Le ministère de l’Intérieur prend de nouvelles mesures en faveur de la garde communale

Les gardes communaux auront des augmentations de salaires. Le ministère de l’Intérieur, qui a reçu jeudi leurs représentants lors d’une rencontre d’évaluation de la prise en charge de leurs revendications, a annoncé dans un communiqué des «décisions complémentaires» en faveur de ce corps, qui a longtemps bataillé pour arracher ses droits. Outre la revalorisation salariale, le ministère a décidé de relever l’indemnité de risque et d’astreinte avec effet rétroactif à partir du 1er janvier 2008 et d’appliquer la règle du cumul de la pension de retraite avec toutes rémunérations liées à une reprise d’activité salariale. Il a été décidé également de la possibilité de suspendre à la demande de l’agent, la pension de retraite exceptionnelle afin de bénéficier d’une pension recalculée à l’âge légal de retraite. Et les délais de clôture de l’opération ont été reportés à la date d’achèvement du redéploiement. Autre décision phare prise par le département de Daho Ould Kablia : l’application du dispositif d’invalidité. Ce dispositif sera appliqué par la CNAS, déjà instruite sur le dossier par le ministère du Travail. Des journées d’information seront organisées pour expliquer les droits prévus et les procédures à suivre en matière de pension spécifique d’invalidité. Aussi, le ministère s’engage à maintenir le même salaire des agents de la garde communale qui accepteront d’intégrer des entreprises économiques et des administrations publiques. L’augmentation du régime indemnitaire aura un effet sur l’augmentation de la pension de retraite, y compris celles déjà liquidées au titre du régime exceptionnel, assure le ministère qui affirme avoir lancé un recensement de la situation sociale de l’ensemble des familles des victimes du terrorisme parmi les gardes communaux pour traiter les cas échéant les problèmes liés aux pensions et au logement. Les représentants de la garde communale ne cachent pas leur «satisfaction» des résultats de cette rencontre. «Nous avons décelé une sincère disponibilité chez les responsables du ministère. Nous sommes confiants quant à la suite du processus, car il y a une réelle volonté de prendre en charge graduellement nos doléances», déclare à Algériepatriotique l’un des délégués reçus au ministère. Les deux parties comptent ainsi maintenir le contact et se rencontrer régulièrement jusqu’à ce que toutes les questions soient traitées. Avant l’ouverture de ce dialogue, les gardes communaux ont mené plusieurs actions de protestations. Ils ont même tenté à deux reprises de marcher à Alger sans y parvenir. Les protestataires ont installé un campement au niveau d’un champ mitoyen avec le marché de gros de la ville de Boufarik qu’ils ont levé le jour où le ministère a annoncé les premières mesures en leur faveur. L’effectif de la garde communale est estimé à 94 000 agents.
Sonia B.

Commentaires

    MOHAND
    11 août 2012 - 0 h 15 min

    dommage qu’on leur ait pas
    dommage qu’on leur ait pas accordé tout cela bien avant qu’ils sortent dans la rue ou qu’on ait engagé le dialogue qu’après l’épreuve de force et de la protestation;
    dans ce style action -reaction, les émeutes ont un bon avenir




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.