Exode de Vénézuéliens à la recherche de nourriture

Comment (8)

    timour
    1 septembre 2018 - 23 h 04 min

    Les Vénézuéliens, un peuple de fainéants ? Ou un peuple qui a été trompé par des dirigeants imprévoyants.
    L’économie de ce pays s’est complètement effondrée en raison d’une mauvaise gestion et de la corruption. Le Venezuela a généré 1.000 milliards de dollars de recettes grâce à la vente du pétrole, mais environ un quart de celles-ci a été dérobé par des initiés. Faute de médicaments, le taux de mortalité au sein de la population a augmenté et le taux de mortalité infantile aussi.
    C’est environ 4 millions de Vénézuéliens qui ont fui leur pays depuis 1999. La faim, le manque d’emplois et de perspectives en sont, entre autres, les causes. Cela correspond à 12% de la population soit 1 Vénézuélien sur 8.
    Ce pays qui détient les plus grandes réserves mondiales de pétrole, faute d’investissements et de gestion rigoureuse dans les infrastructures, se retrouve à importer du pétrole pour faire fonctionner le peu d’industries encore viables! Et surtout n’ayant pas de diversifié ni développé son pôle industriel en temps opportun, se retrouve incapable de réagir devant la conjoncture actuelle.
    L’état est en faillite complète, les finances publiques fonctionnent avec « la planche à billets » la corruption sévit à tous les niveaux de la société. A part cela, Monsieur Maduro et sa famille vont très bien.
    Maintenant rendre responsable le peuple vénézuélien de ce qu’il lui arrive, c’est un peu léger et même injuste. Il a cru à ce qu’on lui disait comme n’importe quel peuple. Seulement les belles paroles ne correspondaient pas à la réalité. Et il est à noter que la contradiction n’était jamais la bienvenue sinon bâillonnée.
    La société vénézuélienne (a été et) est complètement déstabilisée devant cette crise économique qui s’aggrave mois après mois. Avec un taux d’inflation de 13 864,6% pour 2018, on peut se demander combien de temps cette débâcle va continuer!
    Ne dit-on pas que le peuple a les dirigeants qu’il mérite! Mais dans ce cas du Venezuela, les dirigeants mériteraient que le peuple leur botte les fesses et prenne son destin en main.
    Un exemple à méditer.

    5
    2
    Brahms
    30 août 2018 - 18 h 17 min

    Les Vénézuéliens sont des feignants. Ils traînent les cafés, jouent aux cartes, aux dominos font des gosses comme les lapins en pensant que Dieu les aidera. Ils vivent de larcins et de trafics en tous genres, ne paient ni taxes et ni impôts donc forcément sur 25 ans, vous avez une hécatombe qui arrive.

    9
    7
      Le Français
      30 août 2018 - 23 h 03 min

      J’ai à l’instant cru que vous parliez de l’Algérie.
      Et même eux émigrent massivement chez « l’ennemi ».

      21
      1
        benchikh
        3 septembre 2018 - 17 h 04 min

        c’est vrai mon cher @Le Français ,les régimes militarismes n’ont qu’une seule légitime ‘la pagaille’.

    Anonyme
    30 août 2018 - 14 h 08 min

    De la propagande amércano-sionistes !

    9
    17
      Sadex
      30 août 2018 - 16 h 03 min

      Eh non c’est la triste réalité. Le Brésil envoie son armée a la frontière.

      13
      4
      Karim
      1 septembre 2018 - 14 h 33 min

      Je suis d’accord avec vous c’est de la pure propagande.
      Quand la Palestine se fesait massacrer c’était les seul a fermé l’ambassade Israélienne et les seul a donné un coup de pied dans le c… des Israéliens maintenant ils se vengent en détruisant leur économie. Je ne comprend pas comment ce journal relais cette propagande!!! normalement c’est un journal anti-impérialiste!!!

      6
      2
        Ch'ha
        1 septembre 2018 - 23 h 18 min

        Propagande sioniste.
        Le Venezuela subit les sanctions américaines.
        Les seuls vénézuéliens qui critiquent leur pays sont riches et vivent en Colombie entre autres.
        Maduro ne correspond absolument pas à ce que souhaitaient les USA donc tout est fait pour le décrédibiliser.

        4
        2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.