Eviter l’explosion au sud : Sidi-Saïd à Ouargla, Sellal à Béchar

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, se rendra samedi prochain dans la wilaya de Béchar, dans le sud-ouest du pays, a-t-on appris d’une source gouvernementale. Le choix de cette wilaya est loin d’être anodin. Elle a été durement affectée ces dernières années par des intempéries qui ont causé d’énormes dégâts. C’est aussi une wilaya frontalière du Maroc, aux besoins énormes en termes de développement. Il n’est pas exclu que le Premier ministre annonce des mesures spécifiques pour cette wilaya, afin de rattraper le retard accusé en matière de développement. Sellal sera accompagné d’une très forte délégation ministérielle, a ajouté notre source. Cette visite constituera également une occasion pour le Premier ministre de rassurer la population de Béchar quant à la prise en charge de ses innombrables problèmes qui ressemblent à ceux dont souffrent les autres régions du sud algérien. Abdelmalek Sellal aura ainsi à confirmer les mesures prises pour encourager la création d’emplois au profit des chômeurs du Sud. D’après notre source, le Premier ministre compte bien sillonner le Grand Sud durant les prochains mois pour rester à l’écoute des préoccupations des millions d’habitants qui peuplent cette immensité désertique. Sa visite intervient dans un contexte marqué par de vives tensions dans plusieurs wilayas à cause surtout d’un chômage endémique. Le gouvernement Sellal confirme son grand intérêt pour le Grand Sud. Les cortèges ministériels cèdent leur place à ceux de parlementaires et de responsables syndicaux. Cet intérêt accru pour ce vaste territoire qui nécessite plus de moyens humains et matériels pour son développement a été vivement ressenti depuis la fameuse attaque sanglante perpétrée par une trentaine de terroristes contre le site gazier de Tiguentourine, à In Amenas, au cœur du Sahara. Pour le gouvernement, le seul moyen pour sécuriser le Sud, c’est de le développer et de le peupler. De son côté, le secrétaire général de la Centrale syndicale, Abdelmadjid Sidi Saïd, est depuis aujourd’hui dans la wilaya de Ouargla pour tenter d’apaiser les populations locales qui réclament du travail dans le secteur pétrolier. Sidi Saïd devra, au cours de sa visite, rencontrer des syndicalistes et des représentants des chômeurs. Il aura également à discuter avec les travailleurs du secteur pétrolier, mais aussi avec les autorités locales. Bien que symbolique, le déplacement de Sidi-Saïd dans cette wilaya riche en or noir et à la population grandissante (plus de 600 000 habitants) en dit long sur la gravité de la situation dans le Grand Sud, en proie aux tentatives de déstabilisation qui visent l’Algérie. Il y a bien péril en la demeure. Le gouvernement et ses partenaires cherchent à faire face à ces tentatives dénoncées par plusieurs formations politiques. Il y a, en effet, comme une vaste offensive pour protéger le Grand Sud menacé d’explosion.
Sonia B.
 

Comment (6)

    vérité
    13 mars 2013 - 23 h 31 min

    Le peuple uni appelle les
    Le peuple uni appelle les Algériens à la vigilance.




    0



    0
    issam
    13 mars 2013 - 9 h 58 min

    bizarre quelque jours aprés
    bizarre quelque jours aprés la visite de l’ambassadeur américain dans le sud .

    L’algérien est un émotif ,il réfléchit avec son ventre plus qu’avec sa tête .Comment fonctionne l’empire américain ?Du moment qu’il trouve son intérêt il est prêt à s’associer avec le diable .Mais quand la population en a plus que marre de ses représentants ,l’américain vient et dit ,on peut vous aider à vous en débarrassez ,mais ce que l’algérien ne comprend toujours pas c’est que l’américain est celui qui contrôle la situation .

    Ils ont fait ça avec saddam hussein,il lui ont promis de reprendre le koweit (qui était la 17 iéme province d’irak)que s’il engage une guerre contre l’iran religieu,la guerre finis il reprend le koweit ,et les états unis si oppose et déclenche la première guerre du golf.

    La seul solution c’est que les algériens comprennent ou est leur intérêts ,qu’ils se débrouillent entre eux pour trouver un consensus ,sinon l’algérie sera morcellé comme c’est la cas en irak,en lybie et bientôt en syrie .




    0



    0
    Anonyme
    13 mars 2013 - 3 h 47 min

    si des gens competent ont
    si des gens competent ont gérés ce pays on ne serait pas arrivé là




    0



    0
    00213
    12 mars 2013 - 20 h 38 min

    commentaire anonyme du 12/03
    commentaire anonyme du 12/03 à 20:09




    0



    0
    TARIK-BAB EL OUED
    12 mars 2013 - 20 h 02 min

    SAUVEZ L’UNITÉ NATIONALE
    1-

    SAUVEZ L’UNITÉ NATIONALE
    1- MINISTRE D’ÉTAT CHARGE DU GRAND SUD : Mr.AMAR GHOUL
    2- BUDGET : 5 MILLIARD DE $
    3- TYPE DE PASSATION DES MARCHES : GRÉ A GRÉ
    4- GEL TOTAL DES PROROGATIFS DES WALIS
    5- ASSOCIEZ TOUTE LA CRÈME DE NOS JEUNES CITOYENS DU SUD LES PLUS COMPÉTENTS ET LES PLUS SOUVENT MARGINALISÉS.
    6- METTRE A L’ÉCART LES SOIT DISANT NOTABLES DE LA RÉGION
    7- UN BON DE COMMANDE URGENT POUR LES ALLEMANDS = CONCEPTION DE 50 CENTRALE ÉLECTRIQUE A BASE DE PANNEAUX PHOTOVOLTAÏQUES.
    8- CONSTRUCTION DE 20 STATIONS DE FILTRATION D’EAU
    9- CONSTRUCTION DE 05 USINES DE LAIT EN SACHET
    10- CRÉDITS BANCAIRES AVEC 0% D’INTÉRÊT POUR NOS JEUNES
    11- CONSTRUCTION DE 40 PISCINES ET 03 DANS CHAQUE WILAYA
    12- CONSTRUCTION DE 50 SALLES DE CINÉMA
    13- AUGMENTER EN URGENCE LE DÉBIT D’INTERNET
    14- IMPLANTATION D’UN MILLION D’ARBRES POUR LUTTER CONTRE « LE BON LA BRUTE ET LE TRUAND »




    0



    0
    Anonyme
    12 mars 2013 - 19 h 09 min

    Ce qui se passe dans le sud
    Ce qui se passe dans le sud c’est trois fois rien, car on a vu bien pire en 2011 !
    Le problème c’est que c’est du one-shot, et demain ça sera Annaba et après Tiaret, et après Tizi Ouzou.
    .
    Le gouvernement devrait investir des milliards dans la formation et l’éducation nationale.
    On devrait avoir des pôles de recherches universitaire de renom. Des formations en adéquation avec les attentes des professionnels, des programmes universitaires calqués sur les besoins des grandes multinationales, des écoles spécialisées avec des professeurs reconnus mondialement.
    .
    LES 1 MILLIARDS D’EUROS QUE L’ON A POSER POUR CONSTRUIRE 1 USINE RENAULT, ON AURAIT PU LES INVESTIR DANS UNE ÉCOLE SUPÉRIEURE DE HAUTE QUALITÉ QUI AURAIT PRODUIT DES INGÉNIEURS CAPABLES DE MONTER DES CENTAINES D’USINES SANS AIDES ÉTRANGÈRES (et sans contrepartie inéquitable)




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.