Terrorisme, narcotrafic, migration clandestine : les forces de sécurité sur tous les fronts

ANP forces
La lutte antiterroriste continue d’être menée, sans répit, par l’ANP. New Press

Le terroriste abattu en 2016 lors d’une embuscade tendue à Collo (Skikda) par les forces de l’Armée nationale populaire (ANP) a été identifié, grâce à l’exploitation d’informations, indique samedi le ministère de la Défense nationale (MDN) dans un communiqué.

«Dans le cadre de la lutte antiterroriste, et grâce à l’exploitation des informations, il a été procédé à l’identification d’un terroriste. Il s’agit du criminel F. Aïssa, dit Abou Djaber, abattu par les forces de l’Armée nationale populaire, en 2016, lors d’une embuscade tendue dans la zone de Oued Dekhil à Collo (5e Région militaire)», précise la même source.

Par ailleurs, dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, un détachement de l’ANP «a arrêté, le 3 novembre, deux individus et récupéré trois fusils de chasse à M’sila (1e RM)». Un autre détachement «a arrêté, à Bordj Badji Mokhtar (6e RM), trois personnes et saisi un camion et un appareil de communication satellitaire» et a effectué une  «saisie de 420 litres de carburant à El-Oued (4e RM)».

Pour leur part, des éléments de la Gendarmerie nationale «ont appréhendé quatre narcotrafiquants et saisi 664 kg de kif traité et deux 2 véhicules, à Tlemcen (2e RM), tandis que 1 950 paquets de cigarettes ont été saisis à Biskra (4e RM)»

En outre, des garde-côtes «ont déjoué des tentatives de migration clandestine à Annaba (5e RM), Chlef (1e RM), Ain Témouchent, Oran et Mostaganem (2e RM) de 200 personnes à bord d’embarcations de construction artisanale, alors que 29 migrants clandestins de différentes nationalités africaines ont été appréhendés à Relizane (2e RM), Adrar, Tindouf (3e RM) et Ouargla (4e RM)», rapporte également le communiqué.

R. N.

Comment (4)

    Anonyme
    5 novembre 2017 - 7 h 56 min

    Pourquoi F.aissa et non pas le nom de famille complet. Ceci pourrait peut-être secouer ces familles à raisonner ou le cas échéant dénoncer leurs enfants avants qu’ils ne commettent l’irréparable. Quant à nos services de sécurité et à notre ANP, ils pourraient faire beaucoup mieux si les politiques décidaient l’expulsion de tous les étrangers présents d’une façon ou d’une autre en ALGERIE.




    16



    2
    Halima
    4 novembre 2017 - 20 h 55 min

    Il faut la reconduite à la frontières des hordes africaines qui circulent librement entre leur subsaharie et l’Algérie en transportant des choses ?? les maliens en l’occurrence qui semblent dispensés de toutes procédures administratives pour débarquer en Algérie.




    20



    3
    RasElHanout
    4 novembre 2017 - 19 h 08 min

    Une seule solution , la reconduction aux frontières de l’Ouest des 450.000 clandestins marocains dont le double risque narco-securitaire n’est plus à démontrer.




    25



    2
    Anonyme
    4 novembre 2017 - 17 h 25 min

    الله يعاونكم وينصركم على العديان




    5



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.