Autres temps, autres mœurs

Argent temps
L'argent a-t-il pris l'âme des Algériens ? New Press

Par Rabah Toubal – Les Algériens et les Algériennes, naguère connus pour leur égalitarisme à fleur de peau, victimes de nos jours de la hogra, d’où qu’elle émane, ne réagissent plus comme le faisaient leurs ancêtres face à injustice. Autres temps, autres mœurs…

Anesthésiés par leur cupidité et leur amour vorace de l’argent, dont ils découvrent les multiples «vertus», ils ne se révoltent plus contre leurs bourreaux mais cherchent plutôt à entrer dans leurs bonnes grâces afin de susciter leur condescendance, voire même leur pitié pour quémander leurs droits ou bénéficier de quelques avantages matériels et financiers qui comptent plus que toute autre chose pour eux. Foin des valeurs enseignées par leurs parents et grands-parents ! L’Avoir primant sur l’Etre, il faut répondre à ses besoins, à tout prix !

Les réflexes naturels ont été remplacés par des calculs froids révélateurs de l’esprit de business qui s’est emparé de la majorité d’entre nous.

Avec une mentalité aussi défaitiste, nos aînés n’auraient jamais osé contester l’occupation de l’Algérie par la France.

R. T.

Comment (12)

    A3zrine
    11 août 2017 - 21 h 31 min

    Oui tout à fait, pour résumer un peu la chose l’Algérien nouveau accepte, courbe l’échine et attend son tour pour jouer le même rôle que son bourreau.
    Il accepte la hogra, en attendant son tour à lui pour la pratiquer sur le suivant et ainsi va la chaîne.




    0



    0
    mourad
    9 août 2017 - 23 h 11 min

    Beaucoup d algeriens sont fiers et n ont jamais voulu lécher les bottes des gouvernants,ils vivent reclus ou se sont exilés pour ne plus voir le pays, mené par des salafistes et des baltaguias,sombré.Et pourtant ils se sont battus pour résister à l hydre islamiste durant la decennie noir,ils y croyaient forts mais leur combat a été inutile,on les a trompé.
    Dommage car on avez tout pour faire de notre pays,un pays moderne où la vie et la liberté du citoyen prime .




    0



    0
    Mohand
    9 août 2017 - 18 h 40 min

    Mes chers compatriotes, on parle d’une chose alors que pour moi, elle a toujours existé sous cette forme et d’autres, il n’y a qu’à jeter un coup d’œil sur notre histoire depuis l’indépendance pour tous comprendre.
    C’est la nature de notre système qui s’est développé, la seuls chose que je trouve personnellement changée,
    c’est que ça se fait sans honte ni retenue, ça s’affiche comme si ils avaient voyagé sur une des planètes que compose l’univers avec leurs savoir ou fait des découvertes pour transformer notre Sahara en jardin paradisiaque et que notre pays se gorgerait de toutes sortes d’aliments à nos besoins sans que nous ayons le peine de la cultiver.
    excusez moi l’expression, on a que des merd… qui se prennent pour des sommités (quelques que soit le domaine), même la religion n’a pas été épargné.
    Dans notre pays, nous n’avons aucun sens des valeurs, tout est pervertie à loisir de chacun.




    0



    0
    BEKADDOUR
    9 août 2017 - 10 h 27 min

    Ya Essi Rabah, Nos Anciens ont laissé cette maxime « Ennar edjib ermad », Le Feu enfante la cendre… Voilà pourquoi ! A un moment j’ai pensé que ceux qui ont résisté à l’occupation française étaient des extra terrestres, lorsque je lis la biographie de certains d’entre eux, j’ai peine à croire que ce peuple actuel soit le leur, mais c’est dit… ENNAR EDJIB ERMAD.




    0



    0
    Bison
    8 août 2017 - 15 h 40 min

    En complément aux »Autres temps, autres mœurs »,
    Selon un journal algérien, « Des chirurgiens d’une clinique privée de Bordj-Bou-Arreridj ont extrait des entrailles d’un commerçant… des rouleaux de billets de banque. Le patient a en effet caché dans son ventre la coquette somme de 120 000 euros.Un commerçant [d’une wilaya commerçante voisine] a débarqué en urgence, samedi, dans une clinique privée située à proximité de la RN 5 dans la région de Bordj-Bou-Arreridj. Se plaignant de douleurs atroces au ventre, il a été de suite conduit au bloc opératoire pour extraire une masse importante qu’il s’est lui-même introduite par… »[ la porte des artistes ( ça c’est de moi), mais sérieusement! ]
    Et le journal de finir, « Les chirurgiens étaient stupéfaits de découvrir la somme de 120 000 euros sous forme de rouleaux recouverts de plastique. Le staff médical a de suite pris contact avec la gendarmerie nationale. Les raisons qui ont conduit le commerçant à agir de la sorte sont toujours inconnues »!
    Sans doute il ne fait pas ou plus confiance aux banques et a essayé d’autre moyens! Mais visiblement il ne connaissait pas la sage africaine qui dit:  » Qui avale une noix de coco fait confiance à son…[à sa porte des artistes]  » A qui va t-il faire confiance dorénavant…!?




    0



    0
    lhadi
    8 août 2017 - 10 h 05 min

    L’ennemi de l’intérieur est plus dangereux pour la nation algérienne.

    C’es une inquiétante réalité que certains ont tendance à oublier, pour ne pas dire à mettre sous le tapis : l’existence d’un ennemi intérieur qui obère toute chance de développement d’un Etat fort, d’une république solide, d’une Algérie moderne et conquérante dans ce monde de globalisation politiquement et économiquement injuste.

    Tout doit être mis en oeuvre pour le neutraliser.

    Voilà le véritable défi que doivent relever les Algériennes et les algériens qui aiment leur pays autant que leurs parents.

    En effet, Tout ceux qui veulent le changement doivent continuer le combat sur une idée maitresse qui inspire toute leur conduite et que Engels formulait ainsi : « Le temps des coups de mains des révolutions exécutés par de petites minorités conscientes à la tète des masses inconscientes, est passé. Là où il s’agit d’une transformation complète de l’organisation de la société, il faut que les masses elles-mêmes y coopèrent, qu’elles aient déjà compris elles-mêmes de quoi il s’agit, pour quoi elles interviennent avec leur corps et avec leur vie. »

    Par conséquent, il est de l’intérêt national de déverser dans les âmes la flamme de l’insurrection des consciences qui embrasera et les absurdités de cette politique politicienne aux antipodes de l’honnêteté intellectuelle et des  » ferments de décomposition » qui sont la cause absolue de tous les maux qu’endure la nation algérienne dans laquelle ils pénètrent comme des parasites.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
      zaatar
      8 août 2017 - 11 h 11 min

      Pardonnez mon pessimisme, mais on ne perdra rien pour attendre…on a mis plus cinquante ans pour mettre le pays dans l’état où il est, je ne crois pas qu’il faille 50 ans pour le reconstruire comme il se doit…mais beaucoup plus que ça. L’égoïsme aidant, je crains que le phénomène fasse boule de neige jusqu’à l’ultime déflagration.




      0



      0
        Krimo
        8 août 2017 - 20 h 07 min

        Zaatar,

        Si vous le permettez, la fin des hydrocarbures oui et mille fois oui pour priver les gouvernants de la rente et peut être les amener a refaire leur devoirs. Vous dites par ailleurs qu’on a mis 50 ans a mettre le pays dans l’état ou il est, je le confirme en précisant que durant cette tranche de temps on a commis toutes les conneries du possible, les générations futures peuvent se nourrir de nos « erreurs bien algériennes » pour y remédier. Suffira de remettre avant tout les VALEURS (celles qui définissent l’homme dans une société) à leur place, d’appeler un chat un chat et probablement les vaches seront mieux gardées. Utopie me diriez-vousɁ

        Je ne connais aucun pays de par son histoire qui est une référence en la matière (développement et tout le tutti quanti ….) qui n’a pas connu cette triste période.
        Mais à la fin des hydrocarbures, quelle alternativeɁ

        En d’autres termes, s’il faille succomber à cette nouvelle « religion qu’est l’écologie » alors que pour la nôtre il y a déjà égarement …….. ce sera encore et encore ce que H2 a déjà dit (y a plus de 20 ans) «l’Algérie est un laboratoire».

        La Nature nous a gâté et elle est encore prête à le faire encore : trois siècles de réserve en eau bien stockée au rythme de la consommation actuelle, ce Sahara (encore lui) que des hommes sans « culture politique  » ont arraché à madame la France en mars 62, est encore là pour pourvoir aux besoins énergétiques de demain, mais faille que l’on raisonne et non que l’on résonne.

        Bien à vous et ce sera un plaisir de vous lire

        P.S : pour lever toute équivoque, ce n’est pas à vous personnellement que j’adresse certains mots




        0



        0
          zaatar
          9 août 2017 - 9 h 21 min

          Bonjour l’ami Krimo,

          On aura compris que c’est une histoire d’hommes. le reste n’est que secondaire et se traite en secondaire. On ne peut jurer que par ce que l’on observe ou que l’on a observé ou bien par ce qui a été vécu et connu. L’histoire, les statistiques ont montré que pour arriver à des niveaux de développement donné il y a des passages obligés et même douloureux. Certes. On oublie juste une chose…Le temps défile. Et si l’on se réfère aux événements des deux derniers siècles, ça va de plus en plus vite…une exponentielle d’exponentiel (pour imager la chose). Très honnêtement j’aurais voulu la fin des hydrocarbures chez nous ou la chute du prix du baril demain…car plus tôt on s’y prendra mieux ça vaudra pour les générations futures… Je ne serais pas d’accord par contre pour les réserves d’eau. A cause tout d’abord du rythme de la consommation qui, couplé au rythme de l’évolution démographique et autres développement, va croître d’une manière tout autant imprévisible, puis à cause des phénomènes géologiques et climatiques…en trois siècles beaucoup de choses peuvent se passer et l’incertitude est entière quant à la préservation de cette richesse.




          0



          0
          Krimo
          9 août 2017 - 15 h 06 min

          Zaatar,

          Le temps defile …… tout comme, l’eau du fleuve ne retourne pas a sa source. Faux, diront encore « certains esprits » bien intentionnés pour rappeler que l’on a rien compris au cycle de l’eau.

          Un exemple, le … député de Annaba, « lui ne perd jamais son temps il perd juste celui des autres ». Il se trouve que cette «sérénissime personne» est sortie d’une Ronéo qui produit a foison de pales duplicata qui agissent dans un but voué et non avoué ……..malheureusement la bonne conscience les épargne. C’est cela le drame.




          0



          0
    zaatar
    8 août 2017 - 7 h 34 min

    Voila qui est résumé en quelques lignes la nature de l’Algérien de nos temps. Ce qui signifie explicitement, avec cet état d’esprit de nous tous, que nous entrerons très certainement et très prochainement dans une ère où le chacun pour soi et Dieu pour tous prendra une signification autrement plus dramatique.




    0



    0
    Jughurta
    8 août 2017 - 7 h 17 min

    Ils ont pris exemple sur les politiques et le pouvoir. Le pouvoir les a ainsi forgé. Dire que sous Boumediene c’ était carré car précisément son gouvernement était carré. En l’ éduquant dans le dabar …. sans développer et lui mettre les dspositions basique à sa réussite. Qu’ ont il fait de l’ Algérie depuis ?? Ils ont massacré le peuple, ils l’ ont délaissé, ils l’ont hagar , ils l’ ont volé, humilié travesti par cette bouse idéologique d’ achat de la paix pour que les oligarques pourris ne soit pas inquiétés de la manne dont ils se sont accaparés en éliminant Boumédiene. Personne du pouvoir ne dénonce par esprit honnête et sincère de justice, ils le font par calcul en fonction de leur propre interêt si ce n’ est, quelques individus affichés au grand jour comme voleur car nuisible pour leur clan mais jamais par institutionnalisme judiciaire. Quand la crapulerie vorace atteint son paroxisme de manière presque inamovible dans les plus hautes institutions de l’ Etat, ne reprochez rien au peuple vous entendez !! Ne leur reprochez rien !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.