Le wali de Ghardaïa ordonne l’ouverture d’une enquête

Le wali de Ghardaïa, Ahmed Adli, a ordonné l'ouverture d'une enquête sur les incidents ayant secoué dans la nuit de dimanche à lundi des quartiers de la ville de Ghardaïa et la prise de mesures qui s'imposent à l'encontre de leurs auteurs. Le wali a indiqué qu'un dispositif de sécurité visant la sécurisation des biens et des personnes sera également renforcé, afin d'éviter les échauffourées récurrentes entre les jeunes, soulignant que «l’ensemble des problèmes peuvent être surmontés dans le calme, le dialogue et la concertation». Une dizaine de personnes, dont des policiers, ont été légèrement blessés suite à des échauffourées sporadiques et récurrentes entre jeunes de deux communautés (malékites et ibadites), lors de ces incidents survenus dans des quartiers de Ghardaïa et à ksar Mélika, a-t-on appris de source hospitalière. Les affrontements se sont poursuivis jusqu'au petit matin de lundi. Un magasin a été incendié et du mobilier urbain saccagé, avant qu'un important dispositif de sécurité mis en place ne maîtrise la situation, a constaté un journaliste de. Des groupes de jeunes des deux communautés ont commencé à se lancer des pierres, des cocktails Molotov et d'enflammer des pneus, avant que la situation ne déborde, créant un climat d'insécurité près du quartier de Théniet El-Makhzen et aux environs des ksars de Mélika et Béni-Isguen, où le trafic routier a été interrompu pendant toute la matinée. L'ensemble des commerçants ont baissé rideau en signe de protestation contre l’insécurité et de peur des débordements, casses, vols et incendies. Un sit-in a été organisé lundi par des commerçants ibadites devant le siège de la wilaya pour appeler à la sécurité des biens et des personnes. Une délégation représentant ces commerçants a été reçue par le wali qui a écouté leurs doléances, avant que ces dernières ne débordent sur des revendications exigeant la libération des jeunes présumés destructeurs et voleurs de câbles et tuyauteries d’une entreprise étrangère exerçant dans la région de Touzouz. A l’origine de ces échauffourées récurrentes et sporadiques, les questions du foncier dans la vallée du M’zab et des constructions illicites. «Ces échauffourées ont éclaté suite à la construction par un ibadite à Mélika d’un mur fermant l’accès à un cimetière malékite», selon des jeunes malékites de Theiniet El-Makhzen. Ces derniers ont réagi en essayant de détruire le mur construit illicitement, avant l’intervention des autorités de la daïra de Ghardaïa qui l'ont démoli. Les jeunes du quartier de Théniet El-Makhzen, dans la commune de Ghardaïa, non satisfaits de la démolition du mur, ont bloqué les axes principaux de la ville en dressant des barricades, réclamant l’arrestation de la personne à l’origine de l’incident, a-t-on relevé sur place. Des affrontements entre les jeunes des deux communautés ont ensuite éclaté, avant que les forces anti-émeutes déployées, à titre préventif à travers les points sensibles de la ville de Ghardaïa, n’interviennent en faisant usage de gaz lacrymogène et de canons à eau pour disperser les antagonistes. La route nationale RN1 a été momentanément coupée à la circulation par les jeunes qui ont utilisé des pierres et des pneus enflammés, avant que le trafic ne reprenne sous les yeux des éléments des forces de l'ordre. Plusieurs sages de la ville de Ghardaïa tentent d’user de leur notoriété pour apaiser les esprits et éviter que la situation ne dégénère
R. N.
 

Comment (9)

    maleh
    7 mai 2013 - 12 h 24 min

    @00213
    je ne considère

    @00213
    je ne considère aucunement ton état « policier » comme étant la meilleure solution dans un pays où la violence est une réaction spontanée. Si les deux protagonistes en question en viennent à se taper dessus, c’est, à mon humble avis, une volonté de « se faire justice par soi-même » car la supposée justice d’ état ne convainc plus personne. A l’origine, il s’agit d’un mur illicitement érigé, si notre justice était à minima crédible et respectée, le problème aurait été porté devant un tribunal et toutes et ces bagarres n’auraient peut-être jamais eu lieu.




    0



    0
    NASSER
    7 mai 2013 - 10 h 07 min

    Pour bien saisir les
    Pour bien saisir les élucubrations de ce site, sur ce sujet, qui démontre une volonté de nuire lisons ce passage :
    « Enfin, si les Mozabites représentent aux yeux du pouvoir algérien, une menace pour l’entité de l’Etat algérien, ce qui l’oblige à leur faire subir toutes ces pratiques odieuses et machiavéliques, depuis l’indépendance à nos jours, avec la complicité et le silence de tout le monde… Pourquoi, alors le pouvoir ne retire-t-il pas simplement la nationalité algérienne aux Mozabites et les jette-t-il pas hors des frontières, et enfin se débarrasser définitivement de cette minorité agaçante ? Comme le cas de la minorité Rohingyas en Myanmar, ex-Birmanie. »
    C’est du journalisme ça?




    0



    0
    NASSER
    7 mai 2013 - 10 h 01 min

    OBSERVEZ la désinformation du
    OBSERVEZ la désinformation du site « LE MATIN DZ » avec ce titre mensonger et incitateur au désordre:
    « Le pouvoir algérien s’acharne sur la minorité mozabite ». Ce n’est plus de l’information qu’ils font mais de la saloperie!! Vraiment!

    http://www.lematindz.net/news/11723-le-pouvoir-algerien-sacharne-contre-la-minorite-mozabite.html




    0



    0
    00213
    7 mai 2013 - 8 h 15 min

    Un état fort, c’est une
    Un état fort, c’est une police forte.
    Les forces de l’ordre locales doivent être sans aucune pitié car la mort d’un seul individu peut provoquer un embrasement générale.
    .
    Il faut faire régner la peur chez les fauteurs de troubles, car de celle-ci émanera le respect des institutions et la possibilité d’une vie sociétale.
    .
    Si un gamin de 16 ans brule un magasin, lance des projectiles sur la police et casse du mobilier urbain sans aucune peur et en s’en vantant…
    … c’est qu’il « chie » sur toutes les valeurs qui ont forgés notre patrie.
    Il faut donc lui faire comprendre à la méthode algérienne.
    .
    D’autre part, il faudrait mettre en avant le rôle de certaines personnalités locales qui se présentent comme porte-paroles et ne font qu’attiser la haine.
    On est avant tout des algériens (intelligents), car les histoires d’ethnies ne servent qu’à manipuler les personnes faibles d’esprit…




    0



    0
    Allal
    7 mai 2013 - 8 h 02 min

    J’ai lu « affrontements entre
    J’ai lu « affrontements entre Malékites et Ibadites » : s’agirait_il d’une guerre interconfessionnelle ou veut-on orienter ces émeutes dans ce sillage ?
    Soyons Algériens ! c’est à dire respectons nos attributs Algériens. Comment voulez vous que les Mozabites (puisqu’ils s’agit d’eux) cèdent leurs terres millénaires?
    Les islamistes à l’origine de ces violences devraient tenir compte que les Mozabites n’ont jamais fait auparavant acte de délinquance ou de violences.
    On n’a jamais vu un mozabite dans un commissariat (ni plaigant ni prévenu) et les meilleurs commerçants ceux sont eux!
    c’est une communauté très paisible qui n’a jamais causé de problèmes avant que l’on ne viennent leur grignoter leurs espaces.
    Faut-il, après les kabyles mater les mozabites ?
    Ou va la politique en Algérie ?
    Prenons exemple des risques communautaires qu’une politique similaire a fait courir à l’ancienne Yougoslavie.
    Nos dirigeants sont en train d’entretenir une dangereuse politique de neutralisation des périmètres de survie des communautés berbérophones (hors chaouies)




    0



    0
    patriote
    6 mai 2013 - 22 h 52 min

    Les comptes,il faudrait les
    Les comptes,il faudrait les demander dabord à chakib khelil and co,ensuite on pourra demander des comptes à tout le monde y compris les nouvveaux nés si l’envie nous prend.




    0



    0
    abdelkader wahrani
    6 mai 2013 - 22 h 31 min

    depuis cette malédiction du
    depuis cette malédiction du multipartisme (eldjazair machafett kheir) la démocratie satanique c´est du Koffre. satan vous promis misére et vous ordonne l´infamie. (al baqarah 268).




    0



    0
    Inspektor Tahar
    6 mai 2013 - 21 h 13 min

    Le wali de Ghardaïa ordonne
    Le wali de Ghardaïa ordonne l’ouverture d’une enquête…Il manqué de main d oeuvre dans l agriculture dans le sud..!!!!demandez a ces gens d aller travailler dans l agriculture en attendant d un meilleur boulot…Quand on immigre très souvent on accepte un boulot qui ne nous convient pas mais on l accepte et on travail pour la paye…faut payer le loyer, l’électricité, le téléphone, la bouffe, l essence etc…Les gouvernements fel ghorba donnent pas la charité…fut suer et souffrir un peu et chercher mieux…mais il faut etre prêt a accepter n import quel boulot….on appelle cette attitude envers le boulot…..du courage…and that’s it…




    0



    0
    Anonyme
    6 mai 2013 - 20 h 44 min

    QUELLE HONTE A TOUS. POURQUOI
    QUELLE HONTE A TOUS. POURQUOI TOUS LES PROBLÈMES DES ALGÉRIENS
    SONT RÉGLÉS DANS LA RUE ET DANS LA VIOLENCE ET LES RESPONSABLES DE CES ÉMEUTES RENDRONT TOUS COMPTE UN JOUR OU AUTRE AU TOUT PUISSANT. RABI YAHDINA.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.