Ould Kaddour relève l’impératif de stabiliser la consommation nationale en gaz naturel

Ould Kaddour
Le P-dg du groupe Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour. PPAgency

Le P-dg du groupe Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a insisté lundi sur l’impératif de stabiliser la consommation locale en gaz naturel, qui est en accroissement continu.

«On a un mode de consommation de gaz exponentiel. On ne peut pas continuer à consommer autant de gaz et aussi rapidement. Le véritable challenge que nous devons relever est de stabiliser la consommation locale en ce produit énergétique», a avisé Ould Kaddour lors d’un point de presse tenu à l’issue de la cérémonie de signature d’un contrat avec une compagnie chinoise dans le domaine d’infrastructure maritime des hydrocarbures.

Le P-dg de Sonatrach répondait à une question sur les quantités de gaz exportées par l’Algérie en 2018, jugeant ainsi important de se focaliser plutôt sur un «problème de fond» qui est, en l’occurrence, «comment pouvoir stabiliser la consommation nationale en gaz». Dans ce sillage, il a indiqué que l’Algérie, dont la production actuelle de gaz naturel oscille entre 130 et 140 milliards de m3, a exporté en 2018 pour une quantité qui tourne autour de 50 milliards de m3, soit quasiment la même quantité que celle exportée en 2017.

Pour rappel, les chiffres du ministère de l’Energie indiquent que la production actuelle de l’Algérie en gaz naturel est de 130 milliards de m3, répartie entre 50 milliards de m3 destinés à la consommation interne, 50 milliards de m3 réservés à l’exportation et 30 milliards de m3 consacrés à l’activité des puits pétroliers.

R. E.

Comment (16)

    elbio
    28 janvier 2019 - 0 h 14 min

    ould kaddour ancien pdg de.brc une filiale americaine de sonatrach.ould kadour emprisonne pour intelligence avec une puissance étrangère.ensuite sortie de prison et installe comme pdg de sonatrach.visite aux usa et contrat.avec exxon mobile peut etre la plus grande firme pétrolière americaine installé en DZ.ETude de loi sur les hydrocarbures algeriens chez un bureau d’etudes aux usa.pourquoi pas rn algerie.nous avons de tres grands specialistes algeriens en algerie et a l’eteanger qui ne diront jamais non une fois sollicité car l’algerien est tjrs ghayour pour son pays.le gaz de schiste sera exploité par oukd kadour s’il n’est pas freiné dans sa course folle aux ordre de ses chefs commanditaires des usa avec si chkaibou et cie.ils n’est pas urgent le gaz de schiste.peut etre le rationner plus tard lorsque nos reserves seront epuises en hydrocarbures liquides et gazeux.il faut empecher ce massacre s’il est encore temps.ain salah sa population et toute l’algerie doivent se mobiliser pour dire NON AU GAZ DE SCHISTE ET OUI A LA PRESERVATION ET A LA PROTECTION DE LA PLUS GRANDE NAPPE PHREATIQUE ALBIENNE DE LA PLANETE BLEU QUI SERA PEUT ETRE UNE SAUVEGARDE SURE POUR LES GENERATIONS FUTURES.

    Anonyme
    27 janvier 2019 - 11 h 59 min

    @Anonyme
    Vous avez oublié le gaz qui sert à chauffer les bâtiments en hiver et dont la consommation n’est pas négligeable, loin s’en faut. Pour la réduire, il faut remplacer les matériaux utilisés pour la construction des murs de façade et des couvertures par d’autres matériaux locaux plus isolants que ceux disponibles dans le commerce et qu’on peut produire très facilement, pour peu qu’on fasse un peu d’effort d’innovation. De plus, on pourra réduire le coût des bâtiments de plus de 5 % grâce l’économie réalisée sur les panneaux isolants en PSE.
    Il est grand temps d’agir en ce sens avec l’augmentation des prix de vente de l’énergie qui s’annonce.
    Et s’il vous plaît, retenez bien ceci: L’efficacité énergétique va toujours de pair avec les énergies renouvelables et toutes deux doivent menées DE CONCERT si on veux VRAIMENT sortir de la crise.

      Djamel
      9 février 2019 - 21 h 42 min

      Vous avez raison, il faut isoler les plafonds et les murs avec des matériaux isolants comme la laine de verre et le polystirène. Des exonérations fiscales doivent être proposées. Par ailleurs il faut rendre disponible les panneaux solaires pour que les familles réduisent leur facture d’électricité. Le prix du gaz doit être régulièrement augmenté.

    Anonyme
    27 janvier 2019 - 10 h 05 min

    Autant demander aux pouvoirs publics de ne plus brancher les citoyens au gaz de ville et aux citoyens de revenir au chauffage au bois; ou alors il faut poser le vrai problème, celui de la démographie galopante. Il semble pourtant que ses responsables soient bien contents lorsqu’il s’agit d’inaugurer de nouveaux branchements.
    Personne ne laisse le gaz s’écouler si ce n’est pour faire du feu; il en va de sa propre sécurité. S’il y a d’autres moyens d’économiser, qu’on nous explique, peut être récupérer le gaz qui est torché lors de son exploitation, mais là c’est un problème qui ne concerne que SONATRACH.

    marri
    27 janvier 2019 - 9 h 29 min

    Voilà un monsieur grand ingénieur de son état qui voudrait probablement nous empêcher d ‘ouus chauffer ou tout simplement faire la cuisine avec des gazinières. Voudrait-il retourner au kanoun et au chauffage par le bois? alors bonjour les dégâts, alors qu’on a pas beaucoup de forêts. J’ai lu quelque part ces derniers jours que lui et son ministre de l’inertie etaient contre ou pas favorables aux énergies renouvelables. En plus de mettre en place une politique de contraception, pour restreindre la croissance de population et donc de la consommation dans tous les domaines, il faut se bouger et mettre rapidement en place un vraie politique de développement des énergies renouvelables et régénératives et de constructions de durables . A bon entendeur salut….

    Anonyme
    24 janvier 2019 - 12 h 07 min

    Il devient urgent de développer les énergies renouvelable. C’est un crime de ne pas fournir aux citoyens (et surtout à ceux du sud) une meilleure disponibilité en panneaux solaires.
    Par ailleurs, il faut isoler les maisons contre le froid. Le petit solaire crée de l’emploi et réduit le montant des factures d’électricité des populations. Choses que n’ont pas compris les décideurs.
    Mais cela passe par des incitations financières et un relèvement progressif des prix du gaz.

    2
    1
    Anonyme
    24 janvier 2019 - 7 h 13 min

    Mr Ould Kaddour, vous êtes le sommet de la médiocrité que la terre n à jamais vu. Je m’explique…tenez vous bien. Vous produisez de l énergie..votre mission est de la distribuer et de l exporter etc.. cela veut dire vous vendez un produit et le plus vous vendez le plus vous bénéficiez..
    Si les algériens consomment beaucoups c bon pour vos affaires… donc jusqu ici le plus vous vendez le mieux pour vous… votre faiblesse c que vous n êtes même pas capable de produire pour satisfaire le marché local et étranger…pourquoi parce que votre management est ad hoc.. c a d management bouche trou.. vous me dégoûter …. le temps vous rattrapera…continuer à faire semblant de travailler et continuer à visiter les zaouiya pour trouver ton sauveur. Demandez a nous autres de ne pas consommer pour vendre plus à l export … n’est pas la solution…allez produire et maximiser votre production au lieux de dire des charabias..

    5
    1
    Mascara
    22 janvier 2019 - 20 h 32 min

    Ce mec est non seulement drôle mais plus encore. Il est vraiment très louche… pour sûr.

    7
    1
    mouatène
    22 janvier 2019 - 19 h 58 min

    Monsieur le PDG a parfaitement raison !!! il y a lieu d’interdire les chaudières et n’autoriser que le poele NORMALE !!! enfin, comme tous les citoyens, quoi !

    1
    2
    Anonyme
    22 janvier 2019 - 11 h 18 min

    On met le doigt sur la consommation excessive locale du gaz naturel mais on ne dit mot sur les manquements graves de SONATRACH à réduire les gaspillages.
    d’un programme de 600 logements intitulé Eco-bât lancé en 2009 et entièrement financé par le ministère de l’énergie, et qui était censé apporter des solutions innovantes aux gaspillages d’énergie. Non seulement RIEN n’est sorti de ce programme et aucun contrôle n’ n’a été assuré par le pourvoyeur de fonds, mais cette société a fait comme s’il n’avait jamais existé et encore moins consenti le moindre effort dans ce domaine.
    Cette société continue à investir dans des bâtiments énergivores, sans que personne ne lui demande des comptes, alors que le gaz naturel consommé par elle a atteint 30 milliards de mètres cubes, soit plus de la moitié des quantités exportées……..

    5
    1
    Felfel Har
    21 janvier 2019 - 23 h 16 min

    Je n’arrive pas a comprendre la cecite de nos dirigeants qui surveillent de pres un robinet en voie d’assechement tout en ignorant le pactole que recelent les autres formes d’energie, propres, faciles a mettre en oeuvre et qui seront disponibles ad vitam aeternam. Peut-etre n’est-ce pas seulement que de la cecite?

      Anonyme
      22 janvier 2019 - 17 h 38 min

      Ce n’est surtout pas de la cécité, puisqu’il lorgnent (sic !) exclusivement sur ce qui peut leur rapporter le plus et le plus rapidement possible.
      D’autant plus que les réserves sous terraines, dilapidées en un temps record de 4 mandats successifs, fondent à vue d’œil et sont en fin de vie ! Il y a donc urgence pour eux. C’est pour cela que le citoyen algérien doit désormais moins consommer de gaz pour leur en laisser beaucoup à eux, et à eux seuls, cette source (re-sic) d’enrichissement !

    Anonyme
    21 janvier 2019 - 21 h 23 min

    L’énergie solaire, est l’avenir, et la sécurité énergétiques du pays
    Avec des P.M.E algériennes qui se développent, et qui développent les applications industrielles,techniques, et technologiques de l’énergie solaire (Enie, Condor, Géant,
    Et autres PME algériennes dynamiques, et innovantes,…..)
    Pourquoi favoriser l’exploitation du gaz de schiste, en Algérie, pour faire les yeux doux des américains
    Où par ce que on est anglophone, par des études d’ingéniorat aux USA, nostalgie, oblige
    Et favoriser les américains au détriment de l’avenir de la santé des pauvres citoyens du sud, de L’environnement, et de l’écologie,
    Avec de grands gaspillages des ressources hydrauliques non renouvelables, qui auraient
    Du, et pu etre utilisées dans la mise en valeur de nouvelles terres fertiles agricoles entre
    El Ménéaa, et In Salah, entre El Ménéaa-Timmimoun-Adrar (l’acquifère de l’Albien, où du Barremien)
    Sagesse,et vision stratégique lointaine, obligent, éviter des révoltes, des soulèvements, des contestations
    Des pauvres habitants du Sud contre le sous emploi (le chomage), la pauvreté, l’oisivité, la frustration,
    Les fléaux sociaux (drogues, crimes, prostitutions,fraudes, et trafics divers au Sud,…….)

    Anonyme
    21 janvier 2019 - 19 h 57 min

    Et qu’est ce qu’ils attendent pour développer l’énergie solaire ? ?

    10
      Réponse
      21 janvier 2019 - 23 h 59 min

      Ce n’est pas rentable pour les commissions a l’étranger pour ces rapaces.

    Tredouane
    21 janvier 2019 - 18 h 21 min

    Je pense que le vraie probleme de fond est que nous devrions pensez à d’autres sources d’énergie ,il est impérativement temps,et j’en doute pas Mr le PDG le sais .

    14
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.