Qualifications CAN-2019 : l’Algérie battue par le Bénin

Verts
Brahimi lors du match aller. New Press

La sélection algérienne de football a été battue par son homologue béninoise sur le score de 1 à 0 (mi-temps : 1-0), mardi au stade de l’Amitié Général Mathieu-Kérékou de Cotonou, pour le compte de la 4e journée des éliminatoires (Gr. D) de la Coupe d’Afrique des nations CAN-2019 au Cameroun.

Le Bénin a surpris la défense algérienne sur un but inscrit par D’Almedia (16′) suite à un joli débordement de Sessegnon sur la gauche de la défense algérienne.

Ce même Sessegnon a laissé ses coéquipiers à dix depuis la 54e minute suite à son exclusion.

Les Verts, qui s’étaient emparés du fauteuil de leader à l’issue de leur victoire vendredi dernier  face au Bénin (2-0) au stade Mustapha-Tchaker de Blida lors de la 3e journée, ont raté l’occasion de sceller leur qualification avant terme.

A l’issue de la 4e journée, la sélection algérienne et son homologue du Bénin occupent la première place (7 points) mais avec une meilleure différence de buts pour les Verts (+2).

Les deux premiers de chaque groupe et le meilleur troisième se qualifieront pour la phase finale de la CAN-2019 au Cameroun (15 juin – 13 juillet).

R. S.

Comment (9)

    Des bons à rien.
    17 octobre 2018 - 6 h 48 min

    Même pas surpris.
    Une simple équipe de foot de la rue les battraient les doigts dans le nez.
    En quoi sommes nous bons.
    En quoi ???
    Une équipe féminine les battraient 5/1

    7
    2
    A3ZRINE
    17 octobre 2018 - 6 h 32 min

    Madjed n’a pas eu de surci, pour belmadi ça doit être idem.
    Je ne vois pas de différence dans le jeu entre belmadi et Madjer. L’équipe reste amorphe

    5
    3
    Anonyme
    17 octobre 2018 - 6 h 29 min

    Ce n’est ni la faute de Madjer ni celle de Belmadi c’est les joueurs qui sont trop moyens,auparavent lors du match aller, nous avons vu deux bons joueurs( Attal et Bounejah) redonner vie à cette faible équipe.

    3
    1
    Anonyme
    17 octobre 2018 - 0 h 05 min

    Le miracle Belmadi n’a pas eu lieu. M’Boulhi aura sur la conscience le but anodin qui ressemble aux nombreux autres qu’il encaissable avant l’arrivée de Madjer. L’expulsion de la star de l’équipe béninoise à la 58è minute n’a pas été exploitée par les Verts qui pendant les 33 minutes de la seconde minute dont restés amorpheds lymphatiques et, pour tout dire, stériles. Les 10 minutes de temps additionnel complaisamment accordé par l’arbitre n’ont pas été productifs. Il suffit d’écouter les analystes des chaînes TV qui clouèrent au pilori le pauvre Madjer trouver quelque bons côtés à la piteuse prestation des Verts le visage défait de Belmadi leur arracha des sanglots de compassion. On croyait qu’on allait gagner face au Bénin et que le mal qui ronge l’EN était Bénin. Et c’est malin de l’avoir cru

    10
    4
      HSSINOU
      17 octobre 2018 - 3 h 04 min

      OH! QUE VOUS AVEZ RAISON MON CHER AMI. NOUS PENSIONS TOUS QU’AVEC L’ARRIVÉE DE BELMADI LE SORT SERA CONJURÉ ET QUE L’EN RETROUVERA SON ALLANT MILLE FOIS ÉGARÉ.
      CETTE FOIS CI JE ME SUIS CREUSÉ BIEN LA TÊTE AFIN DE COMPRENDRE LE MAL PROFOND QUI TERRASSE DEPUIS PLUS DE 20 ANS NOTRE PAUVRE ÉQUIPE NATIONALE ET JE CROIS QUE JE L’AI TROUVÉ. CE SONT LES JOUEURS (PAS TOUS MAIS DANS LEUR GRANDE MAJORITÉ) QUI VIENNENT EN ÉQUIPE NATIONALE UNIQUEMENT POUR FUIR, PENDANT UNE SEMAINE OU DEUX, LE TRAVAIL ET LES EFFORTS TRÈS DURES QU’ILS DOIVENT FAIRE DANS LEUR CLUB RESPECTIF. POUR SE REPOSER UN PEU ILS VIENNENT PASSER D’AGRÉABLEMENT MOMENTS AVEC PRISE EN CHARGE TOTALE.

      4
      2
        Anonyme
        17 octobre 2018 - 13 h 47 min

        Juste après le match, sur les plateaux TV tous les invité « se couchaient » devant les animateurs eux-memes couchés qui balisaient leur émissions. Sauf un invité qui n’eut plus la parole après qu’il ait déploré que tant qu’on ramène des joueurs de l’étranger, on aura les mêmes effets. Et de proposer de régler définitivement ce problème « n nommant à la tête de la FAF un président issu de l’émigration et résidant lui aussi chez Fafa

      Lyes Oukane
      17 octobre 2018 - 11 h 41 min

      @ Anonyme de 0h25 .  » … M’bolhi aura sur la conscience le but anodin …  » . Trop facile de tout rejeter sur le gardien algérien . Le gardien est le dernier défenseur d’une équipe avant que la balle arrive à lui ,il y en a d’autres en défense qui n’ont pas fait le boulot .

      l’action qui a mené au but béninois vient d’un attaquant de cette équipe qui transperce toute la défense algérienne ( Guezal, Ramy ,Fares ) . Cet attaquant est tellement tranquille qu’il trouve le temps de passer la balle à son seul coéquipier ( Almeida ) qui lui aussi à le temps d’ajuster son tir , sans que personne ne l’arrête , et il marque . Si tu revois l’action ,le gardien algérien n’a pas eu la main assez ferme mais le tire adverse était caché par un des nôtres .
      Finalement ,ce match nous a montré un arbitre très très complaisant avec les Fennecs ( + 10 minutes de prolongation + un carton rouge ) .
      Certains joueurs Dz ne devraient plus être convoqués et d’autres goûter au banc .
      Belmadi a changé son équipe en trois jours alors que tout le monde sait  » qu’on ne change pas une équipe qui gagne  » . Peut-être que maintenant ,il aura moins de scrupules a viré quelques canards boîteux et à lancer de jeunes joueurs motivés ?
      Quant à Madjer , il a été un joueur talentueux et c’est la seule qualité footballistique que je lui reconnais .

      Perdre un match n’est pas catastrophique .Prendre un but non plus . L’Allemagne vient d’en prendre 5 en deux matchs et rentre à la maison éliminée et nous ,nous sommes toujours premier de notre groupe .

      L’Algérien veut tout et tout de suite mais il oublie qu’il faut travailler dur et qu’après il faut encore travailler plus dur pour pouvoir espérer enfin une hypothétique petite récompense .

      8
      1
        Anonyme
        17 octobre 2018 - 13 h 40 min

        Tu dis vrai mais je ne disais pas autre chose: je ne parlais que « du but ». Bien sûr une action d’une attaque est un ensemble de mouvements qui n’a qu’un seul « BUT » : traverser la défense et essayer de tromper le gardien de sa cage communément nommée « but » ou « buts » (en anglais « goal »). Pour revenir à M;bolhi nous avons tous en mémoire son pétage de plombs quand après avoir scellé la débâcle de l’équipe en encaissant un 3è but), se releva et quitta le terrain sans l’accord de son entraîneur ni celui de ses coéquipiers devant l’arbitre médusé. Quand St-Zetchi prit par effraction la FAF, il dressa une liste noire de joueurs où M’Bolhi figurait en bonne place. Ceux qui ramenèrent Madjer la lui imposèrent et lui « ordonnèrent » de redonner sa chance à Chaouchi.
        Enfin, oui je suis d’accord avec toi pour dire « perdre un match n’est pas catastrophique ». Je ne ma rappelle pas avoir lu cette évidence lorsque l’EN perdait des matches amicaux servant à rôder une « nouvelle » équipe. Au contraire, tout le monde cria à l’unisson: « haro sur le baudet ». Une fois remercié, le baudet, St-Z réhabilita tout le monde et passa à un autre volet non écrit, celui de « couler » Saâdane.

        2
        2
    Kibotentouche
    16 octobre 2018 - 23 h 24 min

    L’évangile selon st-Zetchi: les défaites dans les matches amicaux sont impardonnables alors qu’en matches officiel « elles sont ruches d’enseignement ». Tout dépend de l’entraîneur. Quand c’est Madjer, un pur produit du football algérien, on a tout fait pour le casser (on a même payé des nervi pour l’insulter lui et sa famille); quand c’est Belmadi qui a jeté le maillot national, on l’actionne pour insulter un autre Algérien, on lui donne un sursis.

    7
    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.