Les premières images d’amputations par les intégristes au Nord-Mali

Les premières images de victimes d’amputations pratiquées par les islamistes à Gao, dans le nord du Mali, ont été diffusées par l’agence française AFP, qui s’est procuré une vidéo tournée sous le contrôle des islamistes dans un hôpital de cette ville le 11 septembre dernier, nous apprend la presse malienne. Cette vidéo, obtenue par l’AFP auprès d’un journaliste malien à Bamako, a été tournée par un caméraman local avec l’accord des terroristes, le lendemain de l’amputation de cinq hommes présumés voleurs pratiquée au nom de la charia. Un journaliste de l’AFP a reconnu les lieux filmés. Selon des sources locales, ces amputations ont été commises par le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), qui contrôle Gao. La vidéo débute par un plan du panneau situé à l’entrée de l’hôpital de Gao et portant son nom, Hangadoumbo Moulaye Touré. Le drapeau noir et portant en caractères arabes la profession de foi de l’islam – visibles un peu partout dans les pays arabes et musulmans en proie à des soulèvements ces derniers jours –, y a été accroché. Un véhicule tout-terrain beige portant un calicot jihadiste à côté de sa plaque d’immatriculation est garé devant des chambres. A l’intérieur, trois hommes, jeunes, sont allongés sur des lits. Leur main droite et leur pied gauche ont été sectionnés et leurs blessures bandées. A l’arrivée de la caméra, ils cachent leur visage derrière leur main valide ou en tournant la tête. «Ce que nous leur avons infligé, c’est Dieu qui nous l’a commandé. La volonté de Dieu a été accomplie et les péchés de ces gens ont été effacés», assène un des terroristes auteurs de cet acte criminel. Il dit s’appeler Aliou Mahamar, se présente comme «mufti» de Gao. Au total, cinq hommes accusés de vol ont été amputés le 10 septembre à Gao, selon une source médicale sur place. La première amputation publique commise par les islamistes dans le Nord remonte au 8 août à Ansongo. Il s’agissait d’un homme accusé d’avoir volé une moto, qui a été mutilé par des éléments du Mujao. Le 29 juillet, des membres d’Ansar Dine avaient lapidé à mort, en public, à Aguelhok, dans le nord-est, un homme et une femme auxquels ils reprochaient d’avoir eu des enfants sans être mariés. D’autres couples jugés «illégitimes», des hommes accusés d’avoir bu de l’alcool, de fumer, ou encore d’être des voleurs ont aussi été fouettés en public par les islamistes dans plusieurs villes, notamment à Tombouctou.
Lina S./Médias maliens

Comment (2)

    mura
    17 septembre 2012 - 3 h 12 min

    vive l’islam; vive mahomet;
    vive l’islam; vive mahomet;




    0



    0
    Amine
    16 septembre 2012 - 18 h 17 min

    Et bonjour la kabulisation de
    Et bonjour la kabulisation de l’afrique (desole a nos amis afghans dont je quelques uns et qui sont tout a fait integres dans les societes les plus developpees !!) ils n’ont pas reussis a le faire a l’algerie alors ils l’entourent tout comme ils ont entoure la russie avec leurs bases militaires sauf que la, changement de decor c’est de milices islamistes qu’il s’agit pour creer a leur petite fille illegitime israel des ennemis immaginaires.

    Ayya ta7ya el djazair!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.