L’intrigante arrestation d’un terroriste d’origine française au Mali

Les services de sécurité français n’ont pas que l’affaire Merah sur les bras. Un terroriste d’origine française vient d’être arrêté à Mopti, dans le centre du Mali, alors qu’il s’apprêtait à rallier le Nord, où sévissent les groupes armés, pour prendre part au «djihad». Le terroriste, âgé de 24 ans, a été interpellé dans une gare à Sévaré, dans la commune de Mopti. Il circulait au Mali sous le faux nom d’Ibrahim Ouattara. Selon des sources sécuritaires maliennes, ce Français originaire d’Aubervilliers, dans la banlieue parisienne, avait pour mission de mettre en place un réseau terroriste à Tombouctou. Mais on ne sait pas s’il devait s’allier à un des groupes qui y activent déjà ou s’il avait reçu ordre d’en créer un nouveau dans cette région du Mali sur laquelle le pouvoir de Bamako a perdu tout contrôle. L’arrestation de cet homme qui avait été repéré en raison de son faciès différent des habitants de la région et de sa non-maîtrise de la langue locale, le bambara, a suscité de nombreuses interrogations chez les médias locaux qui se demandent comment cette personne a pu quitter le territoire français avec une fausse identité. Ces mêmes observateurs s’étonnent que ce terroriste ait pu, entre juillet et octobre 2012, recruter des jeunes Maghrébins pour aller prêter main forte aux groupes terroristes au Nord-Mali, dans la perspective d’une intervention militaire étrangère imminente. Les services de sécurité français sont encore une fois mis en cause, puisque ce dernier était sous contrôle judiciaire et surveillé de près par la police française. Un cas qui rappelle l’affaire Mohamed Merah, dont l’avocate du père accuse la DCRI d’avoir ordonné son exécution pour camoufler des informations sur les pratiques douteuses des services secrets français. Les services de sécurité maliens ont réussi à reconstituer le parcours du terroriste depuis son départ de France, indique un haut gradé de l’armée malienne. Selon lui, le terroriste – ou agent secret ? – a raconté qu’il se serait enfui vers le Portugal le 31 octobre dernier d’où il se serait envolé pour Bamako. Enième négligence de la police française ? Mission ratée d’un agent relevant des services des renseignements ? Le jeu trouble de Paris dans le Sahel autorise tous ces questionnements.
Lina S.
 

Comment (2)

    Anonyme
    8 novembre 2012 - 20 h 01 min

    l anarchie fait prospéré les
    l anarchie fait prospéré les affaires ex uranium …………..




    0



    0
    chark
    8 novembre 2012 - 14 h 02 min

    Encore un agent de la
    Encore un agent de la DCRI/MOSSAD infiltré au mali pour servir d’agent de renseignement pour le compte de l’élysée !
    Ce n’est pas nouveau !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.