Moncef Marzouki à Alger dans les prochains jours

Le président tunisien Moncef Marzouki s’apprête à se rendre en Algérie dans les prochains jours, d’après plusieurs sources concordantes. Une visite qui s’inscrit dans le cadre des efforts de médiation initiés par Alger en vue d’aider les Tunisiens à trouver un terrain d’entente et de désamorcer une grave crise politique qui menace la stabilité et la cohésion de leur pays, sur fond de menace terroriste qui a pris des proportions alarmantes depuis l’accession des islamistes au pouvoir. A noter que le président Bouteflika avait reçu successivement le chef du mouvement Ennahda, Rached Ghannouchi, et le leader de l’opposition, Béji Caïd Essebsi, les 10 et 12 septembre. Certains milieux de la classe politique tunisienne dénonçaient alors ce qu’ils appelaient «l’internationalisation de la question tunisienne», voire «l’ingérence de l’Algérie dans les affaires tunisiennes». Une source autorisée du ministère des Affaires étrangères algérien avait réagi à ces critiques et déclaré à Algeriepatriotique, comme pour lever toute équivoque, que «de par ses relations de fraternité avec le peuple tunisien et de par son attachement profond à la sécurité et à la stabilité d’un pays frère et voisin, l'Algérie est naturellement à l'écoute et est prédisposée à apporter tout son soutien lorsqu'elle est sollicitée par les représentants des forces vives d'un pays frère». Au-delà d’une quête de solution à la crise politique, la visite du président Marzouki, lui-même issu d’un parti appartenant à la coalition au pouvoir, permettra aussi de passer en revue avec les responsables algériens les questions liées au volet sécuritaire. Pour les deux parties, en effet, la lutte contre le terrorisme islamiste revêt un caractère urgent, de même que la question lancinante du trafic d’armes qui prospère chez le voisin libyen et la zone tampon créée par les autorités tunisiennes dans le Sud. Autant de points qui méritent d’être éclaircis.
R. Mahmoudi
        

Comment (6)

    Anonyme
    22 septembre 2013 - 13 h 42 min

    le clan de FAFA ? ce sont
    le clan de FAFA ? ce sont ceux qui se soignent chez elle complotent avec elle en toute discrétion et reviennent ensuite menacer le DRS de la TPI s’il refusait d’exécuter le plan de FAFA. !




    0



    0
    Adel
    19 septembre 2013 - 7 h 55 min

    Longue vie au Président, ce
    Longue vie au Président, ce n’est pas le clan de Fafa qui changera quoi que soit. L’algérie vit mieux, elle va bien.
    Vous avez claqué la gueule aux vautours, qui espèraient se partager ta dépouille.
    Mais tu es comme une salamandre, tu renais de tes cendres.




    0



    0
    Ness maascar
    18 septembre 2013 - 23 h 02 min

    Balayons d’abord devant nos
    Balayons d’abord devant nos portes avant de faire le ménage chez les autres.
    La bombe qui va exploser. Boutef sa maladie l,a rendu inconscient au point il met en péril le pays par ses dernières décisions pour sauver son clan…………ils payeront cher!!!!!!




    0



    0
    Horizon
    18 septembre 2013 - 22 h 48 min

    Salem Alikoum
    La méfiance que

    Salem Alikoum

    La méfiance que vous avez envers ce personnage Moncef Marzouki est légitime personne vous le reprochera.
    Vous pensez bien aussi que tout nos vieux renards à la tête de l’état Algérien puis de l’armée ont vécus et connu toutes les péripétie d’autrefois s’étant dérouler avec les politiciens tunisiens de l’époque.
    Il ne peuvent en aucun cas nous la faire a l’envers car il auraient énormément a perdre et dans la situation a laquelle se trouve la Tunisie et le peuple tunisiens cela se traduirait par un échec et mat pour eux.
    Ils s’isoleraient vers les profondeurs des abimes pour une période désespéré voir sans retour.
    Ils sont affolés , désespérés , désappointés et ils courent dans tous les sens vers ceux et celles qui ont réussit a surmonter ce genre d’épreuve puissance 10 avec succès. L’Algérie et sont peuple durant 10 longues année sans aucun soutiens de quiconque , abandonner de tous avec mépris ont avec courage inverser la vapeur et stopper l’hémorragie.
    Aujourd’hui l’Algérie et un cas d’école pour beaucoup de pays qui aujourd’hui nous sollicitent avec insistance.
    Salem Alikoum




    0



    0
    Mohamed el Maadi
    18 septembre 2013 - 16 h 51 min

    «l’ingérence de l’Algérie
    «l’ingérence de l’Algérie dans les affaires tunisiennes»

    Si Alger voulaient s’ingérer dans les affaires Tunisiennes comme le prétendre les officines anti-algériennes (qu’il soit islamiste ou laïc) cela aurait déjà fait et depuis le début.
    Pour bousculer l’Algérie dans sa politique extérieure et lui dicter sa façon de faire il en faut plus que des pleureuses mais des moyens et des hommes et la Tunisie en manque cruellement ! Les faux patriotes Algériens qui lèchent Tunis car ayant dans ce pays passé du bon temps et placé leur trésor de guerre ne doivent pas se faire d’illusions. Le peuple Algérien a compris et se souvient des ricaneries et moqueries venant des élites tunisiennes sur le sort qu’on subissait il y a de cela 20 ans, des passeports jetés par terre, des Algériens volés et humiliés, l’attaque du consulat algérien, le vol dans nos musées et autres saloperie Tout se paye et aujourd’hui à Tunis on commence à payer la note !




    0



    0
    Madjidz
    18 septembre 2013 - 15 h 08 min

    Wallah je me demande ce que
    Wallah je me demande ce que viens faire ce guignol a Alger. Lui le natif d’oujda (et ouiii il fait partie du clan d’Oujda aussi) n’a pas raté l’occasion d’exprimer son soutien à SIDOU momo6 sur le dossier du Sahara Occidental lors de sa 1ère visite au Maroc en tant que pseudo- Bresidane de la TUNISIE




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.