Le président Bouteflika procède à la désignation des membres du gouvernement

conseil des ministres
Le gouvernement Ouyahia recevra des instructions pour la mise en œuvre du plan d'action présidentiel. New Press

Le président de la République a nommé jeudi les  membres du gouvernement, conformément à l’article 93 de la Constitution et après consultation du Premier ministre,dont la liste se présente comme suit :

Premier ministre : Ahmed Ouyahia

Vice ministre de la Défense, chef d’état-major de l’ANP : Ahmed Gaïd Salah

Ministre des Affaires étrangères : Abdelkader Messahel

Ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du  territoire : Noureddine Bedoui

Ministre de la Justice, Garde des sceaux : Tayeb Louh

Ministre des Finances : Abderrahamane Rouia

Ministre de l’Energie : Mustapha Guitouni

Ministre des Moujahidine : Tayeb Zitouni

Ministre des Affaires religieuses et des Wakfs : Mohamed Aïssa

Ministre de l’Education nationale : Nouria Benghabrit

Ministre l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique : Tahar Hadjar

Ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels : Mohamed  Mebarki

Ministre de la Culture : Azzedine Mihoubi

Ministre de la Poste et des Télécommunications, des Technologies et du  numérique :  Houda Imane  Feraoun

Ministre de la Jeunesse et des Sports : El Hadi Ould Ali

Ministre de la Solidarité Nationale, de la Famille et de la Condition   féminine : Ghania Eddalia

Ministre de l’Industrie et des Mines : Youcef Yousfi

Ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche : Abdelkader Bouazgui

Ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville : Abdelwahid Temmar  (ancien wali de Mostaganem)

Ministre du Commerce : Mohamed Benmeradi

Ministre de la Communication : Djamel Kaouane

Ministre des Travaux Public et des Transports : Abdelghani Zaâlane

Ministre des Ressources en eau : Hocine Necib

Ministre du Tourisme et de l’Artisanat : Hacène Mermouri

Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière : professeur Mokhtar Hasbellaoui

Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale : Mourad Zemali

Ministre des Relations avec le Parlement : Tahar Khaoua

Ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables : Fatma Zohra  Zerouati

Par ailleurs, conformément à l’article 92 alinéa 6 de la Constitution,  le président de la République a également nommé ce jour, Ahmed  Noui, ministre, secrétaire général du gouvernement.

R. N.

Comment (11)

    algérienamazigh
    17 août 2017 - 18 h 20 min

    Ce bâtiment ‘ ‘ Gouvernement général ‘ ‘ est témoin de plusieurs événements majeurs de notre histoire récente, c’est de ce balcon que de Gaulle a crié à la foule en 1958, la fameux ‘ ‘ Je vous ai compris ‘ ‘ acte fondateur de la Ve République qui gouverne la France actuelle, (mais de Gaulle est venu à Alger spécialement pour préparer son plan pour écraser l’ALN). C’est sur ce même balcon aussi que les 4 généraux putschistes de l’armée française ont crié à la foule qu’ils ont prit le pouvoir en Algérie et qu’ils sont prêt d’envoyer les parachutistes en France pour prendre l’Elysée, un coup d’État qui a failli emporter la France dans le tourbillon de la guerre d’Algérie..Et en 1962, c’est de ce balcon que Ben Bella annonce à la foule algéroise en criant que ‘ ‘ Djazaaïr ichtirakya ‘ ‘ ( l’Algérie sera socialiste )




    0



    0
    Abou Lahab
    17 août 2017 - 17 h 03 min

    Bouteflika est devenu comme Dieu qui n’a pas besoin d’exister pour gouverner .




    0



    0
    Anonymaoui
    17 août 2017 - 14 h 00 min

    Total cafouillage au sommet de l’État l’éphémère ministre Belaagoun vient d’être nommé puis supprimé de la liste une heure après. Pourtant des enquêtes et des rapports défavorables ont été soit-disant transmis par la DGSN à la présidence. Que du louche il y a comme une volonté sournoise de sabotage à l’intérieur même du cercle présidentiel. Allah yastar. Un ou mille nouveaux gouvernements, rien n’y fait l’avion Algèrie sans équipage poursuit sa descente vers les abîmes.




    0



    0
    Anonyme
    17 août 2017 - 13 h 42 min

    Le cafouillage et l’amateurisme sont les seules constantes dans la gouvernance des affaires de l’État. Le ministre éphémère du tourisme Belagoun est revenu par la grande porte pour disparaître de la liste une heure après. Ce dysfonctionnement me laisse perplexe quant à la conduite des affaires de l’état puisque ce même personnage a fait l’objet d’enquêtes et de rapports défavorables de la DGSN et il est désigné ministre pour la deuxième fois en à peine trois mois. C’est grave et même très grave. Y a-t-il un pilote dans l’avion Algérie.




    0



    0
    [email protected]
    17 août 2017 - 13 h 34 min

    DOMMAGE POUR NOTRE BEAU PAYS.




    0



    0
    zaatar
    17 août 2017 - 11 h 11 min

    Et au fait que devient Boutarfa ex ministre de l’énergie, ex PDG du groupe Sonelgaz, remplacé par M. Guitouni ex PDG du groupe Sonelgaz?




    0



    0
    zaatar
    17 août 2017 - 11 h 09 min

    Youcef Yousfi était déjà ministre de l’Energie et des mines en 1998…bof, en fait je ne vois aucune différence entre le gouvernement précédent et le nouveau. En fait, il n y a jamais eu de différence entre tous les gouvernements qui sont passés depuis 99 à aujourd’hui.




    0



    0
      Anonymaoui
      17 août 2017 - 14 h 36 min

      Salut l’ami juste pour ajouter que Yousfi a même occupé le poste de premier ministre par intérim mais qui s’en souvient tellement l’homme est transparent. Yousfi n’a pas été ministre, mais a plutôt occupé un poste de ministre.




      0



      0
    Nourreddine
    17 août 2017 - 10 h 47 min

    Yousfi ministre a 76 ans !!
    son prédécesseur a 48 ans !! un saut d’une génération !




    0



    0
    ghedia a
    17 août 2017 - 10 h 44 min

    En somme c’est « on reprend les mêmes et on recommence « . Une petite différence tout de même : celui qui a été econduit illico presto dans l’ex gouvernement revient par la grande porte cette fois-ci. De ce fait, une conclusion s’impose : la vie sourit à celui qui sait attendre, qui ne fait pas de vague, qui sait faire le dos rond en attendant que la tempête passe. Et si j’étais mal éduqué et impoli, j’aurai ajouté qu’ en Algérie pour prétendre à un poste ministériel il faut être ou oligarque ou … non faisons dans le politiquement correct.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.