Une prison spécialement pour les clandestins algériens en Italie

algériens
Le gouvernement algérien songe à mettre en place une police maritime pour traquer les harraga. D. R.

Par Sadek Sahraoui – A en croire certaines de nos sources, les autorités italiennes seraient séduite par l’idée d’ouvrir en Sardaigne une prison rien que pour accueillir les clandestins maghrébins et spécialement les clandestins algériens en attente de leur expulsion. En fait, cette prison se rapprocherait plus du centre de rétention. Bien qu’il soit difficilement concevable que l’on puisse dédier tout un pénitencier à des détenus que d’une seule nationalité, il semble néanmoins que dans le cas du sud de l’Italie, le comportement de certains Algériens ait dépassé allègrement les limites du supportable. C’est la raison pour laquelle on compte leur réserver un traitement spécial.

L’idée est, dit-on, soutenue au plus haut sommet de l’Etat italien, surtout après qu’il fut constaté que des clandestins algériens basculent parfois dans le banditisme et sont régulièrement responsables d’agressions. Pas plus loin que cette semaine, quatre Algériens armés de couteaux ont semé la terreur dans une ville du sud, avant leur arrestation par les carabiniers. Par ailleurs, les Italiens s’inquiètent du nombre de plus en plus croissant de clandestins algériens qui atteignent leurs côtes. Et cette mesure est conçue pour anticiper éventuellement un flux plus important de migrants.

Les Italiens redoutent également que l’Algérie devienne la nouvelle route pour l’Italie pour les migrants, après la fermeture de certains des couloirs qui passaient jusque-là par la Libye. C’est en tous les cas ce que la presse britannique et italienne a soutenu en septembre dernier. Pour les médias des deux pays, l’Algérie serait même en train de devenir un point de passage privilégié de l’immigration et une «nouvelle Libye». «L’Algérie risque de devenir la nouvelle Libye», avaient averti certains titres britanniques, dont The Times, The Telegraph et The Financial Times. Les trois titres avaient rapporté que près de 1 100 migrants ont transité en 2016 et 800 depuis le début de l’année 2017 par l’Algérie, vers l’Italie. «L’Italie a lancé l’alerte», avaient écrit The Times et The Telegraph, sur la nouvelle route en Méditerranée qu’empruntent les réseaux de passeurs de migrants clandestins, à destination de la Sardaigne.

Du côté algérien, on ne reste pas non plus les bras croisés. Le gouvernement songe de plus en plus à mettre en place une police maritime pour traquer les harraga et mettre fin au business des migrants clandestins. Le projet, encore à l’état embryonnaire, semble s’imposer avec acuité. Parler d’une future police maritime ne veut pas dire aussi que rien ne se fait actuellement pour stopper le phénomène. Au niveau des côtes, c’est la Marine nationale et la Gendarmerie qui sont chargées de lutter contre l’immigration clandestine. Et leur travail a permis d’aboutir à des résultats très probants.

S. S.

Comment (13)

    Tangoweb54
    20 octobre 2017 - 9 h 10 min

    Ces voyeux font honte a l Algerie et aux Algeriens, s ils voulaient vraiment travailler il y a actuellement 1 millions et demi d emploi vacant dans les secteurs de l agriculteur, le transport et les travaux publics, ( source ministérielle ) mais cette racaille qui a pris l habitude de vivre comme des nababs ne veulent pas travailler en Algerie car ils ne sont pas dans le besoin et ils rêvent tous de l Europe pour voler, agresser ou bien faire l esclavage chez les autres plutôt que de travailler dignement dans leur pays l Algerie




    3



    0
      le niveau
      20 octobre 2017 - 12 h 00 min

      elharraga ne sont pas tous des voyous …ces juste un mot harraga mais ces gents y’a qui ont un but pour aller travailler l’autre qui veux juste partir du pays pour quitter se pays donc meme ont europes y’a des voyous et qui ne travaille pas et qui vivent du social ..et pour cet prison juste pour les algeriens je crois pas !! si ces vraiment le cas faut que le ministere de l’exterieur fait appel au ambassadeur d’italie en algerie pour une explication




      1



      2
    Viva l'Aldjérie
    19 octobre 2017 - 16 h 10 min

    Les bac moins 12 qui qui dédaignent les emplois dans le bâtiment et font la harraga pour aller voler, violer et terroriser les populations autochtones européennes doivent être retournés à l’envoyeur sans tarder. Il n’y a pas de raison que l’Italie qui ne nous a rien fait ou l’Espagne idem accueille cette racaille qui fait honte au pays. Moi je ne me solidarise pas automatiquement avec des gens qui ne me ressemblent en rien. Il faut arrêter avec la solidarité tribale et se mettre à comprendre qu’en Algérie il y a des classes sociales et moi en tant que  » classe sociale travailleuse  » je ne m’identifie pas à des voyous.




    5



    1
    Les Égarés.
    19 octobre 2017 - 11 h 56 min

    Alors que ces Clandestins étaient Libres , dans leurs quartiers , proches de leurs familles , Chez Eux….Ils prirent la Mer , risquerent leurs vie , noyade , pour enfin finir en Prison en Italie … comme une sardine qui traverse l’océan pour finir dans une Poêle à friture ???…
    Faut vraiment être taré , devenir une sardine loin en Italie , délaisser son Pays , sa Famille , Haragas, pour être au menus de Restaurants Italien ….Une Sardine !!!!!?




    7



    0
    Khelfane
    19 octobre 2017 - 8 h 20 min

    Hé hé ,vous n’avez encore rien vu,

    Attendez que les dspecialistes de la gestion des plages arrivent,ils vont montrer aux Sardes et aux siciliens

    Comment mettre au pas les clubs de vacances et le club Med

    Non mais !!!!on a du pétrole et des idées




    6



    1
    Anonyme
    18 octobre 2017 - 22 h 00 min

    ces voyous vont gâcher nos relations de bon voisinage avec nos voisins méditerranéens !! comme quoi les harragas ne sont que des délinquants la plupart du temps!il faut créer cette police maritime au plus vite pour limiter cette invasion qui va nous retomber sur la figure en plus de tous les mokokos qui se font passer pour algériens pour massacrer notre réputation !




    13



    6
    NON A' l'ETAT ARABE
    18 octobre 2017 - 17 h 52 min

    L’ Italie a ses propres problemes. Le sud subit la grande crise et le nord est tres touche’ aussi . Les nord africains font retour chez eux, par centaines de milliers avec la crise plus le flux de migrants de lybie , les populations n’ en peuvent plus de la delinquence. Qui croit qu’ en traversant la mer il reglerait le probleme se detrompe, il y a beaucoup de pauvres et l’Etat n’ a pas les moyens de faire face. Avec la filiere tunisienne et algerienne il y a risque terrorisme. Si l’ on fait passer l’ idee di territoire algerien comme lieu de transit, c’ est la notion meme d’ Etat algerien qui perdrait de credibilite’.
    Il faut vite clore ce passage. En parallele venir en aide aux jeunes et pauvres, pas avec l’ odieuse charite’ humiliante, mais une politique citoyenne qui responsabilise et impulse l’ espoire.




    16



    1
    Anonyme
    18 octobre 2017 - 17 h 30 min

    Commencez d’abord par expulser les africains et syriens qui pullulent sur notre sol puis participez à l’arrêt de l’immigration clandestine vers l’Italie et l’Italie seulement. Quant à la prison spéciale pour les Algériens, elle reflète le degré de rejet que nous produisons à travers le monde qu’il soit occidental ou arabe. A qui la faute? Convoquez à titre posthume BenBella et Boumediene.




    14



    9
      anonyme
      19 octobre 2017 - 5 h 00 min

      Exact, il faut et de maniéré intransigeante et avec une fermeté absolue, expulser les « subsahariens » en Algérie. Même le ras le bol ne suffit pas pour exprimer l’intolérance de ces populations devenues inadmissibles. Le désordre, l’insalubrité et MALARIA qui fait des morts algériens dans différentes régions Batna, Tiaret …., imposent les solutions immédiates quant à ce problème de mendiants et migrants sahéliens clandestins.




      7



      3
    Anonyme
    18 octobre 2017 - 16 h 07 min

    Les italiens ne sont pas mieux. Al Capon a donné des vertiges aux américains




    13



    8
    Zaratoustra
    18 octobre 2017 - 15 h 42 min

    Ce N’est pas une police maritime qu’ il faut créer. Il faut endiguer le chômage, créer de l’emploi, mettre un terme à la corruption généralisée, REMETTRE DE L’ORDRE DANS L’ÉCOLE ALGÉRIENNE , l’éloigner de l’obscurantisme religieux, il faut dégager TOUT les incompétents qui nous dirigent depuis six décennies, mettre en place une vraie démocratie. Il faut mettre l’Algérie dans le rail .!!
    Comme toujours, les pouvoirs publics préfèrent la fainéantise. Pour l’économie, la planche à billets et pour l’immigration, la police maritime : les cancres ne réfléchissent pas plus loin que le bout de leur nez ! 60 ans après l’indépendance, le résultat est là : toujours dans le tiers monde (économiquement et spirituellement ). Allah yahdi ma khlék !




    23



    6
    Judas
    18 octobre 2017 - 12 h 09 min

    Il y a de quoi faire pas seulement une prison mais des goulags pour ces barbares sans foi ni lois .




    13



    13
    Anonyme
    18 octobre 2017 - 12 h 06 min

    A toujours les macaroni vous avez biens profiter de la corruptions en Algérie et de la spoliation en ce moment même du pétrole libyens H24.
    Et bien aujourd’hui il faut rendre la monnaies renvoyer l’ascenseur.




    4



    17

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.