Rapport critique sur l’Algérie : la Banque mondiale publie une mise au point

DM Banque mondiale
David Malpass, président du Groupe de la Banque mondiale. D. R.

Par Nabil D. – La Banque mondiale a publié une mise au point, ce jeudi, concernant le rapport de suivi de la situation économique en Algérie qui a suscité une vive polémique et une réaction officielle virulente. «Au cours des derniers jours, plusieurs articles de presse relatifs au Rapport de suivi de la situation économique en Algérie de la Banque mondiale ont été publiés. Certains de ces articles comprenaient des informations factuellement inexactes sur le contenu du rapport, qui a été préparé avec la plus grande rigueur, ainsi que sur ses auteurs, une équipe d’économistes travaillant sur la région du Maghreb», écrit l’institution financière internationale, qui, cependant, ne remet pas en cause l’analyse produite par des consultants externes.

«Nous tenons à souligner que la Banque mondiale produit régulièrement des rapports économiques pour ses pays membres. Le Rapport de suivi de la situation économique en Algérie est produit deux fois par an […]. Le rapport, qui fait l’objet d’un examen de qualité approfondi avant sa publication, est basé exclusivement sur des données publiques dont la référence figure dans le document, ou sur des données fournies par les autorités des pays membres», souligne l’instance dirigeante de la Banque mondiale, en ajoutant que «son objectif est d’encourager l’échange de connaissances et le dialogue sur le développement économique et social du pays». «Les conclusions du rapport, poursuit la Banque mondiale, sont cohérentes avec les données officielles disponibles à la date de clôture des données du rapport – 1er novembre 2021 – dont la plupart sont présentées dans la Note de conjoncture de la Banque d’Algérie publiée le 22 décembre 2021.»

«Nous avons noté avec regrets que certains des articles cités ci-dessus ont adopté un langage qui peut avoir dépassé les pensées de leurs auteurs anonymes. Tout inacceptables qu’ils soient, il ne sera pas répondu à ces propos, tant nous considérons qu’ils ne sauraient porter argument ni ne constituent un élément de débat», notent les responsables de l’institution financière, accusée de produire des analyses délibérément négatives sur l’Algérie de façon cyclique. «Le Groupe de la Banque mondiale est une institution internationale de développement composée de pays membres, qui s’est fixé comme double objectif de mettre fin à l’extrême pauvreté et de promouvoir une prospérité partagée», conclut la mise au point, qui estime que l’Algérie est un «membre apprécié» et «est représentée au Conseil des administrateurs de la Banque». «Le personnel et la direction du Groupe de la Banque mondiale servent uniquement les objectifs de l’institution», insistent les responsables de la Banque mondiale qui récusent ainsi les accusations de partialité et de manque d’objectivité.

Pour rappel, un des auteurs du rapport en question s’était justifié dans un échange avec le professeur Abderrahmane Mebtoul (voir article par ailleurs).

N. D.

Comment (17)

    Anonyme
    8 janvier 2022 - 14 h 26 min

    Les analyses de la BM n’ont jamais réellement été prises au sérieux en Algérie tant elles sont politiquement influencées par les bailleurs de fonds de cette banque. Bailleurs de fonds souvent hostiles à un pays comme l’Algérie jugé trop à gauche. Le fait est que les responsables du présent rapport sont allés trop loin dans leur élucubrations prospectives biaisées et que cela ne pouvait que déboucher sur une telle riposte.

    Bouzelouf au miel
    8 janvier 2022 - 13 h 24 min

    Bonne de jour ,
    Le toutou de service tunisien qui à pondu cette article est protégé par la multinationale de la banque de mondiale et je vais rappeler deux choses de l’essentiel car ce rapport ne décrire pas les conséquences endogène de la vie â l’occidontal sur la santé des citoyens donc n’en déplaise à ces bor… boursicoteurs qui vouloir nous envahir des produits non naturel et cancérigènes voir devenir obèse. Je disais qu’il y à 2 sortes de pays ; celui que les supermarchés sont remplis de toute sorte de produits mais ou on à pas les moyens de se les acheteurs (de ce que veut la bonque mondial un nid de rats ) et d’autres pays sans defondre des pénuries de certains produits essentiels ou il y a pas tous les produits mais les gens sont en très bonne santé malgré quelques pénuries.
    J’en veux pour preuve les nombreux cas de cancer qui ont explosé en Algérie ..
    Ceci dit pour l’industrie et le tourisme on doit encore faire des efforts mais pour de la nourriture il ne faut pas tomber dans le piège de ses abrutis.
    PS: en Tunisie ils font des kellogs remplir de produits toxiques ….
    Voila et bonne de l’après midi à tous les Algériens et les algériennes.
    Tahia el djazair.

    C’est Normal
    8 janvier 2022 - 10 h 02 min

    La Crédibilité et le Sérieux des rédacteurs des rapports de la BM a été mise en Cause.
    Ils défendent leur Institution et leur Personnel.
    Comme n’importe quelle boutique.
    Quand a nos Économistes Sérieux on ne les ENTEND toujours pas sur le FOND.
    Le Reste c’est de la Communication.

    Lyes2993
    7 janvier 2022 - 16 h 26 min

    La Banque Mondiale tout comme le FMI est un repère de « Lobbyistes » qui défend les interêts de pays occidentaux et leurs vassaux tiers-mondistes.
    La patron de la Banque Mondiale est la plupart du temps américain et le FMI français ( et vice et versa).
    Ce type d’organisations est une sorte de bras armé de l’Occident pour mettre le nez dans tous les économies mondiales et en tirer des bénéfices ou amoindrir voire saboter celles qui représentent des ennemis !
    L’Algérie par ses positions de principe se trouve de facto ciblée par ces campagnes de dénigrement via des rapports « officiels ».
    Evidemment, ces rapports contiennent des vérités vérifiables ( pas fous les experts … il faut etre payés) mais la perversion de ces rapports est d’en fournir une lecture tendancieuse pour le public ou les investisseurs non avertis ! L’idée étant bien sûr de décrédibiliser les actions ou succès des acteurs économiques du pays.
    Ce type de rapport, à défaut de rapport, ira jusqu’à mettre en avant de nouveaux indicateurs défavorables (ex le nouveau indicateur sur risques climatiques dans le cas de l’Algérie, l’indice de pauvreté « subjectivement ») histoire de maintenir le discrédit de l’economie du pays pour engendrer la perte de confiance de la population et/ou faire fuire les investisseurs locaux ou internationaux potentiellement interessés par l’Algérie !

      Lyes2993
      8 janvier 2022 - 9 h 45 min

      Par ailleurs, l Algérie devrait mettre la pression sur la Tunisie pour qu’elle rappelle son chien de garde à la Banque Mondiale qui n est pas à ce poste pour ces compétences mais par un consensus international des pays d Afrique du Nord du fait que ce baltringue de Farid belhaj soit Tunisien … étant le bailleur de la Tunisie en ce moment et est un pays stabilisateur à la Banque Mondiale, l Algérie a son mot à dire concernant un représentant de sa zone qui se permet de dénigrer au lieu de fournir des rapports objectifs voire défendre la position vis à vis des autres zones ! La diplomatie ne devrait plus céder son vote ou ses parts dans ces organisations pour des énergumènes toxiques qu il soit Tunisien, Égyptien ou Africain du Sud …

    C'est la faute à Toto?
    7 janvier 2022 - 11 h 37 min

    Longtemps la caste avait fait son beurre grâce à la ruse, feignant le nationalisme de pacotille d’une part, de l’autre en sabotant depuis l’intérieur le pays. Sinon les causes de la décadence sont structurelles, et sont claires : vous ne pouvez avoir de liberté politique sans une production économique endogène. Ses déterminants sont aussi clairs, l’école et l’administration sont ses indices de croissance. Dès que les dictateurs contrôlent ces indices, le peuple est donc spolié, de même les facteurs globaux ne peuvent qu’amplifier les mensonges en aval. Peut-on avoir un développement sans productivité qui se matérialise par une croissance vraie et continues des facteurs internes de productions ? Un pays induit dans le faux depuis 62 accumulait la perte de productivité jusqu’à l’os. La banque mondiale n’est pas la cause mais l’effet. Une économie vivace aurait besoin d’une politique fonctionnelle. Ce qui n’est pas le cas. Les accords d’association représentent l’image pays, avec les généraux qui occupent l’import-import et le déficit commercial finance les multinationales européennes et leurs agents sur place. Les 280 milliards$ » sont les canaux de fuite et de ruissellement dans les poches des plus algériens et leurs bureaucrates.en déficit avec l’Europe et le Déficit dans la zone « arabe de libre échange. Les 1000 milliards$ siphonnés dont personne ne parle plus, sont la preuve fumante d’une spoliation du peuple avec la complicité de ceux qui n’ont jamais souffert ni de manque d’eau encore moins de famine, la famille révolutionnaire, qui a toujours pactisé sous la table, ainsi les liens d’intérêts unissent le colonialisme intérieur et celui international qui sont alliés de fait. Le tout est bien sur couvert par les puits de pétrole. S’inventer une industrie, qui en réalité n’est que de l’importation maquillée, contrôlée par les nababs, est une deuxième fuite en avant avec un déficit qui sert à embobiner les générations futures, en feignant des augmentations

    Anonyme
    7 janvier 2022 - 9 h 27 min

    Mr. David Malpass, votre rapport sur l´Algérie passe mal.
    En effet, prétendre que la pauvreté est plus répandue en Algérie qu´au Maroc, ce nous amène à penser que vous n´etes pas sorti de votre riadh, où tout vous est servi sur place, all inclusive!

    Abou Stroff
    7 janvier 2022 - 7 h 38 min

    « Rapport critique sur l’Algérie : la Banque mondiale publie une mise au point » titre N. D..
    j’attends, avec impatience ceux qui ont poussés des cris de vierges effarouchés à la lecture du rapport de la BM sur l’Algérie , c’est à dire les « sources proches du dossier » où « ceux qui savent et que nous ne savons pas mais qui restent anonymes », répondent, avec beaucoup de fougue, à la mise au point de la banque mondiale.
    après tout, nous sommes ici pour nous informer et il n’y a pas mieux qu’un débat contradictoire pour éclairer, pour les algériens lambda que nous sommes, le sujet concerné.
    ceci dit, je pense que lorsqu’on n’a pas les moyens que sa politique (du moins, celle qui est proclamée), on a intérêt à raser les murs et à éviter de provoquer le courroux de ceux (la banque mondiale, entre autres) qui peuvent nous nuire d’une manière sonnante et trébuchante. wa el fahem yefhem.
    PS: quant à l’assertion que «Le personnel et la direction du Groupe de la Banque mondiale servent uniquement les objectifs de l’institution», chacun sait que cette institution a pour vocation essentielle de promouvoir le capitalisme en tant que système et agit, par tous les moyens, pour que ce système devienne hégémonique sur la moindre parcelle émergée de la planète Terre. wa el fahem yefhem.

      Belveder
      7 janvier 2022 - 21 h 02 min

      Bravo pour ta Lucidité
      Ca change de la Parano ambiante

    lhadi
    7 janvier 2022 - 2 h 41 min

    A la lumière d’aujourd’hui, le président de la république se doit de mettre à plat toutes les actions des gouvernements précédents aux fins d’y découvrir les raisons des erreurs et des errements qui obérèrent le développement du pays et d’y puiser des enseignements pour oeuvrer à l’architecture d’un Etat fort, d’une république solide, d’une Algérie conquérante dans ce monde de globalisation politiquement et économiquement injuste.

    Le chef de l’Etat se doit de se tenir à une démarche concrète et opérationnelle dans les différents champs des politiques publiques pour identifier à la fois les obstacles à surmonter et les solutions à mettre en oeuvre afin de lutter contre tous les maux inhérents au sous développement.

    Quoi qu’il en soit, l’urgence des reformes ne doit jamais cesser d’être au coeur de ses préoccupations.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    Les chiens aboient et la caravane passe
    7 janvier 2022 - 2 h 23 min

    Quand ces rats crachent sur l’Algérie
    C’est que tout vas bien.
    Rien à signaler
    HAMDOULILLAH

    Algerien Pur Et Dur
    7 janvier 2022 - 1 h 54 min

    « l’Algérie est un «membre apprécié» et «est représentée au Conseil des administrateurs de la Banque». » Je ne remets pas en cause le fait que notre economie n’est pas diversifiee. Sa dependance tres etroite vis-a-vis des cours du petrole et gas est connue de tous les algeriens. Son economie est donc constemment dans un etat de vulnerabilite extreme et ce depuis 62. Mais la reponse de la BM dit clairement qu’elle est representee au conseil des administrateurs de la banque. Quels sont donc ces representants? Pourquoi n’ont ils rien fait pour remettre les pendules a l’heure ou du moins questionner ce rapport puisqu’il parle de pauvrete. Ce que j’ai dit donc auparavant et a plusieurs reprises reste toujours d’actualite. L’Algerie souvent remplit ses quotats dans ces institutions internationale avec un personnel inadequat qui est nomme sur coup de fil venant de « personalites » bien placees dans les hautes institutions du pays. Il est temps de changer les choses. On ne manque pas d’algeriennes et d’algeriens hautement eduquees et qualifies qui pourraient faire beaucoup plus que de la simple figuration au sein de ces institutions. Alors Mr Tabboune, en tant que president du pays, quand allez vous agir? Quand allez vous faire le tri?

    Le Bérbère
    6 janvier 2022 - 21 h 26 min

    Deux choses ou deux hypothèses , soit le rapport à été élaboré par un agent ou des agents de la banque mondiale avec des données falsifiées pour nuire à l’image du pays pour l’intérêt d’un tiers ( le voisin nuisible de l’ouest de nos frontières terrestres ) soit il y’a saboteur ou des saboteurs de l’ancien régime des harkis de l’ouest de pays qui ont transférés des données économiques fausses pour nuire au pays par vengeance et calcule malsaine . Dans les deux cas , le seul qu’on doit pointé de doigts c’est le voisin de l’ouest qui à actionné ses cellules dormantes sur notre sol depuis leur arrivée en 1956 n’ont jamais cessaient de nuire à l’image de pays et il est temps même urgent de faire un grand ménage pour désinfecter le pays de cette racaille anti intérêts nationauxet et anti Algérie algérienne .

    LotfiALN
    6 janvier 2022 - 20 h 44 min

    Les charognards!
    Les 🐀!
    La banque mondiale est aux ordres de ceux qui ont annexé officiellement le marokistan!
    Nous c l’Algérie 🇩🇿!

    Belveder
    6 janvier 2022 - 20 h 36 min

    C est ce que j ai passé mon temps a évoquer
    L Algerie est membre de cette institution
    Les chiffres fournis sont publiques et les données transmises par la Partie Algerie
    Quant à la situation macro économique elle est Claire l Algerie n arrive pas sortir de la dépendance aux hydrocarbure malgré se timides réformes
    Sur le plan micro économique le pouvoir d achat des ménages ne fait que s s’affaiblir

    Ferid Racim Chikhi
    6 janvier 2022 - 20 h 34 min

    Que font elle de la nuance !?

    C’est, malgré tout, bizarre que la BM, la BIRD, etc… lorsqu’il s’agit de l’Algérie ne nuancent qu’après coup leurs rapports et autres analyses de conjonctures économiques. Mais, elles ne le font jamais au moment de la rédaction de ces rapports ou encore en accompagnement ou présentation de ceux-ci. Ça enlève toute crédibilité à ces documents qui devraient plus aider à redresser d’éventuelles situations anachroniques.

    Par ailleurs, elles ont été habituées au cours des deux dernières décennies à un silence complaisant de l’ancienne gouvernance. Ce qui ne semble plus être le cas de nos jours.

    cette mise au point est une vraie insulte à l'algérie
    6 janvier 2022 - 20 h 30 min

    une telle mise au point va encore ravir le makhzen qui ne manquera pas cette occasion pour tirer à boulet rouge sur l’algérie. la banque mondiale pense que le maroc, une des pires misères en afrique où les touristes sont attaqués au couteau pour les voler, le peuple se bagarre pour une bouchée de pain, prostitution, pédophilie, drogue, l’immigration marocaine vers les pays occidentaux est la plus élevée d’afrique voire du monde, il y a plus de 13 millions de marocains dans le monde contre 4 pour l’algérie, et le maroc est surendetté et ABSOLUMENT INCAPABLE DE REMBOURSER SA DETTE, etc. est une démocratie et un pays super développée soit, les rapports de la banque mondiale sont destinées aux imbéciles, et pour induire en erreur les créanciers, mais l’algérie devrait leur dire de ne plus faire de rapport sur notre pays, ils sont incompétents et ne connaissent rien de la réalité de l’algérie ni sur les autres pays du monde, d’ailleurs! si le maroc est meilleur que l’algérie selon la banque mondiale alors circulez il n’y a rien à voir dans leurs rapports BIDONS et sionisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.