Nouveaux gisements : l’Algérie recourt à la fracturation hydraulique

Alors que l’exploitation du gaz de schiste continue de faire l’objet d’un débat qui n’est pas encore tranché, le gouvernement, à travers le ministère de l’Energie et des Mines, a décidé de passer outre les avis des experts, du mouvement associatif écologiste et de citoyens sur la question. Sinon, comment expliquer que le premier responsable du secteur, Youcef Yousfi, annonce l’engagement imminent d’une opération d’exploitation d’un important gisement de ce type d’hydrocarbures situé dans le bassin d’Amguid Messaoud, dans la wilaya de Ouargla, à 112 km de Hassi Messaoud. Dans son élan, le ministre va jusqu’à donner quelques détails sur la découverte de ce gisement, son exploitation, les techniques de production «non conventionnelles», car, comme le précise un de ses adjoints, l’utilisation de nouvelles technologies d’exploitation des gisements pétroliers a «des coûts supplémentaires induits par le recours à la fracturation hydraulique». C’est donc bien de gaz de schiste qu’il s’agit et sans nul doute. Les propos du ministre et de ses proches collaborateurs sont, apparemment, bien pesés, puisque le ministre évite d’appeler les choses par leur nom en ne prononçant pas le mot schiste. «Sonatrach, explique-t-il, va recourir à des techniques de forage non conventionnelles pour pouvoir extraire 50% des réserves de Hassi Toumiet, alors que les techniques utilisées jusqu’ici ne permettent de récupérer que 10 à 15% du pétrole du gisement.» Le ministre fait comme si le débat était clos sur la question de l'exploitation du gaz de schiste. Pourtant, toutes les études alertent sur les dangers que les techniques d’extraction non conventionnelles font peser sur l’environnement. Comme s’il s’agissait maintenant de discuter uniquement des meilleures méthodes d’exploitation et les moins coûteuses. Selon un classement américain, l’Algérie occupe la troisième place au niveau mondial en termes de réserves de pétrole et gaz de schiste, estimées à 20 000 milliards de mètres cubes de gaz et 20 milliards de barils de pétrole, soit près de deux fois les réserves actuelles de pétrole conventionnel.
A. Bensalem
 

Comment (24)

    thileliAnonyme
    30 octobre 2013 - 9 h 23 min

    antisioniste ,je viens de
    antisioniste ,je viens de lire ton commentaire et tes insinuations absurdes .j’ai parlé des gens du sud car c les premiers concernés en cas de contamination de la nappe freatique ,documente toi plutôt sur la fracturation hydraulique et ses conséquences sur l’environnement comme ça tu réalisera j’espere ou est le vrai danger pour tous bien sure…




    0



    0
    Gigelli
    29 octobre 2013 - 2 h 09 min

    Adieu les 40.000 milliards de
    Adieu les 40.000 milliards de m3 des réserves en eau potable du Sahara découverts récemment, car la fracturation est une méthode qui consiste à utiliser des quantités faramineuses d’eau sous pression et d’énormes quantités de produits chimiques hyper toxiques afin de dégager le gaz de la roche poreuse afin de l’extraire.

    Il s’agit d’un acte criminel très grave, anticonstitutionnel puisque cette décision qui s’affranchi du débat public préalable à toutes décision de cette ampleur, montre bien le caractère autocratique dans la gestion des ressources du pays et la mise en danger des ressources naturelles d’une valeur inestimable, c’est un scandale, il ne peut s’agir que de gros sous, et le temps me donnera sans aucun doute raison, même si j’espère me tromper, car mêmes les Américains pionniers de cette technologie, et incitateurs des Algérien à l’adopter, sont en train de faire marche arrière à ce sujet, par contre en Europe on ne veut même pas en entendre parler.

    Après Sonatrach1, 2, 3, voire, 4, 5, etc., l’autoroute Est/Ouest, et autres, voila maintenant le nouveau et sans doute le plus gros scandale de tous.
    Vous serez jugé un jour peut être mais l’Algérie aura perdu sur tout la ligne, et ne profitera jamais de ces 40.000 milliards de m3 des réserves en eau potable, avez vous une conscience monsieur le Ministre?

    Malheureusement la Tunisie et la Libye qui sont co-propriétaires avec l’Algérie de ces réserves gigantesques, et qui auraient eu leur mot à dire sur le risque porté par cette décision débile, s’ils n’étaient pas en guerre civile, Monsieur Yousfi ceci représente un crime contre tout un peuple, le votre de surcroît, vous rendez vous compte?




    0



    0
    Antisioniste
    28 octobre 2013 - 14 h 52 min

    Salamou
    Salamou 3alikoum

    @thileliAnonyme

    Que voulez vous dire par « j’espère que les gens du sud ne vont pas se laisser faire ! »?

    A ma connaissance ce problème concerne l’ensemble des algériens sans exception,et je déconseille vivement toute initiative aventurière et irréfléchie pour trouver une solution. Car les risques de dérapage et d’instrumentalisation sont aussi légion que ceux/celles qui tentent depuis un certains de temps de crée la zizanie au moindre éternuement. La vigilance est plus que nécessité dans cette phase que traverse le pays, mais la précipitation est totalement improductive, et extrêmement dangereuse.




    0



    0
    thileliAnonyme
    28 octobre 2013 - 10 h 52 min

    arrêtez de vous prostituer
    arrêtez de vous prostituer pour l’impérialisme ,on sait qu’ils vous payent bien mais un minimum de retenue!!




    0



    0
    thileliAnonyme
    28 octobre 2013 - 10 h 48 min

    c criminel ,ils n’ont pas le
    c criminel ,ils n’ont pas le droit de nous faire ça ,la société civil doit réagir .il s’agit de l’avenir de nos enfants ,cette terre est la notre ,on doit la défendre bec et ongles ,dés que j’ai su qu’on est classé troisième pour le gaz de schiste ,j’ai compris qu’un grand malheur aller s’abattre sur nous .
    après les essais nucléaires place à la fracturation hydraulique avec toutes les conséquences écologiques ,j’espère que les gens du sud ne vont pas se laisser faire !




    0



    0
    Lyes oukane
    28 octobre 2013 - 6 h 08 min

    Moi je dit qu’il faut faire
    Moi je dit qu’il faut faire confiance a notre gouvernement et a notre chère et adoré président abdelaziz bouteflika




    0



    0
    Lyes48
    27 octobre 2013 - 20 h 25 min

    Mohamed Elmaadi: Je comprends
    Mohamed Elmaadi: Je comprends votre colere, nous souufrons tous de cette situation. Le peuple s’est endormi ces dernieres annees ? Nous en faisons partie me semble t-il ? Ou alors vous et moi n’avons nous fait que nous assoupir un peu ?




    0



    0
    Mohamed EMaadi
    27 octobre 2013 - 18 h 46 min

    [email protected]
    Je reconnais que j’ai

    [email protected]

    Je reconnais que j’ai un un coup de sang et je ne voulais froisser personne. Mais constater avec moi que le peuple algérien c’est plutôt endormi ces dernières années et dans le mauvais sens. Enfin si proposer au peuple de s’émanciper des crapules qui le gouvernent et qui veulent remettre le couvercle en installant une poupée gonflable s’est appeler à l’émeute un peu gros quand même tiré par les cheveux le scénarios!!




    0



    0
    Antisioniste
    27 octobre 2013 - 18 h 04 min

    salamou 3alikoum
    @Abou

    salamou 3alikoum

    @Abou Stroff, Merci de m’en informer, je l’ignorer totalement, Allah yarhmou wa iwasse3 3alih c’est une perte pour nous tous.




    0



    0
    Lyes48
    27 octobre 2013 - 18 h 03 min

    @Mohamed Elmaadi : Je trouve
    @Mohamed Elmaadi : Je trouve extremement choquant d’insulter tout un peuple en le traitant de  » tout ce peuple endormi « .Il faut commenter, critiquer, proposer mais ne jamais s’en prendre au peuple ! Il souffre assez comme cela.Si vous etes aussi eveillé que cela! Que proposez vous ? Une marche ? une manif ? une emeute ? Brulez les ministeres ? Allez y , vous l’eveillé, soyez le premier a vous soulever , ce « peuple endormi » vous suivra comme il a suivi en Octobre 1988. Quand on ne fait rien c’est toujours facile de dire c’est par la faute des autres!




    0



    0
    Abou Stroff
    27 octobre 2013 - 17 h 19 min

    à antisioniste, si mes
    à antisioniste, si mes informations sont bonnes, salah mouhoubi est mort cet été. par conséquent il est inutile de le déranger pour un sujet qui n’est plus de son domaine.




    0



    0
    Mohamed EMaadi
    27 octobre 2013 - 16 h 59 min

    Que voulez-vous que je vous
    Que voulez-vous que je vous dise ? la contamination de l’eau de l’environnement, de l’agriculture tout cela il s’en foute ?Personne ne dit rien dans ce pays personne Bouteflika à donner une mentalité de (…) à tout ce peuple endormi !!




    0



    0
    Anonyme
    27 octobre 2013 - 16 h 32 min

    Les énergies conventionnelles
    Les énergies conventionnelles sont explorées en Algérie qu’à 25 %, les 3/4 du territoire algérien n’a pas encore été exploité, il y a certainement d’immenses réserves de pétroles et de gaz non exploités, la question est pourquoi se tourner vers le gaz de shistes, alors que les réserves conventionnelles d’hydrocarbures sont sous exploitées. Il est de plus en plus évident que la décision d’explorer le gaz de shiste répond à un agenda extérieur, Bouteflika et son frère Saïd sont là pour se soumettre aux ordres impérialo sionistes, sinon les enquêtes de corruption gigantesques reprondront de plus belle et on découvrira que Boutef, son frère Saïd sont responsable de toute cette corruption gigantesque. Les frères bouteflika n’ont aucune considération pour l’Algérie et son peuple, pour la simple raison qu’ils ne sont pas algériens mais marocains. SVP laissez passer ce poste merci! Il est temps que nous exprimons sur les dangers qui guettent notre pays à cause des (…) Bouteflika.




    0



    0
    Antisioniste
    27 octobre 2013 - 16 h 28 min

    Salamou 3alikoum
    « Alors que

    Salamou 3alikoum

    « Alors que l’exploitation du gaz de schiste continue de faire l’objet d’un débat qui n’est pas encore tranché ».

    Monsieur A. Bensalem je vous remercie de relancer encore le débat sur se sujet hyper important, mais je tiens à vous préciser qu’en dehors de se site et quelques autres, peut être, il n’y a aucun débat rien nada walou, tout à était fais en catimini. Justement à cause du manque d’information/sensibilisation remplacer par le matraquage médiatique concernant des futilités ,relativement parlant, tel que les « déclarations » du gsasbi saidani etc…

    Je réitère encore une fois sur ce même site, la même requête/demande que j’ai faite à vos collègues, de faire un entretient avec le Professeur Chems Eddine Chitour ainsi que Monsieur Salah Mouhoubi et d’autres. Afin qu’ils puissent éclairer l’opinion publique sur cette magouille qui ne dit pas son nom, et dont nous finirons par en payer « les prix » si on continue avec cette attitude de légèreté face à des dangers aussi réel qu’éminent.




    0



    0
    zarzor
    27 octobre 2013 - 16 h 16 min

    aller kunta … aux ordres !!
    aller kunta … aux ordres !!




    0



    0
    00213
    27 octobre 2013 - 15 h 56 min

    Quand les lobbyistes
    Quand les lobbyistes décident, Yousfi applique.
    .
    Aux yeux des puissances impérialistes, un bon arabe est un arabe qui dit oui. (Michel Collon)
    .
    Ils n’ont pas le choix ou sinon, les sommes astronomiques de leurs comptes en banque à l’étranger risqueraient d’être dévoilées au grand jour.
    .
    Ça sent le gros clash avec les populations du Sud.
    De quoi envenimer un peu plus la situation et donner du grain à moudre à nos ennemis.




    0



    0
    Safiya
    27 octobre 2013 - 15 h 20 min

    Avant tout, je vous signale
    Avant tout, je vous signale que je viens de perdre la totalité de mon post et cela arrive souvent.

    Je disais donc que Monsieur Yousfi n’est pas sans savoir la nuisance de la fracturation hydraulique, s’il compte vraiment la mettre en oeuvre chez nous, faisant l’impasse que aussi bien la France que la Grande-Bretagne l’interdisent chez eux, ainsi que nombre d’autres pays européens, il n’y a qu’une lecture possible, l’Algérie est bel et bien néocolonisée, sa souveraineté n’est plus qu’un mot vidé de son sens.

    Les maîtres décident et leurs néocolonisés obtempèrent.

    Au vu de ce qu’engrangent les compagnies pétrolières et les industries occidentales, ce que nous retirons des ventes des hydrocarbures est infinitésimal.

    Avec le gaz de schiste, aux miettes de monnaies de singe récoltées, nous cumulerons des dégâts incommensurables et pour nos beaux paysages et pour l’habitant.

    C’EST UN CRIME !




    0



    0
    Anonyme
    27 octobre 2013 - 15 h 08 min

    de toute les façons ils n’ont
    de toute les façons ils n’ont rien à cacher au maitre du monde et puis ils resteront toujours de fidèles serviteurs a ceux qui les tiennent et entretiennent au sens propre et figuré du terme.




    0



    0
    rabah
    27 octobre 2013 - 14 h 55 min

    Alors que tous les
    Alors que tous les spécialistes de la planète disent que la fracturation hydraulique est dangereuse pour les eaux souterraines, notre ministre prend la décision unilatérale d’aller de l’avant.
    Nous ne laisserons que des cendres et de la malédiction à nos enfants.




    0



    0
    Anonyme
    27 octobre 2013 - 14 h 43 min

    C’est claire comme l’eau de
    C’est claire comme l’eau de roche, quand il sagit de fracturation hydrolique, il est question de pétrole de shiste, ce que n’a pas précisé le ministre de pacotille au service d’un clan marocain d’Oujda qui veut détruire notre environnement, nous priver d’eau potable, pour des considération d’enrichissement personnelle de tout le clan et le régime en général. Tous les pays ont du gaz et du pétrole de shiste, mais ils ne sont pas prêts à massacrer leur environnement pour des basses considération pécuniaires, le prix est trop fort, les pays occidentaux préfèrent aller pomper le pétrole de shiste dans les pays sous développé comme le nôtre, un sous développement dû au régime politique qui nous dirige contre notre volonté depuis plus de 50 ans. Nous ne pouvons pas prendre le risque d’une autre guerre civile, les prédateur occidenaux sont à nos frontières, il faudrait des hommes patriotes pour arrêter le massacre de l’Algérie. Il y en a mais réduits au silence, mais jusqu’à quand?




    0



    0
    Abou Stroff
    27 octobre 2013 - 14 h 35 min

    sans entrer dans les détails
    sans entrer dans les détails techniques, posons nous de simples questions: pourquoi la France dont les entreprises maitrisent la technique de la fracturation hydraulique, qui est importateur net d’hydrocarbures et qui pourrait alléger sa facture énergétique, interdit-elle l’exploitation du gaz de schiste sur son sol? pourquoi l’algérie qui n’arrive même pas à investir les revenus astronomiques que lui rapportent les exportations d’hydrocarbures conventionnels se lance t elle dans l’exploitation du gaz de schiste alors que sonatrach ne maitrise pas les techniques nécessaires (au fait, sonatrach, maitrise t elle quelque chose?)et que le coût d’exploitation de cette nouvelle énergie est relativement élevé, d’où une rente relativement faible? la réponse à la première question est relativement simple, le pouvoir politique français a des comptes à rendre aux électeurs français d’une part et les politiques français exercent le métier de politiques parce qu’ils aiment leur pays et veulent le hisser au rang de grand pays. la réponse à la deuxième question est tout aussi simple. le pouvoir politique algérien n’a de comptes à rendre à aucun algérien (composé de couches compradores, le pouvoir politique algérien a, néanmoins, des comptes à rendre à ses maîtres étrangers). les « politiques » algériens exercent le métier de politiques parce que c’est le métier qui permet de s’enrichir à moindre frais (les « politiques » algériens sont près du robinet de la rente). moralité de l’histoire: l’exploitation du gaz de schiste au temps présent, en algérie, est une absurdité économique car ce gaz ne pourra jamais remplacer le pétrole et la rente que génère ce dernier. par conséquent, l’exploitation du gaz de schiste répond à un agenda qui ne peut être que l’agenda d’une ou de plusieurs puissances étrangères. moralité de l’histoire: les « politiques » qui ont pris la décision d’exploiter le gaz de schiste en algérie ne peuvent être que des agents au service d’intérêts étrangers, rendront donc des comptes au moment opportun et seront traduit en justice pour haute trahison par le peuple algérien qu’il ne cesse d’humilier.




    0



    0
    algerienmeskine
    27 octobre 2013 - 14 h 05 min

    Et si c’etait pour cela que
    Et si c’etait pour cela que le president moribond veut allonger son mandat par un quatrieme ,et si ses freres et ses proches « collaborateurs » ont pensé que ces richesses sont trop enormes pour ce cretin de peuple algerien, ne les meritent pas,et faire fi de toutes les techniques modernes pour les retirer du sol et ensuite partir sous d’autres cieux laissant le pays completement pollué par le schiste,de toute façon il est deja contaminé par la radioactivité!!!!!




    0



    0
    Hankou
    27 octobre 2013 - 13 h 53 min

    La France a choisi de
    La France a choisi de fracturer en Algérie. Le coût de val de Grace n’est pas encore évalué.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.