Assassinat de Serhane : les deux suspects aujourd’hui devant le procureur

professeur-miliana-assassinat
Le procureur renvoie le dossier au juge d'instruction du même tribunal. D. R.

L’enquête sur l’assassinat du professeur d’université de Khemis Meliana, Karoui Serhane, avance. Selon des sources sûres, les deux principaux suspects arrêtés dans cette affaire de crime abominable vont être présentés aujourd’hui devant le procureur de la République. Le troisième suspect est toujours recherché.

Les deux premiers suspects seront poursuivis pour homicide volontaire et risquent jusqu’à la peine capitale. Le ministre de l’Enseignement supérieur avait affirmé à l’Assemblée populaire nationale (APN) que cette affaire n’avait rien à voir avec l’Université, même si la victime est un enseignant et les présumés assassins sont des étudiants. L’assassinat de ce professeur d’université par neuf coups de couteau et un coup de marteau a provoqué une véritable onde de choc au-delà de la communauté universitaire.

Aujourd’hui, des dizaines de professeurs d’université se sont rassemblés à l’Université de Bab Ezzouar pour dénoncer la violence qui touche de plein fouet la communauté universitaire. Regroupés devant la Faculté des sciences biologiques, les manifestants ont vivement condamné l’acte criminel dont a été victime l’enseignant Karoui Serhane et qualifient la situation dans laquelle évolue l’enseignant universitaire d’intenable. D’autres appels à des actions de protestation et de condamnation de cette violence ont été lancés dans d’autres centres universitaires.

Un groupe d’intellectuels a, de son côté, appelé à un rassemblement devant le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, à Ben Aknoun, pour mettre un terme à l’inertie de ce département ministériel. Plusieurs professeurs d’université ont dénoncé la banalisation de la violence à l’université et appellent l’Etat à agir. La consternation touche également la communauté de l’éducation.

Le bureau national du Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Snapest) et l’ensemble de ses syndiqués ont condamné l’assassinat par ses propres étudiants du professeur Karoui Serhane. «Il est temps et vital d’envisager des réformes en profondeur car la violence qui est antinomique avec les études qui doivent baigner dans une éducation digne en valeur absolue représente un signal très dangereux qui interpelle les pouvoirs publics, les intellectuels, les chercheurs, la famille éducative et la société dans sa globalité pour un inévitable changement ! Il y va de l’avenir de notre nation», a affirmé le coordinateur national du Snapest, Meziane Meriane.

Hani Abdi

Commentaires

    Abou Lahab
    23 juin 2017 - 0 h 56 min

    Depuis l’aube de l’Islam les intellectuels et les artistes sont considérés comme des empêcheurs de tourner en rond et la sentence est la mort . La première victime fut Ka’b ibn al-Ashraf un talentueux poète, puis Asmâ bint Marwan poétesse , suivit du poète centenaire Abou ‘Afak qui fut tué pendant son sommeil et la liste est longue. Nos islamiste avec leur  » sahwa islamique  » ont décimé les intellectuels et les artistes algériens . Dans nos sociétés l’ignorance est une fierté : d’après Ibn Omar (qu’Allah soit satisfait d’eux), le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « nous sommes une nation illettrée, nous n’écrivons pas et nous ne procédons pas par calcul pour fixer les jours du mois à ceci ou à cela, c’est à dire à vingt neuf ou à trente » rapporté par Boukhari ( 1814) et Mouslim (1080)




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.