Première violation de la charte d’éthique signée par les patrons des médias

élection médias aux ordres
Ces médias qui ont perdu de leur éthique déshonorent la profession

Par Nabil D. – Première entorse à la charte de l’éthique signée par les médias aux ordres du pouvoir. Ce dimanche, alors que des centaines de milliers de citoyens exprimaient leur rejet de la présidentielle du 12 décembre en manifestant pacifiquement ou par des actions symboliques contre les cinq candidats, les relais médiatiques du régime de Gaïd-Salah occultaient la vérité et se focalisaient sur les interventions des prétendants à la fonction suprême.

Le Mouvement de contestation populaire a largement débordé sur les marches de vendredi depuis que le pouvoir a décidé de passer outre la volonté du peuple, en imposant une échéance électorale à partir d’une caserne dans le but de ressusciter le système Bouteflika. Sans violence aucune, les opposants à la mascarade électorale, décidée de façon unilatérale par Gaïd-Salah, ont scandé leurs slogans habituels, exigeant le départ de tous les symboles de l’ère Bouteflika et promettant de poursuivre leur lutte jusqu’à la chute du régime.

L’attitude partiale des médias aux ordres de l’état-major de l’armée confirme ce que les citoyens craignaient depuis l’annonce de la première élection annulée du 4 juillet, à savoir que les dés sont pipés et que les jeux sont faits d’avance. «Cette complicité des médias inféodés au pouvoir s’ajoute à celle des institutions léguées par Bouteflika, à l’instar du Parement croupion et de la justice du téléphone qui ont tourné le dos au peuple, pour des préoccupations personnelles, au détriment de l’intérêt suprême de la nation», ont commenté des sources proches du Hirak, déçues que la corporation des journalistes ait «jeté ses principes aux orties» et «fait preuve de soumission» alors qu’«elle a fait montre d’un courage inégalable durant la décennie noire où elle a défendu les principes de la République face aux hordes terroristes au prix de lourds sacrifices».

Quelques journalistes ont décidé de lutter pour le recouvrement de leur indépendance, en s’affichant ouvertement lors des manifestations de vendredi dernier aux côtés du peuple. Mais cette action timide est loin de pouvoir changer la situation au sein de cette profession qui a perdu son âme pour un plat de lentilles.

N. D.

Comment (5)

    57
    18 novembre 2019 - 23 h 41 min

    ça fait 57 ans qu ils nous mentent qu ils nous bernent qu ils nous mènent en bateau et HOP!! du jour au lendemain ils sont guéris comme par magie ils vont nous dire la vérité , seulement a force de mensonge ils ne font plus la différence alors ne soyez pas dupe des centaines des membres de la solta en 3oulia nous on fait des millions de promesses jamais tenus et jamais respecter

    POWER
    18 novembre 2019 - 15 h 44 min

    Alors c’est la raison pour laquelle qu il faut l’empechait d’accéder à la magistrature suprême, nous sommes en retard par rapport à nos voisins et sur tout les domaines, il ne faut pas aller voter le 12 décembre restez au chaud

    41
    8
    POWER
    18 novembre 2019 - 8 h 16 min

    Lorsque des trafiquants de la cocaïne se présentent à la présidence de la République que reste-il à espérer,

    54
    10
      Lghoul
      18 novembre 2019 - 11 h 40 min

      Et ils ne s’arrêtent jamais car même les bureaux du FLN sont transformés en « dealers bureaux ».
      C’est leur spécialité. Ils ne pourront jamais gèrer une épicerie. Pour un pays, c’est le comble !

      43
      7
      @power
      18 novembre 2019 - 13 h 07 min

      Et lorsqu’un prétendant à la magistrature suprême se fait guider par son fils impliqué dans l’affaire de la cocaine,il n’y a à esperer que YETNAHAW 3GÂA
      L’histoire se repète.
      Bouteflika se faisiat guider par son frère Said,Teboune se fera guider par son fils, trafiquant de drogue.Ce dernier n’a pas attendu que son père soit président pour commencer à s’immiscer dans la politique.Imaginez ce qu’il fera si son père accède à la magistrature suprème.çà donne froid dans le dos.Il faut absolument libérer notre pays de ces criminels.
      Non contents ,ils volent,mais ils détruisent le pays.

      43
      6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.