Une ONG appelle à se mobiliser contre le gaz de schiste

OCA schiste
Lors d'une manifestation à In Salah contre l'exploitation du gaz de schiste. D. R.

Par R. Mahmoudi – Dans un communiqué rendu public, l’Observatoire citoyen algérien (OCA), qui avait déjà constitué un Collectif national pour un moratoire sur les gaz de schiste en Algérie, s’en prend au gouvernement Ouyahia sur sa déclaration concernant la reprise du projet de l’exploitation du gaz de schiste en Algérie, en la considérant comme une preuve de son incapacité à apporter de vraies solutions à «la périlleuse crise économique et financière que traverse le pays suite à l’effondrement des cours des hydrocarbures et l’absence d’un programme de développement créateur de richesses».

Pour cette organisation, la décision du gouvernement traduit «l’indifférence, voire le mépris du gouvernement face aux inquiétudes légitimes des populations du Sud algérien et d’une large frange de la société algérienne réfutant fermement les prétextes au recours à l’exploitation du gaz de schiste». Elle estime qu’il est de son devoir d’alerter l’opinion publique sur «les dangers de l’exploitation de gaz de schiste par fracturation hydraulique consommatrice de grandes quantités d’eau, de produits chimiques, de son impact prouvé sur la santé humaine et animale, sur l’environnement et la pollution des sols (…), alors que le pays est confronté en permanence au stress hydrique».

A cette occasion, l’OCA exprime son soutien à toute protestation et appelle les citoyens algériens à se mobiliser contre l’exploitation du gaz de schiste, mais sans fixer un calendrier, ni les formes de protestation à préconiser.

Dans ses propositions pour sortir de cette situation, l’OCA juge nécessaire la mise en place d’une commission indépendante sur la transition énergétique et l’environnement, et d’un moratoire sur l’exploitation des gaz de schiste, et réclame la création d’une commission économique indépendante afin de réfléchir à une économie à valeur ajoutée hors hydrocarbures et pour une gestion raisonnée, contrôlée et durable des richesses naturelles du pays.

R. M. 

Comment (18)

    anonymous
    15 octobre 2017 - 12 h 45 min

    @Manman1954
    « Le gaz de schiste est un véritable don de dieu. »

    D’où sors tu cette blague?
    Dieu dit : Coran VII-45 :
    « Ne faites pas nuisance à la terre alors qu’elle a été mise en ordre par Dieu ».




    0



    1
      manman1954
      15 octobre 2017 - 15 h 01 min

      @ Anonymous 15 octobre 2017 – 12 h 45 min
      Oui, le gaz de schiste pour les Algériens est un don de Dieu !
      Au fait, M. Anonymous, n’êtes-vous pas comme les Hébreux de Sidna Moussa, Alaihi Essalem, qui, fatigués de la nourriture du paradis (la manne, …), demandent les lentilles, l’oignon, …




      1



      0
    manman1954
    15 octobre 2017 - 9 h 05 min

    Le gaz de schiste est un véritable don de dieu. Ne rejetons pas ce que nous offre le bon dieu !
    Nous devons faire confiance aux ingénieurs de Sonatrach pour exploiter « proprement » cette ressource sans provoquer de catastrophes écologiques. Les adversaires du gaz de schiste sont abusés par certaines publications produites par des ONG européennes. Ces organisations combattent toute les sources d’énergie carbonées. Leur détermination est telle qu’on peut les qualifier d‘intégristes écologistes. N’oublier que l’exploitation du gaz de schiste est infiniment moins dangereuse que la production électrique dans une centrale nucléaire.
    Ne soyons pas naïfs, le solaire coûte extrêmement cher. Le rendement des panneaux photovoltaïques est faible. Le solaire thermique ne permet pas encore de produire de la vapeur surchauffée en grande quantité pour entraîner un turbo-alternateur susceptible de produire de l’électricité. Je ne vous parle du stockage efficace de cette énergie solaire qui n’est pas encore au point.
    Le solaire photovoltaïque peut permettre de produire de l’électricité durant le jour. Dans ce cas, il faut accepter de payer le Kilowattheure (Kwh) électrique à un prix 50 fois plus élevé que celui vendu par Sonelgaz ! Sinon, le solaire photovoltaïque peut servir à réduire la consommation de gaz dans des centrales hybrides gaz-solaire (voir La centrale hybride de Hassi R’mel – CDER).
    Cela ne nous empêche pas de mettre à contribution nos universitaires pour développer des techniques non polluantes pour l’exploitation du gaz de schiste. Il faut également intéresser notre industrie et nos laboratoires de recherche à mettre au point et à fabriquer des cellules photovoltaïques. Ainsi, nous pourrons produire des panneaux solaires photovoltaïques à moindre coût. Nous devons également fabriquer en Algérie des éoliennes. L’éolien c’est du solaire.
    N’oublions pas la biomasse pour la production de méthane et la géothermie (nous avons beaucoup de points chauds en Algérie).
    L’autre piste à exploiter pour réduire la consommation faramineuse de l’énergie est le bannissement des climatiseurs. Un climatiseur renferme un fluide caloporteur qui est extrêmement dangereux pour notre environnement. Il provoque un intense effet de serre.
    Il faut légiférer au niveau de la réglementation concernant la construction pour aller vers des logements ou bâtiments à très basse consommation d’énergie (isolation thermique optimale, etc …).
    Voilà les solutions réalistes que nous pouvons mettre en œuvre sans entraver le développement de l’Algérie et tout en utilisant avec responsabilité cette manne divine qu’est le gaz de schiste.




    0



    3
    samiamiop
    14 octobre 2017 - 18 h 28 min

    Le systeme prédateur veut faire un Cadeau aux amerloque.Il opte pour la rentabilité à court terme pour gagner du temps et tourne le dos au développement durable.L’avenir de notre pays n’est pas dans l’agenda du syteme d’oligarques
    N’est-il pas plus rentable d’exploiter la nappe albienne prpore afin de développer l’agriCulture saharienne,sans oublier l’énergie solaire.La ministre de l’environnement et des energies renouvelables ne fait que de l’acte de présence et soutient la décision du gouvernement,oubliant qu’elle verse dans la Contradition.Si le système a pour souCi (Comme elle le souligne)le bien-etre de la population ,elle devrait sillonner les villes et villages de l’algérie profonde ou simplement les quartiers peripheriques d’alger pour Constater toute la pollution de toute sorte (ordures putréfiées ,laisser aller,utilisation des eaux usées pour l’irrigation,eaux usées des usines se deversant dans des plages publiques et.) dans laquelle vivent ses ConCitoyens,sans que les autorités wilayales ni meme locale ne sèmeuvent.On a meme arrete l’abattage des Cheins errants qui se regroupent en meutes présentant un danger Certain pour la population.Tout Cela est voulu e planifié




    3



    0
    Cheikh kebab
    14 octobre 2017 - 14 h 54 min

    Lire la contribution de l’expert Ferhat Ait Ali sur les investissements,les coûts de production faramineux de c gaz et leur non rentabilité. Une étude magistrale. Et que c messieurs qui veulent nous embarquer dans cette aventure viennent à table en débattre en public,c si simple. Mais non,les Ouyahia And co ont peur du débat contradictoire,ils préfèrent les monologues et ferment les médias à ceux qui ne sont pas de leur avis, c ça le drame,la dictature médiatique.




    9



    1
      Mello.
      14 octobre 2017 - 17 h 27 min

      Cheikh kebab, merci d’avoir apporte ce rappel du professeur Ferhat Ait Ali sur ces allucinations de Ouyahia and Co relatif a cette affaire du gaz de schiste. Des investissements trop lourds ,probablement attribues aux firmes etrangeres, mais le besoin considerable en eau que ne peut ramener l’investisseur, posera un autre gros probleme d’autant plus que nos reserves ,en Algerie, sont tres limitees. Alors a ceux qui veulent tenter l’aventure , ils doivent savoir qu’ils mettent toute une population en danger: il suffit de voir ce qui se passe aux USA, avec la fuite de tous les habitants qui habitent cote des gisements en exploitation.




      4



      1
      manman1954
      15 octobre 2017 - 9 h 14 min

      Monsieur Ferhat Ait-Ali doute de l’exploitation possible de gaz de schiste en Algérie. Ceci est son opinion. Qu’il critique, sans argument probant, le travail de Smail Chikhoune, c’est de la mauvaise foi. Je dirai mieux, c’est de la méchante jalousie. Monsieur Ferhat Ait-Ali a déjà, dans un passé récent, jeté l’opprobre, sans raison, sur les projets agricoles algéro-américains. Monsieur Ferhat Ait-Ali, n’est qu’un mythomane. C’est un affabulateur doublé d’une malhonnêteté intellectuelle marquée. Il est d’une jalousie chronique envers tout ceux qui en Algérie essaient de construire. Ces écrits ne sont que du brassage de vent, pour cacher son incompétence totale dans la chose économique ! Ce n’est qu’un charlatan !




      0



      1
        Mello.
        15 octobre 2017 - 12 h 19 min

        Traiter ainsi un expert international, c’est carrement de la mauvaise foi. Mr Ferhat Ait Ali sait de quoi il parle. N a t il pas attire l’attention des Algeriens que lors de la visite de notre ministre de l’energie aux USA , il a ete accompagne par de petits chefs d’entreprises qui lui presenterent leurs petites realisations en gaz de schiste, alors que de l’autre cote , ils ( USA) ont depeches leur ministre a Alger pour convaincre nos “ tares” de l’importance de l’exploitation de ce type de gaz. Cet expert vous dit que l’exploitation de ce gaz non conventionnel necessite des fonds tres lourds alors que le rendement ne vaut guere le coup. L’Algerie ne possede pas les capacites requises , aussi bien en moyens techniques qu’en capacite hydrique pour pouvoir s’engager dans une telle aventure. (…)




        1



        1
          manman1954
          15 octobre 2017 - 14 h 38 min

          @Mello
          Tout d’abord M. Ferhat Ail-Ali n’est pas un « expert international » comme vous le dîtes. La mauvaise foi caractérise les ignorants quand ils se font passés pour des diseurs de vérité.

          Les États-Unis ont chez eux la réglementation la plus contraignante concernant la protection de l’environnement ! Ce n’est pas pour rien que les USA est la première puissance économique, scientifique, technologique, culturelle etc. … L’administration fédérale américaine contrôle les compagnies américaines exploitant le gaz et le pétrole de schiste avec une attention particulière. Ces compagnies sont surveillées comme le lait sur le feu. Jusqu’au jour d’aujourd’hui, aucun incident ou accident écologique sérieux n’a été provoqué par cette exploitation des hydrocarbures non-conventionnels.

          Pour ce qui est de notre pays, l’Algérie dispose de 1,5 millions de km² de bassins sédimentaires susceptibles de renfermer des hydrocarbures. La nappe albienne algérienne est évaluée à 45000 milliards de m³, de plus, il a été démontré, récemment, que cette nappe est renouvelable. A titre d’information, la capacité hydrique de tout nos barrages ne dépassent pas 9 milliards de m³.

          Il est clair que l’exploitation de cette richesse en Algérie ne peut se faire que dans le cadre de l’association avec les compagnies étrangères qui ramèneront les moyens financiers et techniques.




          0



          0
    BabElOuedAchouhadas
    14 octobre 2017 - 9 h 22 min

    L’opposition au Gaz de schiste est devenue un phénomène de mode sans être en mesure de nous expliquer le comment du pourquoi.
    Cette idée de s’opposer au Gaz de schiste est purement française au point de se demander si le scientifique français est plus intelligent que le scientifique Yenkee. Moi j’en doute fort surtout que je sais que tout scientifique français ne peut être reconnu comme tel que s’il publie des travaux de recherche en anglais. À bon entendeur salut.




    5



    11
      Mello.
      14 octobre 2017 - 10 h 46 min

      Non, mon cher ami, l’opposition au gaz de schiste en Algerie n’est nullement un phenomene de mode, c’est une action qui a son importance determinante pour l’avenir de notre pays. Vous ne devez pas ignorer que l’exploitation de ce gaz necessite des moyens tres importants , aussi bien techniquement que hydrauliquement. Notre pays n’est pas aussi pourvu en eau que les Etats-Unis ou n’importe quel pays d’Europe. Cette richesse hydrique est en manque chez nous. De plus pourquoi aller vers le gaz de schiste ,alors que le gaz conventiel presente encore des capacites d’exploitation. Je ne voudrais jamais que notre pays puisse vivre le syndrome de Hollande, les futurs generations ne nous le pardonnerons jamais. Voila pourquoi ce n’est guere un phenomene de mode, ce refus au gaz de schiste.




      10



      3
      Mello.
      14 octobre 2017 - 10 h 48 min

      Veuillez lire “ gaz non conventionnel”




      3



      2
    anonymous
    13 octobre 2017 - 22 h 38 min

    Ils ont lâché leur meute pour liker –
    Sauf que ça ne passera pas
    Pas de gaz de schiste en Algérie,
    Tous avec l’OGA
    Ce systeme ne perdure que grâce à la rente des hydrocarbures




    14



    4
    Cheikh kebab
    13 octobre 2017 - 20 h 50 min

    ….
    Je suggère à ses membres de poser la question des coûts ,c.-à-d. les investissements nécessaires ,les équipements et matériels et technologies à importer….les coûts d’exploration évaluations développement production transport de c gaz de shit.. Et les coûts et investissements dans l’énergie solaire qui produirait la même énergie. Je suis certain que c décideurs ne savent même pas les quantités de gaz récupérables techniquement encore moins économiquement. Lu sur internet exploitation de shit aux USA ,site dit de barnett,des milliers de puits à forer,des puits qui s’épuisent rapidement au point de changer de lieu constamment..et reforage…




    11



    8
    issam
    13 octobre 2017 - 20 h 10 min

    C’était la condition américaine pour un 4 ième mandat de boutef .On a pas besoin d’extraire cette saleté,la corée du nord a demandé l’aide de l’Algérie pour extraire du pétrole nord coréen !




    17



    11
    Anonyme
    13 octobre 2017 - 19 h 43 min

    @ In Salah
    tous mes respects
    continuez !




    6



    11
    Mello.
    13 octobre 2017 - 18 h 46 min

    Non au gaz de schiste!,,,,,,,,




    16



    13
    Nasser
    13 octobre 2017 - 18 h 16 min

    les différents gouvernements qui se sont succédés ont un dénominateur commun qui est de faire de l’ Algérie une économie rentière, ce qui une fois de plus nous questionne quand au niveau de compétences de nos dirigeants pour qui la seule vision économique ne s’ arrête qu’ à l’ exploitations des hydrocarbures et nous avons assez de recul pour nous s’en rendre compte, alors la pertinence de la l’ initiative de l’OCA nous alerte une fois de plus sur les dangers de l’ exploration et de l’ exploitation du gaz de schiste.Cette d »marche citoyenne à le mérite d’ exister il faut la faire vivre et la soutenir pacifiquement




    23



    13

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.