Abdelmoumène Khalifa : les dessous d’une fortune (IV)

«Je ne dois ma fortune qu'à la brutale ouverture d'une économie jusqu'alors centralisée. Comme dans le Sud-Est asiatique à la fin des années 1970, je la dois à la fabrication d'une quinzaine de médicaments génériques dans l'officine de mon père. A l'époque, on arrivait même à manquer d'aspirine ! En 1991, lorsque le monopole de l'Etat dans le secteur pharmaceutique est tombé, mes produits ont connu un succès foudroyant. Ils étaient moins chers que leurs équivalents français. En plus, nous avons été les seuls sur le marché pendant près de cinq ans.» (1)
Khalifa a du mal à convaincre sur l’origine de sa fortune : «Si vous insinuez que j'aurais pu hériter d'une façon ou d'une autre du trésor caché du FLN ou de sommes que mon père aurait détournées, vous faites fausse route. Jamais ma famille n'a bénéficié de passe-droit. Lorsque j'ai commencé à faire mes premières affaires, mon père les regardait d'un mauvais œil. Le libéralisme économique n'était pas son truc. A ses yeux, le système centralisé devait répondre à tous les besoins de la population.» (2)
La simplicité du propos accentue le doute.
Problème très compliqué dont la résolution exige que soient réunis de nombreux éléments épars : «A» hérite d’une officine pharmaceutique de «B», l’exercice consistant à démontrer par «A» + «B» comment il est possible de bâtir un empire économique à partir d’une pharmacopée !
En 1990, Rafik Khalifa hérite, à la mort de son père, de l’entreprise familiale de fabrication et d’importation de produits pharmaceutiques. A cette époque, l’Algérie importe 500 millions de dollars par an de médicaments. La mort de Khalifa Laroussi intervient à un moment où l’Etat décide de se désengager peu à peu de l’activité économique. Le gouvernement, sous la conduite du «réformateur» Mouloud Hamrouche, privatise à tous crins. Une aubaine pour le jeune héritier dont le début de la fortune trouverait là une première explication. Son entreprise, KRG Pharma, produit des médicaments génériques à Alger et à Vitrolles, dans le sud de la France.
Jacques Follorou met en avant, dans une enquête parue dans Le Monde (1), des facilitations complaisantes dont il aurait bénéficié auprès de hauts fonctionnaires du ministère de la Santé : «Le groupe Khalifa, grâce au soutien de hauts fonctionnaires du ministère de la Santé algérien, dont l'un sera intégré à la tête de la banque Khalifa, obtient, lui, le droit de distribuer quinze médicaments. Disposant d'une filiale à Vitrolles, près de Marseille, il joue sur les deux tableaux et en tire profit pour s'arroger un quasi-monopole. Selon un ancien cadre du groupe, l'unité de Vitrolles, qui affichait en 1998-1999 un chiffre d'affaires de 275 000 euros et 45 700 euros de pertes, permettait à l'ensemble du système de gonfler ses profits en jouant sur les taux de change entre la France et l'Algérie.»
Et la France non plus ne laisse pas Khalifa en rade. Ce dernier y dispose «des bases pour mener une stratégie clientéliste en s'attachant des soutiens dans des milieux très divers», lesquels «vont lui servir pour se lancer, en 1998-1999, dans les secteurs bancaire et aérien. Sollicitant des lignes d'exploitation, les représentants du groupe se présentent face aux autorités françaises en compagnie d'un député (UMP) français qui vante les mérites de cette jeune entreprise. Les collaborateurs du ministre des Transports, agacés, apprendront plus tard que l'élu a été rémunéré pour cette intervention jugée inutile puisque le ministère a pour règle de recevoir toutes les compagnies aériennes.» (2)
Le Canard enchaîné publie, le 23 octobre 2002, un rapport de la DGSE selon lequel Khalifa servirait d'homme de paille aux décideurs algériens. Deux personnalités sont particulièrement visées : Larbi Belkheir, directeur de cabinet du président Bouteflika, et Abdelkader Koudjeti. Larbi Belkheir, d’habitude peu prolixe, ne peut s’empêcher de répliquer à l’accusation dans les colonnes du journal Le Monde : «Je n'ai rien à voir avec lui. Je n'ai pas investi un centime dans ses affaires et aucun de mes enfants ne travaille dans l'une de ses sociétés.» De son côté, Abdelkader Koudjeti s’interroge, suffisant : «Je ne connais pratiquement pas Khalifa que je n'ai rencontré qu'une seule fois. Pourquoi irais-je confier de l'argent à quelqu'un qui est plus jeune que mon fils et que je ne connais pratiquement pas ?»
M. Aït Amara
Demain : Ni bon Samaritain, ni médicastre
(1) Le Monde du 31 décembre 2002.
(2) Idem.

Comment (10)

    mohand oukaci
    7 avril 2013 - 17 h 09 min

    En 1998, l’UMP n’existait
    En 1998, l’UMP n’existait pas. Si vous vous trompez sur ce détail comment vous croire sur le reste?




    0



    0
    Jamila
    6 avril 2013 - 16 h 41 min

    Dans ce baiser entre ces 2
    Dans ce baiser entre ces 2 pseudo homme, on dirait qu’il y a une relation à voile et à vapeur pour ne pas dire autre chose. L’argent pourrit les mœurs. Ce khalifa n’a rien de virile




    0



    0
    Nenuphar
    6 avril 2013 - 11 h 09 min

    Pourquoi nous parler
    Pourquoi nous parler maintenant de Khalifa alors que cette affaire est assez vieille et qu’au surplus la Cour à l’a renvoyée à une audience ultérieure ?

    Est-ce afin de mettre un écran de fumée sur les affaires en cours qui concernent la « gestion » de Sonatrach, de Sonelgaz, et autre Autoroute du « siècle », beaucoup plus importante en raison des personnalités soupçonnées et des montants en jeu ?




    0



    0
    AnonymeKELAM
    6 avril 2013 - 8 h 33 min

    ou est passer le patriotisme
    ou est passer le patriotisme depuis la mort de feu BOUMZFIENNE /: on était fiére d’être ALGERIENS ,mais avec cette vermine qui suce le sang de l’ALGERIE profonde,ou allons nous , réveillez vous messieurs les patriotes:le R2VOLUTION n’est pas terminer il reste la construction de ce beau pays ,il faut être a la hauteur des CHOUHADAS.
    le pays ce sont les franc maçon cad les sionistes qui veulent notre peaux. alors la mains dans la main. est dieu est avec nous.




    0



    0
    h2 so4
    6 avril 2013 - 0 h 33 min

    par regle de jahovah!!
    les

    par regle de jahovah!!
    les sionistes ne font pas de cadeaux .. sauf si la « personne » dite riche est juive d origine .
    tout ce qui remonte en surface n est qu un carré d as pour les mondialistes et surtout pas un hazard aujourd huit !
    les sionistes detiennent toutes les cartes de toutes les personalités riches quelque soit leur origine avec le carré d as des pauvres prefabriqués .maintenant j espere qu ils ont pris connaissance .
    disant que c est aussi trop tard aussi pour certains riches !! car il payeront chers autant qu ils sont d une maniere ou d une autre .
    mais tout ca est dans le but de faire eclater toutes les nations arabes projetées depuis déja 30 ans .
    nous sommes en 2013 . c est peut etre l année sacrée du satan ya latif !
    donc faites attention les les envahisseurs sont lá !




    0



    0
    abdelkader wahrani
    5 avril 2013 - 18 h 37 min

    el marhoum Houari Boumediene,
    el marhoum Houari Boumediene, reste le seul légende de l´algerie regarder ce que les salopards et autres minables ont fait de l´algerie un pays vidé de ses richesses pour les odieux criminels colonialistes et rangé par la corruption, cela n´existait pas au temps de Houari Boumediene. un homme peut mourir pas un symbole?. ya Boumediene rahimak Allah wa Allah yarham chouhadas.




    0



    0
    Ahaddad
    5 avril 2013 - 14 h 17 min

    la grande erreur de Moumène
    la grande erreur de Moumène Khalifa est d’avoir créé une télé. Il aurait pu continuer à sévir pendant longtemps et avec lui se nourrissaient d’énormes sangsues qui disposaient de crédits ouverts sans limites et même de cartes bancaires (gold, SVP).
    Le hola a été mis car qui possède un média lourd peut d’une manière ou d’une autre influer sur les populations et cela ceux d’en haut n’en veulent pas et Moumène a été déboussolé de son piedestal. Voila mon avis à ce sujet




    0



    0
    Anonyme
    5 avril 2013 - 13 h 45 min

    @Mansour. dénigrer le feu
    @Mansour. dénigrer le feu président Boumediene ou le mettre au même niveau..que les autres président algériens et une insulte à l’intelligence humaine, et je comprend toujours pas?,pourquoi! certaines personnes « influençables ?, ou de mauvaises fois » racontent des tissus de mensonges?.de son vivant l’algérie était respecté à travers le monde..nous fils/filles d émigrés en france/belgique on avaient des avantages..par apport aux autres..espagnols,grecques,portugais,turques,marocains, et j’en passe…tout çà à cause de boumediene mes mrs..mon père est kabyle et à toujours défendu boumediene..parce qu’il était un Homme un vrai patriote..aucun homme politique algérien ne lui arrive à la chevilles..bref ,maintenant vous avez voulu..le libéralisme..alors vous êtes servi!!! du jour au lendemain..vous avez avec des milliardaires en $.€.£. ???? pauvre algérie




    0



    0
    Anonyme
    5 avril 2013 - 12 h 04 min

    D’accord avec Mansour,il y a
    D’accord avec Mansour,il y a une anguille sous roche.Un bonhomme qui crée khalifa air ways de la taille presque égale à celle de AH et qui commence à lui faire de l’ombre LA CA NE PASSERA PAS .Avec KAW ,il y a toujours de la place dans n’importe quelle destination et à des prix bien bas.Il a fait émerger khalifa bank qui donne des intérêts supérieurs à ceux des banques publiques ..Ca fait de l’ombre; même une éclipse.Pour rappel , même les hauts dignitaires de l’état y mettent leurs blé dans KB. Il a créé la vraie concurrence que les pouvoirs publiques n’arrivent pas à avaler.En somme ,c’est quelqu’un qui a voulu faire du BIEN à son pays mais hélas. tout le monde sait d’ou viennent les manoeuvres……Là c’est une autre histoire.




    0



    0
    Mansour
    5 avril 2013 - 7 h 35 min

    Rafik Khalifa est en prison à
    Rafik Khalifa est en prison à Londres et son empire a été démantelé.C’est bien de rechercher la vérité sur son ascension et sa chute brutale.Personnellement je n’y comprend rien car tout ça est très louche de A à Z.Si le régime algérien était sincère il aurait pu le laisser travailler et non pas lui couper brutalement les vivres,le poussant ainsi à la faute.La vérité est qu’il commençait à faire de l’ombre aux potentats du régime mafieux qui dirigent l’Algérie surtout après l’ouverture de sa chaîne de TV.Je ne le connais ni d’Adam ni d’Eve mais tout ça est bien louche et je continue à penser que les dirigeants de l’Algérie depuis 1962 et l’ex-puissance coloniale travaillent la main dans la main pour maintenir ce pays dans le sous développement et son peuple dans l’ignorance pour un même objectif facile à deviner.D’ailleurs je remarque en passant que chaque fois que quelqu’un veut relever ce pays dans les domaines politique,économique,culturel ou même religieux on s’empresse de l’éliminer d’une façon ou d’une autre.Boumediène a gouverné 13 ans,Chadli 13 ans et Bouteflika 14 ans démentant le jamais 2 sans 3.C’est peut être dû au grigri marocain.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.