Sûrs de leur victoire, Ghoul et Mokri se sont disputé la présidence de l’Assemblée

Des sources internes au MSP révèlent que la veille des élections, les deux ténors du parti se sont accrochés. Raison de la dispute, la répartition des hauts postes de responsabilité une fois «la victoire de l’alliance annoncée». Les deux hommes voulaient chacun présider aux destinées du parlement pour devenir, ainsi, le troisième personnage de l’Etat, et se rejetaient «l'ingrate» fonction de Premier ministre dont ni l’un ni l’autre ne voulaient. Cette course aux postes que le MSP a gardée secrète révèle à la fois les véritables intentions des militants islamistes avides de pouvoir, et l’arrogante assurance avec laquelle les partis islamistes se sont présentés aux législatives. Comme elle explique la réaction virulente du MSP dès l’annonce des résultats qui le plaçait troisième, loin derrière le FLN et le RND, bien que renforcé par deux partis de même obédience. Il faut dire que l’ex-ministre des Travaux publics n’a pas lésiné sur les moyens pour se mettre en avant. Usant de subterfuges pour ramener les réalisations de tout un pays à sa petite personne, Amar Ghoul avait dû retirer une affiche qui le montrait souriant à côté du viaduc des Annassers à Alger. Cette entorse ayant été corrigée après des recours introduits par les autres partis en lice, Ghoul s’est pleinement investi sur les réseaux sociaux, exhibant des articles dithyrambiques du journal El Bilad, proche (ou organe) du MSP, le présentant comme le «père» de l’autoroute Est-Ouest. De son côté, Abderrezak Mokri avait défrayé la chronique en se lançant dans une éclatante opération publicitaire lorsqu’en mai 2010, il décide de participer à la flottille de la liberté qui avait tenté de briser le blocus imposé à Ghaza par l’Etat hébreu. Derrière le geste en apparence humanitaire, le vice-président du MSP escomptait un dividende politique à moyen terme de ce déplacement auquel avait également pris part l’épouse de Soltani.
Lina S.
 

Comment (3)

    Jamal Eddine
    15 mai 2012 - 11 h 11 min

    J’insiste à ce que Mokri, va
    J’insiste à ce que Mokri, va se faire consulter par le psychiatre Saâdi. Il ne suffit plus de se faire pousser la barbe pour duper le peuple. Le peuple algérien est musulmans respectant toutes les confessions et celui qui veut devenir Chrétien il est libre, dans la mesure du respect mutuel. Quant à nous:
    MAZAL WAKFINE !




    0



    0
    Patriotique
    15 mai 2012 - 4 h 32 min

    @farid, c’est juste par souci

    @farid, c'est juste par souci d'équilibre. Il y a tellement de médias lourds, légers et superlégers qui leur servent de tribune ! Quant au régime, comme vous l'appelez, puisque vous semblez reprendre ce mot tellement usité par ces mêmes médias lorsqu'il s'agit des "petits" peuples "ecrasables" que nous sommes à leurs yeux, il est pourri, mais ni plus ni moins que ceux de tous les autres pays du monde. Il ne faut donc pas focaliser sur un régime, mais sur tout le sysème corrompu de gouvernance du monde. On ne changera rien en Algérie, si rien ne change dans le monde. Or, cette tendance nouvelle à vouloir mettre ces extrémistes aux idées rétrogrades au-dessus de nos tête comme une épée de Damoclès relève d'un plan qui veut nous maintenir en retard jusqu'à la Saint-Glinglin. Le choses doivent changer, et pour que les choses changent justement, il faut barrer la route aux intégirstes et, effectivement, combattre ce régime, mais pas en passant notre temps à nous poumonner bien inutilement (puisque les jeux sont faits ailleurs !) sur les places publiques comme les Egyptiens au moment où leur pays est en train de se ruiner pour être, par la suite, récupéré par qui vous savez vous et moi… ça y est, le Bahreïn vient d'être avalé par le géant saoudien. A qui le tour ?
    Amicalement.




    0



    0
    farid
    14 mai 2012 - 22 h 17 min

    n’est ce pas légitime que de
    n’est ce pas légitime que de prétendre et rêver de gouvernance dans son pays par le biais d’un scrutin en se pressentant comme candidat dans une élection libre? est ce interdit qu’un parti de l’opposition algérienne pense à être un jour dans le pouvoir ? en quoi est ce risible de voir un opposant courir derrière le pouvoir ? le but de militer dans un parti politique c’est pour avoir un jour les règnes du pays si le peuple le voudra pacifiquement et démocratiquement. je ne comprend pas votre acharnement sur les partis politique islamiste précisément à croire que le régime vous a dompter et inculquer la volonté de servitude à vous aussi. Allah yehfed l’Algérie.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.