Législatives : la déroute annoncée du RCD

Le RCD a un sérieux concurrent en la personne de Norreddine Aït Hamouda. New Press

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a présenté des listes de candidature dans seulement 13 circonscriptions électorales sur un total de 52. Cette formation de l’opposition, qui a dénoncé à maintes reprises des entraves liées, notamment, à la délivrance tardive des formulaires de candidature dans certaines wilayas se contente de peu.

Le RCD est surclassé par de nombreux partis. Parmi eux, l’Alliance de l’union pour la justice, le développement et l’édification, le Front El-Moustakbel, Tajamou Amel El-Djazair (TAJ), l’Alliance Feth qui regroupe cinq formations politiques, le FFS et Ahd 54. S’il est vrai que l’Administration n’a pas facilité la tâche pour les partis de l’opposition, notamment en ce qui concerne la disponibilité des formulaires de collecte de signatures, cela reste insuffisant pour justifier une telle déroute. Jamais le RCD n’a été nationalement mal représenté que cette fois-ci. «Habituellement avec diverses embûches et entraves, cette formation réussit à présenter des listes de candidature dans plus de la moitié des circonscriptions», nous confie un fin connaisseur du parti qui considère cela comme l’un des symptômes du déclin politique que connaît ce parti. Même des wilayas où il avait par le passé l’embarras du choix, comme à Bordj Bou Arréridj, le RCD n’a pas pu présenter une liste. Faute de parrainages citoyens.

Cette formation, comme d’autres, peut imputer la responsabilité au pouvoir qui a introduit dans la loi électorale un seuil minimum (4%) lors de la précédente élection en dessous duquel un parti politique doit recourir à des parrainages citoyens pour avaliser sa liste de candidatures. Cet article de loi est également applicable pour les partis n’ayant jamais participé aux élections législatives. Mais au-delà des contraintes objectives et réelles que subissent des partis comme le RCD, il est difficile de ne pas lier un tel «score» aux problèmes internes que connaît cette formation politique. Le dernier conflit en date est l’exclusion du parti de Norreddine Aït Hamouda, membre fondateur, fils du colonel Amirouche et ancien chef du groupe parlementaire. Une exclusion qui a provoqué une grave crise au niveau de la fédération du parti à Tizi Ouzou.

Si le RCD est toujours présent dans son fief traditionnel, il n’est néanmoins pas sûr d’avoir un bon résultat. D’abord parce que son concurrent direct, le FFS, est fortement présent. Mais aussi parce que Norreddine Aït Hamouda se lance dans la compétition avec une liste indépendante. Une candidature de poids qui risque ainsi de «siphonner» la base militante du parti.

Hani Abdi

Comment (11)

    T'MESSGHIR
    8 mars 2017 - 13 h 20 min

    Ya le RCD çà t’apprendra à
    Ya le RCD çà t’apprendra à être plus clairvoyant à l’avenir. Il fallait écouter Soufiane Djilalli et Benflis pour refuser d’aller aux élections puisque que la situation politique et institutionnelle du pays est connue de tous. Comment accepter d’aller à des élections intégralement contrôle par le pouvoir alors que tout le monde sait que le système politique algérien n’a pas varié d’un iota … depuis 1962 ??? Chaah alikoume ya les bourourous du RCD « new look » complétement dépassé mais toutefois complice du schmilblick algéro-algérien !




    0



    0
    bougamouss
    8 mars 2017 - 9 h 03 min

    Le RCD n’a que ce qu’il
    Le RCD n’a que ce qu’il mérite




    0



    0
    mess belba
    8 mars 2017 - 8 h 24 min

    comme toujours tout ce qui
    comme toujours tout ce qui est vrai authentique n’a pas cour chez nous.normal le RCD n’est pas un parti larbin ni retrograde.
    il veut tirer l’algerie vers le modernisme donc il sera automatiquement voue au gémonies de la politique.c’est arabe et c’est normal.




    0



    0
    RAYES EL BQHRIYA
    8 mars 2017 - 6 h 44 min

    UN PARTI MORT . POLITIQUEMENT

    UN PARTI MORT . POLITIQUEMENT LIVIDE EXSANGUE




    0



    0
    Anonymous
    7 mars 2017 - 23 h 01 min

    je n’oublie pas que le rcd a
    je n’oublie pas que le rcd a voulu entrainer l’algérie dans la guerre menée par les occidentaux contre la Libye pour plaire à bhl .




    0



    0
    Buda Peste
    7 mars 2017 - 19 h 01 min

    Mohcine Belabes et sa famille
    Mohcine Belabes et sa famille vivent en Algérie. Dignement.

    Le RCD a défendu l’Algérie quand de nombreux abrutis et sanguinaires voulaient en faire un califat.

    Arrêtez avec vos accusations de mauvaise foi svp




    0



    0
    Anonymous
    7 mars 2017 - 18 h 29 min

    ce qui arrive très souvent
    ce qui arrive très souvent aux rabatteurs et complices de la mafia;la priorité et aux plus puissant et obéissant;les ex chefs de ce parti on eux leurs part de gateaux; le baril de pétrole est 55 dollars et les participants au carnaval électorale sont très nombreux alors il faut sacrifié le plus faible,c’est une doctrine venant du maroc et les monarchies des tiers monde;




    0



    0
    Bouzorane
    7 mars 2017 - 18 h 11 min

    Le RCD, un parti à la fois
    Le RCD, un parti à la fois fédéraliste et cosmopolite….Un parti qui jongle entre régionalisme kabyliste et cosmopolitisme nord-africaniste… Le régionalisme n’est pas en soi anti national, sauf s’il est combiné à un cosmopolitisme destructeur…. le vrai régionalisme renforce le sentiment national…Un vrai nationaliste est forcément régionaliste… un vrai régionaliste est forcément nationaliste…. le nationalisme est la forme étendue du régionalisme….. nationalisme et régionalisme se complètent et se renforcent mutuellement…. Le cosmopolitisme, lui, est anti-nationaliste et anti-régionaliste…. En passant de la case « régionaliste » à la case « nord-africaniste », le RCD brule la case « Algérie »…. Conscient de son incohérence idéologique, le RCD essaie de dissimuler son manque de nationalisme en affichant un anti-arabo-islamisme féroce… Le RCD veut faire passer l’hostilité arabo-islamiste pour du nationalisme!!…. alors que le RCD est de fait très proche de l’idéologie arabo-islamiste, vu que arabo-islamisme et nord-africanisme sont 2 variantes d’une seule et même idéologie cosmopolite… arabo-islamiste et nord-africanisme sont les 2 faces de la même pièce….. Vive l’Algérie souveraine et éternelle…. Vive les nationalistes algériens…. Abat les traitres cosmopolites, qu’ils soient arabo-islamistes ou nord-africanistes.




    0



    0
    BARBACHA
    7 mars 2017 - 16 h 46 min

    UNE POIGNÉE D’ABEILLES
    UNE POIGNÉE D’ABEILLES VAUT MIEUX QU’UNE BROUETTE DE MOUCHES.




    0



    0
    Anonymous
    7 mars 2017 - 16 h 22 min

    Amara Benyounès, ancien
    Amara Benyounès, ancien responsable du RCD, prédit le début du déclin des anciens partis politiques comme le RCD

    Amara Benyounès est optimiste. Le chef du MPA a prédit, ce mardi 7 mars, « un changement radical » après les prochaines élections législatives du 4 mai. « Pour moi, il y aura de nouveaux partis qui vont paraître. Les partis classiques et anciens vont connaître peut être un début de déclin », a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse organisée au siège de son parti.

    « Le MPA, qui a cinq ans d’existence, est présent dans une cinquantaine de circonscriptions électorales. On voit que ces partis qui ont près de 30 ans d’existence ont présenté entre 20 et 30 listes électorales. Il va y avoir un changement radical après les élections législatives », a-t-il détaillé.

    Amara Benyounès fait-il allusion à son ancien parti politique, le RCD, présent dans une quinzaine de circonscriptions électorales seulement ? « Non jamais ! C’est dans votre tête que ce parti tourne, pas dans la mienne ! », s’énerve-t-il en répondant à la question.




    0



    0
    Mokrane
    7 mars 2017 - 16 h 14 min

    Comme l’avait dit Benyounes
    Comme l’avait dit Benyounes hier, le RCD n’a jamais ete un parti Algerien mais plutot un organe de propagande au service du Roitelet M6 et de son Makhnez. N’oubliez pas que le sieur Mohcine Bellabbes avait exige a partir de Casabordel l’ouverture des frontieres du Hashich sachant que sa famille et ses enfants vivent a l’exterieur (France-Maroc) et par consequent, ne sont pas exposes aux effets de la guerre narcotique que mene le fils du Glaoui H2 contre nos enfant dont

    Heureusement que le peuple algerien n’a pas la memoire courte.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.