Droits de l’Homme : la commission arabe examine le rapport périodique de l’Algérie

La Commission arabe des droits de l’Homme tient, à partir de lundi au siège de la Ligue arabe au Caire, une réunion de deux jours consacrée à l’examen du premier rapport périodique de l’Algérie sur les droits de l’Homme. Elaboré par une commission composée des ministères et organismes concernés par les droits de l’Homme et soumis en mars 2011 à la commission arabe y afférente, le rapport en question porte sur les mesures prises pour la mise en œuvre des clauses de la charte arabe des droits de l’Homme et les importantes réalisations de l’Algérie dans ce domaine à tous les niveaux, politique et socioéconomique.
Il définit également le contexte historique et social et le cadre dans lequel ces libertés sont pratiquées, ainsi que les efforts consentis par l’Etat pour s’adapter aux exigences des changements qui marquent la société et l’environnement international. Selon une source proche de la délégation algérienne, un effort est déployé pour actualiser le rapport actuellement au niveau de la commission arabe et qui concerne uniquement la période qui a précédé mars 2011. Le document ne comprend pas les importantes réformes réalisées par l’Algérie après le discours du président de la République, le 15 avril 2011, qui ont permis d’introduire d’importants changements au système juridique. Des changements qui visaient dans leur ensemble à approfondir les réformes politiques, économiques et sociales, notamment en termes de protection et de promotion des libertés fondamentales et de la pratique démocratique, outre la consécration des mécanismes de protection des droits de l’Homme. Le processus d’actualisation englobera les changements enregistrés en Algérie entre avril 2011 et début 2012, suite à l’approbation des réformes politiques initiées par le président de la République et adoptées par le Parlement en début janvier 2012. Ces dernières concernent l’amendement de la Constitution et une série de lois régissant la pratique démocratique, avec la promulgation de lois organiques sur l’information, les partis politiques, le régime électoral et la promotion de la représentativité de la femme au sein des assemblées élues, outre la loi sur les associations de la société civile et autres. Le rapport comprend également la clarification des effets des réformes sur le niveau de la pratique politique et celle des droits de l’Homme sur le terrain et les importantes réalisations dans ce domaine qui ont été saluées par les organisations régionales et internationales des droits de l’Homme.
Ces réalisations ont trait notamment à l’octroi d’agréments à de nouveaux partis, à l’élargissement de leurs activités politiques, à la participation aux dernières législatives, à l’ouverture du champ médiatique et à la promotion des droits des femmes qui ont obtenu 147 sièges à l’APN lors des dernières législatives, soit plus de 30%. Ce dernier point constitue une grande victoire en matière de participation de la femme à la vie politique, une participation saluée par le Haut Commissaire des droits de l’Homme lors de sa dernière visite effectuée en Algérie. La délégation algérienne qui participera demain au siège de la Ligue à l’examen du rapport veillera à souligner ce point, a indiqué la même source, précisant que d’intenses préparatifs se tiennent à cet effet au niveau de tous les secteurs et tous les départements ministériels concernés. Ces actualisations seront rassemblées dans un document qui sera soumis par la délégation au président de la Commission arabe des droits de l’Homme pour le joindre au rapport original.
La délégation algérienne qui prend part à l’examen du rapport des droits de l’Homme compte des représentants des ministères des Affaires étrangères, de la Justice, de l’Intérieur, de la Communication, de l’Education et de la Famille, outre des représentants de la Commission nationale consultative de protection et de promotion des droits de l’homme. Elle est conduite par le délégué permanent de l’Algérie auprès de la Ligue arabe, Nadir Laarbaoui.
R. I.
 

Comment (2)

    dachavane
    25 février 2013 - 14 h 24 min

    De qui se moque t’on,vous
    De qui se moque t’on,vous prenez les algériens pour qui,ayez au moins un peu de respect pour notre intelligence.Ne nous prenez pas pour des attardés mentaux.




    0



    0
    Maysar
    15 octobre 2012 - 17 h 09 min

    La commission arabe des
    La commission arabe des droits de l’homme ? Laissez moi rigoler !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.