Messahel s’entretient avec le coordonnateur américain de la lutte contre le terrorisme

lutte
Abdelkader Messahel en compagnie de Nathan Sales. D. R.

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a rencontré, ce jeudi, Nathan Sales, coordonnateur de la lutte contre le terrorisme au département d’Etat américain, en marge de la Conférence de Paris sur la lutte contre le financement du terrorisme.

Les échanges ont porté sur la coopération bilatérale dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et de la déradicalisation. «Les deux parties se sont félicitées de la qualité de la coopération qui existe entre les deux pays et ont exprimé leur volonté de la renforcer davantage», indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères. Les deux responsables se sont également «félicités des échanges bilatéraux dans le cadre du dialogue stratégique algéro-américain sur les questions de sécurité et de lutte contre le terrorisme», ajoute le communiqué.

La situation dans la région – notamment les crises au Mali et en Libye – a fait l’objet de discussions. Messahel a réitéré, à cet égard, la position de l’Algérie pour la «promotion de solutions politiques à ces crises, dans le respect de l’intégrité territoriale des Etats et de la volonté des peuples».

«Tout en relevant une convergence de vues et d’analyses entre les deux pays», Nathan Sales a indiqué que, «pour les Etats-Unis, l’Algérie est un partenaire important dans la lutte contre le terrorisme au plan international, notamment eu égard à sa riche expérience en la matière, une expérience qu’il a saluée», souligne le communiqué.

Messahel a, par ailleurs, rencontré le coordonnateur français du renseignement et de la lutte contre le terrorisme, conseiller du président français sur le renseignement, Pierre Bousquet De Florian. L’entretien a porté sur la coopération bilatérale dans le domaine de la déradicalisation, de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent et sur la situation au Mali et en Libye.

Le ministre des Affaires étrangères s’est, enfin, entretenu avec son homologue italien, Angelino Alfano, avec lequel il évoqué la situation en Libye et au Mali. Les deux parties ont souligné la nécessité de promouvoir des solutions politiques basées sur le dialogue et la réconciliation, loin de toute ingérence étrangère.

C. P.

Comment (5)

    ben med
    27 avril 2018 - 12 h 07 min

    ce nest pas de la cooperation, c est de l espionnage direct, ne soyons pas naifs.

    2
    3
    mkideche
    26 avril 2018 - 20 h 14 min

    Je pense que les usa veulent: 1/ Savoir comment bledna a pu désactivé leur manipulations terroristes made in usa. 2/ Se rapprocher jusqu’à pratiquer des manœuvres militaires afin d’espionner nos capacités et nos territoires. 3/ Donner l’exemple aux pays non alignés ou du bloc de la russie afin de s’intégrer pourquoi pas dans le nato. 4/ Si on rentre dans leur jeu c’est comme oeuvrer avec israel ou hachakom makhnez

    3
    5
    Anonyme
    26 avril 2018 - 17 h 17 min

    Amérique = Eleveurs de terroristes

    4
    5
    awrassi
    26 avril 2018 - 14 h 44 min

    Je dirais plutôt, le coordinateur de la lutte terroriste ! Les USA ont cherché à nous envahir avant la France et en même temps que l’Angleterre. Ils lorgnent aujourd’hui l’Afrique tout entière … Ecoutons ce qu’ils ont à dire, entendons le contraire et faisons ce qui est bon pour nous.

    8
    6
    Mohamed
    26 avril 2018 - 12 h 36 min

    Que nos relations avec les USA se développent sur tous les domaines, sutout pour un pays ami et que les relations datent de plus d’un siècle.

    9
    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.