Federica Mogherini : «Le partenariat Algérie-UE progresse et se consolide»

partenariat UE-Algérie
La Haute Représentante de l'UE pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, Federica Mogherini. D. R.

Le partenariat Algérie-UE «progresse et se consolide», a affirmé jeudi la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, qui a fait état de l’intensification, depuis une année, des relations entre les deux parties «tant sur les questions bilatérales que régionales».

«Depuis le Conseil d’association de mars 2017, nos relations se sont intensifiées, tant sur les questions bilatérales que régionales. Notre partenariat progresse et se consolide», a-t-elle déclaré, citée dans un communiqué de la Commission européenne diffusé à l’occasion de la publication d’un rapport sur l’état d’avancement des relations UE-Algérie.

Selon la Haute Représentante de l’UE pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, la réforme du système de gouvernance politique en Algérie «reste au cœur» du partenariat entre les deux parties et «bénéficie de l’appui de l’UE» pour sa mise en œuvre, en particulier dans les domaines de la justice et de la démocratie participative.

«Nous sommes également en train de bâtir une relation de confiance en ce qui concerne la sécurité, visant la stabilité régionale et la lutte contre le terrorisme, pour le bénéfice de nos citoyens», a-t-elle ajouté.

Dans ce rapport, publié en prévision du 11e Conseil d’association UE-Algérie le 14 mai 2018 à Bruxelles, la Commission européenne a souligné le renforcement du partenariat UE-Algérie en 2017 à la faveur d’une «volonté politique» de rapprochement des deux parties afin de faire face aux défis communs en matière de développement et de sécurité.

«La détermination des parties à renforcer leur dialogue politique sous toutes ses formes ainsi que l’éventail des domaines de leur coopération témoigne de leur volonté commune d’établir un partenariat multiforme à la hauteur de leur importance respective dans la région euro-méditerranéenne», est-il écrit dans ce document.

Une volonté qui s’est traduite par un dialogue régulier entre l’UE et l’Algérie tout au long de l’année 2017, dans un cadre formel et informel.

En effet, le dialogue s’est intensifié avec de nombreuses visites à haut niveau et s’est approfondi en particulier dans les secteurs de la sécurité, de la lutte antiterroriste et de l’énergie.

«La coopération s’est notamment étoffée dans le domaine de la sécurité», est-il précisé dans le rapport, soulignant que cette tendance devrait se renforcer en 2018 avec la mise en œuvre d’une série d’actions concrètes de coopération.

L’Exécutif européen a soutenu dans son communiqué que des «progrès tangibles» ont également été réalisés dans de nombreux domaines, s’étendant de la justice, à l’agriculture et à la pêche, en passant par la recherche et la protection civile, dans un cadre bilatéral ou régional.

Le commissaire pour la Politique européenne de voisinage et les Négociations d’élargissement, Johannes Hahn, a affirmé, de son côté, que l’UE est «prête» à continuer l’appui aux réformes, en particulier celles visant la diversification de l’économie algérienne.

«Nous sommes confiants que le soutien de l’UE contribuera à l’amélioration du climat des affaires et au développement de l’entreprenariat. C’est dans l’intérêt de l’Algérie et c’est également dans l’intérêt de l’Union européenne», a-t-il estimé.

L’UE a réitéré, par ailleurs, sa disponibilité à «dynamiser encore davantage» le partenariat UE-Algérie et à accompagner l’Algérie dans des nombreux domaines.

R. E.

Comment (9)

    Karim
    5 mai 2018 - 17 h 11 min

    Le partenariat UE- Algérie a été décidé pour contrecarrer l’avancée de la Chine sur le marché algérien et il n’est guère bénéfique pour l’Algérie, si ce n’est pour quelques importateurs véreux qui mettent leurs intérêts bien en avant.




    2



    2
    socrate
    4 mai 2018 - 9 h 20 min

    Il faudrait un partenariat Europe-Maghreb pour que cela soit significatif. Diviser le Maghreb entre Maroc, Algérie et Tunisie est suicidaire alors que l’Afrique vient de signer un accord visant à ouvrir progressivement les frontières entre pays africains. Cette histoire sans intérêt du Sahara occidental doit être réglée le plus vite possible dans un sens ou dans un autre pour que l’on passe à d’autres chantiers infiniment plus importants.




    6



    26
      Reda
      4 mai 2018 - 14 h 26 min

      @socrate. Effectivement l’independance du Sahara Occididental rendrait les pays de la Region Afrique du Nord plus fort y compris sur le plan econnomique et ce que ton M6 n’a pas encore compris.




      4



      3
    awrassi
    4 mai 2018 - 4 h 47 min

    /…/ «bénéficie de l’appui de l’UE» pour sa mise en œuvre, en particulier dans les domaines de la justice et de la démocratie participative.
    Parce qu’en Europe, il y a une justice et une démocratie ? Celles des riches, sans aucun doute … L’Europe, c’est un ensemble de pays dirigés par des ploutocrates francs-maçons qui distribuent des miettes à leurs peuples pour éviter qu’ils se révoltent. Ni plus ni moins. Nos dirigeants n’ont pas de leçons à recevoir de gens qui leur ressemblent !




    12



    11
    PREDATOR
    3 mai 2018 - 22 h 30 min

    Quel partenariat ?
    Si ce n’est nous sucer




    14



    7
    Dzézaïr
    3 mai 2018 - 22 h 00 min

    ADIEU L’EUROPE.
    L’ALGÉRIE ET LES ALGERIENS EN N’ONT MARRENT DE VOUS.
    CHACUN SA ROUTE CHACUN SON CHEMIN.




    15



    7
      timour
      5 mai 2018 - 8 h 08 min

      Dzézair, voici quelques infos récentes qui relaient l’article de R.E.

      « Le ministère algérien de l’Industrie et des Mines a indiqué, dans un communiqué, que le contrat implique l’exportation de 200 000 tonnes de ciment vers les marchés européens. Il a souligné que le premier lot de 45 000 tonnes a été livré vers la fin du mois d’avril dernier. »
      « Considérée comme le 2e fournisseur en gaz pour l’Europe après la Russie, l’Algérie prévoit une augmentation de sa production de gaz de l’ordre de 141,3 milliards de m3 cube pour cette année, en vue d’atteindre 143, 9 milliard en 2018, et 165 milliards pour l’année 2020. »
      « En 1964, l’Algérie construit à Arzew la première usine au monde de liquéfaction du gaz pour pouvoir l’exporter, notamment par voie maritime. Cette performance technique lui permet de prendre une place importante dans la fourniture de gaz aux pays de la rive nord de la Méditerranée. Plusieurs terminaux de regazéification pour la transformation du gaz algérien liquéfié, sont alors construits sur les côtes européennes : fin 2007, on trouve 5 terminaux en Espagne, 2 en France, 1 en Italie (plus 2 qui sont en train d’être construits), 2 en Turquie, 1 au Portugal et 1 en Grèce. »

      C’est ça, adieu l’Europe ! et demain tu mangeras des cailloux. Il n’est pas étonnant que le pays recule et n’évolue pas. Le citoyen lambda de ce pays n’est pas capable de se rendre compte que son existence tient à un fil : par la vente de ses hydrocarbures et en particulier le gaz, à l’Europe.
      Adieu l’Europe ! Alors qu’on devrait se retrousser les manches et se mettre au travail pour construire une économie productive et performante afin de commercer justement avec l’Europe ! Faire que ce pays respecte la mémoire de ceux qui ont donné leur existence pour que les enfants de ce pays le construisent et l’améliorent.
      Adieu l’Europe ! Pour aller vers où ? Car s’il y a une solution, il faut la développer et prouver sa validité économique.




      6



      0
    Felfel Har
    3 mai 2018 - 21 h 59 min

    Ne soyons pas naïfs, toutes ses louanges n’annoncent rien de bon! L’Europe a toujours eu une préférence pour nos voisins, à l’est comme à l’ouest, deux petits états soumis et serviles pour obtenir quelques maigres avantages et survivre. Une Algérie, bien managée et encadrée tant politiquement qu’économiquement, résolument engagée dans le développement du pays, dans l’exploitation de ses immenses ressources leur fait peur , car elle s’imposerait comme puissance régionale capable de leur tenir tête. C’est comme ça que je m’explique l’acharnement de la France, et derrière elle, l’UE, à nous créer des difficultés pour entraver notre marche vers le progrés et la prospérité. Faisons vite appel à ces Algériens, honnêtes, compétents et surtout nationalistes, susceptibles de nous mener vers cette victoire qui tarde à venir! Ceux qui prétendaient pouvoir faire ce boulot ont lamentablement échoué. Venceremos!




    13



    7
    balekbalek
    3 mai 2018 - 18 h 54 min

    Que du vent en somme quand il s’agit de l’Algérie! mais du concret quand c’est un autre pays.
    Ils nous flattent trop sur la sécurité (EU, Usa, Golf…) et ça , çà me fait vraiment très peur !
    Faites des accords de Défense avec la Chine et la Russie ! Vite.
    Si en 50 ans on en est à ce point- là c’est qu’il n’y a rien à espérer. C’est la faute à tous ! AU TRAVAIL !
    Peut être que la prière et le foulard vont nous sauver…ouvrez les yeux! Le mois de la bouffe arrive .




    9



    14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.