Instruments de torture de Meyssonnier : la vente aux enchères suspendue

Les associations de défense des droits de l’Homme auraient eu le dernier mot : la vente aux enchères des instruments de torture légués par l’ancien bourreau français Fernand Meyssonnier n’aura finalement pas lieu comme prévu mardi prochain à Paris. Elle n’aura probablement jamais lieu. La large indignation qui a suivi l’annonce de cette vente pas comme les autres semble avoir dissuadé la maison Cornette de Saint-Cyr d’aller au bout de son «œuvre macabre». Dans un souci d’apaisement, cette maison de vente a décidé de suspendre l’opération. La collection d'armes de l'ancien bourreau d’Alger devait être mise en vente à la demande de la famille. Intitulée assez chastement «peines et châtiments d'autrefois », la collection a de quoi effrayer le visiteur. Elle est faite de 350 objets de torture qui rappellent l’horreur du colonialisme français en Algérie : une guillotine de 4 mètres de haut de 1897, une corde de pendaison dédicacée, une baignoire qui recevait les têtes coupées, une malle en osier destinée aux corps décapités, des écrase-mains, des écrase-pouces… La liste est longue. Fernand Meyssonnier, décédé en 2008, a procédé à 198 exécutions judiciaires en Algérie entre 1957 et 1962. Cette mise en vente de l’horreur a choqué de nombreuses personnalités. Henri Pouillot, du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap), a sonné le tocsin. Cet ancien appelé de la Guerre d’Algérie, qui lutte depuis contre la torture, se demande «à qui est destinée cette vente ? Qui va acheter cette collection ? Des vampires ? Des fous ? Des barbares ou des gens normaux comme vous et moi ?». Le Mrap, Amnesty International, l’historien Gilles Manceron, Acat-France (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture) et bien d’autres personnalités ont vivement dénoncé l’aspect ignoble et macabre d’une telle vente. Ces organisations comptent exiger que ces objets soient préemptés par le ministère de la Culture, afin qu’ils ne tombent pas entre les mains de fous. La maison Cornette de Saint-Cyr avait déjà tenté, en 2005, de vendre cette collection, toujours à la demande de la famille du bourreau. Sans y parvenir. Aujourd’hui, en 2012, date du cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie, elle remet le couvert. Mais la résistance est encore là…

Sofiane B.

Commentaires

    Chafia Mentalecheta
    1 avril 2012 - 8 h 59 min

    Alertée par des amis, je me
    Alertée par des amis, je me suis rendue hier à l’hôtel de ventes Salomon de Rothschild . Je vous confirme que la vente a bien été annulée et que le salon où sont exposés ces objets de torture est fermé au public. Cependant, j’ai pu acheter le catalogue avec photos des objets. Ces objets ne me paraissent pas être en lien direct avec la torture en Algérie. Pour la majorité d’entre eux, ils datent de l’inquisition et on peut retrouver les mêmes dans la salle de torture du Palais des Doges à Venise.D’autres sont plus récents (menottes). Concernant la guillotine que vous citez, c’est une reconstitution d’une machine à décapiter désignée comme modèle de la Rome antique 200 ans avant JC de pendaison est britannique avec inscription au stylo « Syd Dernley, 29th may 1982 » comme vous le savez, Syd Dernley est un des derniers exécuteurs britanniques et la pendaison était le moyen anglais d’exécution. Même si je partage l’indignation collective liée à la vente d’objets barbares (la violence étant à son apogée actuellement), je crains que le lien avec la torture en Algérie ne soit pas réel. Deux hypothèses se posent. Soit, il y a confusion entre la personnalité de Meyssonnier( qui était un exécuteur et pas un tortionnaire) et sa collection macabre. Car je rappelle qu’en Algérie ce sont les paras qui torturaient. Soit il y a une manipulation des esprits liée au contexte du cinquantenaire et de l’affaire Merah, histoire de dire que les Algériens en remettent une couche sur la torture alors que l’un des leurs vient d’abattre de sang froid 7 personnes innocentes. Je crois que nous sommes tous conscients et indignés par la barbarie mais je crois aussi que nous nous devons de rester extrêmement vigilants pour ne pas tomber dans les pièges qui nous sont habilement tendus. Je vous informe que je peux mettre à votre disposition ce catalogue si vous le souhaitez.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.