Qui pourra acheter notre pétrole ?

La zone euro sera-t-elle sauvée ? Les agences de notation continuent d’abaisser les notes de crédit des pays en situation critique et adressent, ainsi, un signal fort sur l’inutilité des efforts des autorités européennes face à la crise de la dette. L’Algérie n’est pas indifférente au sort des pays de l’Union européenne avec lesquels une bonne partie de nos ventes en hydrocarbures se réalise. L’effet domino pourrait entraîner une précipitation des événements au-delà de ce que l’on peut prévoir. Des experts connus pour leur compréhension des mécanismes de la zone euro n’excluent pas la sortie de la Grèce de cet espace. L’Espagne, pour sa part, traverse des moments très difficiles, après l’Irlande et le Portugal et en attendant l’Italie et la Belgique. L'Allemagne qui se présente comme un pôle de stabilité en Europe vient de mettre en garde, par la voix de la chancelière Angela Merkel, contre l’illusion qui consiste à croire que ses moyens financiers sont illimités. La politique d’austérité prônée par l’Allemagne, en échange de son aide, est contestée par ses partenaires de l’Union. Elle connaît un échec évident perceptible à travers la récession qui frappe plusieurs pays européens et le chômage massif qui en est la conséquence directe. Autre conséquence désastreuse en perspective : la ruée des particuliers vers les guichets des banques pour retirer leur argent. Une situation qui rappelle ce qui s’est passé en Argentine en 2001, obligeant les autorités de ce pays à limiter le montant des retraits. Le sommet du G20 à Los Cabos au Mexique, les 18 et 19 juin, aura du pain sur la planche.
Ramdane Ouahdi

Commentaires

    ras elkhit
    16 juin 2012 - 11 h 04 min

    Cette crise est la crise
    Cette crise est la crise ultim du capitalisme ce que d’autre ont nommé »LA CHUTE DE ROME »




    0



    0

Les commentaires sont fermés.