolument rien aux bourses de l’ensemble des Algériens et surtout ne change rien à leurs attitudes vis à vis des achats et des courses. Qu’il y ait une inflation de 5, 10, 15, 20 ou même 50% ça n’aura aucun impact. Ceux qui ont des difficultés à boucler leur fin de mois seront toujours en difficulté et ceux qui sont à l’aise le seront encore. Même en cas baisse des prix c’est exactement pareil. Vous allez dans tous les marchés, toutes les marchandises se vendent et à tous les prix, en augmentation ou en diminution. Oui on se demande comment un père de famille de trois enfants qui touche à peine 25 000 DA fait pour arriver à entretenir sa famille. Mais pourtant il y arrive quand même. D’un autre côté, j’ai vu des acheteurs au marché acheter régulièrement de la viande pour une somme de 20 à 25 000 DA à chaque fois (toute les semaines). D’autres se payent des pommes à 1500 DA le kilo. Preuve que l’inflation ne veut plus rien dire chez nous, autant que les augmentations des prix ou aussi leur diminution. C’est ça l’Algérie. L’informel à tout va, et la valse des prix à tout va et tout va bien madame la marquise.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.