Les routiers ciblés par des agresseurs sur l’autoroute en plein jour

Les conducteurs de camions sont de plus en plus nombreux à se plaindre des agressions dont ils sont victimes sur le tronçon reliant Bordj Menaïel à Si Mustapha, aux confins est de la wilaya de Boumerdès. Un tronçon d’une vingtaine de kilomètres devenu pour eux synonyme de cauchemar. Les agresseurs, raconte un transporteur d’eau minérale faisant la navette Alger-Azazga qui a déjà échappé à une de ces razzias, élaborent tout un plan d’attaque et prennent le temps nécessaire pour le mettre à exécution en plein jour. Méthodiquement, ils choisissent le moment pour provoquer d’abord un embouteillage en renversant du sable, du goudron ou n’importe quel autre matériau au milieu de la route, pour voir une file de plusieurs kilomètres de véhicules se former au bout de quelques minutes. A ce moment-là, des essaims de «sauvageons» munis de toutes sortes d’armes blanches surgissent des abords de la route, cernés de dizaines de taudis enfouis dans des roseraies, pour tétaniser les automobilistes et prendre particulièrement en otage les camionneurs. Suite à quoi, un autre groupe vient à bord de camionnettes ou de fourgons et s’applique aussitôt à charger toutes sortes de marchandises se trouvant dans les différents camions et autres semi-remorques, avec une préférence pour ceux transportant les boissons. Notre interlocuteur dit avoir assisté à une scène au même endroit, où des agresseurs ont complètement vidé un camion rempli de caisses de bière de marque Heineken, dont la valeur est estimée à 3 millions de dinars. Face aux assaillants, les conducteurs n’ont d’autre choix que de céder. Mais beaucoup d’entre eux comptent alerter les autorités et réclamer la sécurité sur ce tronçon inévitable pour la plupart d’entre eux. Il faut dire que ce phénomène d’insécurité sur les autoroutes algériennes s’est posé à plusieurs endroits du pays, et à chaque fois que des points de contrôle fixes sont installés sur les lieux réputés dangereux, la sécurité revient. Le problème avait été signalé, il y a deux ans, aux environs de Boudouaou, à l’entrée de la capitale, mais depuis qu’un détachement de la Gendarmerie nationale est installé là-bas, plus personne ne s’est plaint d’aucun souci. La «solution sécuritaire» a prouvé son efficience. Mais suffirait-elle pour résoudre définitivement une problématique qui, de par certains de ses aspects, appelle des réponses sociales durables ?
Rabah Aït Ali

Comment (9)

    NASSER
    12 août 2013 - 7 h 25 min

    Une certaine « religion »
    Une certaine « religion » incite aussi à la débauche (djihad ennikah et homosexualité) à l’assassinat (par dizaines de milliers de musulmans), à la destruction (par dizaines de milliards de dollars).
    Non, vous ne voyez rien de ce qui se passe dans le monde, autour de nous.
    Demandez alors aux chouyoukh de m… « fetwatiste » Al Karadhaoui et ses compères d’Arabie Saoudite. Ne dites pas qu’ils ne sont pas musulmans! On les a toujours pris et on les prend encore comme référence incontestée jusqu’à l’adoration.
    La charia comprise par nos cocos et telle que « enseignées » par ces sioniste-musulmans c’est plutôt « la charte des parfaits idiots »; c’est à dire de la m…aussi.




    0



    0
    Harissa libre
    11 août 2013 - 19 h 18 min

    Halte aux voleurs
    Halte aux voleurs blogueurs!
    Pour retrouver les bandits de grands chemins , il faut savoir qui cherche a nuire au pays . C est simple : une première indication .chercher sur les sites qui veut absolument que le pays coule . Il y a beaucoup d accointance et d intérêt communs entre les pyromanes et les bandits de grands chemins .
    Ceci dit , des patrouilles de gendarmes en civil et dans des voitures banalisées arriveraient a éradiquer cette racaille . La charia inflige la peine de mort !




    0



    0
    amyne
    11 août 2013 - 18 h 00 min

    bof un autre article qui
    bof un autre article qui justifiera bientot une bière…à 500da…
    ca se passe comme ca quand le couple libéralisme islamisme est en crise…




    0



    0
    Ness maascar
    11 août 2013 - 17 h 25 min

    Chark pourquoi détournez le
    Chark pourquoi détournez le problème arabe.berbère.musulman celui quinest voleur reste voleur même s’i vole de l’eau zemzem




    0



    0
    chark
    11 août 2013 - 15 h 59 min

    M Rabah Aît Ali ! Pourquoi ce
    M Rabah Aît Ali ! Pourquoi ce pays Arabo-Berbéro-Musulman s’obstine t-il à produire , à vendre , et à consommer de l’alcool qui est un facteur de déstabilisation familial , un facteur d’hécatombe sur nos route , un facteur d’incitation à la débauche , et à la criminalité ?




    0



    0
    Mohamad el Maadi.
    11 août 2013 - 15 h 58 min

    Une mafia se met en place
    Une mafia se met en place dans ce pays et eux n’auront pas de scrupule a bradé ce pays et la drogue sera devenue normale.

    Je ne sais plus quoi dire quand je vois cela au pays et que je lis tous ces faits divers. Pauvre Algérie

    Tout ceux qui laisse ce pays sans défense sont des (…), des (…) de luxe , des (…) fruits de (…) …




    0



    0
    Anonyme
    11 août 2013 - 11 h 46 min

    Pourquoi pas des peines
    Pourquoi pas des peines d’intérêt général en Kabylie?
    Le grand sud c’est agréable.




    0



    0
    Rascasse
    11 août 2013 - 11 h 03 min

    @hamel; si y’a plus de
    @hamel; si y’a plus de délinquance plus d’agressions’plus de pénurie, plus de bureaucratie, plus de queue, plus de ….le peuple avec quoi sera t’il occupé?si tout s’améliore pour lui alors il revendiquera ses droits, et touchera aux intérêts des autres; l’algérien doit rester cet infâme indigène damné de la terre voilà nos gouvernants post coloniaux comment ils nous voient de haut pour le plaisir de leur mentor d’ailleurs .l’algerien doit retrouver son patriotisme car la patrie est en danger.




    0



    0
    hamel
    11 août 2013 - 9 h 33 min

    Pourquoi ne pas instituer des
    Pourquoi ne pas instituer des peines d interet general
    dans les regions du sud. Ces delinquants devront devront
    generer leur propres subsistances egalement. Ils sauront
    ce qu est gagner sa vie a la sueur de son front. Plutot que
    de les entasser dans une promiscuite dangereuse a leur
    liberation qui intervient d ailleurs a chaque fete religueuse
    ou nationale.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.