Imposantes marches des étudiants à travers le pays

Manif Etudiants
Les étudiants algériens dans leur 13e mardi de manifestations. (Ph: Fateh Guidoum / PPAgency)

Par Mounir Serraï – Les étudiants se sont fortement mobilisés pour leur 13e mardi de marche.

A Alger, les étudiants étaient très nombreux. Bien que plusieurs accès ont été fermés par la police, les étudiants ont pu marcher de la Faculté centrale jusqu’au Palais du gouvernement.

Pour les disperser, la police a usé de gaz lacrymogènes. Tout au long de leur marche, les étudiants ont exprimé leur rejet de l’élection présidentielle du 4 juillet, exigé le départ des «symboles du système» et la mise en place d’une présidence de transition et d’un gouvernement de technocrates crédible.

«Makach intikhabat yal issabat (pas d’élections, bandits)», «Les étudiants s’engagent, le système dégage», «Djazaïr hora democratia (l’Algérie est libre et indépendante)», «Silmiya, silmiya, adala idjtimaiya (pacifique, pacifique, justice sociale)», «Maranach habsine, koul tlatha khardjine (nous nous n’arrêtons pas, tous les mardis nous sortirons)» ou encore «Non à un régime militaire» sont les quelques slogans scandés par les étudiants, plus que jamais déterminés à aller au bout de la «révolution pacifique».

Même topo dans les autres villes universitaires du pays. Les étudiants sont en effet sortis en masse à Oran, Constantine, Béjaïa, Annaba, Batna, Adrar, Tamanrasset, Mostaganem, Tizi-Ouzou, Bouira, Sétif et bien d’autres villes.

Même détermination, mêmes slogans. Ils rejettent la présidentielle du 4 juillet et réclament une période de transition, sans les figures de l’ex-régime Bouteflika.

A Alger, on signale quelques interpellations d’étudiants à la fin de la marche.

M. S.

Comment (6)

    Clovis
    22 mai 2019 - 9 h 16 min

    Bravo pour nos etudiants et courage. Il faut les soutenir

    Des lauriers pour nos jeunes!
    22 mai 2019 - 4 h 23 min

    Au lieu de chercher à les empoisonner avec du gaz lacrymogènes ou de les handicaper avec des coups de matraques aveugles et brutales, nos jeunes étudiants et lycéens méritent des louanges et de la reconnaissance pour leurs actions pacifiques, unifiées et constructives.
    Une telle jeunesse qui cherche à construire une autre Algérie sur de bonnes bases, des bases saines, ne devraient mériter que des lauriers.
    En effet, nos jeunes qui expriment chaque mardi, de manière pacifique, leur engagement sans faille à l’endroit de leur patrie et peuple, devraient être élevés au rang de héros nationaux au lieu de les maltraiter et les violenter.
    Les « décideurs » aimeraient ils que leurs filles et garçons subissent les mêmes traitements?
    . ,

    2
    1
    Anonyme
    22 mai 2019 - 1 h 57 min

    Bravo les jeunes….battez vous pour avoir vos droits d être dans un état réellement democratique…continuez la lutte est longue…

    3
    1
    Le gaz nocif!
    21 mai 2019 - 19 h 18 min

    Jusqu’à quand nos brigades de maintient de l’ordre vont elles continuer à lancer, les mardis, du gaz lacrymogène sur nos jeunes, nos étudiants, filles et garçons ainsi que les vendredis et les autres jours de la semaine sur les algériens.
    L’Algérie et ses jeunes vont continuer sans relâche et sans fatigue à sortir dans la rue et à battre le pavé tant que des solutions allant dans le sens des revendications populaires ne seront pas proposées.
    Les « décideurs »; c’est à dire le Commandement militaire, doivent prendre conscience que la situation, qui se caractérise, jusque là, par un certain pacifisme, risque de dégénérer à tout moment et d’échapper à tout effort tendant à sa maîtrise.
    La pire chose qui puisse advenir à notre pays!
    Arrêtons de gazéifier nos jeunes et les algériens et prenons des décisions courageuses de sortie de crise. ,

    4
    1
    Bof
    21 mai 2019 - 14 h 30 min

    Quand je vois toutes ces motahadjibates et tous ces barbus dans les rues, tous ces islamistes qui squattent les plateaux tv et qui ne font qu’annoner des sourates et des hadiths, je ne suis pas du tout optimiste sur le résultat de cette révolution.on va chasser un despote pour tomber dans les bras d’un barbu qui va bien nous apprendre à vivre au moyen-age. on est maudits. la peste ou le choléra.

    12
    16
      said
      21 mai 2019 - 17 h 41 min

      c’est la fille en hidjab qui vous dérange ? pour information cette fille au premier plan est une étudiante de l’epau , c’est d’une des organisatrices des conférences qui ont eu lieu au sein de l’école d’architecture , ou on a pu assister a diverses rencontres et débats ou les idées foisonnaient et ou l’espoir était permis , c’est une fille aussi qui participe a beaucoup d’actions caritatives, culturelles et sportives , c’est vraiment une fille en or , pour info je ne la connais pas personnellement mais j’ai pu suivre ce qu’elle fait sur les réseaux sociaux , tout ça pour vous dire que cette nouvelle génération est plus responsables que plus libres que certaines personnes ici , le barbe et le voile ne sont pas les problèmes de l’Algérie , c’est plus l’ignorance et le manque d’ouverture qui sont derrière tout nos maux , alors svp arrêtez vos pensées toxiques , je suis étudiant algérien et non croyant et j’aime tout les algériens du moment qu’ils ont cette notion du vivre ensemble et la volonté de contribuer au développement de la société , qu’ils soient en barbe et qamis ou homosexuels , en jupe ou en ni9ab , tout le monde ne travaille pas , tout le monde est malhonnête , on a une carence énorme en gens compétent et intègres et ce n’est guère le moment de faire dans l’exclusion , merci .

      14
      2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.