Criminalité juvénile : le dossier qui inquiète les autorités

La criminalité et la délinquance juvéniles semblent prendre ces dernières années une ampleur qui inquiète au plus haut point les autorités. Elles ont d’ailleurs fait l’objet d’un séminaire international de deux jours à l’Institut de criminologie et criminalistique de la Gendarmerie nationale (INCC-GN) à Alger. Il ressort principalement de cette rencontre que la décennie noire qui a ensanglanté le pays dans les années 90, marquée par la déferlante terroriste islamiste, a laissé derrière elle un héritage qu’il sera difficile à gérer. «La violence héritée des années du terrorisme, la dégradation des valeurs sociales et les mutations sociales et sociologiques sont, entre autres, les facteurs qui encouragent la délinquance juvénile en Algérie», a expliqué le général Menad Nouba, chef d’état-major de la Gendarmerie nationale à l’ouverture du séminaire. Le directeur de l’INCC-GN a, pour sa part, fait état d’une situation inquiétante menaçant la sécurité publique et l’avenir de la société, du fait, notamment, qu'elle touche une population juvénile représentant 48% de la population. L’analyse quantitative de la variable «âge des mis en cause» met en exergue la surreprésentation de la catégorie des jeunes délinquants âgés entre 16 et 25 ans, et plus précisément la catégorie des 18-21 ans, selon la présentation faite par le lieutenant-colonel Zahreddine Deman Dhebih, directeur des études et de la recherche en criminologie à l’INCC. Les statistiques de la Gendarmerie nationale pour la période allant de 2008 à 2012 font ressortir une moyenne annuelle de 3 153 mineurs impliqués dans tous les types d’infractions. Pour la seule année 2012, 2 778 cas, dont une centaine impliquant des filles de moins de 18 ans, ont été enregistrés. Il s’agit de 830 affaires de vol, 674 cas de coups et blessures volontaires, 167 attentats à la pudeur, 128 affaires de dégradation et destruction de biens d’autrui, 118 affaires de consommation et commercialisation de drogue, 26 homicides volontaires, sept homicides involontaires et 20 cas d’émigration irrégulière, alors que 55 mineurs ont été arrêtés dans le cadre de la lutte contre la contrebande.
Amine Sadek

Comment (4)

    Anonyme
    28 juin 2013 - 14 h 31 min

    2ca0fc80388ab40c2fc86db243095
    2ca0fc80388ab40c2fc86db243095eab algeriepatriotique.com Hello! http://algeriepatriotique.com/?59fc029b02e8,

    Adel
    24 juin 2013 - 8 h 00 min

    Les services de sécurité
    Les services de sécurité c’est leur rôle de mettre en garde les citoyens.
    Pour avoir une idée juste il faut faire la comparaison avec d’autres pays qui n’ont pas eu de décénies noires
    La france, 4 000 000 de crimes et délits par an
    Etats Unis 50 000 morts homicides par an
    Brésil 30 000 homicides par an
    Canada, allemagne etc…..
    La délinquance chez notre voisin de l’ouest est plus importante.
    En proportion avec la population algérienne nos chiffres sont modestes.
    Hélas se sont les conséquences d’un développement trop rapide qui laisse beaucoups de citoyen sur le bas côté de la route. Mais ne sombrons pas dans le catastrophisme.

    Mohand Lebghel
    24 juin 2013 - 7 h 16 min

    « qui inquiète » ce n’est plus
    « qui inquiète » ce n’est plus le mot a utilisé en Algerie, yaw lbled khrat nta tgoul « qui inquiète »!!!!!

    TONYCLINT
    23 juin 2013 - 22 h 49 min

    Je me rappel avoir tiré la
    Je me rappel avoir tiré la sonnette d’alarme lors d’une réunion sécuritaire sur ce point là et particulièrement sur l’après terrorisme car de constat le banditisme commençait à prendre des proportions alarmantes ce qui nous a menés directement au grand banditisme et au crime organisé – ah si on m’avait écouté en ce temps là nous aurions mis en place des mécanismes pour y parer mais malheureusement ce n’est pas le cas – j’ai fais une étude sur les stupéfiants ( drogues) à mon retour de FRANCFORT pour mettre en place une certaine stratégie préventive étude qui a englobée tout ce phénomène ( 100 pages environs) idem aucune réaction et aucune suite – donc qui sème le vent récolte la tempête tout simplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.