Suislamisme

Quand on raille les Suisses pour leur lourdeur, ce n’est pas une blague. Sans doute éthylisés par la forte odeur de l’argent de la drogue qui blanchit à l’ombre dans les coffres de leurs sales banques, les Suisses sont comme pris d’une paralysie cérébrale. Au moment où tous les autres pays d’Europe lâchent les islamistes du FIS qu’ils ont logés et nourris pendant deux décennies pour leur servir tantôt de fer de lance dans leur campagne contre l’Algérie, tantôt d’indicateurs pour «vendre» leurs propres «frères d’armes», la Suisse, elle, met son intelligence en berne. Ce pays dont on vient de se rappeler qu’il fait partie des vendeurs d’armes qui servent à faire des guerres auxquelles il ne se mêle jamais continue d’héberger sur son sol d’anciens terroristes du FIS qui, avec la complicité d'activistes politiques en robes noires, inversent la logique en faisant des bourreaux qu’ils sont des victimes. Algeriepatriotique écrivait dans un de ses précédents éditoriaux qu’il ne suffisait pas que les capitales occidentales cessent de payer des rançons aux terroristes, mais qu’il fallait, avant tout, revoir leur arsenal juridique permissif qui a permis aux extrémistes de s’installer à leur aise dans cette partie du monde à partir de laquelle ont été planifiées et montées toutes les actions terroristes qui ont ébranlé le monde, à commencer par les attentats du 11 septembre. Les services secrets allemands viennent d’avertir leur gouvernement de la gravité de la situation dans ce pays où cette mouvance devient envahissante. Le laxisme de la classe politique dans l’ensemble des pays européens a grandement contribué à l’aggravation du phénomène terroriste islamiste dans le monde. Et ce phénomène est aujourd’hui amplifié par une justice helvétique dont la perception de la réalité est perturbée par l’écoute prolongée des contes de Dhina et ses consorts depuis 1993. Outre le blanchiment d’argent, la Suisse se rend désormais coupable d’encouragement du terrorisme.
M. Aït Amara
 

Comment (5)

    Maleh
    10 mars 2013 - 17 h 49 min

    http://www.algeriepatriotique
    http://www.algeriepatriotique.com/article/si-affif-algeriepatriotique-les-ministres-fln-ont-prefere-magouiller

    tout va mal walhamdoulilleh, ni pleurnichard ni people, toutes ces histoires ont fini par m’avoir à l’usure, j’aspire à du sang neuf, c’est trop pourri toutes ces aliénations en mode plein écran, y a-t-il quelque chose d’autre sur l’horizon?

    Si Fanon avait vécu longtemps pour vous lire, il aurait probablement diagnostiqué un excès de fln-colon-maniaphobie, il m’aurais alors demandé de quel côté je suis, je lui aurais répondu « les patriotes déçus »




    0



    0
    Anonyme
    10 mars 2013 - 15 h 30 min

    pour moi le site algérie
    pour moi le site algérie patriotique porte bien son nom..il est l’un des rares sites & journaux algériens objective & honnête, dans ses articles & analyse..tout les algériens qu’ils ont encore..leur dignités{intact} et leurs sens du devoir envers là patrie..vous soutiennent.malheureusement y’a deux sorte de brebis galeuses « les traîtres,narcotrafiquants,islamistes rétrogrades,brigands au colle blanc ».et là deuxièmes catégories « des parasites,faibles,sans personnalités,idiotes,niveau intellectuels moins zéros…etc.mais encore une chance..ils sont en minorités..oufff!!! quelle soulagement




    0



    0
    00213
    10 mars 2013 - 12 h 07 min

    On laisse en vie un chien
    On laisse en vie un chien enragé jusqu’au jour où il vous mord.
    J’espère pour les suisses qu’ils sont vaccinés…




    0



    0
    axelpanzer
    10 mars 2013 - 11 h 53 min

    @MALEH:est ce que vous
    @MALEH:est ce que vous voudriez qu’AP fasse dans le « people »!!!




    0



    0
    Maleh
    10 mars 2013 - 10 h 33 min

    FIS, terrorisme,
    FIS, terrorisme, hydrocarbures, corruption, France, armée, guerre, scandale : sont autant de thèmes qui reviennent sur les pages de votre journal à en croire que plus mobilisateur que la catastrophe, ça n’existe pas. BASTA




    0



    0

Les commentaires sont fermés.