Corruption : Chakib Khelil cité dans l’affaire de Hadjret Ennous

Le service économique de la police judiciaire a terminé, en 2011, une enquête entamée en 2009 sur des manquements à la loi qui ont marqué le projet de la centrale électrique de Hadjret Ennous, dans la wilaya de Tipasa, concernant la livraison et les phases du projet qui a coûté au Trésor public 670 millions de dollars. Le dossier a été remis au procureur général de la cour d’Alger. Echourouk qui rapporte cette information, citant des sources judiciaires travaillant sur le dossier, ajoute que l'octroi de ce projet n’a pas respecté le code des marchés publics, des concessions ont été faites par la partie algérienne au partenaire canadien SNC Lavalin : eau de mer gratuite pour refroidir les turbines, terrain gratuit pour le projet, majorité dans le capital du projet, gratuité du transport du gaz vers la centrale et gratuité du gaz livré à la centrale. SNC Lavalin a exigé que Sonelgaz achète toute la production durant 20 ans, autrement dit 20 milliards par mois, à un prix supérieur au prix en cours. SNC Lavalin a bénéficié des avantages offerts par l’Andi consistant en des exemptions de divers impôts pour trois ans durant la réalisation du projet et d’autres exemptions pour 5 ans à la mise en exploitation de la centrale. Le plus étrange, poursuit le journal, est que SNC Lavalin a enregistré un retard d’un an sur la construction de la centrale, prévue en 2008, sans en assumer les conséquences et c’est Sonelgaz (minoritaire dans le capital) qui a supporté le fardeau des pénalités qui se sont élevées à 160 millions de dollars. Une expertise demandée par SNC Lavalin a imputé ce retard au climat et aux conditions sécuritaires alors qu’une contre-expertise faite par un bureau d’études français pour le compte des autorités algériennes a rejeté les conclusions de la première expertise commandée par SNC Lavalin. Sonelgaz a payé les pénalités invoquant des ordres venus du ministre de l’Energie et des Mines à l’époque, Chakib Khelil. Autre manquement à la loi : dans le contrat, Sonatrach et Sonelgaz se sont engagées à garantir les crédits représentant 70% de l'investissement estimé à 67 milliards de dinars, au lieu que ce soit la société mixte «Société Hadjret Ennous» constituée par SNC Lavalin (51%) et ses trois partenaires algériens, Sonelgaz, Sonatrach et AEC (49%). L’investissement a été réalisé à 30% par des apports de sociétés privées et à 70% par des banques algériennes publiques (BNA, BEA, CPA et Cnep-Banque). Les violations de la loi sont allées plus loin, selon Echourouk, le montant de l'investissement ayant pratiquement doublé passant de 670 millions de dollars à un milliard de dollars. Dans ce cas aussi, les responsables affirment que les ordres sont venus de Chakib Khelil.
Cherif Brahmi
 

Comment (4)

    Mohamed
    9 octobre 2012 - 19 h 58 min

    On aura beau dénoncé cet
    On aura beau dénoncé cet ancien ministre, dénoncé ces scandales dans les journaux, alerté l’opinion publique des procédés mafieux de ce ministre, rien ne lui arrivera. Pourquoi n’est il pas interpellé par la justice? Pourquoi cette dernière ne s’auto saisi pas? Dans notre pays, seuls les lampistes et les voleurs de pomme sont en prison. Salutations




    0



    0
    Anonyme
    9 octobre 2012 - 18 h 57 min

    Echourok émarge effectivement
    Echourok émarge effectivement chez les islamistes moyens-Orientaux mais son article rejoint et confirme tout simplement celui « d’algériepatriotique » « où va l’argent du pétrole », lire aussi les documents consistant en un contrat type joint à cet article.




    0



    0
    Slimane
    9 octobre 2012 - 17 h 21 min

    prendre la défense de Chakib
    prendre la défense de Chakib Khellil c’est vraiment être aveugle et sourd ou vouloir que la corruption et la très mauvaise gestion du pays se pérénise à l’infini…..!!!
    Même si vous n’aimez pas ce journal , évitez d’aimer les saboteurs de notre Algérie…SVP




    0



    0
    Maysar
    9 octobre 2012 - 11 h 55 min

    Prendre » Echorouk » pour une
    Prendre » Echorouk » pour une source d’informations fiable témoigne du sérieux et la rigueur journalistique de Cherif Brahmi ,car  » Echourouk  » n’est pas un journal au sens professionnel du terme ,mais un organe de propagande associé aux monarchies du golf !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.