Moscou est catégorique : Haftar veut une base russe à Tobrouk 

russe
Le maréchal Haftar. D. R.

Par Sadek Sahraoui – Les Russes sont catégoriques. Ils insistent sur le fait qu’il y a environ deux semaines, le commandant en chef de l’Armée nationale libyenne (ANL), le maréchal Haftar, a demandé aux autorités militaires russes d’établir une base dans l’Est libyen. Dans une nouvelle sortie publique (cette fois ci à l’hebdomadaire égyptien Youm7), Lev Dengov, chef du groupe de contact russe en Libye, soutient mordicus que M. Haftar a contacté directement le ministère russe de la Défense pour demander l’établissement d’une base militaire russe en Libye. Dengov n’a cependant pas précisé le sort réservé à la demande de Khalifa Haftar par Moscou. De son coté, Khalifa Haftar a démenti avoir fait une telle demande.

Après quatre années de guerre civile intense, les forces pro-Haftar ont pris le contrôle d’environ deux tiers de la Libye. En dehors des groupes terroristes comme Daech, le principal obstacle au contrôle total par l’ANL de la Libye est le Gouvernement d’union nationale (GNA) à majorité islamiste. Le gouvernement de Tobrouk estime que la Russie est le partenaire idéal pour stabiliser la Libye.

Mais si l’Est et l’Ouest sont à peu près stables, ce n’est pas du tout le cas du Sud libyen où des tribus rivales s’affrontent régulièrement. Au moins six civils ont d’ailleurs été tués et une dizaine d’autres blessés depuis début février dans des affrontements entre tribus rivales dans le sud de la Libye, a indiqué jeudi l’ONU. Les incidents se sont déroulés à plus de 600 kilomètres au sud de Tripoli, à Sebha, une ville qui est régulièrement le théâtre de heurts meurtriers entre tribus rivales. Les combats opposent la tribu arabe d’Awlad Suleiman aux Toubous, à la peau noire, qui vivent à cheval sur la Libye, le nord du Tchad et du Niger. Les Toubous, principalement basés à Sebha et Koufra, dans l’extrême sud-est de la Libye, sont accusés par leurs rivaux de compter dans leurs rangs des combattants étrangers, notamment tchadiens.

La Mission de l’ONU en Libye (Manul) a confirmé le bilan de six morts et a exprimé sur son compte Twitter sa «profonde inquiétude» face à cette «escalade armée à Sebha (…) où l’hôpital de la ville a été touché à plusieurs reprises». «Le recours aux armes dans des zones densément peuplées doit cesser», a souligné la Manul.

La ville de Sebha est située dans la vaste région marginalisée du Fezzan, carrefour de tous les trafics avec une mosaïque de forces tribales et groupes ethniques en lutte pour le contrôle de la contrebande et des champs pétroliers.

S. S.

Commentaires

    felfel Har
    5 mars 2018 - 15 h 47 min

    Je suis souvent en désaccord avec ces pays qui ouvrent toutes grandes les portes de leur pays pour installer des bases militaires étrangères qui sont, la plupart du temps, des zônes d’extra-territorialité qui échappent au contrôle du pays d’accueil. Cependant, dans les circonstances actuelles, je dois « mettre un peu d’eau dans mon vin » pour exprimer un avis favorable à l’installation de cette base russe à Tobrouk. L’Algérie en bénéficierait en termes de protection contre les prédateurs judéo-otaniens tout en restant fidèle à sa doctrine de refus de base étrangère sur son sol. Cette base serait en quelque sorte notre assurance-vie.

    10
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.