La justice américaine autorise la CIA à tuer les prisonniers

Aucune poursuite judiciaire ne sera engagée contre la CIA pour les détenus morts dans ses prisons secrètes. La justice américaine, connue pour sa témérité dans les affaires les plus rocambolesques, a cette fois-ci décidé tout simplement de tourner le dos aux familles des nombreuses victimes en renonçant aux poursuites qu’elle a engagées après les événements du 11 septembre 2001. Le département de la justice justifie son renoncement par l’insuffisance des preuves recevables devant un tribunal. La CIA a vite réagi à travers un communiqué signé par son directeur, dans lequel elle exprime son soulagement après la clôture de l'enquête et félicite le département de la justice pour sa compréhension. Après une enquête exhaustive sur le traitement infligé à deux détenus en 2002-2003, le ministère de la Justice n'engagera de poursuites criminelles contre aucun employé de l'Agence, se réjouit le responsable de la première agence de renseignement au monde. En 2002, les Etats-Unis avaient adopté dix techniques d'interrogatoire musclé assimilées à de la torture par de nombreuses voix critiques, afin d'obtenir des renseignements des personnes capturées et soupçonnées de liens avec Al-Qaïda. Ces méthodes comprenaient notamment la privation de sommeil, la mise à nu du détenu ou encore la simulation de noyade. L'Union américaine pour les libertés civiles (Aclu) a en revanche dénoncé cette décision, parlant d'un scandale. Le ministère de la Justice refuse de traduire en justice les responsables qui ont autorisé la torture, les avocats qui ont cherché à la légitimer et les interrogateurs qui l'ont utilisée, a déclaré dans un communiqué Jameel Jaffer, directeur juridique adjoint de l'Aclu. Cette ONG dénonce ainsi l’impunité dont bénéficient les agents de la CIA et craint que cela encourage la pratique de la torture au sein de cette agence pour l’extorsion de renseignements. La CIA a été plusieurs fois accusée de torture de prisonniers, notamment en Irak. Parfois, elle utilise des pays tiers et des sous-traitants pour accomplir cette sale besogne. Mais ce qui est valable pour certains ne semble pas être applicable aux Etats-Unis.
S. B.
 

Commentaires

    Ezzine
    1 septembre 2012 - 14 h 58 min

    La dénonciation de la
    La dénonciation de la décision du ministère de la Justice de ne pas engager de poursuites judiciaires contre aucun criminel de la CIA par l’Union américaine pour les libertés civiles (Aclu) n’est qu’une raillerie sans lendemain.
    Il faut que les pays dont les citoyens sont victimes de cette politique « à la cow-boy » appliquent conjointement la réciprocité sans aucune hésitation. Tout citoyen américain lié directement ou indirectement à l’administration terroriste américaine qui sera appréhendé pour un délit majeur sera automatiquement détenu dans une prison secrète et inculpé de terrorisme d’état.
    Il subira le même traitement qu’infligent les employés de la CIA à leurs prisonniers telle que la torture dans toutes ses coutures. S’il meurt, la Justice du pays dont les citoyens sont victimes de la politique macabre US n’engagera pas aussi de poursuites criminelles contre les employés des services chargés de poursuivre les terroristes d’état américains dans le monde.
    Des institutions de la maison blanche qui s’est noircie sont devenues ces derniers temps alliées d’Al-Qaïda, aux mercenaires multinationaux, aux faux djihadistes ainsi qu’aux sérials killers du monde. Ils participent aux meurtres des citoyens du monde au nom de la démocratie et des droits humains.
    D’ailleurs les Russes et les Chinois travaillent pour restaurer le droit et la justice au sein du conseil de sécurité des nations unis qui ont été jusque là utilisés comme tremplins par les américains et leurs affidés pour pratiquer impunément des holdups non pas de banques mais de pays entiers. Il est grand temps que cela cesse.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.