Des odeurs nauséabondes envahissent le centre-ville d’Alger

Des odeurs nauséabondes envahissent le centre-ville d’Alger depuis quelques jours. Ces mauvaises odeurs, qui empoisonnent la vie des riverains et des nombreux passants qui empruntent ces rues commerçantes de la capitale, semblent provenir d’amas d’ordures qui n’ont pas été ramassés depuis plusieurs jours. Le plus grand amoncellement de déchets ménagers se trouvant au niveau de l’ex-marché Clauzel. Cette situation était prévisible, tant les nombreuses mises en garde des spécialistes de l’urbanisme et de l’environnement, ainsi que les très nombreux articles publiés par la presse pour dénoncer l’incapacité des collectivités locales à assurer l’hygiène dans leurs localités respectives, n’ont jamais été suivies d’effet. Alger, jadis la blanche, est devenue un véritable dépotoir à ciel ouvert, sans que la saleté qui a fini par envahir tous les quartiers et toutes les cités du pays n’inquiète outre mesure des responsables visiblement plus soucieux de leur image que des villes et communes qu’ils dirigent. Si, jusqu’à présent, le pays a été épargné par des épidémies dues au manque d’hygiène, il n’est pas dit que cette anarchie qui règne dans le domaine de la gestion des déchets ménagers et industriels ne finira pas, un jour ou l’autre, par avoir des conséquences désastreuses sur la population. Nous n’en sommes pas encore là, mais tout indique que la catastrophe n’est pas loin. L’actuel ministre de l’Environnement a promis de «nettoyer le pays» ; depuis, le pays est devenu encore plus sale. Les images prises lors de la journée de nettoyage bénévole des plages, hier, montrent à que point le pays sombre dans la crasse, contrastant avec les semblants d’efforts déployés par la wilaya pour embellir la capitale en plantant des palmiers et en ravalant les façades – uniquement les façades – des immeubles en attendant, dit-on, de refaire les trottoirs défoncés des rues Didouche Mourad et Larbi Ben M’hidi. Toute cette agitation ne suffit pas. A Alger, tout est à refaire. Jusqu’au choix des responsables.
Sarah L.
 

Comment (12)

    AHA
    28 mai 2013 - 12 h 55 min

    Fyfan!! J’ai jamais vu de ma
    Fyfan!! J’ai jamais vu de ma vie un pays aussi sale que l’Algerie (J’ai visite tte l’Europe, Amerique, l’Asie du sud.. et qq pays en Afrique). C’est une honte pour les algerien(ne)s qui aiment leur pa. Ne me prend pas pour un marroqui, je suis algerien depuis l’ere précambrien, Jijli (Kotama) et fier de l’etre. J’ai pris un taxi d’Alger -> Tizi ouazou -> Bougie -> Djidjelli. Partout des sacs de plastiques, des amas de dechets sur toute la route meme ds les forrets, partout, c’est triste et degoutant. J’ai vraiment rien compris comment les gens acceptent de vivre entouré par cette saletée… Conclusion, un peuple sale, pouri et arrogant HACHA qq un!!!.
    J’etais a Djijdel, les gens ne s’interessent qu’aux portables, voitures et villas. Grande villa et juste devant la porte grande ZeBaLLA!! pour aller acheter une baguette juste a 100 m de chez lui, non, il marche pas, il prend sa voiture… Ils circulent 24/24 en voiture, certains arrivent a faire une 20taine de fois le tours d’un cartier… J’espere que l’etat si elle est pas pouri aussi punir tte personne qui jette de dechets ds la rue, la nature ou n’importe ou par une amande severe ainsi que par des insultes, comme par example espece de pouriture et de l’oblige a nettoyer apres elle. (assez c’est assez!!).




    0



    0
    amazigh
    27 mai 2013 - 23 h 56 min

    j’habite en bas (2eme
    j’habite en bas (2eme étage)d’un immeuble est je peut vous dire que je souffre de l’incivisme algérien constamment, je ramasse les poubelles jetées par les fenêtres tout les jours et j’essaye de sensibiliser tout les locataires en distribuant des tractes sur toute les portes ,en dialoguant mais tous on pour réponse c’est pas moi c’est les autres moi aussi je reçoit des déchets .que faire ?????????????????????????




    0



    0
    patriote
    27 mai 2013 - 21 h 38 min

    Sans le monde des
    Sans le monde des abeilles,apparemment quand la reine se pose,les ouvrières et les males se posent aussi,c’est pour dire que l’exemple vient toujours du sommet de la pyramide,quand le sommet donne le mauvais exemple,la base n’a d’autres choix que de suivre.




    0



    0
    Damoiselle
    27 mai 2013 - 11 h 18 min

    Je ss navrée de le signaler
    Je ss navrée de le signaler ,mais la plupart de nous n´ont pas le sens de civisme, et dire que des associations pour l´environnement ne font pas défaut en Algérie .A mon avis il faut d’ abord apprendre à respecter les lois et surtout inculquer aux citoyens la notion du* *contrôl social ** qu’ il soit formel où non formel .En Allemagne crache parterre devant les passants !tous sans exception te regarderont comme un goujat , essaie de te garer sur une place privèe , le proprio et vite prêvenu par le voisin ,si tu ne respectes pas le trie des poubelles les voisins t’ observent par les fenêtres afin de te signaler à la police , si un enfant du voisin un peu louche ne fait que pleurer surtout la nuit se dernier est vite signalé à Jugentsamt (administration qui protège l’ enfant .C’est ancrè ds leur mentalité, il n’ aiment pas laoudj ,même quand ça ne les concernent pas ,ils interviennent . lls ont été éduqués sur le concept de justice et d’ équité non sur le mot critique et mépris de soi et des autres .




    0



    0
    Ezzine
    26 mai 2013 - 20 h 19 min

    Il n’y a pas que la capitale
    Il n’y a pas que la capitale qui pue. Vous oubliez aussi sa périphérie. Si au moins le problème se limite à la puanteur. C’est un élément qui fait partie d’un ensemble dont on accorde peu ou pas du tout d’importance. L’intervention des services concernés par ce genre de problème et autres n’aura lieu généralement que « lorsque comme on dit « Malte sera engloutie ». On laisse les choses pourrir et puis on organise tambour battant une campagne. C’est malheureux !
    Il s’agit donc d’une question de désorganisation totale de la commune. Quelqu’un peut-il nous dire où est passée la police communale chargée entre autres missions de veiller à la bonne organisation collective et à la bonne image de la municipalité.
    Le manque de civisme dont parlent certains intervient en seconde position lorsque la commune fait son travail et met à la disposition du citoyen les moyens nécessaires à même de lui permettre par exemple :
    De trouver où déposer ses ordures ménagères,
    De ne plus avoir peur de chien errant et puant, ou d’un autre chien accompagné de son maître mais non muselé,
    d’interdire le stationnement de véhicules à même le trottoir empêchant soit des handicapés avec chaises roulantes, ou un couple avec leur bébés de s’exposer au danger de la circulation en empruntant la voie de la circulation routière obligés à contourner leur passage légal occupé par de nombreux véhicules en stationnement interdit qui obligent parfois même des piétons à se faufiler entre eux pour se frayer un passage dans son passage légal au trottoir. Il semble aussi que la police de la circulation ou leur auxiliaire ne s’intéresse pas à ce genre d’infractions pourtant flagrantes.
    L’entretien des voiries, les réseaux d’évacuation des eaux pluviales, l’élagage des arbres présentant des dangers pour les passants, le danger que représentent des aliénés mentaux, des mendiants agressifs pour les enfants de l’école, et bien d’autres situations alarmantes qui dénotent le dysfonctionnement flagrant de la commune algérienne.
    Et la liste, bien sûr est longue que seule une police communale bien formée et contrôlée dans son travail comme dans tous les pays du monde est à même de réaliser pour contribuer et veiller h24 au bien être local de tout le monde.

    L’exécutif des communes auxquels incombent ce genre de mission donne l’impression qu’une fois élu puis installé, ne cherche pas à mieux s’organiser mais préfère s’atteler à une autre tâche « plus importante » qu’il n’achèvera même pas à l’issue de son mandat et voudrait bien en plus s’il en a l’occasion de la prolonger pourquoi pas avec l’espoir de ne pas la finir un jour.




    0



    0
    b.k
    26 mai 2013 - 19 h 29 min

    Un peuple ingras et paresseux
    Un peuple ingras et paresseux ils veulent que prendre sans rien donner en retour c’est le peuple qui habitent ces quartiers pas l’Etat, cessez une fois de blâmer le gouvernemment et chercher ou est la faille dans tout ça et je crois elle est dans l’éducation et si l’etat ose soit disant de lever le petit doight la première des choses c’est un etat de déctature qui respecte pas les droits de l’homme etc…peuple Algerien au travaille comme il ya des droits il ya des devoirs.




    0



    0
    Professeur mehmeh
    26 mai 2013 - 18 h 08 min

    La saleté ne reflète que la
    La saleté ne reflète que la personalité de nos dirigeant hadihiya charssiyate dawla ma ntewlou ma nkessrou houlkame mwesskhine voilà tout ou houkame jawe mnine? Bien sur men chaab




    0



    0
    Inspektor Tahar
    26 mai 2013 - 16 h 41 min

    Des odeurs nauséabondes
    Des odeurs nauséabondes envahissent le centre-ville d’Alger…comme l’Algerie achete tout de l’étranger surtout des services ….elle pourrait demander aux entreprises étrangères de venir ramasser les ordures en Algerie en les payant en dollars et Euros……Les Algériens semblent incapables de garder leurs rues et leurs villes propres…Une honte pour notre société… En réalité ce n est qu un problème d incompétence de l administration publique




    0



    0
    B.H.
    26 mai 2013 - 13 h 57 min

    chacun fait ce qu’il veut,
    chacun fait ce qu’il veut, les gens décident d’élire n’importe quelle endroit comme décharge alors qu’il existe des zones affectés à l’usage du dépôt d’ordures etc.




    0



    0
    B.H.
    26 mai 2013 - 13 h 53 min

    malheureusement, c’est le
    malheureusement, c’est le résultat du lamentable état de l’éducation et du civisme dans notre pays. cette incivisme prévaut aussi à Setif comme ailleurs dans le pays, même si c’est la Wilaya la plus propre du pays et qui mène de grandes actions d’environnement. le problème est que nous ne sommes pas sévères, pour dissuader les citadins de pratiquer phénomène de la saleté et le faire reculer, nous devons être sévères, réprimer par des sanctions, amendes, installer des panneaux d’avertissement etc. cela ne suffit certainement pas à solutionner ses actes, mais il faut y penser.




    0



    0
    ahmed ougnane
    26 mai 2013 - 13 h 19 min

    Il y a aussi des dizaines de
    Il y a aussi des dizaines de SDF qui dorment sous les arcades, et qui sont obligés de se soulager dans les rues adjacentes à la rue Bab Azoun. Que fait l’Etat pour prendre en charge tous ces SDF, qui sont abandonnés à eux-mêmes ? Quand on passe le soir dans la rue Zighout ou dans la rue Bab Azzoun, ou quand on y revient le matin, la même odeur nauséabondes se dégage. les ordures y sont pour quelque chose, mais comme on voit,; il y a d’autres causes.




    0



    0
    amyne
    26 mai 2013 - 13 h 07 min

    la premiere action devrait
    la premiere action devrait etre civique et pédagogique….à partir de l ecole les enfants sonts le meilleur vecteur de communication dans les foyers algeriens…déja ensuite dans les entreprises….publique et privées…les organisations patronales et syndicats devraient s y meler…et tout ceci devrait etre assisté par une campagne media continue…
    le constat de l insalubrité de l algerie a été fait par le 1 er ministre sellal ..ca ma donné de l espoir si ce chantier est reussit l lgerie sera meilleur et super à vivre …maintennat si c est juste un effet d annonce…je continuerai à chercher un coin pour pisser dans cette algerie qui pue…
    l exemple de la chine à la veille des jeux olympiques est edifiant…des campagne media publique pour eduquer 1 milliard de chinois à recevoir les JO …surtt pour les crachats…on devrait s en inspirer …il ny a pas de miracle faut juste vouloir




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.