Massinissa, le sauveur hypostasié du pouvoir algérien(*)

Massinissa
Effigie en bronze du roi numide Massinissa. D. R.

Par Mesloub Khider – «L’idéal, c’est quand on peut mourir pour ses idées, la politique c’est quand on peut en vivre.» Charles Péguy

Sous les auspices du commissariat bien policé à l’amazighité, a été édité le premier document officiel en langue amazighe. «Coédité par le Haut Commissariat à l’amazighité (HCA) et Algérie Presse Service (APS), le document de 90 pages comprend les textes traduits vers tamazight de la Déclaration du 1er Novembre 1954, la Plateforme du Congrès de la Soummam du 20 août 1956 et la Constitution algérienne de 2016.»

Concocté par des commissaires armés de la légitimité conférée par l’Etat, ce document sacré en langue de Massinissa comprend ainsi trois grands chapitres de l’histoire de l’Algérie.

Paradoxalement, la publication de ces textes en tamazight intervient au moment où la pérennité de l’Algérie est compromise, dans une conjoncture où elle est travaillée par des forces centrifuges (et des Algériens qui fuguent pour trouver à l’étranger refuge), par des mouvements irrédentistes (et des Algériens radiés de la vie qui ont besoin de consulter des dentistes, pour avoir une bouche présentable afin de parler dans ce nouvel idiome appelé à un avenir radieux). La dérision est la campagne des Algériens, elle leur permet d’aimer la vie ou de supporter le mal-vivre ! Alors, je me permets quelques digressions ironiques rimées.

Comme si, dans un sursaut de survie, le pouvoir algérien tentait de se racheter une virginité (qu’il a à nos yeux depuis longtemps perdue en déflorant la dignité des Algériens par ses viols répétitifs de nos droits) en renouant avec les sources berbères appelées à la rescousse pour ressouder un peuple en perte de confiance identitaire. Et ainsi redorer son blason élimé à bon compte, et surtout préserver son compte bancaire, même s’il doit tous nous éliminer.

Ironie de l’histoire, cet Etat entreprend cette refonte politique linguistique salutaire qu’il aurait dû impulser à la naissance du pays, dès l’indépendance. Mais cet Etat du front ou affront d’Etat a préféré expulser la question linguistique berbère du débat politique, de son projet de construction (de destruction) de l’Algérie.

Or, on sait ce qu’il en est advenu. Durant plus d’un demi-siècle, il s’est plutôt acharné à décharner, pourchasser et emprisonner tous les Algériens en lutte pour la reconnaissance de l’identité berbère de l’Algérie et l’officialisation de leur langue.

S’il se résout aujourd’hui à publier des documents en tamazight, ce n’est pas par amour sincère et authentique de la berbérité, mais par tactique.

Englué dans une crise économique sans précédent, ce pouvoir aux abois, faute de solutions concrètes pour sortir le pays de la misère, tente d’endormir le vrai peuple par des mesures artificielles sans grande portée sur leurs conditions de vie.

La langue ne nourrit pas le ventre, elle permet, en revanche, aux nantis repus de nous gaver de paroles indigestes !

Au diable la langue amazighe, l’arabe, si elles nous maintiennent dans l’asservissement, l’assujettissement, la misère ; si elles ne nous rendent pas notre dignité !

Pour preuve des intentions manœuvrières de ces dirigeants ennemis de l’Algérie, au lieu de traductions en tamazight d’ouvrages scientifiques et littéraires propices à l’enrichissement intellectuel et culturel des Algériens, ils nous livrent une énième livraison de lectures soporifiques sur le passé glorieux.

On sait que la Révolution algérienne fut héroïque et glorieuse, et les moudjahidine, hommes dignes (mon père et toute ma famille firent partie de ces grands hommes qui ont sacrifié leur vie pour libérer l’Algérie du joug colonial français). Mais, de grâce, laissons les morts reposer en paix ! Nous ne digérons plus votre propagande mémorielle qui nous est servie en guise de nourriture.

Et occupons-nous des Algériens de notre temps, enterrés vivants par la faute de ces fossoyeurs de la révolution, installés par la force au pouvoir.

M. K.

(*) Considéré abusivement (une pure abstraction) comme une réalité. Considéré comme une réalité absolue ce qui n’est qu’un concept dans le domaine de la philosophie.

Comment (50)

    Abdelrahmane
    22 octobre 2017 - 11 h 01 min

    Je cite : » Alors que la Numidie touchait du maroc jusqu’en Lybie ». NON, monsieur, la numidie qui, pour ta gouverne veut dire terre des nomades, est le territoire des massyles et allait des profondeurs de l’actuelle tunisie jusqu’à setifis. au delà, plus à l’ouest, c’est les massaesyles. ce n’est qu’après la victoire des romains sur les carthaginois que massinisa (ayant reçu des romains comme présent la numidie pour son rôle dans la guerre contre carthage) s’est accaparé et a annexé les territoires à l’ouest jusqu’à la maurétanie tingitane. relis ton cours d ‘histoire, monsieur. d’ailleurs les français à la colonisation, parlant de la kabylie, disaient qu’elle a été conquise par les numides dans l’antiquité.




    19



    12
      Berbere et pour l'eternel
      23 octobre 2017 - 6 h 44 min

      Mis à part la haine qui transparait, le poste ne dit rien de plus que confirmer que la Numidie Thamazgha existait comme Etat unitaire. Plutot dites moi qu’en etait de la Oumma arabe à l’époque? Vous n’aviez jamais eu d’Etat des parias et razias, mais bien plus tard, …




      10



      16
        Tangoweb 54
        23 octobre 2017 - 11 h 44 min

        Parias et razias dit tu , mais tu oublis que ces gens que tu insulte et que tu traites de tous les mots ils t ont fais sortir de ta vie sauvage et primitive et t ont aussi donner une belle religion qui a donné un sens à ta vie.Tu oublis aussi qu’ avant l arrivée des Arabes Musulmans porteur d un message sacré de Dieu qui a contribue a sortir ces territoires de l Afrique du Nord de l ignorance, des invations successives et de la barbarie




        16



        4
          Anonyme
          23 octobre 2017 - 15 h 40 min

          Vous faites rigoler! 150.000 furent assassines et autant de prisonniers que la les arabe avaient vendu comme exclave a’ damas!
          La renne Dyhia avait combattu




          3



          16
    Abdelrahmane
    22 octobre 2017 - 10 h 47 min

    Je cite: »Les comptoirs fenicienc existaient autour de la mediterranée, mais point de peuplement. ». pour toi peut-être les phéniciens ont crée ces comptoirs dans l’espace où ils déposaient leurs marchandises sur la plage et s’en allaient naviguer dans l’espace et retourner quelques années-lumière plus tard récupérer leurs biens. hahaha !! Mais c’est normale, bonhomme, ces phéniciens devenus plus tard les carthaginois et plus tard des puniques, ils sont des hommes : quand ils occupent un espace terrestre pour une longue durée et où ils peuvent rester longtemps, c’est normale qu’ils vivent avec femmes et enfants, ils se régénèrent et se reproduisent, c’est des êtres humains pas des animaux. ils ont crée ces comptoirs sur nos cotes et ils les ont habités en permanence et leurs descendants sont aujourd’hui présents parmi nous et nous sommes pour certains (beaucoup) d’entre nous leurs descendants (ne vous en déplaise)




    19



    13
    Nassim Ali
    22 octobre 2017 - 9 h 47 min

    L’Algerie ne compte pas seulement Massinissa. Elle compte aussi dans son passe le Roi Syphax et Jugurtha. Donc il ne pas travestir l’histoire de l’Algerie




    18



    0
    ZORO
    22 octobre 2017 - 8 h 05 min

    @ AIT CHALLAL :tu conseilles a Tangoweb ,de revoir ses cours d histoire ,alors que tu ignores le debut de l arithmetique. D apres toi Sadam,Abdenasser, Benbella etc avaient sous main des chinois ,des russes , des latins qu ils ont mis dans un meme sac pour faire sortir des arabes ???tu ignores donc qu à nos debuts a l ecole on nous a appris qu on ne peut additionner que des choses de meme nature!!.le monde arabe dans lequel tu vis et qui derange certains esprits nihilistes n est que la somme d elements qui ne peuvent etre que de meme nature.
    SIGNE ZORO. ….Z




    18



    10
    ALI
    21 octobre 2017 - 22 h 31 min

    Officialiser quoi, Tamazigh, langue véhiculaire non structurée dont l’adoption de l’alphabet(arabe,latin, pour ceux qui souffrent
    encore du complexe de colonisé, tafinaq) divisent les berbères ou le kabyle ,langue vernaculaire , que les kabyles veulent imposer au autres composantes ethnique algérienne ? Quant aux racines ,c’est une vue de l’esprit car l’homme n’est pas un arbre!Allez parler de racine à un américain!!




    23



    14
    Abdelrahmane
    21 octobre 2017 - 21 h 47 min

    J’ai parlé de comptoirs fondés et HABITÉS par les phéniciens sur les cotes algériennes (actuellement des ports et villes côtières du pays): Cartennae (Ténès), Caesarea (Cherchel), Tipasa (Tipaza), Icosium (Dzayer Alger), Saldae (Béjaia), Igilgilis (Jijel), Rusicade (Skikda), Cirta (constantine), Hippo-Regius (Hippone-Annaba).




    18



    15
      NON A' L'ETAT ARABE
      22 octobre 2017 - 6 h 23 min

      Les comptoirs fenicienc existaient autour de la mediterranée, mais point de peuplement.




      14



      17
    Abdelrahmane
    21 octobre 2017 - 21 h 13 min

    L’arabité en Algérie (langue, culture, civilisation, histoire, faits, événements, patrimoine, population, communauté soudée, consciente de sa cohésion et son existence), tous ces facteurs ne datent pas de 1970 avec l’arabisation de l’administration et de l’environnement, ou après 1962 avec le fln, ben bella ou boumedienne, ni (n’est) l’œuvre de de gaule, de napoléon et sa françarabie ou de la colonisation de 1830. L’Arabité en Algérie avec ses différents volets (cités plus haut) est présente depuis bientot 14 siècles, presque 60 générations, présente, dominante, prévalente, omniprésente sur tous le territoire national (ce n’est plus des enclaves, ni des ilots discontinus), implantée et enracinée comme un baobab millénaire, adossée à un patrimoine dense, riche, fertile, profus, visible, de haut-profil, autochtone et autonome (ni dépendant, ni servile, ni suzerain du moyen-orient). Toute velléité ou tentative de la faire refluer ou d’y toucher ou remettre en cause son existence seront vaines et sans effet. L’arabité en Algérie (langue, culture, civilisation, histoire, faits, événements, patrimoine, population, communauté soudée, consciente de sa cohésion et son existence), tous ces facteurs ne datent pas de 1970 avec l’arabisation de l’administration et de l’environnement, ou après 1962 avec le fln, ben bella ou boumedienne, ni (n’est) l’œuvre de de gaule, de napoléon et sa françarabie ou de la colonisation de 1830. L’Arabité en Algérie avec ses différents volets (cités plus haut) est présente depuis bientot 14 siècles, presque 60 générations, présente, dominante, prévalente, omniprésente sur tous le territoire national (ce n’est plus des enclaves, ni des ilots discontinus), implantée et enracinée comme un baobab millénaire, adossée à un patrimoine dense, riche, fertile, profus, visible, de haut-profil, autochtone et autonome (ni dépendant, ni servile, ni suzerain du moyen-orient). Toute velléité ou tentative de la faire refluer ou d’y toucher ou remettre en cause son existence seront vaines et sans effet.




    22



    17
      Berbere et pour l'eternel
      23 octobre 2017 - 6 h 47 min

      La Jordanie est peuplee à hauteur de 90% par des Palestiniens, mais la souverainetè est Hachemite, que dire du Qatar arabie saoudite!
      En Algerie pays berbére l’arabe officielle est illégitime




      7



      12
    Anonyme
    21 octobre 2017 - 18 h 37 min

    UN DELICE A LIRE..JE CROIS QUE LE PEUPLE COMMENCE A S EVEILLER DE CE LONG SOMMEIL DE MIDI.




    10



    18
    Abdelrahmane
    21 octobre 2017 - 17 h 00 min

    Je cite: »ce document sacré en langue de Massinissa « . Mais la langue de massinissa c’est le PUNIQUE !! Allons messieurs, alllons !




    23



    19
      NON A' L'ETAT ARABE
      21 octobre 2017 - 17 h 31 min

      Massinissa utilisait le punique autant que nous le Francais l’italien ou l’anglais. Sinon on aurait eu comme heritage la langue punique les tradition juridiques puniques. Votre mensonge et volonté d’occultation n’ont d’égal que notre betise de croire au triptyque qui voudrait que l’on vous reconnaisse l’arabité de l’Algerie malgré son anthropologie




      20



      22
        Tangoweb 54
        21 octobre 2017 - 18 h 39 min

        Que tu le veuille ou non l Algerie est peuplé de 90 % d Arabophone et l Arabite de l Algerie est incruste et est éternelle, aucun régime, aucune force aucune pacification de l histoire ne pourrais changer le cours de l histoire, alors mon ami arrête de gesticuler inutilement.




        23



        23
          AÏT Chaalal
          22 octobre 2017 - 5 h 46 min

          Je vous conseil vivement de reprendre le chemin de l’école jeune homme . je vois bien que vous avez des grosses lacunes en matière d’histoire. l’Algérie n’a jamais étais un état arabe durant son histoire jusqu’à 1962..d’ailleurs, l’état arabe n’a jamais existé durant l’age d’or de l’islam sous la direction des califes ..c’était le califat ou l’état islamique..Pour la mémoire, la première fois ou la notion de l’état arabe est apparu c’était durant le 20 ème siècle durant la présence de Thomas Edward Lawrence alias (Lawrence d’Arabie) dans la région de moyen-orient , envoyer par l’empire britannique pour fédérer les Arabes bédouins de l’Irak jusqu’à la Syrie contre le dernier calife Turc de cette époque ..Thomas Edward Lawrence a promet au tribus Arabes une nation 100%100 arabes sans ottomans et restituer la Palestine au arabes .les britanniques ont crée l’état arabe pour un but unique. c’est pour chasser les turcs et renversé le dernier Calife turc Abdulmejid Efendi..Je ne suis pas un historien mais je peux vous dire une chose, il n’y a jamais eu dans l’histoire un état Arabe régi par des arabes ..il y’a eu un état islamique ou
          toutes les ethnies convertis à l’islam étaient représenté sous la même bannière de l’Islam . avec la monté de l’islam radical au début des années 1920 et 1940, Gamal Abdel Nasser et le président Syrien et irakien ont décidé de crée un parti politique panarabisme qui est le parti de Baath pour contrer la monté de l’islam politique des frères Musulmans en Egypte, en Syrie et en l’Irak et malheureusement Ben Bella et ensuite Boukharouba sont tombé dans le piège des moyen orientaux .




          19



          15
        AÏT Chaalal
        21 octobre 2017 - 19 h 20 min

        De temps en temps, j’en voie encore des spécimens résiduels, sur cet espace médiatique .Ces nostalgiques de l’Arabie d’un autre age,de temps de Banou – Hillal .
        mais quel abrutissement dont le quel nous à foutu le Docteur Ahmed Taleb Al Ibrahimi, le ministre qui à permis à l’installation durable de l’Arabo-Baathisme dans nos foyers. Une arabité ramenée de chez Gamal Abdel Nasser depuis 1962 et enseignée à outrance par des cordonniers Egyptiens . Si j’étais à la place de ces gens là, je n’écrirais plus jamais dans cet espace médiatique par pudeur !




        20



        21
          Tangoweb 54
          21 octobre 2017 - 19 h 38 min

          Tu veux facilifier l histoire en disant sans honte que l Arabisation de l Algerie a commencé en 1962, quel audace de débuter de tels mensonges, l Arabite de l Algerie et du Maghreb Arabe est 14 siècles mon ami , tu vis où pour dire de telles sonneries, sort de ton trou pour cette réalité, arrête de divaguer, il faut aller voir un psychologue pour voys remettre dans la réalité des choses.




          22



          20
          ALI
          21 octobre 2017 - 22 h 53 min

          @Ait chaalal
          la problématique est que vous n’es pas à notre
          place,et se dire ARABE algérien et le revendiquer n’est point une tare non plus,sauf peut être à vos yeux.
          Si c’est le cas ,votre place n’est pas sur ce site Algérien, mais plutôt sur le torchon siwel pour ne pas le nommer!!!




          18



          15
        Abdelrahmane
        21 octobre 2017 - 19 h 44 min

        je te cite : » Sinon on aurait eu comme heritage la langue punique les tradition juridiques puniques. Votre mensonge et volonté ». eh bien monsieur, pour ta gouverne, des universitaires et chercheurs algériens tels abdou elimam de l’université d’oran et fatima louafi de l’université de tlemcen pensent que l’arabe algérien que nous parlons aujourd’hui provient du …….PUNIQUE. c’est dire que les puniques étaient très importants en nombre, en influence, en impact et en densité.




        17



        17
          QNON A' l'ETAT ARABE
          21 octobre 2017 - 20 h 15 min

          Cicile en italie! (Les puniques ont EU des comptoirs commerciaux mais n’ avaient jamais occupe’ l’ Algeria).




          15



          17
          Abdelrahmane
          21 octobre 2017 - 20 h 57 min

          OUI, mais ici en Afrique du nord, ils ont commencé à fréquenter nos cotes à partir de 1250 avant jc, ils ont fondé et habité des comptoirs sur toute la cote sud de la méditerranée (comptoirs qui constituent aujourd’hui encore nos ports), ils ont fondé un royaume devenu un empire entre 814 et 146 avant jc, (comme les arabes aujourd’hui, ne vous en déplaise), ils ont dominé, prévalu, influencé, se sont enracinés, se sont implantés, se sont établis, ont imposé, contribué et apporté leur langue (le punique), leur culture et leur civilisation. ils ont marqué (en exclusivité) l’histoire de l’Afrique du nord pendant 11 siècles. leur langue, le punique, a dominé, subsisté et persévéré comme langue véhiculaire (même après la chute de l’empire) jusqu’à l’arrivée des arabes conquérants au milieu du 7° siècle. voilà la différence avec la sicile.




          17



          14
          Anonyme
          21 octobre 2017 - 21 h 03 min

          Ihran, thilimsan, ighil izan, c’ est des nome berberes de l’ oranie, ou est la trace punique?! C’ est la faute dea berberes de tlemcen d’ avoir acceuilli des refugies d’ andalousie, qui veulent s’ emparer du pays par differente astuces! C’ est termine’!




          13



          18
    Rayes Al Bahriya
    21 octobre 2017 - 16 h 56 min

    À ces Hommes de bonnes volontés qui ont fait renaître la langue Amazigh…du fin fond du SAHARA dans le Hoggar….
    Que vos âmes eternelles reposent en paix.
    Votre mission a été toujours digne.
    Merci à toutes et à tous.
    Massinissa notre Roi …nous sommes enfins tes fils et tes filles …
    Vivement AL Djazair !!!!




    10



    17
    ZORO
    21 octobre 2017 - 13 h 43 min

    Celui ou celle qui reste aveugle devant l arabite de ce pays n as qu à ouvrir les oreilles pour ecouter la demi centaine de radios algeriennes qui emettent en arabe et bien sur pour les arabes, la poignee de station qui emettent dans les dialectes differents complete la diversité culturelle algerienne. Ca c est le reel de l Algerie autre chose c est des voeux pieux saucés au khorti. SIGNE ZORO….Z….




    20



    17
      AÏT Chaalal
      21 octobre 2017 - 14 h 57 min

      Khorti, comme vous..être un berbère, c’est être un homme libre . L’homme libre n’est donc pas celui qui ne subit aucune contrainte et qui fait tout ce qui lui plait. Il y a une différence entre se sentir libre et l’être réellement. être libre c’est savoir se déterminer soi même en toute connaissance de cause, savoir se libérer. cette particularité en le trouve uniquement chez les berbères qui ont le sens de la liberté dans leur ADN, pas chez les autres peuplasse de proche et moyen-orient.




      20



      21
        ZORO
        21 octobre 2017 - 18 h 05 min

        L homme libre c est celui qui enfourche sa monture et parcours le monde poussant sa liberte jusqu a ses dernieres limites l esclave se trace un cercle autour de lui et se defend a le depasser jusqu a ces derniers moments
        Le premier domine le second est dominé sans jouer au domino. SIGNE.ZORO. ..Z….




        16



        15
          QNON A' l'ETAT ARABE
          21 octobre 2017 - 20 h 28 min

          L’ arabisation est fonctionnelle a’ la politique arabe de la France, Sans Seykes – picot il n y aurait jamais EU d’ Etat arabe, ni d’ arabite’ a’ laquelle napoleon voulait attel e l’ Algerie. Sibien que c’ est de Gaulle qui imposta l’ arabisation- dixit Mehri/ fln-!




          15



          15
    Tangoweb 54
    21 octobre 2017 - 13 h 33 min

    Faire du dialecte Kabyle est une langue nationale et officielle sans passer par un référendum populaire , cela suppose tour simplement que ce pays ne cesse de plonger dans la médiocrité et la déliquescence en voulant satisfaire tous le monde, les séparatistes, les femmes, les jeunes, les anciens terroristes, etc…au détriment de l Algerie et des Algériens




    22



    22
    Chaoui mais pas Kabyle
    21 octobre 2017 - 12 h 29 min

    Pour éviter toute récupération, Voici une (trèe) courte biographie de Massinissa (pour plus de détails, aller sur Wikipédia).
    Massinissa, ou Masnsen, né vers 238 av. J.-C. et mort en janvier 148 av. J.-C., était un roi berbère, fils du roi Gaïa, petit-fils de Zelalsan et arrière-petit-fils d’Ilès. Il fut le premier roi de la Numidie unifiée.
    Date et et lieu de naissance : 238 av. J.-C., à Mascula
    Mascula: ancienne ville militaire de la Numidie. dont le nom actuel est Khenchela .
    Date et lieu de décès : 148 av. J.-C., Cirta dont le nom actuel est Constantine.
    Lieu d’inhumation : Mausolée libyco-punique de Dougga (Tunisie)
    Conjoint : Sophonisbe
    Enfants : Micipsa, Mastanabal, Gulussa
    Petits-Enfants : Jugurtha, Adherbal, Hiempsal Ier, Massiva
    Ses habitants sont les « chawiya » , amazigh




    25



    12
      ZORO
      21 octobre 2017 - 14 h 12 min

      Salut chaoui ,toi tu sembles etre spécialiste en histoire amazigh ,peux tu me citer un seul amazigh qui a marque les temps anciens qui est issu de tizi ou de ses environs sinon dois je comprendre que ces gens plus libres que les libres ne sont que des recuperateurs!!
      !SIGNE.ZORO. ..Z…




      20



      17
        NON A' l'ETAT ARABE
        21 octobre 2017 - 17 h 41 min

        Pauvre de toi. Avant l’arrivée de tes ancetres les arabes, Cirta etait la capitale de tous. Du reste Vgaieth – cirta est à la meme distance de batna-cirta. En outre la tradition juridique architecturale linguistique est beaucoup plus marquée en kabylie qu’en pays chaoui, où les arabes font la majorité et les pauvres chaouis presque assimilés à 100%




        16



        21
          Abdelrahmane
          21 octobre 2017 - 19 h 19 min

          Ce n’est pas vrai, tu mens: cirta-bejaïa 241 km (cirta-setif, 130 + setif- bejaïa , 111). corrige toi.




          17



          15
          Abdelrahmane
          21 octobre 2017 - 19 h 21 min

          suite :
          cirta – batna 130 km. wech jab 130km à 241 km ?




          16



          13
          ZORO
          21 octobre 2017 - 22 h 30 min

          Les arabes sont pauvres et les chaouis itou ,tu es le seul riche en conneries et sitou!!!SIGNE.ZORO. …Z…




          16



          8
          Berbere et pour l'eternel
          22 octobre 2017 - 9 h 48 min

          Pour les gueux 110 kms de plus ou en moins font toute la difference. Alors que la Numidie touchait du maroc jusqu’en Lybie. Votre volontè coloniale dans toute sa latitude est là criante pour reveiller les dormants!




          7



          11
        Chaoui
        21 octobre 2017 - 20 h 58 min

        J’ai tardé pour te répondre car je faisais des recherches et j’ai fini par trouvé « un seul « amazigh issu… »: il s’agit de Mheni le MAKaque (lol). Mais attention! le qualificatif « amazigh » est usurpé et galvaudé puisque ce sinistre personnage s’est vendu à la France qui l’a sous-traité aux Marocains. La fin de ton commentaire est juste.




        20



        13
          ZORO
          21 octobre 2017 - 22 h 41 min

          Merci Chaoui pour ton information, dorenavant je saurais faire la difference entre un amazigh et un amazing qui me fera rire certainement!!!!SIGNE.ZORO. ..Z….




          15



          8
          flitox
          22 octobre 2017 - 8 h 11 min

          C’est De Gaulle qui a installé la caste arabocentrique. Vous croyez manipuler qui avec vos sauteries? L’armée des frontieres était sous protection de la France….
          Allez racconter ailleurs votre mensonge




          8



          14
      Izem
      23 octobre 2017 - 10 h 28 min

      Tu fais bien de préciser que tu es chaouï et pas Kabyle. C’ est presque un honneur pour nous Kabyles que tu comprennent enfin qu’ il faille vous démarquer des puissants. Massinissa est né à Zama 60 km au nord ouest de souk ahras. Tu reprend les dires de wikipédia dont tous sont extrêment falsifiable. C’ est de la fausse pub que vous vous faites en faisant passer une personne comme étant des votre alors qu’ elle ne l’ est pas, cette zone représente l’ ancienne zone des kutama et donc rien a voir avec les aures, absolument rien. Tous les grands rois Numides étaient certes plus proches des Kabyles que des chaouïs. Vous me faites pensr a cheikh anta diop le negro-centriste façon chaouïs. Arrêtez votre complexe et votre mensonge svp. Salam.




      1



      9
    le numide
    21 octobre 2017 - 12 h 15 min

    C ‘est mieux que rien .. Les Berbères sont un peuple patient et le bon berbériste est le nationaliste algérien qui pratique la patience et la persévérance et se projette dans l’avenir et dans la durée pour aller à l’essentiel . On doit réfléchir non pas en nombre de mandats présidentiels ou en nombre d’années mais en nombre millénaire et en nombre de siècles pour compenser les retards et envisager l’Avenir .. Nous n’avons pas d’autres moyens que d’être patients pour ne pas être indignes , insensés ou futiles .. Que se passe-t-il pour le Berbère algérien de 2017 ; résumons notre situation et nos perspectives .. En 62 à peine sorti d’une longue guerre de décolonisation contre Rome , Bella le Berbère sous influence d’un pharaon égyptien révolutionnaire qui se prenait lui-même pour plus arabe que les vrais arabes et leurs rois a failli nous soumettre à un songe panarabiste qui mettrait le contrat algérianniste Novembriste et Soumamien de la Revolution Algérienne dans quelque catastrophe kadafienne baathiste de la RAU .. En 65 les mêmes colonels Chaouis Berbères eux aussi , qui l’ont ramené sur les Blindés de l’ANP pour destituer le GPRA , le destituèrent pour arrêter sa Dérive idéologique et rétablir avec Boumediene l’Algeriannisme dans la construction de l’Etat national comme l’avaient prévu les nécessités Abbaniennes , les fondateurs du FLN -ALN et les initiateurs de la Révolution … En 78 , au lieu d’avoir Bouteflika le Berbère Tlemcenien pour faire avancer le projet algérien , on a eu Chadli , un autre Colonel Berbère Nememcha promu par l’activisme du berbère kabyle Kasdi Merbah , celui -ci pour marauder sur les marais de l’identité sous la pression des évènements fera appel aux islamistes pour contenir le socialisme Baathiste infiltré au FLN qui voulait rayer la Kabylie de la carte en 81 et rétablir les équilibres nationaux en décrétant sa formule : « nous sommes des amazighs arabisés par l’Islam » . Formule en fait très juste théoriquement puisque vraie historiquement ,si elle n’était pas naïve et donc fumeuse dans la bouche d’un président militaire bien naïf sur le caractère de l’arabo-islamisme wahabiste qu’il a introduit comme un loup dans le bergerie ( c’est pour ça qu’il aurait été plus judicieux d’avoir comme successeur à Boumediene en 78, un diplomate avisé et au courant et un Berbère rusé et manœuvrier comme Bouteflika qui n’aurait pas fait cette grossière Erreur de frayer avec les Baathistes et d’ introduire le wahabisme des frères musulmans et des Salafistes dans l’Islam algérien) .. Mais bref , il s ‘est passé ce qui devait se passer et le pauvre Chadli trahi par ses créatures du FLN et par les islamo-baathistes qui l’ont noyauté , subira l’Emeute islamiste du FIS en 88 , wahabisme terroriste violent et projet anti-national de contre -état qu’il a lui même contribué à apprivoiser comme un monstre qu’on ne devait jamais avoir dans la maison .. N’eusse été la réaction rapide salutaire et militaire de l’Armée nationale et le sauvetage désespéré de l’ANP à temps ,en 92 l’Algérie serait jusqu’ à l’heure une Dar El Harb wahabiste d’une sauvagerie sans égale ou les algériens seraient morts par millions , et où ne fleurira ni berbérité , ni langues , ni culture , ni religion, ni civilisation ni rien qui soit de l’ordre de l’état , de la siccité et de l’humain ; sauf la guerre de cent ans ( comme dirait Boukrouh ) interminable où les massacres sauvages et les hécatombes se succèdent aux interventions Onusiennes , aux camps de refugiés , aux seigneurs de la guerre et de la contrebande ; une Somalie méditerranéenne d’une Laider sans nom reliée à un paysage de MAD MAX aux confins du Sahel ou ni la foi , ni la loi ne pourront jamais prospérer .. Bref , la nation que la Révolution algérienne a crée par un miracle historique des plus retentissants et que les Berbères n’auraient jamais rêvée depuis Massinissa grâce aux sacrifices des millions de morts sacrifiés sur l’autel de l’Indépendance a été sauvée par ces Généraux que les charlatans et les aigris ont calomniés de façon abominable d’être des « officiers de la France »… En bons nationalistes et en bon stratèges , Zeroual et ses camarades ont vite compris d’expérience durant la guerre contre l’agression mercenaire wahabiste qui a failli emporter le pays , l’Islam lui même , le monde même et la paix universelle , qu’il faut une immunité organique berbère et historique à cette nation pour qu’elle ne sombrera plus jamais dans les projets impériaux de ceux qui veulent la détruire et la dissoudre… En constitutionalisant la dimension amazigh Zeroual et les stratèges de l’ANP et de l ‘état ont sauvé l’Histoire algérienne et ont mis le vaccin contre toute épidémie idéologique qui pourrait menacer le corps national .. Bouteflika leur emboita le pas en constitutionnalisant la langue donc en universalisant l’identité et la culture berbère comme éléments immunitaires sur le corps de la nation afin que la Berbérité trouve son expression dans le travail à long terme et non dans les tentations de ses maladies infantiles et leurs impasses comme ceux du Douarisme MAKISTE .. Bouteflika surtout imprima définitivement à la Stratégie algérienne de défense et d’influence une Diplomatie Berbère qui ne dit pas son nom mais dont la portée est d’une importance notoire et qui est la plus fructueuse et la plus porteuse que les Berbères n’ont jamais eu depuis que Carthage a mis ses pieds sur leurs rivages et que Rome à largué ses cohortes sur leurs côtes .. La Berbérité en Algérie est une exigence existentielle et stratégique de la nation , et c’est une dimension historique humaniste qui va intégrer tous les apports qu’a connu le peuple algérien pour donner à son Etre son originalité et sa chance dans l’Avenir . C’est avec le temps lent et le travail de la durée , dans le cadre organisé et civilisé de la république et de l’état- nation et leurs corollaires modernes et leurs modalités ,qu’elle donnera pleinement tous les fruits de son bienfait et de son originalité .. Patience , Patience !! la Berbérité est un Humanisme , c’est un des messages de la future humanité libérée des Totems et des Tabous de l’Homme et de L’histoire …




    6



    17
    Judas
    21 octobre 2017 - 12 h 13 min

    , Le problème de l’Algérie c’est qu’à l’Independence
    , l’islam s’est malheureusement retrouvé incrustré au nationalisme, ce qui
    A donné que n’importe quelle autre religion , critique de l’islam ou de l’arabisme était considérée comme une trahison, du harkisme, un acte antipatriotique, un encouragement au colonialisme et à l’impérialisme. L’Algérie amputé de son riche passé culturel millénaire est devenu une province de la lointaine Arabie.
    L’ironie a voulu que tout enseignement en dehors de la langue arabe ait
    été abandonné parce que toute langue en dehors de « la langue du Coran » était considéré comme un symbole de la présence illégitime du colonialisme. Des génération se virent ainsi refuser l’accès au riche patrimoine culturel d’autre civilisations. Or, la langue arabe qui succéda au français était elle-même une langue importée.Comme le disait les paroles prophétiques de K.Yacine : «L’Algérie arabo-islamique est une Algérie contre nature, une Algérie qui est étrangère à elle-même. C’est une Algérie qui est imposée par les armes, car l’islam ne se développe pas avec des bonbons et des roses, il se développe avec des larmes et du sang. Il croît dans l’oppression, la violence, le mépris, par la haine et les pires humiliations que l’on puisse faire à l’homme. On peut voir le
    résultat! » (Le Monde, 20 mai 1994, p. 5).
    L’impérialisme arabe avait non seulement imposé une nouvelle langue à un
    peuple dont la langue maternelle était le berbère, mais il avait même convaincu
    ce peuple qu’ils étaient ethniquement des Arabes, ce qui n’était pas
    le cas et, encore plus fort, il les avait convaincus d’embrasser une religion qui
    était totalement étrangère à leurs propres traditions religieuses. N’y a-t-il pas
    meilleur symbole de soumission à l’impérialisme musulman que l’image du
    peuple algérien qui se prosterne cinq fois par jour vers son conquérant situé en Arabie?




    6



    17
    Mello.
    21 octobre 2017 - 11 h 59 min

    Toujours aussi perspicace ce Mesloub Khider, une narration a en redemander encore. Quoi de plus pour un texte aussi plein de verite, si ce n’est que la constitutionalisation de Tamazight a ete faite au forceps. L’instrumentalisation de cette langue a ete de tout temps , un outil d’asservissement de la societe qui engendra de fait des mouvements extremes et des revendications qui freinerent le developpement radieux de cette Algerie. Quelqu’ un , Djamel Zennati pour ne pas le nommer, disait : Avant, ce pouvoir mettait des militants amazighs au commissariat, maintenant ils ont mis la langue amazigh dans un commissariat, le HCA. Sacre Djamel, on attend une reaction de sa part.




    12



    18
    AÏT Chaalal
    21 octobre 2017 - 11 h 41 min

    Monsieur Khider , Je suis sceptique vis-à-vis l’officialisation de la langue berbère en Algérie au début de l’année 2016 comme une langue nationale. cette officialisation soulève plus d’inquiétudes que de satisfactions d’une réconciliation heureuse du pays avec son identité, son histoire à plus de trois milles ans et comme conséquence ultime sa réappropriation par les jeunes générations pour affronter les défis futurs. Les conditions de son officialisation, la formulation des articles de cette constitution ainsi que les limites et conditions posées pour rendre effective cette officialisation dans tous les organismes de l’administration de l’État et dans la société, laissent planer un doute certain sur les intentions de ceux qui ont élaboré cette constitution et du pouvoir qui l’a commanditée. Il y a une inquiétude réelle dans le pays sur le sérieux de cette officialisation. La question que beaucoup se posent pourrait être formulée ainsi : comment un système politique autoritaire et mafieux installé depuis 1962, basé sur une idéologie arabo islamique baathiste négatrice de la réalité historique, linguistique et culturelle de notre nation, peut il remettre en question son inféodation à cette idéologie et sa soumission aux royaumes et émirats orientaux ? . Le pouvoir Algérien depuis 1962 et jusqu’à aujourd’hui n’a pas évolué d’un pouce et n’a fait aucune concession. Dans cette constitution :  » l’Algérie est un pays arabe  » et  » la langue arabe est la langue officielle de l’état  » . Quant à la langue berbère , elle est rejetée dans les ténèbres des calendes berbères. Le peuple Algérien de Tamazgha, qu’il soit arabophone ou amazighophone, revendique son identité, s’interroge sur son histoire, pour enfin se projeter dans son espace naturel africain et méditerranéen .Merci pour votre excellent article monsieur khider !




    13



    19
      Anonyme
      21 octobre 2017 - 12 h 17 min

      Tant que la minorité (active, agissante et pleurnicharde) s’obstine à réduire le langage de nos ancêtres au seul dialecte (bombardé « langue ») baragouiné dans les cimes d’une zone montagneuse inaccessible, il n’y aura ni « langue tamazight » ni sidi-Bouzekri.




      13



      19
        Anonyme
        21 octobre 2017 - 17 h 07 min

        Vous etes la confirmation, pour ceux qui auraient un doute, de la necessite’ d’ en finir avec la synthese des peuples. Arabisez vous c’ est votre droit, mais vous ne le choisirez JAMAIS en mon nom et pour moi!




        19



        14
    NON A' l'ETAT ARABE
    21 octobre 2017 - 11 h 02 min

    L’arabe langue officielle est un corps etranger à la nation amazighe. Elle impulse le refus entre noyau et chair du pays. On ne peut inventer un peuple sur l’autel de la necessité politique. Des peuples peuvent etre unis pour les interets, mais jamais en fusion. Encore que l’Algérie n’est anihilée dans l’informe « monde arabe ».
    En sommes, ou c’est la Numidie unie par son archetype oubien c’est l’Algerie arabe qui perderait fatalement une partie recalcitrante à la fusion innaturelle.
    La Kabylie est réstée fidelle à l’identité ancestrale, jouer le fait accompli d’une arabité avenue c’est ne rien comprendre aux peuples.
    Le congres de la Soummam ne crée pas le peuple ni l’Etat algérien. La Kabylie en a préservé son Etat qui a produit la convention de la Soummam, nuance!
    Quand bien meme ce peuple serait né de ce congres, il serait vain de limiter un peuple plusieurs fois millennaire au determinisme arabislamique. Dans la mesure qu’il n y a pas un seul passage où il serait dit que le pays devait etre arabe et avoir la langue arabe officielle.
    On ne peut donc pas subordonner à l’Etat une prerogative qui fait l’humus d’un peuple. Hierarchiser les valeurs dans l’ordre naturel fait éviter aux peuples les derives. Si l’Algerie en est arrivée au desastre multiforme actuel, c’est parce qu’on a voulu faire l’économie d’analyse.
    Faire recours à l’islam bouche-troux c’est l’expression d’une defaite annoncé, qui a entrainé à cette inflation de devoir-etre qui font que meme la « reconciliation nationale », qui n’est en réalité que la reconciliation des courants du baath fln avec son aile islamiste, elevèe à valeur nationale est une aberration ulterieure.
    Quand plutot que de corriger le mensonge d’hier on est tenté d’en créer un autre, cela régle le probléme à court terme mais élargit le faussé entre peuple et notion d’Etat.




    23



    22
      NON A L'ETAT KABYLE
      21 octobre 2017 - 20 h 07 min

      Vraiment tu es gonflé pour écrire ces inepties. Où as tu lu qu’il y avait un peuple « amazigh »? On sait que dans ton subconscient ténébreux et assombri par les Pères-Blancs, tu es convaincu que le peuple algérien, forgé par l’Histoire et les multiples composantes qui le constituent, se réduit à la minorité montagnarde dont les meilleurs fils ont donné leur vie pour que notre patrie vive dans sa diversité. Si « la Kabylie est restée fidèle à l’identité ancestrale », (ce qui prête à rire) grand bien lui fasse. Alors arrête de vouloir nous faire prendre des vessies pour des lanternes.




      15



      18
        Anonyme
        21 octobre 2017 - 21 h 26 min

        Tu peus toujours y aller au hidjaz pour ton Etat bedouin!!




        15



        13

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.