Une vidéo du militant Zefzafi humilié en prison attise la colère des Marocains

Zefzafi Rif
L’intention des services marocains d’humilier Nasser Zefzafi est évidente. D. R.

Des médias marocains ont comparé l’affaire de la vidéo de Nasser Zefzafi à la diffusion par les services américains d’images de l’exécution par pendaison de Saddam Hussein en 2007 ou de photos de prisonniers maltraités par leurs geôliers dans la prison d’Abou Ghrib en Irak (2004).

En le montrant nu, sous prétexte de prouver qu’il n’y a aucune trace de torture sur le corps de Zefzafi, l’intention des services marocains de l’humilier est évidente. Il est clair que leur but est de déconsidérer le militant du Rif auprès de la masse de ses partisans pour tenter d’en finir avec le mouvement de contestation qui a pris racine depuis quelques semaines dans cette région connue pour être marginalisée par le Makhzen, sans doute à cause de son irrédentisme légendaire.

Si l’émotion provoquée par cette vidéo parmi la population du Rif est d’une sincérité indéniable, il y a, par contre, toutes les raisons de douter des réactions exprimées dans les milieux officiels marocains, à travers notamment les déclarations de quelques ministres qui ont fait part de leur colère et leur désapprobation. En appelant à une enquête pour faire la lumière sur l’origine de la vidéo dont ils reconnaissent que le contenu comporte une atteinte à la dignité de Zefzafi, ces mêmes milieux veulent laisser croire qu’ils ignorent les circonstances dans lesquelles les images ont été filmées et qui est derrière leur diffusion. Ils veulent faire croire, en même temps, à l’opinion publique marocaine qui soutient le mouvement du Rif que la préoccupation des droits de l’Homme est prise en compte par le pouvoir.

Le directeur de la prison où se trouvait détenu le leader de la contestation rifaine a exclu que le film ait été tourné dans ses locaux. C’est une façon d’accréditer l’idée que la vidéo n’a pas été produite dans un cadre légal et que les autorités n’y sont pour rien. En fait, l’opération visant à porter atteinte à Zefzafi pour réduire son autorité morale dans la population rifaine, lui ôter la qualité de symbole de la contestation rifaine et donc toute capacité à continuer à la diriger a tourné court. Cette opération concoctée par le Makhzen a été transformée en tentative de récupération de la forte émotion créée par la diffusion de la vidéo pour en faire un instrument de diversion et de propagande sur la prétendue volonté des autorités marocaines de combattre les mauvais traitements infligés aux prisonniers.

Depuis quelques mois, un mouvement de contestation populaire appelée le «Hirak» (agitation, mouvement) secoue la région du Rif, au nord du Maroc, avec comme principale revendication le développement local qui sortirait sa population de la misère. Des manifestations quotidiennes dans la ville d’Al-Hoceïma et la localité voisine d’Imzouren ont eu lieu, marquées par des affrontements violents et fréquents avec la police. Les manifestations ont baissé d’intensité après le retrait des forces de répression. Mais cela est surtout consécutif à la décapitation des principaux dirigeants du mouvement, dont Zefzafi, qui ont été arrêtés par la police. Au total, ce sont au moins 176 personnes qui ont été placées en détention préventive, depuis la fin du mois de mai, selon le bilan contestable donné par les autorités.

Le procès de Nasser Zefzafi a débuté ce lundi devant les juges de la chambre criminelle de la Cour d’appel de Casablanca. Il est accusé notamment d’«atteinte à la sécurité intérieure». La population du Rif, soutenue par un large mouvement de solidarité dans tout le Maroc, exige sa libération et celle des autres détenus.

Houari Achouri

Comment (9)

    tangoweb54
    15 juillet 2017 - 12 h 44 min

    Ce Zefzafi est manipulé a partir de l, étranger tout comme le traitre Mhenni, car si on veux vraiment réclamer des droits il faut le faire pacifiquement sans violence et sans destruction, mais surtout ne pas exhiber le drapeau séparatiste. Ce drapeau soit disant Amazigh est en fait un sigle Africain ancien et fabriqué pour la circonstance dans les officines occidentales pour déstabiliser les pays du Maghreb Arabe.




    2



    0
    Mohamed El Maadi
    12 juillet 2017 - 15 h 34 min

    J’ai vu la vidéo c’est ignoble . Cela m’a touché car ont voit bien qu’il a été battu .On voit des traces de bleus sur son dos et son œil gauche .




    0



    0
    le voleur
    12 juillet 2017 - 14 h 46 min

    esseyons de ne pas etre comme eux …..ignorer ces marocains ont n’est pas comme eux
    les ignorer et comme la porte et fermer personne ne va ouvrir nos porte ( frontieres)
    ahh si j’avais le pouvoir




    1



    0
    Moskosdz
    12 juillet 2017 - 10 h 49 min

    Dans un pays où les prisons secrètes,la torture,le viol et le rapt sont monnaies courantes pour intimider la population,dans le but de berner donc sa populace et lui faire croire que le régime de Rabat défend les droits de l’homme,il est fort probable que cette photo a été prise bien avant que Zefazafi ne soit torturé par les services secrets Marocains.




    0



    0
    Nordesque
    12 juillet 2017 - 10 h 33 min

    Et pendant ce temps, la populace qu’il a insultée, chante, danse et paye son entrée pour voir ce Deb Khaled.Heureux sont les chouhadas qui n’ont rien vu de ce carnaval qui dure depuis 1962!




    0



    1
    mhd dz
    12 juillet 2017 - 10 h 26 min

    Le peuple marocain doit se poser définitivement la bonne question.
    Pourquoi libérez un pédophile étranger notoirement connu qui a fait de gros dégâts sur des enfants marocains et au lieu et en place foutre des pov citoyens en prison qui ne réclament que leur simples droit élémentaire à vivre le minimum de dignité ?
    Ils doivent mettre fin à la torture mental et physique pratiqué par le makhzen souvent au niveau des parties génétique dans les geôles marocaine c’est connu ! ! Et pour cela pas le choix de faire dégager cette famille incestueuse alaouite.




    0



    0
      mhd dz
      12 juillet 2017 - 10 h 28 min

      Erratum ‘partie génital




      0



      0
    Rayés Al Bahriya
    12 juillet 2017 - 9 h 01 min

    C’est le crépuscule de la république. La monarchie seras balayée dans 6 mois.

    Adieu m.106. Nicomede arabe.

    Quand à dab Khaled. .. Ton ami le roi des tarlouzes ira en enfer… la honte ….il supporte un dictateur qui tue des rifains et des yéménites.




    1



    0
      mhd dz
      12 juillet 2017 - 9 h 34 min

      Bonjour Rayés Al bahrya j’ai l,impression que le vieux jeune khaled ‘l,ami du roi à besoin de pognon en ce moment en revenant chez ceux qu,il traitait de ‘on aboie du matin au soir en voulant déposé plainte contre quelques médias.
      Culotté le jeune vieux chanteur.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.