Deux experts expliquent les raisons du retard d’internet en Algérie

L'Algérie accuse «un manque flagrant» en matière d'infrastructures d'hébergement de sites web, a estimé la directrice de la division réseau au Centre de recherche sur l'information scientifique et technique (Cerist), Mme El-Maouheb Aouaouch. «Il y a un manque flagrant en matière d'infrastructures d'hébergement en Algérie, et pour une raison simple. C'est que l'hébergeur doit disposer de sa propre structure d'hébergement qui nécessite des moyens pour avoir sa propre infrastructure» , a déclaré Mme El-Maouheb à des questions de l'APS, sur l'état des lieux de l'hébergement des sites web en Algérie. Pour elle, avoir une «vraie» infrastructure d'hébergement exige notamment d’«avoir les compétences requises et une certaine technicité pour la maîtrise de cette technologie». «Actuellement et malheureusement, l'Algérie n'est pas au stade du développement d'infrastructures et de compétences, mais plutôt au stade d'utilisation des infrastructures existantes, et ces infrastructures sont pour la plupart à l'étranger», a-t-elle observé. Au niveau national, 700 sites web sont hébergés au niveau du Cerist. Ils appartiennent aux institutions, aux entités commerciales ou bien aux associations agréées. Pour encourager la création de nom de domaine ".dz", le Cerist a fait en sorte, depuis 2008, que les enregistrements en ".dz" «soient gratuits», pour dire, a-t-elle expliqué, que le Cerist «ne fait pas dans le blocage». Les personnes (privées) qui travaillent dans le créneau d'hébergement de sites web, a-t-elle expliqué, ne faisaient qu'utiliser des infrastructures qui sont à l'étranger. Dans les faits, selon elle, ces boîtes privées louent en Algérie les services mis à leur disposition à l'étranger. Les hébergeurs privés qui ont leurs infrastructures à l'étranger «n'ont probablement pas les moyens de développer leurs propres infrastructures, parce qu'il faut disposer de locaux, de connexion internet et aussi avoir un personnel technique compétent», a dit la directrice de la division réseau du Cerist. Interrogée sur le contenu de la formation des cadres, techniciens et ingénieurs du Cerist, en relation avec le fonctionnement d'infrastructures d'hébergement, Mme El-Maouheb a indiqué qu'ils faisaient plutôt de «l'autoformation». «Les hébergeurs privés qui disposent de leurs infrastructures en tant qu'hébergeurs pour offrir leurs services sont une minorité», a-t-elle souligné. «La majorité d'entre eux ne sont pas de vrais hébergeurs. Ils sous-louent leur matériel chez des étrangers», a-t-elle affirmé, relevant, en outre, qu'il existait «une minorité» parmi ces hébergeurs qui commence à développer une infrastructure et à y héberger des sites». Elle a toutefois souligné que «la formation n'est pas quelque chose d'inaccessible. Nous avons notre ligne de conduite qui fait que notre approche est d'introduire la technologie et de la maîtriser et de ne pas être de simples utilisateurs de la technologie». Pour elle, il est préférable d'augmenter le nombre d'hébergeurs de sites web afin, a-t-elle dit, de satisfaire la demande existante. «Le métier d'hébergeur doit se développer», a estimé Mme El-Maouheb, appelant, cependant, à développer ce créneau avec des entités professionnelles qui œuvrent pour l'acquisition de l'infrastructure nécessaire et la formation de la ressource humaine, «au lieu des entités qui travaillent uniquement sur l'aspect commercial». A propos de la confidentialité et la sécurité informatiques des sites web, elle a indiqué qu'il existait des contenus qui sont confidentiels, et qu’il serait «plus juste qu'ils soient hébergés en Algérie».
La bande passante est «sous-exploitée» en Algérie
La bande passante est «sous-exploitée» en Algérie, ce qui pousse la majorité des sites à héberger à l'étranger où ils reçoivent un service «meilleur», a par ailleurs indiqué M. Younes Grar, expert et consultant dans le domaine des technologies de l'information et de la communication (TIC). «Parmi les quelque 10 000 sites web recensés, 95% sont hébergés à l'étranger, du fait qu'ils trouvent une meilleure qualité des services proposés, à des tarifs plus intéressants», a précisé M. Grar, soulignant, à cet effet, l'importance de la bande passante pour un bon fonctionnement du service. Mettant l'accent sur le rôle de la bande passante ainsi que l'importance du débit pour le lien, nécessaire pour assurer un service de qualité, ce spécialiste s'est interrogé sur l'état de ce domaine qui reste «limité» et «mal exploité» en Algérie, «malgré les moyens matériels, humains et financiers dont dispose le pays». Il a relevé qu'à l'étranger, «avec l'utilisation de machines puissantes et de disques durs de grandes capacités, les serveurs sont hébergés en gigabits, soit une puissance mille fois plus que celle proposée en Algérie, où on en est encore avec les mégabits». «Plus la machine est puissante, plus la bande passante est disponible, et donc l'accès au site est plus facile, car le débit est très important pour le lien», a expliqué cet ancien PDG d'un fournisseur de service internet. «En Algérie, la capacité d'une paire de fibre optique peut atteindre les 320 gigabits, sachant qu'un câble peut contenir jusqu'à une centaine de paires», a-t-il indiqué. «Mais ces capacités ne sont pas utilisées de manière optimale», a-t-il observé. Il a estimé, à ce propos, qu'il «s'agit là d'un problème lié à une mauvaise gestion, à une mauvaise planification et à un manque de savoir-faire », d'où la nécessité de prendre des «mesures urgentes», avec notamment «la mise en place de centres de données professionnels, fiables, et assurant la sécurité des données hébergées». Pour lui, le premier concerné est Algérie Télécom (AT) qui détient le monopole de l'ADSL. Elle a un rôle «assez important» à jouer pour se hisser au niveau des pays avancés dans ce domaine et être compétitive sur le marché. Et pour cela, elle doit, en premier lieu, se pencher sur les infrastructures, a-t-il recommandé. Selon lui, AT est appelée aussi à s'occuper des infrastructures lourdes, y compris les réseaux, le débit, la fibre optique, et de mettre en place des centres de données capables d'héberger un nombre important de bases de données. L'Algérie ne manque pas de moyens et possède les atouts pour arriver à un niveau bien meilleur que l'actuel, à même d'attirer des serveurs à s'héberger dans notre pays, au lieu que les nôtres aillent à l'étranger, comme c'est le cas aujourd'hui, a-t-il relevé.
R. N.

Comment (9)

    zochero
    27 janvier 2013 - 15 h 58 min

    que les incompétent qui
    que les incompétent qui géré le secteur de telle communication (TIC) en Algérie dommage le soudan très avancé dans le domain




    0



    0
    Lemajd
    25 janvier 2013 - 20 h 53 min

    On y va ! Une paire de fibres
    On y va ! Une paire de fibres optiques peut theoriquement avoir une bande illimitée et peut atteindre des terabites et non limitée à 320 gigabites’.
    Mauvaise gestion: quand on parachute n’importe qui comme managers au niveau de l’INI,du CERIST,de Algerietelecom,du Technopole de Sidi Abdallah etc….
    Mauvaise planification: quand a haut niveau on supprime le ministere de la planification et quand on ne demande pas de comptes aux gestionnaires comme bilan du plan d’action etc…
    Manque de savoir faire: quand on met dehors les managers ayant une experience (savoir faire) et on les remplace par des doctors venus de france (savoir) alors que la croissance d’un pays qui se respecte ne peut venir que par le croisement du savoir faire et du savoir.
    Enfin je salue mme El Mouhoub et M.Grar pour avoir effleurer seulement LES problemes des TIC.




    0



    0
    axelpanzer
    25 janvier 2013 - 20 h 35 min

    Une fois;un ami m’a offert un
    Une fois;un ami m’a offert un site gratuitement, sa structure etait en europe apres quelques semaines mon ami m’a appelé pour me demander ce qui se passait!mon site que je n’ai meme pas commencer à exploiter était la cible de tentatives forcenées de crackage!apres une petite enquete en europe ,il s’est avéré que c’était un service officiel algerien qui a tenté de d’attaquer cette structure appartenant à un algerien immigré!

    heureusement à l’epoque,le proprio avait dejà protégé sa structure avec un code à 12 caracteres!!!!




    0



    0
    baatni
    25 janvier 2013 - 15 h 39 min

    SBIH L AMBASSEUR MAFIEU
    SBIH L AMBASSEUR MAFIEU CADAVRE DEPUIS 20 ANS A PAIS SI C EST PAS DU PISTON C EST????????




    0



    0
    baatni
    25 janvier 2013 - 15 h 37 min

    oui c vrai !!!
    oui c vrai !!!




    0



    0
    Yacine
    25 janvier 2013 - 15 h 16 min

    La décentralisation favorise
    La décentralisation favorise le contact permanent et direct du membre avec le client et permet à ce titre de cerner clairement ses besoins. Elle est aussi importante pour ce qui est d’identifier et d’attirer de nouveaux chefs d’entreprise au sein de l’Organisation.
    Algerie Telecom en tant qu’opérateur National n’a jamais eu de l’aide de aucune collectivité locale a mettre en place des solutions d’infrastucture telecomms . c’est les telecomms qui ont fait internet pas le contraire. les datacenters peuvent etre meme sous un immeuble mais seulement dans un seul endroit (la centralisation le default des telecoms),ce n’est pas technique .




    0



    0
    amel
    25 janvier 2013 - 14 h 18 min

    LA DOUANE TELLEMENT QU ELLE
    LA DOUANE TELLEMENT QU ELLE CORRUMPUS ELLE BOUCLE ET BLOQU TOUT AUX ALGERIENS INTEGRESLE DOMAINE CULTUTELLE ARTISTIQUES FINANCIER VISUELLE ECT CE QUI MARCE INFORMEL AVEC LEUR BENEDICTION ET LA SFERE HAUT PLACE VENU DU MAROC QUI DIRIGE L ALGERIE




    0



    0
    amel
    25 janvier 2013 - 14 h 14 min

    ON EST EN TRTARD DANS TOUS
    ON EST EN TRTARD DANS TOUS LES DOMAINES L HORREUR DE LA TELE ALGERIE TOUS CES INCAPABLES INITIES ET PISTONNES LE SERVICE FINANCIER UN PAYS COMME L ALGERIE AVEC 5 MILLIONS D IMMGRES DANS LE MONDE Y A MEME PAS UNE BANQUE MEME PAS A PARIS FRANCE OU IL Y A 1 MILLONS DE CITOYENS AVEC UNE AMBASSADE DE MAFIA L EQUIPE DE L AMBASSADEUR




    0



    0
    amel
    25 janvier 2013 - 14 h 09 min

    l algerie et ferme dans tous
    l algerie et ferme dans tous les domaines depuis 60 ans a ces enfants a cause de leurs gestions ces bras casses venus de nul part de ben bella a ce nain du maroc et sa clique




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.