Messahel veut connaître le tirage et les ventes des journaux

La presse écrite nationale est appelée à fournir toutes les données relatives à son tirage, ses ventes et ses invendus. Dans une correspondance envoyée nominativement à chaque journal, quotidien ou hebdomadaire, le ministère de la Communication demande ainsi à connaître à la fois le tirage moyen par jour, les ventes et les invendus. Dans sa lettre, le ministère se contente de dire que les données vont être exploitées pour établir une évaluation exhaustive de l’état de la presse nationale en matière de tirages et de ventes. Le département ministériel, dirigé depuis le dernier remaniement de septembre par Abdelkader Messahel, lequel jouit d’un capital sympathie dans le milieu de la presse, souhaite recevoir ces données dans «les meilleurs délais possibles, par courriel à l’adresse suivante : [email protected]». Il faut souligner que le ministère de la Communication n’a pratiquement jamais évalué les tirages et les ventes de chaque journal. Ses précédents recensements se sont limités à l’établissement de la liste des journaux et leur rythme de parution. Cependant, des enquêtes ont été menées par des organismes et des chercheurs sur les tirages et les ventes sans pour autant pouvoir obtenir les chiffres exacts. De nombreux journaux ont cette fâcheuse habitude de cacher leur vrai tirage et surtout les chiffres réels de leurs ventes. Comment le ministère va-t-il donc agir pour garantir la fiabilité des données fournies par les médias eux-mêmes, qui s’inscrivent dans une logique de rude concurrence ?
Sonia B.
 

Comment (18)

    Adel
    5 octobre 2013 - 10 h 14 min

    J’ai également remarqué que
    J’ai également remarqué que plusieurs torchons en ligne font de la pub pour isaraël, visitez israël, apprenez l’hébreu etc, etc, avec le sigle algérien.
    Cela nous renseigne sur l’arrogance contre notre pays, ses intitutions par des supplétifs déguisés en algériens.
    Il est temps de nettoyer les écuries d’augias.




    0



    0
    Maysar
    4 octobre 2013 - 22 h 18 min

    En dehors des titres qui sont
    En dehors des titres qui sont financés par la manne publique , comme El Moudjahid »tout va bien » et tant d’autres , le ministère n’a pas le droit de regard sur la vente et les tirages des journaux privés ou indépendants , qui eux , fonctionnent comme des entreprises privés !
    Ces journaux ne doivent répondre que devant un conseil de déontologie et de l’éthique journalistique comme cela se passe dans les pays où la liberté et la démocratie ont un ancrage certain !




    0



    0
    Jacquou
    4 octobre 2013 - 17 h 43 min

    Normalement, en matière de
    Normalement, en matière de tirage, les journaux devraient l’indiquer au quotidien quand il y a des variations. Pour les invendus, c’est un aspect commercial qui ne concerne pas apparemment le ministère de la communication. En réalité, après avoir attribué des agréments à tort et à travers ces derniers temps – pour noyer une presse écrite parfois subversive – les pouvoirs publics au service du Pouvoir privé veulent faire le tri en rappelant aux prétentieux les limites de leur arrogance.
    En d’autres termes : « Tais-toi, minable car personne ne te lit ni ne t’achète…

    N’a-t-on pas oublié que ces journaux de papier sont aussi en ligne ?




    0



    0
    Adel
    4 octobre 2013 - 10 h 41 min

    El moudjahid, c’est la
    El moudjahid, c’est la véritable école du journalisme, beaucoups de sribouillards qui n’ont même pas le reconnaissance du ventre, ose verser leur venin sur ce symbole de révolution algérienne.
    En comparaison avec un canard boiteux francophone qui revendique le plus gros tirage en français (sans aucune preuve) et qui ne vit que par le mensonge, l’insulte et la désinformation.
    Rappelez vous l’annonce de la libération de nos otages au mali. Le mensonge sur mr Zerhouni, sur le président etc etc.




    0



    0
    Toum ali
    3 octobre 2013 - 9 h 54 min

    Il faut demander aussi le
    Il faut demander aussi le tirage de la revue Afrique Asie et demander a son directeur comme bien l Algérie lui verse mensuellement pour une revue invendable en France.
    Certains parlent de 20000 euros par mois de l argent des algériens dans les caisses de cette revue.
    Pourquoi ne pas aider avec cet argent le site AP pour se développer en créant une version en anglais??
    وعلاش خبز الدار يكلوا البراني؟




    0



    0
    AIT MOKHTAR
    2 octobre 2013 - 22 h 09 min

    C’est bien ! Pour la Dépêche
    C’est bien ! Pour la Dépêche de Kabylie, je connais les chiffres exactes: 1 à Iffarhounene + 2 à Tizi-ouzou + 2 à Alger…en tout, le tirage s’élève à 125 exemplaires.




    0



    0
    Nadir.B
    2 octobre 2013 - 21 h 56 min

    certains petits journaux ont
    certains petits journaux ont déjà perdu des pages anep et commence à licencier des travailleurs journalistes et techniciens, je crois que le ministre doit s’intéresser à la fortune des patrons de presse et de leurs biens à l’étranger, certains ont même acheté des maisons en France et en Espagne, ils ont eu aussi des locaux dans un grand supermarché à Alger qu’ils louent, l’argent de la publicité doit servir à promouvoir la liberté de la presse, à donner des salaires décents aux journalistes, à les former etc. or certains journaux dits grands envoient leurs journalistes en reportage sans frais de mission, d’autres doivent se débrouiller le transport pour faire des couvertures et ainsi de suite, des conditions socio-professionnelles lamentables sans oublier l’absence de conventions collectives et d’un conseil et charte d’éthique et de déontologie, le syndicat des journalistes est dirigé par un SG par intérim depuis des années, un syndicat illégitime qui n’a même pas de bureau exécutif, qui ne défend pas les intérêts des journalistes et qui ne rend pas public son bilan moral et financier,il est plutôt à la solde des patrons de presse, tout ce qu’il sait faire c’est pondre des communiqués contre le pouvoir mais quand les journalistes sont humiliés par leurs patrons, il n’a rien vu et rien n’entendu!




    0



    0
    madjid
    2 octobre 2013 - 20 h 07 min

    AHMED BOUCENNA 64 ans est
    AHMED BOUCENNA 64 ans est toujours PDG de l’ANEP,toute sa SMALA de JIJEL est présente entant que responsable,le DG de la regie presse,le responsable du syndicat ,la responsable de la programmation ,la chef de service de l’agence,le directeur adjoint de la comptabilité,le chef de parc,le responsable des moyens generaux ,de la securité et 80 % du personnel.




    0



    0
    alibaba
    2 octobre 2013 - 10 h 31 min

    A cet age on doit arrêter de
    A cet age on doit arrêter de cirer et se retourner vers dieu




    0



    0
    selecto
    2 octobre 2013 - 9 h 59 min

    Pour les tirages tu peux les
    Pour les tirages tu peux les demander aux imprimeurs et arrête de prendre les gens pour des c…




    0



    0
    zyriab
    2 octobre 2013 - 9 h 18 min

    De toute évidence pour une
    De toute évidence pour une fois qu’un ministre ose poser de véritables questions il dérange Une question à laquelle personnene veut répondre Comment se fait -il qu’un seul journal bénéficie tous les jours de toute la publicité des Société française et que les autres n’en profitent jamais quelque soi le tirage?Et il se trouve que cette presse qui bénéficie de cette manne est toujours à encenser la politique française surtout celle qui dénigre l’Algérie.Il est de notoriété publique que la presse est toujours le vecteur idéologique d’une pensée Que l’on divulgue aussi tant qu’a faire des sources revenus de la presse et de ses dirigeants Quels sont les ressources dont bénéficient certains journalistes à voir leur train de vie.Certain changent de 4X4 tous les ans et vivent bien au dessus des moyens de leur soi disant salaire .Transparence vous dites?




    0



    0
    Anonyme
    2 octobre 2013 - 8 h 45 min

    Il faut supprimer TOUTE la
    Il faut supprimer TOUTE la publicité ANEP aux torchons et clouer au pilori toute la multitude de journaleux scélérats pourris et corrompus




    0



    0
    Anonyme
    2 octobre 2013 - 8 h 24 min

    Comme d’habitude, c’est de la
    Comme d’habitude, c’est de la poudre aux yeux:
    1- on demande des chiffres et on veut les envoyer par email sur une adresse gmail sans aucune securité.
    2- les balances commerciales de toutes entreprises sont publiées et sont rendues publiques et cici est une obligation.

    Donc si cela est serieux en devrait voir chez le ministre du commerce et surtout vers les cellules de controle du mistre des finances.

    Si vous voulez avoir un tout petit peu de credibilité, arretez de prendre les algeriens pour des c…




    0



    0
    Anonyme
    2 octobre 2013 - 7 h 18 min

    La survie d’un journal ! vous
    La survie d’un journal ! vous pouvez m’expliquer pourquoi elmoudjahid est toujours là ainsi que Horizon alors que personne n’achète ces chiffons et ce depuis des décennies ?




    0



    0
    Anonymemoussi
    2 octobre 2013 - 6 h 14 min

    @Mehacir
    Un trait de genie

    @Mehacir

    Un trait de genie que le choix de « vent » pour nos journaux plutot que « vend ».merci




    0



    0
    Anonyme
    1 octobre 2013 - 20 h 26 min

    pourquoi n’a t on pas fait
    pourquoi n’a t on pas fait cela avant ? c’est le bon sens ;la ligne éditoriale n’a aucun lien avec le niveau du tirage qui importe pour les annonceurs ;
    espérons que la raison finisse par l’emporter et qu’on ne prive plus des publications utiles et enrichissantes sur coup de tête ou parce que certains articles ne plaisent pas au distributeur de ces « subventions » ;
    même les journalistes dits « réglo » ne doivent s’imposer la sacro sainte autocensure




    0



    0
    Mahdi
    1 octobre 2013 - 19 h 02 min

    comment ça se fait qu’un
    comment ça se fait qu’un ministère comme celui de le communication ne possède pas un mail personnalisé ? pourquoi utiliser gmail ? pas sérieux !




    0



    0
    Mehacir
    1 octobre 2013 - 18 h 45 min

    Normalement, la survie d(un
    Normalement, la survie d(un journal ne dépend que du sérieux de ses journalistes et de la qualité de l’information qu’il donne car sa crédibilité en dépend. Plus il vent, plus il est rentable et plus les entités économiques le sollicitent pour publier leurs messages publicitaires.Ainsi ces entreprises doivent être libres de choisir le support publicitaire qui leur convient. Le soutien à un journal ne doit pas se faire sous sous une forme ou une autre et la ligne éditorialiste du journal doit répondre à la déontologie journalistique.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.