Logement : les tristes vérités du ministre de l’Habitat

Le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Abdelmadjid Tebboune, a appelé les entreprises chargées de la réalisation des projets d’habitat à se regrouper afin de «renforcer leurs parts de marché et développer leurs capacités de production». Tebboune a incité les entrepreneurs à agir de la sorte pour permettre à l’Etat de mieux les encadrer. Il a précisé, dans ce contexte, que les entreprises nationales publiques et privées dotées de moyens humains et matériels considérables ne constituaient qu’une minorité, déplorant, d’autre part, le fait que certaines firmes utilisent encore des outils artisanaux pour réaliser des projets importants. «Ceux qui ont confiance en l’avenir de leur pays investissent», a déclaré le ministre de l’Habitat, ajoutant que l’accès des jeunes entrepreneurs aux marchés restait «une priorité pour les pouvoirs publics». Rappelant que le rythme de construction de logements inscrits dans le programme quinquennal 2010-2014 reste «en deçà des attentes», le ministre a relevé que le nombre de logements réalisés annuellement ne dépassait pas 80 000 à 85 000 unités, alors qu’il devrait être de 200 000 unités/an pour parvenir à construire 2 millions de logements d’ici la fin 2014. Concernant la participation étrangère dans la réalisation des logements, Tebboune a précisé qu’elle «sera complémentaire» aux capacités de l’outil national et «non pas prioritaire». L’Etat, a-t-il dit, encourageait le partenariat qu’il soit entre les entreprises nationales ou avec des étrangers jouissant de savoir-faire et de moyens importants de réalisation. S’agissant de l’amélioration de la qualité de réalisation des logements, le ministre a appelé les entreprises à être au fait des nouvelles technologies utilisées dans le domaine du BTPH et à utiliser des matériaux de construction modernes et énergétiquement efficients. Le ministre a, d’autre part, insisté sur la mise en place d’un système «transparent» et «équitable» de distribution de logements pour faire bénéficier les véritables nécessiteux, avouant ainsi, indirectement, que des logements sociaux sont accaparés illégalement par des privilégiés qui en font un business ou les redistribuent à des proches. «Lorsqu’on verra une distribution de logement qui ne provoque plus de routes barrées ou de pneus brûlés et lorsque la demande reculera au rythme souhaité par les pouvoirs publics, cela voudra dire que nous sommes sur la bonne voie», a enfin souligné le ministre.
Lina S.
 

Comment (2)

    hadjdjelloul
    30 janvier 2013 - 10 h 44 min

    la formule AADL est surment
    la formule AADL est surment la meuilleur si elle n’a pas été intérompué .je me demande comment on a laisser des souscripteurs atttendre( gelé) de puis 2001 et lancer des projet LSP par l’AADL pour des gents qui ont les épaules et qui n’ ont déposer des demande que dans l’année 2006 pour benificier des logments au niveau des 400 LOGTS usto ORAN
    VRAIMENT J’AI PAS TROUVER DE REPONSES
    corruption c la seule répose




    0



    0
    Mansour
    18 octobre 2012 - 10 h 00 min

    Le relancement de la formule
    Le relancement de la formule AADL est une excellente initiative du nouveau Ministre de l’habitat.Beaucoup de jeunes cadres moyens ayant déposé des dossiers en 2001 pourraient en bénéficier,notamment ceux orientés vers la CNEP « banque de l’habitat » qui a perdu cette vocation depuis longtemps.Beaucoup de cités AADL se clochardisent et il serait temps de rappeler leur rôle aux administrateurs de ces cités souvent livrées à elles mêmes.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.