Accidents de la route : 70 morts et 1 050 blessés en une semaine

70 personnes ont trouvé la mort et 1 050 autres ont été blessées dans 540 accidents de la circulation enregistrés durant la période du 24 au 30 septembre dernier, indique, aujourd’hui jeudi, un bilan hebdomadaire du commandement de la gendarmerie. Par rapport à la semaine précédente, le bilan relève un recul du nombre de décès (-5) et une augmentation du nombre de blessés (+168) et d'accidents (+54), précise la même source. Le bilan le plus lourd a été signalé au niveau de la wilaya d'Oran avec 21 accidents, suivie de Sétif (24 accidents), Relizane (22 accidents), Médéa (21 accidents), Boumerdès (20 accidents) et Aïn Defla (19 accidents). L'excès de vitesse, les dépassements dangereux, le non-respect de la distance de sécurité, la négligence des piétons, le non-respect du code de la route et les manœuvres dangereuses sont les principales causes des accidents.
R. N.
 

Comment (3)

    Anonyme
    6 octobre 2013 - 22 h 10 min

    Les morts algériens
    Les morts algériens n’intéressent pas les mercenaires de l’impérialisme arabe ( 2 réactions ) ce qui les obsèdent ce sont les morts Syriens, et bien nous on préfèrent nous intéresser aux mal algérien.




    0



    0
    Algerois
    3 octobre 2013 - 15 h 00 min

    Désolé de le dire mes les
    Désolé de le dire mes les autorités concernées ne mettent pas assez de moyens pour lutter contre ce fléau,tout est possible,l’état en a les possibilités




    0



    0
    Mehacir
    3 octobre 2013 - 14 h 05 min

    L’explication de la hausse
    L’explication de la hausse des accidents de la circulation est toute simple du moment que les autorités ont privilégié le coté répressif au détriment du coté éducatif et civique sans aucune étude de l’impact de ces mesures sur le terrain . En effet lorsque la loi ordonne le retrait du permis de conduire à un professionnel de la route pour une durée allant jusqu’à six mois pour un simple franchissement d’une ligne continue, automatiquement il va se retrouver en chômage technique durant ladite période. C’est une situation dramatique pour la simple raison que pour la plupart d’entre eux,la profession de chauffeurs représente leur seul gagne pain. De par le monde, une simple contravention suffit à faire réfléchir plus d’un, alors que chez nous, tellement les sanctions sont très lourdes à supporter qu’on se rabat à corrompre les agents de la circulation si on n’a pas une connaissance pour mettre à blanc ces sanctions. La logique des choses est d’amender cette loi avec le concours de l’ensemble des intervenants dans le domaine du trafic routier pour lui donner un sens plus humain et pratique comme elle est faite partout dans le monde. Ainsi, toutes les parties seraient gagnantes, le trésor public qui va encaisser plus d’argent grâce à des amendes pas trop exorbitantes, la corruption qui va diminuer, le nombre d’accidents qui va diminuer du moment qu’on met la main à la poche.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.