Redresseurs du FLN : «Nous barrerons la route à Belkhadem»

Les redresseurs du FLN se remettent en mouvement. Loin d'être étouffés par l’écrasante victoire du parti aux élections législatives, ils s'engagent à empêcher Abdelaziz Belkhadem de se présenter au nom du FLN à la prochaine présidentielle de 2014. Convaincus que le véritable instigateur de cette victoire est le chef de l’Etat, également président d’honneur du parti, les redresseurs multiplient les rencontres pour déloger M. Belkhadem de son poste de secrétaire général du parti. Après une première réunion, hier à Alger, ayant regroupé les coordinateurs des wilayas, le mouvement de redressement, à sa tête Salah Goudjil et d’autres caciques du parti, s’échine à préparer la session extraordinaire prévue pour le 19 mai. «Lors de cette session, les membres du comité central vont retirer leur confiance au secrétaire général. Un huissier de justice sera présent pour approuver ce retrait de confiance», a déclaré à «algeriepatriotique.com» Mohamed Seghir Kara, membre actif du mouvement. «Ne croyez pas que cette victoire nous empêchera de redresser le parti. La victoire aux législatives n’a été rendue possible que grâce au chef de l’Etat qui s’est personnellement investi dans la campagne électorale. Sinon, ni Belkhadem ni ses candidats n’ont réussi à drainer du monde lors de leurs rencontres et meetings de campagne», a-t-il précisé. Pour cet ancien ministre, l’objectif du mouvement de redressement est d’empêcher M. Belkhadem d’utiliser le parti pour servir « ses propres intérêts et ses ambitions personnelles». «Nous allons œuvrer par tous les moyens pour lui barrer la route de la présidentielle», a-t-il assuré. Dès le début de leur mouvement, les redresseurs ont accusé M. Belkhadem de vouloir détourner le FLN de sa ligne directrice pour concrétiser son «projet», lui qui n’a jamais caché son ambition présidentielle. Mais leur mission s’annonce compliquée.
Les observateurs avisés estiment que «le résultat enregistré par le FLN de Belkhadem devrait sceller le sort du mouvement de redressement dont les animateurs seraient appelés à rentrer dans les rangs ou quitter définitivement le parti». A moins que M. Belkhadem tombe en disgrâce… présidentielle.
Sonia B.
 

Comment (5)

    Mansour
    15 mai 2012 - 9 h 38 min

    @Maysar,
    Non ce n’était pas

    @Maysar,
    Non ce n’était pas Ferhat Abbas(1° Président du GPRA)mais Benyoucef Benkhedda qui était président du GPRA en Juillet 1962.J’ai vécu cette période car j’avais 18 ans et faisait partie des troupes des wilayas 3 et 4 qui ont été massacrées à Berrouaghia par l’armée des frontières lourdement armées avec la complicité des troupes françaises encore fortement présentes.Seuls Krim Belkacem et Mohamed Boudiaf se sont réellement opposés à l’armée des frontières de Boumediène et de Ben Bella.Ferhat Abbas a même rallié ces derniers et a été élu président de la première assemblée nationale de l’Algérie indépendante sous le régime de Ben Bella-Boumediène.




    0



    0
    Maysar
    14 mai 2012 - 18 h 36 min

    C’est la culture du putsh qui
    C’est la culture du putsh qui gouverne l’Algérie depuis un demi siècle !L’armée des frontières a chassé le GPRA de Ferhat Abbas pour prendre les commandes par Ben Bella qui fut redressé par Boumediène un certain 19 juin,et depuis cette date le mot redressement est dans toutes les bouches des puthistes du FLN !C’est celle là leur démocratie par laquelle ils nous tiennent,pauvres de nous !




    0



    0
    krimo2012
    14 mai 2012 - 13 h 32 min

    si les redresseurs
    si les redresseurs réussissent comme tu le souhaites si Mansour, on aura probablement un nouveau visage à la tête du pays en 2014…et la vie continue




    0



    0
    Mansour
    14 mai 2012 - 8 h 16 min

    Je souhaite aux redresseurs
    Je souhaite aux redresseurs de réussir dans leur entreprise de salut public en mettant fin aux agissements de l’islamiste Belkhadem.Ce trabendiste de la religion devrait rejoindre ses amis islamistes et arrêter de squatter le FLN qui lui aussi doit faire le ménage s’il veut être un parti de son temps.L’heure n’est plus à la rapine et au zaïmisme mais à l’effort et à la construction d’un état moderne.Des gâge pour rehausser l’Algérie au niveau des Etats respectables et respectés en mettant à la barre des hommes et des femmes compétents et honnêtes.




    0



    0
    said
    13 mai 2012 - 21 h 05 min

    j’aimerai bien savoir comment
    j’aimerai bien savoir comment vont-ils s’y prendre ces redresseurs qui ont déjà redressé le FLN en 2004 sans le soutien du chef, Bouteflika




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.