Salah Goudjil : «Belkhadem veut détruire le FLN»

Rien ne va plus à la maison FLN. Aux mécontentements de nombreux cadres écartés des listes de candidature y compris des membres du bureau politique et du comité central, s’ajoute la reprise en force des activités du mouvement de redressement sous la houlette de Salah Goudjil. Ce dernier, qui a amorcé un «dialogue de réunification» avec Abdelaziz Belkhadem, il y a quelques semaines, déterre la hache de guerre et décoche des fléchettes assassines à l’endroit du secrétaire général du FLN qu’il accuse de vouloir «détruire» le parti. Lors d’une conférence de presse tenue, mercredi à Draria, sur les hauteurs d’Alger, le chef de fil des redresseurs annonce le «divorce total et définitif» avec la direction actuelle du FLN. Comme première action : son mouvement de redressement, lancé en été 2011, va parrainer une vingtaine de listes dans différentes wilayas. «Nous avons pu confectionner une vingtaine de listes de candidature avec lesquelles nous allons participer aux législatives du 10 mai prochain. Mais notre effort de redressement va s’accentuer dans les semaines et mois à venir et les portes de tous les enfants du parti restent ouvertes», a souligné Salah Goudjil qui affirme qu’il n’y a plus d’entente possible avec l’équipe de Belkhadem. Le divorce est donc définitivement consommé. Pour M.Goudjil, l’appel de Belkhadem à des listes communes n’était qu’une ruse de sa part afin de gagner le temps de confectionner ses propres listes et freiner l’élan des redresseurs. «Nous répondrons à sa ruse par des ruses», a-t-il lâché de manière ironique. Comme pour dire que le secrétaire général du FLN n’a fait qu’aggraver la crise au sein du parti et attiser le mécontentement des militants. La partie est donc loin d’être terminée avec la validation des listes de candidatures aux législatives et la crise semble aller au-delà de cette échéance électorale. Un rendez-vous décisif pour M. Belkhadem qui joue son avenir au sein de l’ex-parti unique. Un enjeu qu’il semble avoir bien saisi, lui qui avait déclaré récemment son intention de démissionner dans le cas où le FLN perdrait les prochaines élections. Mais la tension ne cesse d’augmenter au point que des caciques, comme Boudjemaâ Haïchour, appellent à la tenue en urgence d’un congrès extraordinaire. Péril en la demeure !

Boudjemaâ Haïchour appelle à voter contre le FLN

Par ailleurs, Boudjemaâ Haïchour, qui dirige le «think thank» du parti, connu sous le nom de Centre d’études, d’analyse et de prospective, descend en flammes Abdelaziz Belkhadem et appelle les militants du parti à voter «massivement» le 10 mai prochain contre les listes FLN qui ne répondent pas à leurs convictions politiques. Dans une longue déclaration rendue publique mercredi, et dont algeriepatriotique.com détient une copie, cet ancien ministre et membre du comité central a exprimé haut et fort sa profonde déception et son grand mécontentement quant à la gestion chaotique du secrétaire général du FLN. «C’est dans une certaine opacité que la magouille s’est faite par une instance qui a détourné l’orientation du Président en offrant des listes les plus hideuses et sans épaisseur politique mettant en œuvre les formes archaïques d’une gestion politique annonciatrice d’une débâcle aux conséquences désastreuses», écrit Haïchour qui dit tout le mal qu’il pense de Belkhadem. Toujours dans sa déclaration, il s’inquiète ainsi de l’avenir du parti, se demandant s’il ne joue pas sa dernière carte en ce moment du «printemps arabe». «Peut-on changer le cours de l’histoire pour surmonter les défis qui nous attendent ?» s’interroge-t-il. Haïchour se démarque ainsi du secrétaire général, Abdellaziz Belkhadem, en appelant à un congrès extraordinaire pour le retrait de confiance de ce dernier, et ce, pour son «incapacité politique, son non-charisme et sa soumission docile à contenter les consignes d’une certaine "régence" qui ne veut pas dire son nom, incapable de réagir aux injustices dont le seul souci est de se maintenir jusqu’aux élections de 2014». «J’exprime personnellement haut et fort dès aujourd’hui le non à sa candidature au nom du FLN pour briguer les présidentielles de 2014, parce qu'inapte à diriger une nation de la dimension de l’Algérie», clame-t-il. Il souligne, dans ce sillage, qu’un parti moderne est la négation du bricolage politique. Le rajeunissement et la rénovation doivent aussi compter sur des femmes et hommes aguerris pour prétendre diriger les affaires de l’Etat, prévient-il. Son appel sera-t-il entendu ? En tout cas, il en dit long sur l’atmosphère qui règne au sein de l’ex-parti unique.
Sofiane B.
 

Commentaires

    fethi
    28 mars 2012 - 23 h 40 min

    haichour c’est un grand
    haichour c’est un grand calibre il est à l’origine du mouvement de redressement dailleurs c’est lui qui a donné cette appelation il a pu manupulé le parti du fln par la coordination qui a pu s’opposer a benflis en 2004 il a sauvé le patron en détournant l’pinion publique contre les detracteurs du pr&sident puis apres vient belkhadem s’accaparer du mouvement de resressement comme un imposteur en comprent pas . attendez vous donc à des surprises




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.