On ne vous aime pas non plus

Les Algériens auraient eu les cheveux hérissés s’ils avaient regardé ce reportage diffusé par la chaîne privée tunisienne Nessma. Cette télévision, dont le caractère maghrébin se limite à la manne publicitaire qu'elle engrange, s’est encore une fois placée du côté de la bourgeoisie tunisienne qu’elle représente, au demeurant. Le reportage fait état du recul du tourisme au pays des jasmins depuis la révolution. Néanmois, expliquent les patrons des grands complexes touristiques bâtis sous Ben Ali, ce n’est pas la révolution qui pose problème, mais la qualité des touristes que la Tunisie accueille chaque été. Ces Tunisiens caméléons, qui ont composé avec la dictature politique hier et qui n’éprouvent aucune gêne à s’acoquiner avec les islamistes aujourd’hui, pour peu que la religion se tienne en retrait des plages et des bars, affirment que si les clients de luxe – c’est-à-dire les Européens – boudent la Tunisie, c’est parce qu’ils refusent de côtoyer les «mauvais touristes» que sont les Algériens. Certes, ces tours opérateurs et directeurs d’hôtels ne nous citent pas nommément, mais quand on sait qu’un million d’Algériens se ruent vers les plages de ce pays voisin chaque année, on comprend aisément dans quelle direction est pointé l’index. En vérité, ce qui dérange ces gros bonnets du tourisme, opportunistes par excellence, c’est le fait que les Algériens – cela ils n'ont pas le courage de le dire – ne louent chez eux que la chambre et préfèrent passer leurs vacances au plus près des Tunisiens modestes, faire leurs courses dans les petites échoppes, manger dans les restaurants populaires et acheter un bouquet de jasmins pour un dinar symbolique chez les petits Tunisiens pauvres qui aident leurs familles à se nourrir. Cependant que les Européens, une fois sur le sol tunisien, se barricadent dans leurs bunkers cinq étoiles et n’en sortent plus jusqu’au jour de leur retour, non sans avoir, auparavant, débité un chapelet d’insultes à l’encontre de leurs hôtes «malpropres et peu professionnels» (voir les commentaires dans les sites spécialisés). N’en déplaise à ces esclaves de l’argent qui s’inclinent jusqu’au sol en signe de soumission et de servilité, les Algériens continueront de se rendre en Tunisie et d’acheter du jasmin chez ces bouts de choux qui souffrent pour survivre mais jamais ne s’agenouillent.
M. Aït Amara
 

Comment (6)

    Anonyme
    21 octobre 2012 - 8 h 35 min

    CONTRE VENT ET MAREES QUOI
    CONTRE VENT ET MAREES QUOI QU’ON EN DISE LES TUNISIENS ON LES AIME POUR TOUJOURS….UNE POIGNEE D’EXPLOITEURS D’AUTRES TUNISIENS EMPLOYES D’HOTELS CES NEBABS DU TOURISME FURENT FINANCES ET ENCOURAGES PAR L’ANCIEN REGIME QUI LES RACKETAIT PREFERENT CONTINUER LEUR COURBETTES ET BAISE-MAIN AUX CONCIERGES ET CONDUCTEURS DE BUS EUROPEENS LOIN DU REGARD DU CLIENT ARABE COMBIEN CRITIQUE DE L’OBSEQUIOSITE AUX OCCIDENTAUX SPORT FAVORI DE CETTE BOURGOISIE DE FACADE QUI PLEURE LE ‘MAITRE EUROPEEN’..
    NOUS AIMONS LES TUNISIENS FIERS QUI NOUS ONT MONTRE ASSEZ EN LA MATIERE..




    0



    0
    Patriotique
    10 octobre 2012 - 7 h 00 min

    M. Maleh,
    Vous semblez ne pas

    M. Maleh,
    Vous semblez ne pas avoir compris l'article. Le problème n'est pas de louer une chambre ou un palace ; le problème c'est que les barons du tourisme tunisiens déclarent que si les "bons" touristes boudent la Tunisie, c'est parce qu'il y a trop d'Algériens. Visionnez le reportage et vous entendrez plusieurs de ces "affairistes" dire toute honte bue : "Il n'y a plus de touristes, il n'y a que des Arabes" (sic !), c'est-à-dire des Algériens et, à un degré moindre, des Libyens, je présume. Quant au jasmin, je ne vois pas quel rapport cela a à voir avec mes moyens… Je vais souvent en Tunisie, comme vous et des centaines de milliers de nos concitoyens, et je me fais à chaque fois un plaisir de glisser un dinar contre un bouquet de fleurs à ces enfants, par solidarité. Par amour même ! Car, dignes, ils ne mendient pas ; ils gagnent leur vie à la sueur de leur front sur lequel je pose, ici, un baiser affectueux et respectueux. Merci pour votre message et continuez de nous lire.
    M. A.-A.




    0



    0
    Anonyme
    10 octobre 2012 - 0 h 13 min

    SI notre cote était exploite
    SI notre cote était exploite comme il se doit les algériens passeraient leur vacances chez eux; comme on le faisais dans le temps….. sans commentaires… il y aurait trop de choses a dire je suis déjà épuisé rien que d’ y penser a bon entendeur salut….




    0



    0
    ridha
    9 octobre 2012 - 21 h 29 min

    Je suis tunisien et j’ai
    Je suis tunisien et j’ai honte de lire ca. J’adores l’Algerie et les Algeriens. Un peuple fier et parmis lequel je compte parmis mes meilleurs amis.
    Vous etes chez vous et soyez les bienvenus!




    0



    0
    Maleh
    9 octobre 2012 - 19 h 28 min

    M. Aït Amara,
    En tant

    M. Aït Amara,

    En tant qu’algérien ayant passé mes vacances pas mal de fois en Tunisie, si je loue une chambre, c’est que mon budget ne me permet pas d’avoir plus confortable.

    Quant à vous, vous « préférez » acheter du jasmin à un dinar, ce qui suppose que vous avez les moyens de vous payer quelque chose de plus cher. Il en découle que la bourgeoisie est plus ou moins de votre côté. Et pour finir, en tant qu’algérien, j’aime les tunisiens et ce n’est pas à cause d’une poignée de journalistes que je vais commencer à les haïr. A bon entendeur.




    0



    0
    mechour
    9 octobre 2012 - 12 h 06 min

    bravo bien dit un vrai
    bravo bien dit un vrai soulagement




    0



    0

Les commentaires sont fermés.