Plus de 200 redresseurs du FFS se réunissent à Bouzeguène

Plus de 200 cadres et militants du FFS se sont réunis aujourd’hui en conclave, pour «examiner la situation du parti et préparer les actions futures pour contrer cette machination visant à normaliser le FFS», explique l’un des organisateurs de cette rencontre tenue à Bouzeguène, à 65 km à l’est de Tizi Ouzou. Plusieurs figures du parti y ont pris part, à l’image de Mustapha Si Salah, Boudjemaâ Salem et Ramdane Tamzi. D’autres membres du conseil national ont répondu présent à cette réunion pour «la sauvegarde du FFS». Mais la «vedette» de cette rencontre reste Karim Tabbou, député et ancien premier secrétaire, qui est actuellement suspendu de toute activité au sein et au nom du parti. Dès son arrivée, les militants présents lui ont exprimé leur «pleine solidarité», souligne l’un des participants. Karim Tabbou leur affirmera qu’il n’abandonnera pas la «bataille» : «Je ne suis pas quelqu’un qui courbe l’échine. Je me battrai par tous les moyens et jusqu’au bout, car je sais que je défends une cause juste, celle de préserver le parti et de lui éviter une normalisation tant recherchée par le pouvoir.» Il estime qu’à travers sa suspension, la direction du parti cherche à faire peur aux voix «discordantes» et annihiler toute contestation interne au parti. Le conclave a été axé sur les dernières mesures disciplinaires prises par le secrétariat national mais aussi sur la suite à donner à l’action des cadres et des militants visant à «redresser le parti» et lui «éviter une dérive fatale». Tabbou a dénoncé le décalage entre le discours du président du parti et l’action de la direction «qui n’en fait qu’à sa tête». Pour Si Salah, le problème du FFS n’est pas son président Hocine Aït-Ahmed, mais la direction qui «non seulement a mal informé le président, mais elle a même rédigé des lettres à sa place». Les cadres réunis à Bouzeguène ne se considèrent pas comme des frondeurs, mais des «militants authentiques» fidèles aux idéaux du parti et à sa ligne directrice.
Sonia Baker

Comment (4)

    yazid
    2 juin 2012 - 15 h 54 min

    Les militants authentiques
    Les militants authentiques doivent impérativement défendre la ligne stratégique politique du FFS tracée par le sang de nos 500 valeureux martyrs .Il est inconcevable d’admettre cette voie de normalisation qui rentre dans les équilibres claniques , il va falloir mettre en échec ce plan concocté et programmé à l’effet de mater toute opposition et compromettre toute alternative du changement radical tant souhaité par le peuple algérien.




    0



    0
    karim baghyoul
    2 juin 2012 - 6 h 20 min

    Karim Tabou a été suspendu de
    Karim Tabou a été suspendu de toute activité politique au nom et au sein du parti;lors de la réunion de Bouzeguéne qui a regroupé prés de 300 cadres et militants a lancé un un défi au 1er secrétaire du parti Ali Laskri à un débat de confrontation publique d’où les militants pourront tirer des leçons et conclusions.Réponse de laskri est vivement souhaitée!
    Le cabinet noir du FFS , à sa tête K.Baloul, fait fausse route avec le parti.
    Il ne contrôle que l’appareil du parti ,il doit savoir qu’il est vomi par la base qui découvre de plus en plus tout le mal qu’elle pense de lui,c’est l’homme des sales besognes.




    0



    0
    adli
    1 juin 2012 - 20 h 50 min

    le comble pour une formation
    le comble pour une formation de l’opposition, c’est de reproduire exactement les mêmes pratiques qu’elle dénonce à longueur d’année. le FFS a vraiment déraillé. Dommage pour ce doyen de l’opposition




    0



    0
    syphax
    1 juin 2012 - 20 h 14 min

    Il faut un mouvement très
    Il faut un mouvement très large pour faire face à cette direction « khobziste » qui est animée par des desseins mercantiles.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.