Le ministre de la Santé «fuit» une rencontre-débat au Sénat

Abdelaziz Ziari ne supporte pas la critique. Il a quitté la rencontre parlementaire organisée aujourd’hui au Conseil de la nation avant l’ouverture des débats. L'ancien président de la Chambre basse a ainsi évité d’affronter les nombreux parlementaires qui désiraient l’interpeller sur la lancinante question de prise en charge des malades atteints de cancer, dont le nombre ne cesse d’augmenter d’année en année. Au lieu d’apporter des réponses aux nombreuses questions des «représentants» du peuple, Ziari, répulsif au dialogue, a préféré se sauver. Une fuite en avant qui a été dénoncée au sein de cette institution parlementaire. Chaque année, 40 000 nouveaux cas de cancer sont enregistrés. Pendant que la maladie progresse, les moyens mis en place stagnent, mettant ainsi en danger de mort des dizaines de milliers de malades qui, par désespoir de cause, ne demandent désormais que l’allègement de leurs souffrances. A ces nombreux cris, soutenus par des professeurs de médecine, comme l’actuel chef de service oncologie du CHU Mustapha, le Pr Bouzid, Abdelaziz Ziari tourne visiblement le dos. Sinon, comment peut-on expliquer la situation catastrophique sur le terrain et l’absence de réponse tangible de son département aux problèmes soulevés par les responsables des rares structures qui prennent en charge cette maladie ravageuse ? Pourquoi le ministre de la Santé, très critiqué au demeurant, n’a-t-il pas voulu répondre aux questions des parlementaires en contribuant au débat d’aujourd’hui ? A-t-il peur d’affronter la triste réalité d’un secteur moribond qui nécessite une thérapie d’urgence avant que «son pronostic vital ne soit engagé», pour reprendre le jargon médical. Le mal est profond. Pour le cerner, il faudra prendre le temps d’écouter tous les professionnels et les experts du secteur et ouvrir le débat sur notre système de santé, au lieu de l’éviter comme l’a fait aujourd’hui Abdelaziz Ziari.
S. Baker
 

Comment (12)

    phil
    24 juin 2013 - 22 h 23 min

    Le ministre a ses
    Le ministre a ses responsabilites , comme tout le monde ,mais les medecines , les infermieres , le personnel aussi ont leur responsabilites …. Quand j avais 15 ans , je suis alle voir un dematologue (?? ) pour un virus au nez ; pendant la consultation ..il m a dit vous me derangez pour ca !! avec un air surnois et agressive !!. maintenat j ai 45 ans et je suis au japon . les hopitaux sont propres les imfermieres sont tres serviables et propres . Elles aident les patients meme dans les toilettes . et les medecines font leur travail correctement ! merci




    0



    0
    thileliAnonyme
    24 juin 2013 - 14 h 16 min

    bilan catastrophique MR Ziari
    bilan catastrophique MR Ziari vous n’etes pas fait pour la politique et encore moins pour etre ministre de la santé qui exige bcp de charisme qui visiblement vous manque!




    0



    0
    salim
    24 juin 2013 - 11 h 38 min

    Avant on le disait
    Avant on le disait métaphoriquement, d’une façon imagée, qu’ils fuient leur responsabilité.
    Maintenant sans gêne, ils le montrent sur le terrain.
    Messieurs,ayez cet infime honneur de démissionner quand vous n’êtes plus aptes à assumer vos fonctions ou donner des résultats positifs sur le terrain.
    Les promesses cela ne nourrit plus son bonhomme.




    0



    0
    raselkhit
    24 juin 2013 - 9 h 48 min

    C’est exactement le type
    C’est exactement le type d’article de presse à mettre le feu dans la population .C’est toujours la faute du ministre .Moi en tant que malade c’est les médecins qui reçoivent trois malades en même temps quand ils viennent à l’hopital se trompent de diagnostic.d’adressent au malade dans une langue incompréhensible et le traite comme du bétail .C’est le corps des paramédicaux qui volent la bouffe des malades et les dépouillent .et exigent de trés fortes tchippa pour les faire recevoir par le médecin .Les réalisations on les voit Mais les médecins sont touhjours devant la porte des hopitaux pour exiger des augmentations et regardent les malades mourir sans lever le plus petit doigt.Quand chacun fera son travail on aura droit de demander des comptes au ministre et même plus haut




    0



    0
    Anonyme
    23 juin 2013 - 23 h 27 min

    La faute n’est pas au premier
    La faute n’est pas au premier responsable du secteur puisqu’il se sert seulement des avantages du poste qu’il occupe sans se soucier aucunement de ses responsabilités du moment qu’il ne s’est jamais inquiété de la mauvaise gestion de son département ministériel ni des responsables sous sa tutelle, chacun gère ses affaires personnelles au lieu de s’intéresser à ses devoirs de responsable puisqu’il sait qu’il encoure aucune sanction de la part de sa hiérarchie.
    si un malade a la chance d’être hospitalisé après avoir épuisé toutes ses connaissances, il se voit obliger de procurer ou acheter la plupart des produits pharmaceutiques et faire des analyses et radios chez les privés.
    L’éthique et la déontologie de la fonction est bafouée au détriment du clientélisme et du passe-droit ainsi que de l’oubli de la valeur du travail et ce, au profit du laisser aller car de nos les gens honnêtes sont affrontés aux désagréments de l’environnement impropre.




    0



    0
    maleh
    23 juin 2013 - 22 h 56 min

    @Horizon
    Un insomniaque,

    @Horizon
    Un insomniaque, drogué du travail, adepte de la terreur disciplinaire : bref, un exemple pour les autres doit régner sur le secteur mais on nous impose des hommes, comme Ziari, à des années lumières de pouvoir accomplir ce genre d’exploit.
    N’oublions pas les cliniques privées…




    0



    0
    AL
    23 juin 2013 - 22 h 42 min

    si le plumage semble au
    si le plumage semble au ramage , la morgue et la suffisance suintent de ce visage… à moins que les apparences, elles aussi soient trompeuses …comme tout le reste et depuis longtemps !




    0



    0
    h2 so4
    23 juin 2013 - 22 h 25 min

    Arretez ce massacre de l
    Arretez ce massacre de l import import mr sellal !!!
    sinon limitez au moins le zbel FRANCAIS CANADIEN etc….




    0



    0
    AL IDRISSI
    23 juin 2013 - 21 h 54 min

    Dire que cet Énergumène a été
    Dire que cet Énergumène a été pour un temps le Président de cette malheureuse APN. Finalement il était juste un fonctionnaire.




    0



    0
    Horizon
    23 juin 2013 - 21 h 39 min

    SALEM alikoum
    Ne nous voilons

    SALEM alikoum

    Ne nous voilons pas la face devant la réalité qui est pourtant simple et connu de nous tous.
    Monsieur Abdelaziz Ziari ministre de la santé .
    Ne peux rien faire a lui seul si les infirmières , les sages femmes , les médecins , le personnel administratives , de nettoyages , d’entretien , de garde , de de de de ne font pas leur travail pour lequel ils sont tous payer.
    Ne venaient pas dires  » oui mais ils sont mal payer « .
    Puis il y a ceux qui doivent acheter toutes les machines de soins , médicaments , blouses , ordinateurs , chaises ,lits , couvertures , draps , pansements , et et et et.
    Sont-ils contrôlés pour savoir si l’argent donner pour tout ces achats ont belle et bien été dépensé a bonne escient.
    Ensuite ceux et celles qui n’ont pas de consciences professionnelle juste présent pour toucher le salaire .
    Si toutefois il sont présent …..
    Si même que les salaires était bas , cela donne t-il le droit de laissé mourir les malades dans l’indifférence totale.
    Il y a le droit de grève , et de revendication a la manière civilisé.
    Mais un homme qui qu’il soit ne peut être a la campagne et en ville en même temps.
    D’autant plus qui ne connait pas les mentalités des nôtres mieux que nous même pour être cela même qui agissent de la sorte dans d’autres corporations .
    Avouer c’est-être a moitier pardonner Allah ce chargera du reste.
    Alors nettoyons tous le boue qui se trouve devant nos portes avant d’aller voir celle qui ce trouve devant la porte des autres.
    Nous sommes tous cela qui nuisons a ce que la grande machine Algérie marche sur trois pattes.
    Décidons une fois pour toute ,avant que la mort nous rattrape de changer une fois pour toute dans l’intérêt des générations qui arrivent .
    Ils trouveront un pays saint il continueront dans cette voie.
    Salem alikoum mes frères et sœurs sans rancune jespère .




    0



    0
    Faralisme
    23 juin 2013 - 20 h 24 min

    Ziari ne déroge pas a la
    Ziari ne déroge pas a la règle , comme tout algérien c est la faute des autres , et si ce n est pas leur faute alors c est des envieux parceque je suis beau et intelligent , je fais un excellent travail et les autres ce sont rendu compte qu ils me jalouse; donc on continue de manger de la merde et on croit que c’est du caviar, dans tout ça vous avez remarquez que je ne souffle mot sur les problèmes de la santé parceque c est une crise d homme et non pas de moyen, lorsque vous avez un professeur ignare qui ne fait pas la différence entre un scanner et une IRM ( hôpital zmirli histoire qui m est arrivé) et un tyran envers les étudiants alors la ça résume tout, continuons de dormir le réveil est déjà douloureux .




    0



    0
    00213
    23 juin 2013 - 19 h 52 min

    Allez M. Sellal, encore un
    Allez M. Sellal, encore un autre coup de balai, là juste sur votre gauche…




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.