Le 8 Mars et l’hypocrisie des constantes nationales

Par Youcef Benzatat – Le combat pour l’émancipation de la femme devrait concerner en premier lieu la déconstruction de nos structures mentales patriarcales. L’émancipation de la femme, tout en étant un enjeu majeur pour le développement de la société, n’en demeure pas moins tributaire de l’émancipation de l’homme lui-même, aliéné à son tour par une culture patriarcale héritée d’une tradition machiste ancestrale, qui vient renforcer un statut misogyne inscrit dans la Loi fondamentale et influencé par un imaginaire mythologique religieux millénaire.

C’est dire que le développement de la société est impérativement redevable de l’émancipation de toutes les catégories de sa composante, aussi bien des femmes, des hommes que des enfants dont le statut devrait évoluer vers plus de considération en tant que personnes à part entière. De ce fait, militer pour l’émancipation de la femme ne peut se réduire à la stigmatisation de l’un des aspects de la société qui participent à son aliénation et négliger le reste. A savoir, substituer une haine à une autre, en substituant celle dirigée contre la femme à la haine de la religion par exemple.

Dans ce cas, militer pour l’émancipation de la femme, c’est militer pour l’émancipation de toute la société et élever ce combat au-delà des blocages sociétaux pour en faire un combat politique, puisqu’il s’agit de la reconsidération de tous les fondements de la société. Certes, le combat des femmes sur tel aspect ou tel autre de leur aliénation peut aboutir à des victoires partielles mais le problème de leur statut inférieur dans la société dans lequel elles sont recluses demeure entier, et les victoires acquises n’en demeurent pas moins qu’illusoires car sitôt acquises elles se heurtent aux contradictions qui structurent les fondements de la société, que cautionne institutionnellement la Loi fondamentale.

Toute la question de leur émancipation ne peut donc trouver de véritables solutions que dans la reconsidération de la Loi fondamentale et en premier lieu l’émancipation de l’Etat lui-même. Il ne peut y avoir de souveraineté pour les individus sans souveraineté de l’Etat auquel ils appartiennent. En consacrant l’islam comme religion d’Etat – article 2 de la Constitution –, celui-ci se retrouve aliéné dans la religion et perd de ce fait sa souveraineté au profit de l’idéologie religieuse, pourvoyeuse, en tant qu’idéologie populiste, de tous les schémas patriarcaux du pouvoir, tels que l’autoritarisme, le totalitarisme, etc.

Il ne suffit pas de décréter plus loin que «la liberté de conscience et la liberté d’opinion sont inviolables», que «la liberté d’exercice du culte est garantie dans le respect de la loi» (art. 36), tout en consacrant l’islam religion d’Etat pour entretenir la confusion et neutraliser toute contestation de la part des différentes catégories de la société relative à leurs droits fondamentaux.

Il ne suffit pas, non plus, de décréter que «le peuple est la source de tout pouvoir» (art. 6) ou bien que «le pouvoir constituant appartient au peuple», que «le peuple exerce sa souveraineté par l’intermédiaire des institutions qu’il se donne (…) et par l’intermédiaire de ses représentants élus» (art. 7), ou alors que «le peuple se donne des institutions ayant pour finalité (…) la protection des libertés fondamentales du citoyen et l’épanouissement social et culturel de la nation» (art. 8), alors que l’Etat lui-même souffre de l’absence de souveraineté, en étant aliéné dans l’idéologie religieuse.

Militer pour l’émancipation de la femme, c’est d’abord et avant tout militer pour la souveraineté de l’Etat, comme garant de toutes les libertés fondamentales qui définissent la citoyenneté dans le cadre d’un Etat démocratique et républicain. En dernière analyse, le combat pour la liberté n’est pas du ressort exclusif des intellectuels et des politiques. Il appartient à tout citoyen ou citoyenne d’y contribuer, par tout moyen. Par le débat d’abord. Ensuite, l’éprouver dans sa propre existence et le traduire dans la conduite de sa propre vie.

Le combat pour l’émancipation de la femme est indissociable de celui de tous les citoyens. Il devrait concerner en premier lieu la déconstruction de nos structures mentales patriarcales et notre imaginaire mythologique religieux sans pour autant porter atteinte à la spiritualité qui conditionne l’existence des croyants, dans la tolérance, sans stigmatisation, ni haine ni exclusion.

En définitive, notre combat pour la liberté devrait nous amener à construire une société où la femme puisse disposer de toute sa souveraineté sur son corps et son esprit. L’enfant respecté en tant que personne à part entière. L’athée et le croyant respectés dans leur rapport à l’absolu. Le choix personnel de la sexualité devrait être protégé par la loi, sans crainte de discrimination, à l’école, au travail, dans l’espace public ainsi que dans sa propre famille.

Le chemin est long, très long, tellement les embûches sont nombreuses et difficiles à surmonter. Il ne faut pas se leurrer, un seul chemin peut y mener : substituer la morale laïque à la morale religieuse à l’école, dans l’espace public et dans les institutions de l’Etat. Introduire dans les programmes scolaires et éducatifs une matière qui enseigne la sexualité et l’égalité entre les hommes et les femmes.

En somme, dépasser l’hypocrisie qui régit les fondements de notre société en refusant la fatalité des dogmes et des «constantes» de nos valeurs civilisationnelles et identitaires.

Y. B.

Comment (91)

    Anonymous
    13 mars 2017 - 8 h 45 min

    On a même pas compris le sens
    On a même pas compris le sens de ce 8mars, du cheb yazid au cheb aziz, c’est incroyable! les gens civilisés font des réunion et des conférence et nous en algérie fêtes sa avec des chants des déliquants, ses femmes qui dansent et qui font gerber tous le monde.




    1



    0
    lecteur
    11 mars 2017 - 13 h 24 min

    L’auteur de cet article est
    L’auteur de cet article est en plein délire idéologique d’une époque révolue …Les Bolsheviks C’était il y a 100 ans et ce fut la plus grave erreur jamais commise.
    Bref, la réalité sociale algérienne est infiniment plus compliquée pour qu’on la réduise à un problème de femmes d’ailleurs inexistant.
    Le régime s’appuie sur les femmes pour le bourrage des urnes et c’est tout …
    Les problèmes sont ailleurs: effondrement des systèmes de santé et de l’éducation , corruption généralisée aussi bien hommes que femmes , voleurs et voleuses, délinquantes et délinquants , trafics en tous genres , népotisme, régionalisme, élimination du mérite, détournements, sabotages , speculation, etc.
    Qu’est-ce qu’on a faire de vos fausses « constantes nationales  » auxquelles personne n’y a jamais cru?




    1



    0
      Anonymous
      12 mars 2017 - 13 h 00 min

      un autre Larbi bis qui
      un autre Larbi bis qui rejaillit d’un ancien volcan




      0



      0
        Kyrielle
        12 mars 2017 - 20 h 04 min

        Anonymous, tellement à court
        Anonymous, tellement à court d’argument qu’elle voit des clous partout…Faut consulter.




        0



        0
    Anonymous
    11 mars 2017 - 12 h 53 min

    on a déjà vu des homes se
    on a déjà vu des homes se faire passer pour des femmes et le pseudo samia en est un exemple méfiance!!!




    0



    0
      Samia
      11 mars 2017 - 14 h 03 min

      Un gourou anonyme qui veut qu
      Un gourou anonyme qui veut qu´on ne le laisse pas seul dans sa paranoïa. Décidément on verra de tout dans ce bas monde. Je comprends que ca puisse te déranger qu´une femme réfléchisse si tu devais être un homme (disons une caricature d´homme) ou que je ne sois pas une barbie qui expose ses atours si tu devais être une femme. Je suis bel et bien une femme, qui réfléchis sans ordres et qui s´en tient à ce que voient ses yeux, à ce qu´elle lit et analyse. Le féminisme est une imposture, une réponse politique sur le sociétal au lieu d´agir avec force sur le champ économique, éducatif et politique. Le féminisme ou le mâlisme sont des bouées de sauvetage pour adeptes esseulés en quête de maitre à penser. Ce qui nous pend au nez c´est la solitude et le dépérissement, que ce soit les uns ou les autres. Cette désorganisation sert les mariages de circonstances, les mariages clandestins de type missyar machin-chose, les travers de comportement. La liberté n´existe pas et n´existera jamais pour aucun être humain. la seule chose qui nous est possible c´est la libération, la libération de nos préjugés, de nos peurs, de nos aveuglements. Le féminisme est un marche, un marche idéologique. Qui ne devrait pas durer longtemps tant la misère affective, la solitude des femmes, l´incapacité des couples à perdurer déstabilisent les personnes. Il faut arrêter avec les idéologies à la noix, ce sont des chimères, la vraie vie c´est autre chose. Ca commence quand tu n´as plus besoin de mystifier le réel et que tu acceptes celui ou celle avec qui tu vis comme il l´est sans le remodeler à coup de chantages affectifs pour qu´il soit comme tu veux qu´il soit. Encore une fois, en tant que femme, je sais que la violence féminine est plus terrible et terrifiante qu´une celle d´un homme, car elle ne laisse aucune trace visible. . Les hommes sont bien moins durs que les femmes.




      0



      0
        Anonymous
        13 mars 2017 - 20 h 33 min

        A SAMIA. Je suis entierement
        A SAMIA. Je suis entierement d accord Avec vous quand vous dites « la liberte n existe pas et n existera jamais » mais que pensez vous alors de ceux qui se disent Amazigh (hommes libres ) le sont ils vraiment???




        0



        0
          Samia
          13 mars 2017 - 22 h 27 min

          L´homme libre pour un peuple
          L´homme libre pour un peuple c´est l´homme franc (dans le cas de la tribu germanique des Francs, cela veut dire l´homme honnête, soit qui on peut compter. La liberté ici signifie la fiabilité de la personne). Les Amazighs sont libres dans leur rapport à autrui, en somme l´hypocrisie est perçu comme un manque d´être, une incomplétude ontologique. L´autre liberté, la première, est celle des conditions, aucune homme ne peut être libre, car sans eau il meurt, sa vie dépend de conditions de fonctionnement interne et de conditions de développement externe. La seconde liberté, celle de la personnalité, dépend du respect que l´on porte à sa personne et à celles des autres. La liberté absolue n´existera jamais, votre vie n´est possible que parce que vous dépendez d´un élément de survie : boire, manger, se mouvoir, être un être social, être un être relationnel. En effet être Amazigh c´est être franc, libre de la compromission. En somme il ne faut pas avoir honte de ces origines tribales, bien au contraire !




          1



          0
          Anonymous
          14 mars 2017 - 6 h 35 min

          Bonjour M. Samia!

          Bonjour M. Samia!
          Vous êtes une sociologue ou une étudiante qui prépare son doctorat ou une simple personne qui essaie de changer de l’air après en avoir marre de la monotonie. Merci




          0



          0
          Samia
          14 mars 2017 - 11 h 34 min

          C´est Mme et non M. Merci
          C´est Mme et non M. Merci pour saisir la différence. Ensuite il n´est pas utile de faire valoir sa carte de visite pour faire valoir des arguments. Le peu qui est dit devrait vous faire comprendre que je ne passe pas ma vie chez le coiffeur et dans le shopping, on l´aura compris. Il y a bien plus intéressant que de suivre cette image caricaturale Enfin l´air qu´il faut rafraichir c´est celui de la pollution intellectuelle, Enfin, vous semblez plus frappée de monotonie que moi, car vous jugez, noter les arguments des autres sans faire le moindre effort d´en opposer ne serait-ce qu´un seul dans l´optique d´argument contre argument. Il est de salubrité publique de dire son avis quand on sait que cela peut éviter les fausses routes aux autres.




          1



          0
          Anonymous
          14 mars 2017 - 9 h 04 min

          Les amazighs sont libres dans
          Les amazighs sont libres dans leur rapport a autrui ,l hypocrisie est perçue comme un manque d etre ,une incompletude ontologique.Ce que vous dites là madame (si c est vrai ) ne concerne a mes yeux que les males qui pouvaient et peuvent encore vociferer quils sont libres.pensez vous que leurs femelles (sauf exception) avait droit à elever la voix aussi haut.Le passé et le present nous disent le contraire et cest la raison qui me pousse a dire Nul homme nulle femme n est LIBRE si son autre moitié ne l est pas..Allez y donc pour Amazigh=hommes et femmes libres cela serait plus contemporain (CORDIALEMENT)
          (=




          1



          0
          Samia
          14 mars 2017 - 11 h 51 min

          Vous méconnaissez votre
          Vous méconnaissez votre histoire. Lisez les ouvrages militaires français au début de la colonisation et de leur étonnement des liens entre époux. On dispose de textes historiques, N´oubliez jamais ceci : dans les années 54/56 toute une opération de manipulation visait à mettre les femmes contre les hommes pour les dévoiler et compter sur le soutien des femmes en faisant passer les hommes pour des barbares. Mais la chose que vous oubliez et que vous ne devriez en aucun cas, c´est que la violence politique génère la violence privée. On parle de désordre post-traumatique. On voit la violence maritale s´étendre chez les palestiniens, car voyez-vous la violence quand vous la vivez, elle vous mine, vous détruit et vous avez soi la possibilité de faire payer les autres ou de vous détruire. Ce n´est pas avec des idéologies frelatées et qui mettent les uns et les autres comme des monstres ou comme des victimes permanentes que l´on peut permettre d´arranger les choses. Oui il avait une franchise chez le nord-africain, particulièrement l´Algérien /ne. Elle reste encore présente chez ceux que rien n´a réussi à changer. Vous dites la même chose que tout ce que j´ai dit : nous sommes tous aliénés, femmes et hommes, perdus et perdants si nous sommes les uns contre les autres. La solution, de façon déductive, est bien les uns AVEC les autres.




          1



          0
          Anonymous
          14 mars 2017 - 16 h 52 min

          A samia en 56 j avais 6ans
          A samia en 56 j avais 6ans ma mere musulmane pratiquante (ALLAH YERHAMHA) portait le voile et souvent le vendredi apres midi elle m emmenait avec elle i au cinema pour voir des films egyptiens (antar et abla,rabeea eladawiya, douhour el islam etc ) la seance etait reservee uniquement aux femmes.Quand ramadhan arrivait elle allait faire ses prieres tarawih qui duraient une heure alors elle attachait a l aide de son foulard son pied au mien pour je n aille pas perturber les fideles.Quand je vois maintenant des hommes tres instruits et parfois meme erudits n’ arrivant pas a maitriser leur progénitures au sein de la mosquee je me demande comment ma mere l illetree ayant a peine quelques rudiments sur la religion avait cet immense respect a la priere en faisant de son mieux pour me retenir.l histoire ancienne il se peut que je l ignore comme vous dites madame ,mais mon vecu me dit toujours que mon pere etait tres tolerant et que ma mere savait gerer sa liberté. Allah yerhamhoum.Cordialement
          T




          0



          0
          Samia
          14 mars 2017 - 18 h 45 min

          Allah yarham vos parents.
          Allah yarham vos parents. Tout à fait d´accord cette génération avait la foi de l´espérance. Nous avons beaucoup perdu de cette génération, mais la votre aussi, étant un peu plus jeune que vous. Ils n´avaient rien comparativement à ma génération, mais malgré la faim, l´analphabétisme, ils étaient solides. Personnellement, je trouve que je n´arrive pas à la cheville de ma grand-mère et surtout de son incroyable conviction identitaire. Si on disait un mot de travers sur l´Algérie, même pour des broutilles, c´était une remise en place directe. Par contre je n´ai jamais vu Tarawih chez moi. Ne prenez pas les choses personnellement, je suis souvent maladroite dans mes interpellations. Je trouve aussi que nos parents étaient plus tolérants, plus libres aussi. Je suis tout à fait d´accord avec c´est vrai. Mon père était tolérant et confiant et ma mère était libre je trouve. Mais ce que j´aimais chez eux c´est la confiance qu´ils avaient entre eux, c´était impossible de les gruger. Ma mère ne lui cachait rien et nous aurions pu rouler mon père analphabète, mais jamais, au contraire avec sa rectitude morale on n´avait juste pas envie de le décevoir.. C´est pour cela que je n´ai toujours pas compris comment la greffe de l´islamisme politique a pu prendre dans notre pays. Il y a un raté. Je ne comprends pas cette confusion. Ce n´est pas normal ce qui s´est passé en Algérie, ce n´est pas l´Algérie que nous connaissions. On n´avait pas ces délires. Vivement que l´Algérie des hommes tolérants et des femmes libres, des couples confiants, nous reviennent vite. Je trouve les couples aujourd’hui´hui en plein chaos. Merci pour cet échange, cette Algérie que nous venons d´évoquer, elle nous manque, on en est inconsolable quand on l´a connue-




          0



          0
          Anonymous
          14 mars 2017 - 19 h 23 min

          Maladroits nous le sommes
          Maladroits nous le sommes tous et souvent ,sage,vous l etes soyez philosophe la vie vous sera plus belle .choukrane sayidati.




          0



          0
      Santa Claus
      11 mars 2017 - 17 h 56 min

      Votre commentaire suinte la
      Votre commentaire suinte la mauvaise foi de la chipie frustrée qui usurpé des pseudo masculins …Anonymous
      Gardes tes frustrations et ta mauvaise foi pour ton environnement immédiat qui est à plaindre .




      0



      0
    Free Will
    8 mars 2017 - 21 h 00 min

    « … Le combat pour l
    « … Le combat pour l’émancipation de la femme devrait concerner en premier lieu la déconstruction de nos structures mentales patriarcales. … »

    Y a-t-il besoin de plusque lequote,c.a.d. la 1ere phrase ?

    Ce qu’elle dit (la phrase), c’est que CE SONT LES BIDULES MASCULINS, qui ont besoin d’emancipation ! 40 millions de de bipedes-lardons, guide’ du petit doigt par minus-navet… Les faits tels qu’ils sont reellement.




    0



    0
    Tarik ou Chemin
    8 mars 2017 - 18 h 00 min

    Merci cher Youcef Benzatat
    Merci cher Youcef Benzatat pour votre superbe contribution que j’ai lu avec beaucoup d’intérêt. Chapeau. Mais il y a deux petites réflexions, qui s’emboîtent entre elles, que je souhaite faire. Premièrement, il est dommage que votre contribution ne soit pas traduite dans un blog en langue arabe ou dans la presse en langue arabe pour que les algériens qui ne maîtrisent que l’arabe, puissent vous lire. Si cela est déjà fait, eh bien tant mieux. Deuxièmement, dans votre article vous écrivez : ….  » en dernière analyse, le combat pour la liberté n’est pas du ressort exclusif des intellectuels et des politiques. Il appartient à tout citoyen ou citoyenne d’y contribuer, par tout moyen…. » . Malheureusement cher Monsieur Youcef Benzatat vous savez comme moi que la majorité de la jeunesse algérienne, y compris une bonne partie des étudiants, n’ont pas reçu une éducation scolaire et universitaire rationnelle et ouverte pour comprendre la profondeur de ce que vous dîtes. A mon avis, ils n’ont pas la conscience politique qui leur permet de s’impliquer dans la société dans le sens que vous préconisez ! C’est donc là où le bât blesse. Dans ce foutu pays qui part à la dérive culturelle et intellectuelle, je crois que je n’exagère pas. PS : Pardon cher Youcef Benzatat pour mon jugement sévère et prétentieux, mais je connais très bien mon pays et j’ai suivi son évolution depuis 1962, d’ailleurs j’aurai 72 ans cette année. La liberté, les libertés (de culte, de penser, de conscience,) la laïcité, la tolérance, le respect des minorités, l’égalité homme/femme etc… etc.. tout çà c’est « kofr » pour une bonne partie des algériens et ce n’est pas dans leur culture. Bon courage à l’Algérie, …quand même !




    0



    0
      Youcef benzatat
      8 mars 2017 - 19 h 57 min

      Merci à vous cher Monsieur
      Merci à vous cher Monsieur pour votre note d’espoir et vos encouragements




      0



      0
    proTrump
    8 mars 2017 - 9 h 15 min

    Vive Donald Trump!
    Vive Donald Trump!




    1



    0
    Anonymous
    8 mars 2017 - 8 h 22 min

    La morale laïque à substituer
    La morale laïque à substituer ? Cette phrase te résume. Tu es comme le verre à moitié vide ou à moitié plein…il te manqueras toujours l’autre partie, essentielle.




    0



    0
    Anonymous
    7 mars 2017 - 22 h 50 min

    parlons « constantes
    parlons « constantes nationales » : une des « constantes nationales » qui revient souvent dans la bouche des gens (des mecs) qui répondent à un radio trottoir est : la femme c’est ma mère c’est ma sœur c’est mon ipouz, etc. (formule terre-à-terre traduite littéralement de l’arabe et que tout le monde ou presque répète par manque d’imagination ou de ressources en expression orale ou les deux) oui mais voilà tout le monde sait qu’en réalité la femme c’est aussi et surtout la boniche , l’esclave , la machine à laver, etc. bref la femme c’est /fait tout ! sauf l’égal du mâle ! faut pas exagérer non plus !!! Bienheureusement la femme algérienne n’a pas attendu qu’on lui récite des formules cons pour avancer ! elle travaille dans tous les domaines, elle dirige même ! Moralité, comme dirait aboustroff, il n’y en a pas! simplement fonce ma sœur et laisse les braire !




    1



    0
    Samia
    7 mars 2017 - 21 h 30 min

    Il n´y a pas d´émancipation
    Il n´y a pas d´émancipation des femmes sans émancipation des hommes et il n´a pas de respect des femmes sans celui des hommes. Ce sont des sujets de manipulation. Nous sommes tous aliénés femmes et hommes. Tous perdus et perdants. Comment faire son bonheur en dominant son homme, en le maltraitant, en faisant de la vie de couple une concurrence et une guerre ouverte ? Comment faire son bonheur en dominant et maltraitant sa femme ? Ensuite tout le monde s´étonne que les enfants devant de tels modèles en faillite soient violents et perdus ! Nous perdons tous nos vies dans ces illusions de guerre des sexes. Il est impossible d´avoir une vie apaisante dans l´intimité quand c´est la guerre et la violence, c´est impossible d´être heureux seul. C´est la pire blessure faite au genre humain de mettre face à face, tels des ennemis, les femmes contre les hommes et les hommes contre les femmes. C´est un miracle de Dieu quand un homme et une femme partagent des sentiments d´affection et de bienveillance mutuelle. C´est l´humanité entière qu´on maltraite avec cette nouvelle idéologie dite sociétale. C´est encore une imposture. Aimez celui qui s´arrête pour vous donner une place et pour vous accepter. Aimez celle qui s´arrête pour vous. Loin des discours. Nous sommes en tant qu´humanité devant la croisée des chemins. Combien serons-nous encore demain et après-demain pour dire comme une écrivaine française : tant que les femmes seront les mères de l´humanité en aimant des hommes. Le 8 mars est une tarte à la crème supplémentaire, c´est tous les jours notre jour et c´est tous les jours le jour de l´homme aimé. Pour ce qui me concerne, demain est le jour des Brebis de Panurge. Vive les hommes qui aiment les femmes et vivent les femmes qui aiment les hommes. Point barre. Le giga-capitalisme mondialiste n´est jamais à court d´argument pour mettre la guerre et la dispute partout où il passe.




    0



    0
      Un Homme
      7 mars 2017 - 22 h 39 min

      Mes hommages Samia, une femme
      Mes hommages Samia, une femme comme vous sera combattu par le pouvoir et certaines femmes qui courts derrières les concerts et les débats du 8 mars, dommage, vous serez interdite de tout poste à responsabilité car vous ne correspondez pas au standard de la femme voulue par ce pouvoir corrupteurs des mœurs.




      1



      0
      m.larbi
      8 mars 2017 - 2 h 19 min

      Je ne saurai mieux acquiescer
      Je ne saurai mieux acquiescer. Les mots d’ailleurs sont ceux là même qui ont créé les maux sociétaux chez nous. Ce n’est pas l’Islam qui a embrigadé la femme. Ce sont les structures tribales qui sont dans les têtes des hommes les plus modernes qui ont maintenu la femme dans une position d’infériorité. L’Islam ne prêche pas l’égalité mais la complémentarité. Parler d’égalité c’est déjà fausser le débat. Rien n’est plus faux que de dire d’un homme qu’il est l’égal d’un autre homme. Cela vaut pour la femme aussi. Dieu dans sa mansuétude a diversifié sa création et l’œil exercé reconnaît ses signes dans les cieux et sur terre. Ainsi la nuit est indissociable du jour mais elle ne lui est pas égale. Les deux sont indispensables . On ne survivrait pas sans la nuit qui prodigue repos et on ne survivrait pas sans le jour qui nous permet d’aller chercher notre pitance. Les beaux parleurs célèbrent la femme avec des palabres à faire vomir un raton laveur. Ils reproduisent les mots de leurs maîtres qui ont un discours égalitaire mais un comportement pervers. La femme en occident est un objet sexuel. Rien de plus. On ne peut pas vendre une pate dentifrice, un jean ou un ticket de métro sans qu’il y ait une belle frimousse qui vous indique le chemin à suivre. Les scandales sexuels en France sont légion. Dominique Strauss Kahn qui a failli devenir président de la France … des femmes de chambres comme un vulgaire violeur. Il n’a pas écopé d’une seule journée de prison. Ses frasques à Deauville relèvent du proxénétisme du 1er degré mais il n’a pas fait un seul jour de prison. Il sera j’en suis sûr le premier à se plaindre de l’inégalité entre hommes et femmes en pays musulmans. Alors méfiez-vous lorsqu’un homme vous parle d’égalité. Il vous montre le lit. S’ils sont véridiques, ces tartuffes, qu’ils s’occupent de leurs mères. Il y a 15 ans on ne savait pas ce que c’était un asile de vieillards. Maintenant, ils sont légion en Algérie. Celui qui ne respecte pas sa mère, ne peut pas respecter sa femme et ne peut pas respecter sa fille. Au Canada, la communauté qui affiche le plus haut taux de divorce c’est la communauté algérienne. Pour une fois qu’on est premier dans quelque chose. Et pourtant, ce sont pour la plupart des universitaires qui savent ce que c’est que la laicité, l’égalité homme-femme et j’en passe. Pourquoi ne l’appliquent-ils pas dans leurs familles, eux qui finissent toujours dans les postes de police lorsque le couple bat de l’aile. S’ensuit alors l’inéluctable DIVORCE et l’éclatement de la famille avec sa cohorte de misère et d’échec scolaire. Faut-il quitter un pays pour une vie meilleure et finir comme un clochard en ayant la tête pleine de mots creux.




      0



      0
        Anonymous
        8 mars 2017 - 9 h 02 min

        Le Canada c’est pas étonnant
        Le Canada c’est pas étonnant c’est une dictature féministe extrémiste et même les Américains évitent d’y vivre en famille




        0



        0
          M.larbi
          8 mars 2017 - 20 h 42 min

          Ce n’est pas mieux au sud de
          Ce n’est pas mieux au sud de la frontière avec le psychopathe misogyne Trump!




          0



          0
          ProTrump
          10 mars 2017 - 3 h 55 min

          Trump est un Homme, un vrai
          Trump est un Homme, un vrai de vrai …
          Votre commentaire dénote une ignorance totale des réalités nord-americaine. Osez comparer le misérable Canada aux Etats-Unis est une hérésie.
          Vive Donald Trump!




          0



          0
          M.larbi
          10 mars 2017 - 20 h 39 min

          Bientôt il te métra dans un
          Bientôt il te métra dans un avion tu verras. Sois digne et ne te présente pas à la frontière canadienne pour y demander l’asile. Je connais très bien les États Unis du fait de mon travail alors stop kidding




          0



          0
        Moh
        8 mars 2017 - 11 h 10 min

        La situation de la communauté
        La situation de la communauté algérienne en France n’est pas meilleure car c’est une communauté harcelée de partout particulièrement les femmes. depuis le collège.

        Des associations de femmes comme celle de « ni pute ni soumise » subventionnées font le travaille de sape comme par exemple la distribution aux sorties des collèges aux gamines de chez nous un numéro gratuit au service des filles « maltraitées par leur pères ou frères », il suffit que la fille appelle à ce numéro pour voir débarquer chez ses parents une assistance sociale accompagnée de policiers pour prendre en charge la fille pour la placer dans un foyer.




        0



        1
          M.larbi
          8 mars 2017 - 14 h 15 min

          Même chose au Canada. Il s
          Même chose au Canada. Il s’agit d’un Programme mondial pour achever ce qui reste de la cellule familiale. Donner la fessee à son enfant est aujourd’hui criminalisé. On appelle cela droit de l’enfant comme on parle de tous les droits qui ne sont qu’une façon subtile d’isoler l’individu pour mieux Le dominer. Il est plus difficile de mater des groupes sociaux quand ils sont structurés




          0



          0
          Samia
          8 mars 2017 - 19 h 07 min

          La sentence est martiale, l
          La sentence est martiale, l´avenir sera radieux car c´est connu la femme est douce et un monde dirigée par des femmes sera meilleur.
          Vraiment ? On pâlit d´attendrissement devant la douceur de femmes telles que Hillary Clinton, Condolezza Rice ou encore Madeleine Albright. On sait peu que les prisons de femmes sont d´une violence inimaginable. On admet encore moins que dans un couple dysfonctionnel, si l´homme use de violence physique, la femme peut elle aussi user de violence, la violence psychique, celle des mots qui cassent, rabaissent, négligent, blessent et dénigrent. Les mégères qui médisent, cassent le moral ou harcèlent leur mari, on en parle pas. Des déesses qui brisent des familles entières. Dans ces cas précis de sorcières qui crient au scandale quand c´est elles qui le commettent, on en parle pas. La femme pure par nature, mais c´est une blague. La violence féminine est plus cruelle, plus tenace, plus psychique. Ne croyez pas ces salades et si votre femme est une sorcière, changez-en ! Quand la denrée homme sera plus rare, elles reviendront à de meilleures sentiments, c´est ce qui nous arrive en France. Des tonnes de célibataires. Imaginons les travers que cela génère. Ca donne envie d´être pour la polygamie pour isoler les sorcières domestiques qui cassent leur mari. Ce n´est pas mieux que les hommes qui usent de violences physiques. A quand le mariage de ces deux tordus en les stérilisant au passage pour être sur qu´ils ne se reproduisent pas. Ne doutez pas de vous et celle qui cherche à vous briser intérieurement, fuyez-la. On en connait tous des femmes qui ont rendu la vie d´hommes tel un enfer. Rien n´est plus laid que les femmes dominatrices, elles se croient super alors qu´elles sont immondes dans la famille, dans le travail et en amitié. Ne vous laissez pas raconter des histoires. Et évidemment ne maltraitez pas vos femmes ca va sans dire, sinon c´est pas mieux, c´est même clairement stupide.. Ce féminisme est né dans le mental d´une série de lesbiennes américaines. ´Le féminisme de ces femmes est tordu et totalement déjanté. Ce sont des entreprises de destruction humaine, car si on détruit les couples et familles, c´est la jungle, une jungle de personnes isolées juste bonne à engraisser le système bancaire et tous ses lieutenants. La dernière liberté qui nous reste c´est celle de l´intimité. On est en plein Orwell, un monde où la politique s´occupe de la vie intime des gens au lieu de faire en sorte que tout le monde étudie ou travaille. C´est du délire cette journée du 8 mars, ce féminisme destructeur. Je serai féministe quand ce sera aussi la défense des hommes et des enfants. Blabla blabla. Zéro pointé sur toute la ligne cette idéologie mortifère. Ne vous laissez pas faire, sans vous et votre protection, on sera les premières foutues dans l´histoire. La violence conjugale n´est pas le fait d´hommes ou de femmes mais d´enfances souffrantes qui débordent dans le champ adulte. La journée des Brebis de Panurge s´achève ce soir, bon débarras.




          0



          0
          M.larbi
          8 mars 2017 - 20 h 38 min

          Que dire de plus . Bravo !
          Que dire de plus . Bravo ! même si le ton peut à certains égards paraître violent. En fait, c’est ce monde dans lequel nous pataugeons tous qui est d’une violence jamais égalée dans l’histoire humaine. Il nous rend violents. Impossible de tempérer les ardeurs. Ce qui est un prélude a des lendemains cauchemardesques.44bahast44




          0



          0
          Anonymous
          8 mars 2017 - 21 h 16 min

          quelle bêtise et quelle
          quelle bêtise et quelle méchanceté !!! vous n’avez strictement rien compris à la cause des femmes peut-être parce que vous n’est pas équipée, à moins que ….
          @larbi, tout le monde ici sait que tu n’es qu’un takfiriste qui attend le signal pour rejoindre les hordes d’égorgeurs , ton commentaire, ta pseudo science n’ont strictement aucun intérêt, tu pourras dire toutes les insanités du monde ou toutes les choses intelligentes que t’auront appris des gaouris rationnels et bien élevés tu ne seras jamais qu’un terroriste dont la finalité est la destruction de l’autre homme ou femme !




          0



          0
          M.larbi
          8 mars 2017 - 23 h 35 min

          Si tu combats l’islam alors
          Si tu combats l’islam alors oui je dirai que tu es un ou une kafir. Je n’ai aucun problème avec ca . Concernant le terrorisme je n’en suis pas un fan car c’est du djahl. Et je ne suis pas un djahil. Si tu as un peu de culture relis l’histoire de France, celle de tes maîtres et modèles . Les boucheries commises par la révolution française de 1789 à 1870 non stop n’ont pas d’égales dans l’histoire humaine. On buvait du sang a même les artères jugulaires. Essayez de vous instruire d’abord au lieu de répéter ce que vos maîtres disent.




          0



          0
          Anonymous
          11 mars 2017 - 12 h 50 min

          « si tu combats l’islam » ???
          « si tu combats l’islam » ??? mais pour qui tu te prends petit psychopathe ??? j’espère que le canada va te mettre un coup de pied dans le c… inchallah ya rebbi! n’importe quel psychopathe parle de l’islam comme si ils l’avait lui même édicté, mais la vérité est visible à l’oeil nu , vous ne tromperez personne sur ce que vous êtes !!!!




          0



          0
          m.larbi
          11 mars 2017 - 19 h 07 min

          Tant que tu continues à dire
          Tant que tu continues à dire  »Inchallah ya rebbi » cela veut dire mazal fik rahmat rabi. Donc je ne t’en veux pas d’être mal poli. Quant au Canada qui me donnerait un coup de pied au cul je ne verrai pas pourquoi mais si cela devrait arriver Nahnou Mouminoune. Ma yousibouna illa ma katabahou Allahou Lana. Wal hamdou lillah Rabi Al aalamine.




          0



          0
          lucide
          10 mars 2017 - 4 h 02 min

          Commentaire d’une extrême
          Commentaire d’une extrême pertinence et d’une extrême lucidité.
          Ce que vous dites est tellement vrai.
          En Amérique et en Europe il y a des millions de femmes ayant dépassé la cinquantaine totalement seules et rageant contre les lesbiennes feminazies ayant causé ce désastre sans précédent.




          0



          0
          Adel
          10 mars 2017 - 18 h 01 min

          si t’ arrives pas à t
          si t’ arrives pas à t’intégrer dans cette société qu’attends tu de rentrer au bled et de subir le calvaire comme tes compatriotes pour ton information 90% de nos filles et femmes sont voilés et chaque vendredi vous allez entendre tous ce qui te rend heureux des imams: des prêches haineuses maudissant tous ceux qui ne leurs ressemblent pas en tenues et barbes donc je te conseille de ramener tes semblables et ne gâchent pas la vie aux autres qui veulent mener leurs vie de modernité et de droits de l’homme.




          0



          0
        Adel
        9 mars 2017 - 6 h 35 min

         »Ce n’est pas l’Islam qui a
         »Ce n’est pas l’Islam qui a embrigadé la femme »
        c’est étrange ce que tu dis Monsieur. le hidjab; le nikab, la moitie dans l’héritage, ne pouvoir se marier ou se déplacer sans tutelle ect…….. tu m’excuses tu es loin de ce qu’ a réservé le coran et la sunna pour la femme




        0



        0
          m.larbi
          9 mars 2017 - 11 h 42 min

          Si tu veux libérer ton
          Si tu veux libérer ton cerveau de ces clichés éculés, si tu veux te donner la peine de comprendre l’islam sans a priori, Si tu veux dépasser la forme pour comprendre le fond alors on peut discuter. Mais si ton idée est faite et si ces fadaises que tu viens de mentionner sont ta ‘bible’, alors pas la peine d’aller plus loin.




          0



          0
          Adel
          9 mars 2017 - 15 h 18 min

          c’ est pas de la physique ou
          c’ est pas de la physique ou des maths pour faire aussi d’efforts pour comprendre l’islam. il est claire comme l’eau de la fontaine d’ailleurs le comportement de ces adeptes dont tu es un parmi des millions d’autres confirme ce que je viens de dire par votre arrogance et la légèreté de voir ce qui se passe autour de nous en optant ces percepts qui ont endeuillé le monde entier. c’est à toi de faire des efforts et de se libérer de Ben taymia et mohamed kotb ya El MaghRoR




          0



          0
          profiler
          10 mars 2017 - 4 h 07 min

          Faux pseudo d’une vieille
          Faux pseudo d’une vieille enragée …Ça se voit à mille kilometres a la ronde




          0



          0
        Anonymous
        10 mars 2017 - 16 h 28 min

        j’ai une proposition à te
        j’ai une proposition à te faire. laisse ces européens tranquilles ne les polluent pas par tes dogmes moyenâgeux et venez vivre toi et Samia ici en Algérie pour militer dans l’un des partis intégristes que le pouvoir a agrémenté. croix moi Vous serez accueillis par vos fans.




        0



        0
          Anonymous
          10 mars 2017 - 17 h 44 min

          Elle est plutôt sensée. Rien
          Elle est plutôt sensée. Rien d´extrême, le ton est tranchant c´est sur, mais il pousse à réfléchir mais l´extrémisme y est absent. Bref tout est une question d´état d´esprit : formaté ou non formaté.




          0



          0
          Adel
          10 mars 2017 - 19 h 33 min

          il n y a rien de sensé parce
          il n y a rien de sensé parce que c’est stratagème qu’utilise souvent les islamistes dans le but de s’afficher comme alternatif aux tares qu’ auraient peut-être générer la société moderne. nous n’irons pas loin lesquels des modèles
          veulent nous proposer Larbi et Samia ? celui de l’Arabie saoudite du soudan ou d’Iran.




          0



          0
          m.larbi
          11 mars 2017 - 2 h 08 min

          Ok vous n’irez pas loin avec
          Ok vous n’irez pas loin avec l’islam. Mais vous êtes déjà nulle part et vous ne vous en rendez même pas compte? Réveillez-vous, secouez vos hardes, passez de l’eau sur votre visage et posez-vous la question qui tue : Pourquoi sommes-nous si malheureux? Pourquoi dans notre pays tout fonctionne de travers? Pourquoi nous ne nous aimons pas en tant que peuple? Pourquoi, pourquoi, pourquoi?
          Ne mettez pas sur d’autres, la faute qui est avant tout vôtre. Vous ne vous en sortirez jamais tant et aussi longtemps que vous garderez cette posture de loser, incapables que vous êtes d’assumer vos responsabilités. L’Islam n’y est pour rien dans votre malheur. Vous en êtes les principaux artisans. L’islam est une guidance pour ceux que Dieu a guidé. Pour vous qui semblez indisposés, ma foi vous pouvez l’ignorer mais vous devez savoir que combattre l’islam est un crime car en le combattant vous donnez le droit aux croyants que nous sommes le droit de se défendre. Vous ne pouvez pas convoquer la liberté d’expression car c’est une escroquerie intellectuelle qui a bon dos et qui vous permet de vous en tirer à bon compte (toujours le défaut de responsabilité). Aujourd’hui si quelqu’un médit de quelqu’un d’autre, il pourra s’attendre à aller en prison pour diffamation ou à tout le moins se faire casser la gueule et personne ne trouvera à y redire. Mais quand il s’agit d’Islam alors tous les libertaires du monde s’abritent derrière des lois que les hommes ont faites tout en escamotant la loi suprême que Dieu a imposé aux hommes. Nous sommes là pour le rappeler. Habba man Habba wa kariha mane Karih. Vous savez, Moise a affronté le pharaon seul et il a réussi à lui tout seul, bi idhni Allah, de détruire un empire immense. Mohamed QssL a affronté seul les tribus qoreichites les plus féroces de la presqu’ile arabique. Il a réussi à lui tout seul, bi idhni Allah, à porter le message de Dieu aux 4 coins de l’univers. Hadha houa dinou Allah famane iitassama bih fala khawfoune aalayhim wala houm yahzanoun.




          0



          0
          Adel
          11 mars 2017 - 8 h 15 min

          m.Larbi ou Samia ne sont en
          m.Larbi ou Samia ne sont en réalité que des victimes parmi des millions de ce patrimoine démoniaque qui ‎‎nous était venus de Hidjaz et imposés par l’épée cela fait 14 siècles.‎
          Je croix fort que la rokia qui est devenu une thérapie inspiré au prophète par dieu qui défie ‎selon les ‎adeptes du charlatanisme ce que la science moderne est advenu et aussi par la thérapie en ‎crottes et urines ‎des chameaux pour les insuffisants rénaux ont fait leurs effets sur Larbi et Samia. HAHAHA ‎




          0



          0
          Dziri3
          11 mars 2017 - 12 h 27 min

          Je n arrive pas a comprendre
          Je n arrive pas a comprendre Adel et les separatistes,des fois pour se glorifier il se disent Amazigh hommes libres et meme les fils de chachnok le conquerant de l ‘egypte.Quand leur euphorie ephemère s evanouie et leur vraie nature prend le dessus ils pleurnichent se martyrisent et font une retrospection de » seulement « 14 siecles pour accuser de leurs maux nouveaux,okba et l islam. Ne comprennent ils pas encore que le peuple souverain a tranché et que l islam est ALGERIEN!!!!! L islam sur ses chameaux parcourera et marquera le monde ,sa caravane a toujours su que les chiens et les traitres n obeissent qu a leurs maitres.




          0



          0
          Adel
          11 mars 2017 - 15 h 10 min

          L’Algérie est algérienne. L
          L’Algérie est algérienne. L’Armé est républicaine. c’est tranché depuis quand on a chassé et avoir donné ‎une bonne fessé au colonialisme français et une autre à tes compères quand ils ont osé de nous faire changer par ‎la force la religion de tolérance auquel notre peuple y croit en 90. Et nous serons là pour vous faire face, ‎non pas physiquement, mais culturellement, intellectuellement ‎et juridiquement.




          0



          0
          Dziri3
          11 mars 2017 - 17 h 31 min

          @ « عادل » : dans un post tu
          @ « عادل » : dans un post tu disais que l islam t ‘a ete imposé de force et par l epée durant 14 siecles et maintenant tu te retracte pour avancer que l islam est une religion de tolerance je ne me suis pas trompé en te disant que tous les separatistes sont des etres versatiles guidés tantot par leur humeur delirante et surtout par leurs maitre qui chante
          )Mehenni. Tu ne m as pas encore repondu ce que signifiait « عادل » » en arabe . Je reste sûr que tu l ignores !!!




          0



          0
          m.larbi
          12 mars 2017 - 1 h 42 min

          ça fait 20 fois que tu écris
          ça fait 20 fois que tu écris je croix avec un X. Mets-y plutôt un S, ça fera plus français . Ce n’est quand même pas la croix et la bannière.




          0



          0
          Adel
          11 mars 2017 - 10 h 21 min

          Tu vas trouver des réponses
          Tu vas trouver des réponses chez ces pays (Arabie saoudite, Sudan, Iran, Daeech) qui appliquent à la lettre ‎les percepts auxquels tu croix. Ces percepts moyenâgeux que tu veuilles nous imposer avaient endeuillé ‎mon pays pendant deux décennies et nous ne voulons plus revenir en arrière quelque soit le prix à payer‎




          0



          0
          Dziri3
          11 mars 2017 - 16 h 51 min

          @ADEL. : SAIS TU CE QUE
          @ADEL. : SAIS TU CE QUE SIGNIFIE « عادل » EN ARABE?? JE SUIS ABSOLUMENT SUR QUE TU L IGNORE !




          0



          0
          M.larbi
          10 mars 2017 - 20 h 35 min

          Ces européens m’ont accepté
          Ces européens m’ont accepté parce que je leur apporte quelque chose. Ils ne m’empêchent pas de pratiquer ma religion et je ne dérange pas leur mode de vie. Ils me demandent de travailler et de participer au développement économique et social . Ce que je fais. Ils me demandent de payer ma quote part d’impôts en tant que contribuable responsable. Alhamdulillah, je m’en acquitte honorablement en étant parmi les 2% des salariés les plus taxables au pays. Wa hada min fadhli rabi. Pourquoi voudrais-tu que j’abandonne mon pays d’accueil si je suis bien reçu. Et pourquoi viendrai-je côtoyer des gens comme toi si je perds au change?Serai-je plus musulman? tu sembles suinter le kofr. Serai-je plus riche? je n’en voudrai pas de cette richesse faite de vol, de rapine et de ribba. Serai-je plus intelligent? J’en doute fort. Alors, je te conseille d’ouvrir le Coran , de Le lire en ayant l’esprit ouvert peut être que la lumière de Dieu éclairera ton cœur . Tu seras incha Allah un bon musulman. Je vais te dire une chose ; en dehors de l’islam , l’Àgerie ne connaîtra jamais le bonheur. Quiconque défie Dieu vivra une vie de chien ici bas et l’éternelle géhenne dans l’au delà .
          By the way, toi qui est occidentalisé ( u vent) tente d’émigrer tu verras si les occidentaux vont t’accepter. Ils ne sont pas fous nos amis occidentaux. Money talks body (un autre niaiseux va vouloir me Le changer par buddy comme si on a partagé ensemble un café). I said money talks I pay you 1 $, I expect in return 10$ From you . That’s how it works in a capitalistic world. En d’autres termes, idha ma aandak salaa lil bay aa ma trouh la souq tastarzaq.




          0



          0
        Anonymous
        12 mars 2017 - 7 h 40 min

        « La femme en occident est un
        « La femme en occident est un objet sexuel. Rien de plus »
        Et vous appelez quoi les formules de mariage que regorgent l’islam commençant par la polygamie, le mariage du voyageur(زواج المسيار ) le mariage de plaisance (زواج المتعة) زواج الوناسه زواج المسياق زواج ألمفخاذ زواج المطيار زواج المحجاج




        0



        0
        Anonymous
        12 mars 2017 - 8 h 01 min

         » Les scandales sexuels en
         » Les scandales sexuels en France sont légion. Dominique Strauss Kahn qui a failli devenir président de la France … des femmes de chambres comme un vulgaire violeur. Il n’a pas écopé d’une seule journée de prison »

        ce qu’avaient fait le FIS et récemment Daach respectivement en Algerie , en syrie et Iraq sur des filles et garçons captés tu les appelles comment? Voilà les vrais percepts que tu veuilles distiller en Algérie Ya Bahloul.




        0



        0
          m.larbi
          12 mars 2017 - 10 h 50 min

          les crimes de Daech ou du FIS
          les crimes de Daech ou du FIS doivent être dénoncés, condamnés et leurs auteurs punis de la peine capitale. Le discours pervers des égalitaristes qui ne voient dans la femme qu’un objet sexuel doivent être combattus avec la même intensité. C’est la réponse du bahloul au dayout




          0



          0
          Anonymous
          12 mars 2017 - 15 h 53 min

          bahloul: une personne naïve:c
          bahloul: une personne naïve:c’est à dire nia. c’est pas une insulte. lah yahdik




          0



          0
      Adel
      9 mars 2017 - 6 h 52 min

      on dirait que c’est madame
      on dirait que c’est madame ali belhadj qui parle et qui projette pour un nouveau mode sociétale celle de médine. bonne fête pour les femmes du 08mars et beaucoup plus de modernité et d’émancipation.




      0



      0
        Samia
        9 mars 2017 - 9 h 00 min

        Pour votre gouverne : non
        Pour votre gouverne : non voilée, esprit libre et qui n´attend de personne un permis de penser. Quand à ma détestation de tout ce qui est islamiste, c´est clair, net et assumé-.




        0



        0
          Amalgame
          10 mars 2017 - 10 h 39 min

          Si islamiste sous entend
          Si islamiste sous entend musulman plutôt vous « voilez  » la burqa vous ira mieux!!!!




          0



          0
          Samia
          10 mars 2017 - 14 h 49 min

          Ni l´un, ni l´autre. Cheveux
          Ni l´un, ni l´autre. Cheveux aux vents et neurones en action. La salade de l´apartheid n´est pas la mienne. Mais défendre la femme contre l´homme, c´est à terme empêcher les femmes d´être heureuses et pour le moment elles ont autant besoin des hommes qu´eux ont besoin des femmes. C´est impossible de vivre sans se créer de vrais problèmes, voire des problèmes psychiatriques. L´idéologie des Frères musulmans c´est l´apartheid entre les sexes. Mais ce nouveau féminisme aussi promeut un apartheid des sexes. On ne gagnera rien séparément. La violence n´est pas une histoire de genre, mais de dysfonctionnement, d´âmes blessées. C´est ni un féminisme qu´il nous faut, ni un mâlisme. Mais une dynamique de la complémentarité où hommes et femmes en couple apprennent à bien se traiter mutuellement, à prendre soin les uns des autres. C´est une vie misérable de se marier, de se détruire, de se divorcer et balloter les enfants dans l´insécurité. Il faut apprendre avant de se marier à penser la relation du couple- Cela suffit le saucissonage, le conflit, la guerre. Notre communauté qu´elle soit en Algérie ou dans la diaspora a besoin de colmater les liens rompus, les souffrances intimes. Et le ministre en charge de la famille et des femmes devra aussi travailler sur une vraie politique familiale et conjugale. La violence est à la fois masculine et féminine. Les femmes violentes existent aussi et tous les hommes, non, ne sont pas des monstres violents. Seuls des hommes sains et droits peuvent protéger des femmes des autres hommes dangereux. Idem pour l´inverse. Il faut arrêter de casser les hommes, mais au contraire leur permettre de jouer pleinement leur rôle dans la société et nous en avons besoin en tant que femmes, c´est dans notre intérêt premier de femmes et de mères. Toutes les femmes le diront si elles sont honnêtes avec elles-mêmes, elles apprécient les hommes qui assument les choses et la vie, les hommes sur lesquelles elles peuvent vraiment compter, sur les deux épaules comme on disait autrefois. Elles n´aiment ni les petits coqs, ni les minets, ni les stars, ni les charlatans. Les vrais hommes ne frappent par leurs femmes, leur autorité suffit pour les convaincre. CQFD ! Et l´éducation des petits garçons passent par les mères et nous avons besoin de femmes et hommes pour parvenir à réussir ce défi partout, pas seulement en Algérie, et nous en sommes encore loin à avoir saisi le pouvoir d´une mère dans le développement des futurs hommes. La violence dans notre société, comme dans d´autres sociétés, est le fait de traumatismes qu´il nous faut guérir. Nous devons absolument aider les couples à résister ensemble dans les épreuves de la vie et pas à s´auto-détruire ou à fuir à la moindre insatisfaction. Sauvons nos familles et aidons les couples à vaincre les difficultés de la vie.




          0



          0
          Anonymous
          11 mars 2017 - 8 h 23 min

          @☆Samia. Votre expression « 
          @☆Samia. Votre expression  » cheveux au vent ‘ me rappelle la tres belle chanson de abdelhalim » » الشعر الحرير علي الخذوذ يهفهف و يرجع يطير يطير . J ecouterai toujours cette chanson tant que je vivrai.Voyez vous madame ,je suis un mouslim ma femme et mes filles portent le hijab ,40 ans de mariage respect et consideration mutuels garantis au sein de la famille. le muslim que je suis adhere en tres grande partie a votre conception de la relation homme-femme .je veux ajouter madame que la vue de vos cheveux aux vents ( puisque ce sont les votre) ne me generait jamais et vos neurones en action,dont j apprecie une partie de leurs production ,seront toujours a mes yeux des neurones humaines quoiqu ils produisent.Le mouslim que je suis ne vous deteste pas et ne le fera jamais . Ceci dit,je n arrive pas a comprendre pourquoi vous affichez si violemment votre » detestation » aux mouslimines (sans jeu de mots)dont je fais partie?? Cordialement!




          0



          0
          Samia
          11 mars 2017 - 14 h 14 min

          Je n´ai fait que dire que je
          Je n´ai fait que dire que je ne suis pas intéressée par le voile (et n´en porterait jamais, je n´ai pas à être responsable des idées imaginatives d´un homme en me regardant, c´est son problème pas le mien, dont je n´ai rien à devoir dissimuler pour qui que ce soit et n´oblige personne à me supporter).
          Celles qui veulent le mettre sont libres et ne doivent pas en retour se mêler de mes affaires de ne pas le mettre. Chacun s´habille avec son esthétisme et ce ne sera jamais le mien.
          Vous voyez une détestation là où elle n´existe pas. Je suis peut-être plus musulmane que vous ne le pensez, on laissera Dieu se charger de juger de ce que scellent nos âmes. L´ostentation et l´obligation de pousser les gens à justifier leur intimité c´est le principe même de la pensée dictatoriale. La dictature est plus l´œuvre du diable que de Dieu (don du libre arbitre). Nuance
          Simplement parce que vous interprétez mon rapport au vent comme étant un jugement de ces femmes voilées. Vous allez en besogne tout simplement.
          C´est votre interprétation de mes messages. Cela n´est pas ce que j´ai écrit. C´est cela la communication, un art incapable d´atteindre la compréhension du message. Salutations




          0



          0
          Anonymous
          11 mars 2017 - 15 h 38 min

          @ samia Madame vous aviez
          @ samia Madame vous aviez bien ecrit  » ma detestation de tout ce qui est islamiste c est clair ,net et assumé « c est cette affirmation qui a suscité ma question :pourquoi tant de detestation?Quant a votre rapport aux vents ,il eveilla en moi 2 tres belles chansons celle de abdelhalim (bitloumouni ) et celle de moustaki (le meteque) je vous ai cité la premiere parceque je crois qu elle est plus raffinée et proche de ma culture et c etait seulement une image qui a frôlé mes neurones que jai voulu vous transmettre pour embellir la discussion. Enfin concernant la communication ,avec moins de hargne lady , votre message sera mieux saisi ,Cordialement .




          0



          0
          Samia
          11 mars 2017 - 18 h 41 min

          Islamiste ne veut pas dire
          Islamiste ne veut pas dire musulman. Je déteste l´ideologisation politicarde et criminelle de la religion oui. Par déduction, cela veut bien dire que je les distingue des musulmans qui n´ont pas besoin de se coller des noms supplémentaires. Les islamistes sont en train de tout detruire partolut. pIls ont bien fait cela en Algérie. Dans ma pensée, les islamistes ne sont pas musulmans mais bien des fanatiques qui sont en dehors de la voie du El Hanif. Je n´ai pas de hargne mais un ulcère carabiné et mon écriture ne parvient pas à le masquer. Maintenant entre nous : je n´accroche pas du tout aux chansons sirupeuses égyptiennes de la Kalsoum à ses loukoums. Quand je vois les dégâts de ces films égyptiens sur l´état d´esprit des femmes algériennes (maintenant les films turcs) qui après avoir patiné dans les contes de fées n´en sortent pas pour ensuite vivent dans les feuilletons romantiques nilotiques, je me demande finalement s´il me reste quelque chose d´algérien contemporain. Mon monde est en train de mourir et je ne me reconnais plus dans ce monde de pantins sous influence. Je confirme : je ne peux pas encadrer la pensée islamiste, elle est loin de se comparer à quelqu´un comme Ibn Arabi par exemple. C´est comme ca le monde change. Helas. Espérons que Dieu ne permettra pas la dégringolade en Algérie avec cet islamisme débile et ce féminisme tout aussi débile qui n´est que le pendant du premier. Deux pensées d´ apartheid, la première contre les femmes et la seconde contre les hommes. Super, on est plein sport, c´est époustouflant. Salut !




          0



          0
          Anonymous
          11 mars 2017 - 20 h 58 min

          Mais bon sang qui es-tu au
          Mais bon sang qui es-tu au juste! !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!




          0



          0
          SAMIA
          11 mars 2017 - 21 h 49 min

          ÇA Y EST ? TU PÊTES LES
          ÇA Y EST ? TU PÊTES LES PLOMBS OU QUOI ? TU NE VOIS OU PLUTÔT, TU NE COMPRENDS PAS QUE JE SUIS….. SAMI ! ET NON SAMIA.




          0



          0
          Samia
          12 mars 2017 - 7 h 25 min

          Merci de ne pas voler mon
          Merci de ne pas voler mon pseudo. Le premier critère dans tout débat est, quand même, de refuser, l´imposture sinon c´est de la vulgaire manipulation. On en reste aux arguments qu´on oppose et on a le droit d´être en désaccord avec des arguments, pas avec de la manip de peureux en fait. Il ne faut jamais avoir peur de débattre , personne n´a raison a priori, du fait de sa personne, seuls les chercheurs de pouvoir personnel ont peur des débats libres.La réalité et la vérité priment sur nos personnes.




          0



          0
          Anonymous
          12 mars 2017 - 8 h 11 min

          Samia c est l algerienne quil
          Samia c est l algerienne quil faut toujours respecter, Samia se recherche dans un milieu qui lui parait hostile (c est juste je crois, une impression ) tous mes voeux pour qu elle se retrouve .pour le bonheur des algeriennes .INCHAALLAH . (Cordialement




          0



          0
          Samia
          12 mars 2017 - 10 h 50 min

          Mais mon cher compatriote
          Mais mon cher compatriote merci d´abord. Ensuite je pense être une personne respectable. C´est tout le mal que je me souhaite pour faire caustique. Je ne me cherche plus, c´est fini. Quand au monde il est hostile pour une seule raison, on passe notre temps à suivre des modes (les fameuses idolâtries et les fameuses passions dont parle le monothéisme), on passe son temps à sculpter des idoles sans voir la vraie vie, bien courte, sans voir le vrai monde, celui de la nature et des relations humaines. Quand je me mets en pétard ce n´est contre aucune personne, mais bien contre ces idoles, des idéologiques, des modes, des sentences martiales qui ne sert que le super market et qui nous empêche de vivre vraiment, d´être nous-mêmes en s´empêchant d´écraser les autres. Je souhaite autre chose pour le pays de mes parents et de mes ancêtres, Je souhaite autre chose que la guerre des sexes, celle qui a foutu en l´air nos familles en France qui avaient besoin de soutien, de comprendre les traumatismes de la guerre sur l´enfance de nos parents, qui avaient besoin de comprendre que toutes les traditions ne sont pas bonnes mais que toutes ne sont pas mauvaises à condition de faire le tri. Si vous voulez détruire l´Algérie une fois pour toutes, semez la guerre entre les hommes et les femmes, entre les algériens et les algériennes et delà l´enfer sera à portée de main. Le monde est hostile du fait de ses illusions. Nous sommes tous des toxicomanes shoutées aux illusions et au baratin idéologique. L´heure de la désintoxication c´est ici et maintenant et elle ne se fera pas contre soi, ni contre les autres, ni contre notre histoire, ni contre notre personnalité culturelle, mais bien avec soi, avec les autres, avec notre histoire et avec notre personnalité culturelle mais bien contre toutes ces drogues idéologiques. Ce peuple pour toutes les épreuves qu´il a surmontées durant des décennies mérite non pas de semer la guerre des sexes, mais bien la complémentarité des sexes et il faut en être conscient. Si vous cédez au baratin féministe sans comprendre que c´est les hommes et les femmes qu´il vous aider, que c´est les filles et aussi les garçons qu´il faut protéger, alors il faudra encore quelques décennies pour faire tomber ce pays de roche et de lumière. Ce pays ne mérite pas cela, ce peuple ne mérite pas cela. Oui, une morale éthique est importante. Ce n´est pas l´islamisme qui l´apportera, ni le féminisme, ni les lumières à la française dont on voit l´échec, mais bien le fait de se connecter à notre histoire, nos cultures en dissolvant toutes les traditions qui nous bloquent pour faire la part belle aux traditions qui libèrent. Il ne faut jamais avoir peur du débat, c´est la seule voix pour faire la peau aux baratins des idéologies et pour enfin vivre sans ces drogues qui polluent notre cerveau. Dieu n´y est pour rien dans ce qui nous arrive, c´est le fait de nos pensées faites de travers, c´est le fait de nos handicaps et de notre façon d´en faire des idoles. J´espère que j´ai été claire et moins agressive. Ne croyez pas le baratin féministe ni mâliste. C´est de la came qui ne sert qu´à détruire le cerveau, siège acteur de nos vies.




          0



          0
          Anonymous
          11 mars 2017 - 21 h 34 min

          @ samia je doute fort madame
          @ samia je doute fort madame qu il existe dans ce monde des musiques sirupeuses mais je suis sûr que les neurones refractaires sont a profusion.l intolerance qu on reproche aux autres nous domine tant que notre son de cloche reste a nos oreilles le seul audible.cordialement.




          0



          0
          Samia
          12 mars 2017 - 7 h 56 min

          En tout cas la forme prime
          En tout cas la forme prime sur le fond selon vous. Je suis certainement intolérante, rien de ce qui est humain ne m´est étranger, comme vous. Je suis réfractaire à toutes ces pensées qui séparent le socle de toute sécurité sociale, à savoir le couple, la famille et leurs enfants. La première stabilité est la stabilité affective et je réagis sans démordre car j´ai vu arriver un discours sur la toute violence des hommes. Or ils ne sont pas seuls à être violents. Les femmes ont une autre violence. Quand j´ai compris cela, je me suis simplement dit que je ne me tairais pas, notamment pour éviter aux femmes de penser qu´elles ne sont que des anges et que rien de mauvais ne peut venir d´elles, qu´il faut quitter son piédestal pour être vraiment dans la relation avec ses enfants, son mari, les autres, qu´importe. Que la violence nous l´avons de part et d´autres. Je n´´ en veux à personne ici, ni même aux réactions revolver. C´est le propre des préjugés, car on met le doigt dessus, on crée des explosions de réactions intempestives qui sont plus des réactions idéologiques que des réactions de réflexions. J´ai ma part d´intolérance et ma part de surdité, peut-être plus que vous tous, mais j´en suis consciente. Ce qui compte le plus pour moi c´est de dire que cette guerre des sexes et de la violence matrimoniale nous mène tous droits dans le mur. Aucune société ne peut tenir sur ses pieds si ses familles sont détruites. Il faut tout faire pour aider les gens à protéger leurs familles. Et on peut apprendre cela. Nous sommes ici dans un débat d´idées et nous n´avons pas à nous séduire les uns les autres : ce n´est pas l´objet du débat. On séduit dans son couple pas dans un débat d´utilité publique. Voila. Cessons de dresser dans une guerre sourde hostile, rageuse et apeurée les filles et les garçons, cela ne peut rien générer de bon. Toute société tient debout par cette complémentarité. Islamisme et féminisme ont des fonctionnements de séparatisme des sexes. Et l´islamisme a plus défiguré l´Islam qu´autre chose y compris dans ce domaine du lien homme-femme. Le féminisme a affaibli le bonheur des femmes en leur racontant des sérénades de puissance et de domination sociale. la blague. Un dominateur homme ou femme reste un individu mal dans sa peau qui ne vit qu´en vidant les autres de leur volonté, J´étais féministe et j´ai saisi que les termes du débat sont mal posés et ne peuvent mener qu´à une impasse humaine. Sur ce, messieurs et mesdames, bonne journée et n´oubliez pas de prendre soin de ceux qui sont prés de vous. C´est la seule qu´aucun système pourri ne pourra vous enlever, c´est un don gratuit. En France on a vécu une chose impardonnable : la soeur ou la fille qu´il faut libérer de sa famille. Au final des familles démembrées par les assistantes sociales ou la pensée féministe, des rapports abimes, l´idée que tout garçon d´origine algérienne est forcement violent et mauvais. C´est cette cassure qui pose question. Pour ce qui me concerne, on ne doit plus laisser l´idéologie du féminisme briser nos familles mais se donner les moyens pour leur permettre de vivre ensemble et de traverser la vie et ses épreuves ensemble. Sans compter une hyper-indécence dans les rapports humains. Nous ne serons jamais libres seuls, mais ensemble il est possible dans les familles de se libérer de ce qui nous empêche de fonctionner paisiblement. C´est un vrai sujet, un vrai combat social. Ne tombez pas dans le panneau pour eviter que le feu soit dans vos maisons. Promis je n´interviendrai plus, je pense avoir suffisamment dit. Soyez vigilants, ce sont des salades. Il suffit de choisir le chemin de la justice pour être juste, pas besoin d´un jour spécial, d´une idéologie mondaine même en musique et en tremolos, ca se fait tous les jours, tout le temps. Et si j´ai blesse quelqu´un avec mon ton revêche et agressif, j´en suis vraiment désolée. Mais ce sujet est primordiale et mérite qu´on rentre dans le lard dans cette imposture sociétale à coups de latte et sans sommation. Nos familles, nos maris, nos femmes sont les êtres les plus importants, le bonheur n´est pas ailleurs, il est dans l´intime. Donc au lieu de séparer les gens, il faut s´apprendre les uns les autres à comment le faire pour y parvenir. La dimension holistique des rapports humains, elle seule peut nous sauver, pas la dimension séparatiste.




          0



          0
          youcef benzatat
          12 mars 2017 - 10 h 08 min

          Merci pour votre intervention
          Merci pour votre intervention, qui je crois a apporté énormément aux lecteurs. J’ai moi-même suivi vos observations avec beaucoup d’intérêt. Vous avez donné sens au débat et c’est ce qui manque souvent dans ce genre de fils. Votre pragmatisme et votre expérience méritent respect. Cependant, vous avez soulevé le problème du point de vue de l’affectif, alors que le sujet de l’article c’était le droit. Vous l’avez soulevé aussi, je dirait effleuré, dommage. Je dirais que vous avez commencé par la fin. Car me semble t-il, le problème affectif est tributeur de celui du droit. C’est un autre sujet. Merci en tout cas pour vos précieuses interventions.




          0



          0
          Samia
          12 mars 2017 - 15 h 38 min

          Bien cher monsieur, je ne
          Bien cher monsieur, je ne voulais pas en parler. Volontairement. Sinon j´aurai monopolisé tout le débat. En outre mon propos ne visait pas l´affectif (chacun a le sien) mais le lien humain. Sans lien humain harmonieux, d´abord dans les premiers lieux de vie, rien ne peut tenir par la suite. Le droit ne peut s´exercer que lorsque il y a des manques de droit. Or viser la consolidation du lien humain permet de ne pas trop attendre du droit mais d´abord d´assumer ses responsabilités premières, de ne pas y recourir puisque vous n´en auriez pas besoin, mais surtout de ne pas courir le risque de voir le droit pris en otage par une minorité qu´elle soit financière, sociale ou politique. Si nous avions des sociétés où l´humain est la priorité on peut dire que les juges aux familles, les avocats seraient moins encombres par des procès sans fin. Le droit dépend de la faille humaine. Or réparer la faille humaine pour la consolider permet à la société d´être forte et au droit de se contenter des cas déviants, dangereux ou extrêmes et non pas de judiciairiser tous les rapports humains comme nous le vivons présentement. Merci pour vos remerciements. De même en retour.




          0



          0
    Djaffar
    7 mars 2017 - 18 h 20 min

    Le pouvoir histoire d’imiter
    Le pouvoir histoire d’imiter les Français et leur faire plaisir et non pas pour défendre la femme Algérienne a donné au 8 mars un cachet hystérique au point que même les dates historiques du cinq juillet et le premier novembre sont marginalisés.




    0



    0
      Anonymous
      7 mars 2017 - 22 h 26 min

      le 8 mars n’est pas fêté en
      le 8 mars n’est pas fêté en France, arrêtez de dire n’importe quoi!




      0



      0
    lhadi
    7 mars 2017 - 17 h 07 min

    L’héritage de nos coutumes et
    L’héritage de nos coutumes et de nos manières, l’éducation, le malheur, la malhonnêteté du « mâle » s’arrangent pour que la femme algérienne soit une femme ligotée, bâillonnée, enfermée dans les traditions réactionnaires, retardataires et rétrogrades. Dessillons les yeux qui cherchent à échapper à l’emprise de la réalité: L’avènement d’une société, où des femmes toujours plus nombreuses pourront lutter pour une société de non-violence, avec comme compagnons et campagnes de route, des personnes qui ne déprécieront pas leur valeur n’est pas utopique. C’est tous et toutes, ensemble avec une solidarité agissante, que nous lèverons les obstacles considérables qui se dressent ici et là, excluant en grande majorité, nos concitoyennes qui connaissent les conditions de vie infrahumaines. Dans ce dysfonctionnement grave dont les femmes souffrent le plus, les contraintes mettent en jeu des relations de genre selon le mode le plus archaïque et le plus attentatoire à leur liberté et leur dignité. Le gouvernement doit travailler à une loi-cadre pour répondre aux attentes des femmes contre la misogynie, les discriminations, la légalisation de l’adultère source de destruction de la cellule familiale mais aussi pour leurs droits. La ministre de la condition féminine se doit de dissiper l’écran de fumée qui cache une immense hypocrisie. Ainsi, elle exigera des lois nouvelles, des mesures concrètes, des moyens matériels afin que la dignité de la femme algérienne soit au moins égale à celle de l’homme.et in fine facilitera la participation de la femme algérienne à la vie économique, sociale, culturelle et politique Elle mettra en œuvre l’architecture nécessaire pour briser les carcans étouffant leur émancipation en somme leur permettra de développer leur créativité, leur autonomie dans les champs les plus diverses de l’activité humaine. La promotion de la femme n’est pas seulement un acte de justice (…). Élevée par le sentiment de dignité que lui donnera l’exercice d’une réelle égalité, chaque algérienne aura une chance accrue d’épanouissement et donc une répercussion heureuse dans la famille. La société toute entière bénéficiera ainsi de précieuses capacités, jusqu’ici inemployées, d’intelligence, d’activité, d’initiative. Qu’on se le dise, la femme algérienne est la clé de voûte de la famille, de la société, du pays. De même qu’une société marquée par la défaillance ne peut nourrir l’espoir. Par voie de conséquences, le désir et la passion de la modernité doivent nous impliquer à oeuvrer à l’élaboration d’une doctrine politique qui respecte l’idée d’une société moralisée que la nation Algérienne a tant besoin. Fraternellement lhadi ([email protected])




    0



    0
    Gonzo
    7 mars 2017 - 17 h 05 min

    Il faut militer pour l
    Il faut militer pour l’émancipation de l’homme, totalement émasculé par le régime boutef




    0



    0
    Cheikhkenna
    7 mars 2017 - 16 h 16 min

    A ceux qui regrettent le
    A ceux qui regrettent le temps de la marine à voiles et des lampes à pétrole, je dis: »Appuyez sur le bouton près de la porte et la lumière jaillira sur vos ténèbres et vos raisonnements concernant la place de la femme dans cette société algérienne, qui fait semblant de les reconnaitre tout en leur refusant le droit d’exister.




    0



    0
    Sakina
    7 mars 2017 - 14 h 49 min

    En fait, je suis Sakina des
    En fait, je suis Sakina des AURES….. AL ACHEM !!! Monsieur Benzetat, je crois sincèrement, que vous n’avez rien compris aux sens du terme : les constantes nationales. AVEC TOUT LE RESPECT QUE JE DOIS A VOTRE AUGUSTE PERSONNE. Vous me décevez, pour ainsi dire. Je m’explique : quand on parle (écrit) de CONSTANTES NATIONALES….. il faut entendre CONSTANTES NATIONALES DU PEUPLE. C’est à dire tel que les entend et donc les comprend : LE PEUPLE ! Et non pas des « constantes nationales » ou pseudo tel que soutenues, compris et appliquées par les tenants du pouvoir….. TOUTE LA DIFFÉRENCE EST LÀ !!! Ce n’est pas la même chose pcq. ce n’est point la même perception. et donc pas le même RESSENTI…. qui cache un effet plus que pervers de domination de classe du pouvoir sur une autre : CELLE DU PEUPLE !!! C’est tout. Toutes mes amitiés. Et sans rancunes, surtout. Nous débattons, tout simplement.




    0



    0
      Anonymous
      9 mars 2017 - 7 h 36 min

      c’est pathétique ce que tu
      c’est pathétique ce que tu dis; ces constantes dont tu parles ont fait de toi une personne qui a honte de ses racines comme saadi et co des aures




      0



      0
    Abou Stroff
    7 mars 2017 - 14 h 17 min

    l’oppression de la femme est
    l’oppression de la femme est la base de toutes les autres formes d’oppression. en effet, à partir du moment où n’importe quel « moins que rien » (un mâle opprimé) observe qu’il y a toujours quelqu’un, une femme, en particulier et toutes les femmes, en général, qui est moins que rien que lui même, il acceptera son sort de « moins que rien » comme un statut entrant dans la normalité. ainsi, opprimé par son patron ou par n’importe quel autre mâle, le « moins que rien » aura toujours la possibilité d’opprimer les femmes puisqu’elles lui sont, par construction sociale, inférieures. quant aux islamistes, ils ne font que défendre le monde ancien qui ne veut pas mourir et qui leur permet de camoufler toutes leurs frustrations sexuelles en général et de possibles déviances en particulier. ainsi, l’islamisme, en tant qu’interprétation archaïque de la religion, ne peut que souscrire à l’idée que la femme est inférieure à l’homme dans la mesure où l’ordre archaïque est incompatible avec l’existence d’un société civile et de citoyens égaux et conscients de leur droits et de leurs devoirs. cependant, les islamistes, tout comme ceux qui défendent l’inégalité des hommes et des femmes, ne font que mener un combat d’arrière garde. en effet, le capitalisme qui jette sur le marché du travail, hommes et femmes sans distinction des sexes, permet à la femme de s’autonomiser, dans une certaine mesure, par rapport à l’homme et par conséquent de s’imposer en tant que travailleuse d’une part et en tant qu’être humain à part entière, d’autre part. en d’autres termes, la dynamique du capitalisme étant ce qu’elle est, la liberté de la femme ne se décrète pas et n’a pas besoin de se décréter; elle s’impose d’elle même dès que le femme devient financièrement indépendante.
    PS1: un vieil adage populaire avance: quand les hommes font péter Makhlouf (un quelconque mâle), Makhlouf fait péter sa femme ou son chien. Makhlouf aura ainsi l’illusion de ne pas âtre totalement au bas de l’échelle sociale
    PS2:ce qui vient d’être avancé n’est pas une caractéristique propre aux sociétés archaïques (particulièrement celles où la religion musulmane est dominante). en effet, le statut d' »être inférieur » de la femme reste toujours en vigueur (malgré des avancées remarquables en vue de son abolition) dans toutes les sociétés de classe y compris les sociétés capitalistes dites développées.




    0



    0
      youcef benzatat
      7 mars 2017 - 16 h 36 min

      Merci ABOU STOFF pour cet
      Merci ABOU STOFF pour cet excellent éclairage, j’adhère totalement




      0



      0
      Dziri3
      7 mars 2017 - 19 h 39 min

      Votre bas de page (ps2) est
      Votre bas de page (ps2) est plus sage que son haut.




      0



      0
      lehbilla
      8 mars 2017 - 8 h 04 min

      Bonjour Cher Abou Stroff,

      Bonjour Cher Abou Stroff,

      Je vois qu’on ne peut s’éloigner du raisonnement basique lié aux règles et aux lois de la nature. En effet, à partir du moment où un moins que rien cherche toujours à trouver un moins rien que lui pour se prouver son existence, un état de plus basse énergie que le précédent du moins que rien est forcément atteint. On aura ainsi vérifié une des lois de la nature qui stipule que tout être tend vers son état de plus basse énergie. Le moins que rien se sent plus reposé dans l’âme et l’esprit. Ce qui ne peut être le cas des islamistes qui défendent le genre ancien de l’existence et qui veut qu’on passe sous silence toutes les frustrations de la vie entre autre les frustrations sexuelles. Et dans ce cas, le moins que rien islamiste ne se voit pas en tant que tel et considérera toujours la femme (sans en chercher une) bien moins que rien que lui dans tous les cas de figure pour légitimer tous les abus qu’on n’a pu voir et qu’on aurait pu imaginer. En d’autres termes l’islamiste défie même la loi de la nature et ne tend pas vers son état de plus basse énergie, ce qui signifie qu’il demeure constamment excité (atomes de plus haute énergie de vibrations). CQFD.




      0



      0
    Sarah A.
    7 mars 2017 - 14 h 02 min

    Demain, parait-il, est la
    Demain, parait-il, est la journée de la femme !
    Demain, on voudrait que je sois belle, que soit pétillant mon regard et que le sourire ne puisse quitter mes lèvres. Avec ou même sans perspective aucune et me parant de mes plus beaux bijoux, je devrais déployer tous mes efforts pour paraître radieuse et épanouie. Demain, aussi, l’autre, en chef, en frère ou en époux, s’emploierait le temps d’une cérémonie, d’une rencontre ou d’une journée pour avoir le sourire généreux, une rose fraîche ou en plastique, dans la main, pour me l’offrir. Avec un peu de chance, il m’offrira aussi ces petites choses qu’on aime si bien appelées ‘gâteaux’ par ce que contenant beaucoup de sucre.
    Demain dans une bâtisse qui nous serre de maison de culture ou de salle de fête, je serais invitée à me déhancher sous le brouhaha ‘musical’ de Chabba ‘Loulou’ ou du Chab Nounou.
    Mais moi, je ne veux pas de cela, je ne veux pas participer à une énième mascarade contre moi, contre cette femme qu’on fête justement. Je ne veux pas cautionner un énième 8 mars ou la femme est insultée de la manière la plus inélégante et la plus laide. Je voudrais une belle façon de fêter la femme un plan de bataille avec un slogan, des objectifs réalistes et des délais. Je voudrais proposer un thème qui serait par exemple ‘Oui pour l’égalité de chances’ non pas entre l’homme et la femme mais entre les femmes elles-mêmes. C’est un thème d’actualité car aujourd’hui voyez-vous, pour réussir la femme doit choisir d’être la maîtresse de X, la proche de ‘Si F’len’ ou de partir s’accomplir sous des cieux offrant ce sésame d’égalité de chances.
    Demain, je voudrais criais de toutes mes forces : Je veux réussir ici, chez-moi, sans être la maîtresse d’un X ou la proche d’un SiF’len…




    0



    0
      M.larbi
      7 mars 2017 - 16 h 54 min

      Paroles sages et beau
      Paroles sages et beau programme. Contrairement à tous ces mâles persifleurs qui quand ils parlent de femme libérée ce n’est jamais la leur. Méfiez vous de ces hâbleurs. Quand ils parlent d’égalité, ils trouveront toujours à redire lorsque leurs positions ou leurs statuts sont menacés par ces mêmes femmes qu’ils portent aux nues dans le discours mais qu’ils veulent nues dans leurs couches infâmes. Rien de plus! Dans cet article, l’auteur commence par aborder l’égalité entre femmes et hommes puis vire sans Transition vers la laïcité, l’éducation sexuelle des enfants à l’école et la liberté de l’orientation sexuelle avec en background l’extirpation de l’islam du corps social comme condition essentielle à l’épanouissement de la femme, des homosexuels etc. Tout un programme qui va au delà des espérances de Bernard Henry Levy. Si j’étais Hollande, je donnerai à Benzetat la légion d’honneur. Ils sont nombreux les arabes de service en ces temps d’incertitude.




      0



      0
      anonyme
      8 mars 2017 - 21 h 38 min

      Le centre culturel français
      Le centre culturel français grouille de femmes ce soir comme à chaque 8 mars




      0



      0
        Sarah A.
        9 mars 2017 - 8 h 36 min

        Même avec l’existence d’une
        Même avec l’existence d’une Simone Veil, la Française n’a jamais été un bel exemple pour moi, ni m^me d’ailleurs la France.




        0



        0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.