Le processus de lancement de la 3G avant fin mars

Le processus de lancement de la téléphonie mobile de troisième génération (3G) débutera avant la fin du mois de mars en cours, a annoncé, aujourd'hui mardi, à Alger, le ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, Moussa Benhamadi. Le dossier est «pratiquement finalisé pour engager la procédure administrative d'octroi de la licence 3G avant la fin de mars 2013», a déclaré à la presse M. Benhamadi, en marge d'une cérémonie de signature d'un contrat entre l'opérateur de téléphonie mobile Mobilis et la multinationale IBM et son partenaire Comparex Algérie pour la modernisation et le renforcement de son système d'information. Le ministre a indiqué que le cahier des charges relatif à l'octroi de la licence 3G «est prêt», ajoutant qu'une fois le dossier 3G ficelé, il sera officiellement transmis à l'Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT). La décision de lancement «effective» de la 3G sera prise par le gouvernement en concertation avec l'ARPT, a-t-il dit, précisant qu'il y aura un arrêté qui sera signé fixant la date de mise en service effective du service 3G aux citoyens. «Cela doit se faire dans les meilleurs délais», a-t-il dit, précisant que l'élaboration du dossier 3G avait été confiée à une équipe mixte composée de cadres du ministère des MPTIC et de l'ARPT. Interrogé sur la demande par l'un des trois opérateurs de téléphonie mobile en Algérie (Mobilis, Djezzy et Nedjma) de reporter, encore une fois, le lancement de la 3G, le ministre a indiqué que son département n'a pas reçu de demande en ce sens. «Cette demande ne nous est jamais parvenue officiellement, du moins au niveau du ministère», a-t-il dit, soulignant que son département ministériel «reste très attentif aux problèmes et suggestions des trois opérateurs». M. Benhamadi a rappelé qu'en 2011, le ministère avait décidé, en accord avec les trois opérateurs de téléphonie mobile, de reporter le lancement de la 3G. «Nous avions décidé de donner, à l'époque, un peu plus de temps à un des opérateurs pour qu'il se mette à niveau car il était en phase de changement de propriétaire», a-t-il expliqué, rappelant que le dossier Djezzy est «toujours en phase de traitement» au niveau du ministère des Finances. Le ministre avait déjà indiqué que le gouvernement temporisait le lancement de cette technologie «par souci d'équité» et qu'il ne voulait pas créer une «différenciation» entre les 3 opérateurs de téléphonie mobile. Trois opérateurs sont présents sur le marché de la téléphonie mobile en Algérie : Mobilis (filiale d'Algérie Télécom), Nedjma (filiale de WTA), et Djezzy (filiale OTA-rachetée par Vimpelcom).
R. E.
 

Commentaires

    AIT MOKHTAR
    20 mars 2013 - 10 h 12 min

    L’un des rares pays au monde
    L’un des rares pays au monde à ne pas avoir la 3G.Quelle honte!!! Le Maroc , ça fait déjà depuis 5 ans !!!
    Il fallait attendre que djezzy soit prêt!
    Il fallait développer l’opérateur publique, investir, formez…Mais ceux qui ont ramené cet égyptien et les mêmes qui veulent que l’État l’achète à 8 Milliards de Dollars !!! C’est ceux là qui bloquent tout!!! voila la vérité!!!
    Parfois j’ai envie de crier!
    Omar AIT MOKHTAR/MCAF




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.