Chassés par la porte, les intégristes du FIS reviennent par la fenêtre

D’anciens membres du FIS dissous ont resurgi dans l’actualité politique ces jours-ci, avec un projet de nouveau parti dont ils ne cachent pas l’obédience salafiste. Une demande d’agrément dans ce sens a même été déposée auprès ministère de l’Intérieur. Ces islamistes poussent le cynisme jusqu’à prétendre s’inscrire dans le cadre de la démocratie et bénéficier des libertés politiques qu’ils ont vainement tenté de détruire dans les années 90 en pratiquant un terrorisme sanglant qui a laissé de profondes séquelles dans la société algérienne. Ils feignent, en outre, d’ignorer non seulement que la Constitution leur interdit de la façon la plus explicite de créer un parti sur une base religieuse. Pis, ils sont exclus de l’activité politique par la Charte sur la réconciliation nationale, en tant que responsables du terrorisme qui a endeuillé l’Algérie depuis la fin des années 80 et entraîné des dégâts matériels qui se chiffrent en milliards de dollars. En même temps que cette tentative «légale» en vue de la réintégration dans le champ politique d’islamistes qui ont versé dans l’action terroriste plus ou moins directement, il y a la curieuse démarche médiatique de deux autres islamistes qui, eux, ont été fondateurs puis dirigeants du FIS. Hachemi Sahnouni et Ahmed Merani viennent de se rappeler au souvenir – plus que mauvais – des Algériens, en accordant des interviews à deux journaux arabophones, dont le lectorat est plutôt populiste, Echorouk et Ennanahar. Forts de l'expérience égyptienne et tunisienne, où les islamistes sont en train de se casser les dents, le FIS tente-t-il de revenir par une fenêtre que lui aménagerait le pouvoir ? Les échéances prochaines, révision de la Constitution puis élection présidentielle de 2014, ne sont certainement pas étrangères à cette agitation soudaine de ces islamistes non intégrés aux rouages du pouvoir. Sur fond de malaise social, parfaitement illustré par la grève des postiers qui semble engagée dans une impasse, et aussi de désaffection à l’égard de la politique «officielle», en témoignent les taux d’abstention aux dernières élections législatives et locales, les islamistes sentent sans doute que c’est le moment opportun pour eux d’intervenir. Comme ils l’avaient fait dans les années 80.
Kamel Moulfi
 

Comment (5)

    amyne
    10 janvier 2013 - 22 h 18 min

    Il ressemble drolement à
    Il ressemble drolement à said bouteflika le gars
    sur La photo




    0



    0
    TARIK -BAB EL OUED-
    10 janvier 2013 - 21 h 10 min

    @  » A P  »
    J’AIME A PENSER QUE

    @  » A P  »

    J’AIME A PENSER QUE NOUS PARTAGEONS LE MÊME SENS DU PATRIOTISME…….!




    0



    0
    Patriotique
    10 janvier 2013 - 19 h 51 min

    @M. Tarik Bab El Oued,

    @M. Tarik Bab El Oued, avons-nous un jour caché notre tendance ? Nous sommes des républicains qui nous battons pour une Algérie démocratique, plurielle et qui va de l'avant. Nous militons par notre modeste plume pour un changement radical, mais dans un climat apaisé, par le débat, l'échange, l'écoute, le respect. Pas par la violence et les idées rétrogrades. Par ailleurs, c'est toujours avec un très grand plaisir que nous lisons et publions vos commentaires.
    AP




    0



    0
    TARIK -BAB EL OUED-
    10 janvier 2013 - 16 h 45 min

    MONSIEUR  » KAMEL MOULFI »
    CE

    MONSIEUR  » KAMEL MOULFI »

    CE N’EST NULLEMENT UN ARTICLE QUE VOUS AVEZ ÉCRIT LA, MAIS PLUTÔT UN RÉQUISITOIRE QUI DÉFINI BIEN VOTRE TENDANCE.
    AYEZ LA COURTOISIE DE VOUS FIER AUX PRINCIPES FONDAMENTALES DE L’INFORMATION.
    NOTRE PAYS N’A PAS BESOIN D’OUVRIR D’AUTRES FRONTS SURTOUT DANS CES MOMENTS DÉLICATS.
    CORDIALEMENT VOTRE;

    ( UN ANCIEN MEMBRE DU « C C L A S » )




    0



    0
    Ghorab zouaoui
    10 janvier 2013 - 14 h 57 min

    j’aurai bientôt la
    j’aurai bientôt la nationalité Française je retourne en Algérie prendre ma famille et mes enfants et je me casse de ce pays islamiste de toute les façon il n’as pas d’avenir un jour ou l’autre ce sera de nouvelles guerres j’ai honte d’être Algérien.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.