Conflit du Sahara Occidental : l’UA met la pression sur le Maroc

Le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, s’est dit ce lundi, à l’ouverture à Addis-Abeba de la 29e Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’organisation continentale, préoccupé par l’impasse actuelle concernant le conflit au Sahara occidental occupé par le Maroc depuis 1975.

«Bien que nous nous félicitions de la baisse des tensions autour d’Al-Guerguerat au Sahara Occidental, de la nomination d’un nouveau représentant personnel du secrétaire général des Nations unies et de son intention de lancer une nouvelle initiative de règlement pacifique du conflit, nous restons préoccupés par l’impasse actuelle», a déclaré Moussa Faki à l’ouverture des travaux du 29e sommet de l’UA.

Le président de la Commission de l’UA a indiqué que le vœu de l’organisation panafricaine est de voir «les deux parties (le Maroc et la République arabe sahraouie démocratique RASD) en conflit qui sont membres de notre Union faciliter une solution consensuelle, conforme à la légalité internationale, qui garantira le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination», soutenant que «les questions de paix et de sécurité continuent de nous préoccupés au plus haut point».

A rappeler que le conseil exécutif de l’UA a réaffirmé, à la clôture de leur 31e session tenue depuis vendredi dans la capitale éthiopienne, son soutien à la cause sahraouie en confirmant l’envoi d’une mission africaine d’évaluation des droits de l’Homme dans les territoires sahraouis occupés malgré les tentatives du Maroc de bloquer une résolution à ce propos.

A ce propos justement, le ministre sahraoui des Affaires étrangères, Mohamed Salem Ould Salek, a déclaré dimanche soir que le Maroc avait échoué dans sa tentative de bloquer une mission de la commission africaine d’évaluation des droits de l’Homme dans les territoires sahraouis occupés. «Le Maroc, dont c’est la première participation aux travaux du sommet de l’UA, a échoué dans sa tentative d’enlever des paragraphes dans les rapports de la commission africaine des droits de l’Homme et des peuples qui était mandatée, sur décision du conseil exécutif de l’UA, de faire un rapport et une évaluation sur la question des droits de l’Homme dans les territoires occupés de la RASD», a indiqué M. Ould Salek en marge des travaux de la 31e session du Comité exécutif de l’UA.

Le diplomate sahraoui a expliqué qu’après la tentative marocaine, «le conseil exécutif, après un débat très important, a mandaté le Nigeria pour trouver un consensus, lequel a rétabli la Commission dans ses fonctions et dans son mandat». Le chef de la diplomatie sahraouie a rappelé, dans ce cadre, que la commission africaine des droits de l’homme et des peuples a déjà fait un rapport en 2013 sur le Sahara Occidental.

Cette commission a ainsi visité les territoires libérés et les camps de réfugiés, a-t-il dit, dénonçant, toutefois «le refus à deux reprises par le Maroc de permettre à la Commission africaine de visiter les territoires occupés». «Le Maroc a refusé aux organisations des droits de l’homme, aux hommes politiques et à la presse de visiter les territoires occupés», a-t-il dit, soulignant que «le Maroc, qui a récemment expulsé deux journalistes américains, a quelque chose à cacher». Le MAE sahraoui a indiqué que le Maroc, devenu membre de l’UA depuis janvier dernier, «doit se conformer à l’acte constitutif de l’UA qu’il a ratifié et qui lui interdit d’occuper un autre Etat membre».

Sadek Sahraoui

Commentaires

    Abdel
    6 juillet 2017 - 22 h 02 min

    La monarchie n’a que faire de l’OA, elle ne l’a ni dans la tête, ni dans le cœur.
    les raisons de sa volonté de réintégrer l’OA, d’abord, de ramener le maximum de pays à sa vision en les achetant et s’il n’arrive pas essayer de dissoudre cette organisation pour tout les moyens.
    La monarchie offre sa face à l’autre coté de la méditerranée et son derrière pour notre continent et il faut se le mettre dans la tête.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.